Le printemps des corbeaux de Maurice Gouiran

Lecture de Mai 

Le printemps des corbeaux

Mon avis : Je suis ravie de poursuivre ma découverte de l’auteur. Me voici plongée dans une période très marquante politiquement de notre histoire récente, l’ère électorale de 1981.

Une plongée dans cette atmosphère de doutes, de liesses ou d’euphorie. La grande crainte de la droite capitaliste de voir arriver la gauche au pouvoir, en face un engouement vers ce nouveau monde plein d’espoirs.

Louka, jeune homme, qui débute dans la vie en allant à la Fac poursuivre des études d’informatique. Pourtant, son passé est déjà lourd d’émotions, en effet orphelin de père et abandonné par sa mère. Quittant à sa majorité l’assistance public, il s’installe dans un petit appartement et découvre son nouvel environnement, sa manière de gérer sa vie, et ses relations avec les femmes.

 De part ses connaissances grâce à son parcours scolaire, il va se lancer dans une « magouille » qui va lui permettre de remplir son compte en banque. Ingénieux et instinctif, il va développer sa technique et guetter : surtout ne pas se faire attraper. J’ai beaucoup aimé comment l’auteur met en scène ce personnage à la fois sulfureux et inventif !!!

Il flirte allègrement avec la ligne rouge, avec les autorités d’une part et les mafieux de l’autre. Il va se révéler grâce à ce deuxième groupe, une idée ultra lumineuse lui est venue en lisant le journal et en utilisant le travail d’un ami. A partir de là, tout va s’accélérer, le danger le guette, les morts vont commencer à pleuvoir. Il se sait en danger et va faire en sorte de retourner la vapeur, à son avantage sans aucun doute !

J’ai adoré le format de cette histoire, le compte à rebours, nous commençons par la fin et remontons le temps. L’auteur nous tient, on souhaite savoir comment on en est arrivé là !!! C’était magique justement d’être autant à l’affut et totalement avalée par cette histoire et le contexte politique de l’époque.

Une excellente lecture, touchante, mettant en relief à travers Louka, la place de la famille, les sentiments, le rôle des rencontres qui peuvent faire changer une vie, du bon ou mauvais côté de la ligne !! Le rapport à la mort également aussi et comment se construire lorsque les bases sont inachevées ou bancales.

J’ai été émue à certains passages, révoltée à d’autres, c’est le brio que l’auteur met au service des ses livres, nous embarquer totalement et nous remuer, nous interpeller et nous amener à réfléchir. Comme d’habitude, j’ai beaucoup appris également, cette période précédait ma naissance et je ne m’étais pas rendue compte, à quel point nous étions encore à la recherche des coupables de la Seconde Guerre Mondiale.

Ce volet m’a tenue en haleine également car je me rends compte que j’ignore encore beaucoup de faits, tout comme le bombardement de Marseille par les alliés et ce n’est qu’un exemple. La collaboration et ses conséquences sont encore en 1981 sur toutes les lèvres et dans toutes les têtes.

Le poids politique, le clivage droite-gauche, le pouvoir et le milieu marseillais sont bien mis en lumière, tant par leurs rouages et fonctionnement, très instructif également et qui permettent de comprendre certains faits qui se sont déroulés quelques années plus tard.

J’ai de nouveau terminé cette lecture à la fois bousculée et ravie !! Oui oui, je vais continuer de lire cet auteur dont je suis maintenant une grande admiratrice.

Résumé : Mai 81. La France se passionne pour les prochaines présidentielles. Louka, jeune étudiant marseillais, cherche plutôt une idée pour gagner un peu de fric. Une mère aux abonnés absents, un père abattu lors d’un braquage, Louka a un passé chargé, trimbalé entre foyers et familles d’accueil. Pour l’instant, il va à la Fac, vit de petits boulots et de combines en tout genre. Mais Louka est intelligent, il fonctionne à l’instinct, maîtrise déjà les codes des voyous et ceux qui permettent de mener les hommes. Et c’est en lisant un article du Canard sur Papon que l’idée va jaillir… Sans aucun état d’âme, il met alors en place une redoutable machine à cash… Mais le chemin qui mène à l’enfer n’est-il pavé que de bonnes intentions ?

Date de publication : 10.09.2016 aux Editions Jigal – Jigal Poche : 08.02.2018

Autres œuvres du même auteur : L’IrlandaisQaraqosh, Tu entreras dans le silence,

maurice

2 réflexions au sujet de « Le printemps des corbeaux de Maurice Gouiran »

    1. J ai beaucoup appris car c est une période trop récente pour être étudiée et c etait juste avant la naissance… Ca été l arrivée de Mitterand… la première fois que la gauche passait

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s