Gangster L’Envers du Décor de Shifrinne

 

gangster

Mon avis : J’ai eu l’impressions que les grandes familles du trafic de cocaïne jouaient avec la France comme au Monopoly. Chacun sa place, son territoire et ses soldats. Quelques dérapages sont à dénombrer mais globalement tout fonctionne sans trop de dégât.

Sauf quand il vient l’idée d’un chef de famille de partir en croisade et de se lancer à la conquête des grandes villes. Mais pour cela, il faut s’implanter et quitte à frapper fort, autant déboucher des soldats déjà en place.

Voilà où nous entraîne l’auteur, ça tape, ça tire, ça cogne et ça trahit !

Stéphane va sentir que le vent est en train de tourner mais sans vraiment savoir d’où vient le danger ? Les clans vont aller de guet-apens en représailles, galvanisés par la vengeance, un bain de sang. Les hommes vont s’affronter et ne laisser aucun répit aux adversaires, anciens amis devenus ennemis.

Des têtes vont tomber et le trouble, ainsi que la déstabilisation des hiérarchies vont s’immiscer peut à peu jusqu’à exploser.

J’ai beaucoup aimé ce premier roman qui montre à la fois la violence, les réseaux mafieux, mais pas que… A travers le personnage très attachant de Stéphane, qui a sa manière bien a lui de gérer son business, plutôt façon gentleman. Sauf quand le danger se présente à sa porte.

Un rythme soutenu, des retournements de situations, un rythme trépidant, des changements géographiques, un ensemble qui met en relief le thème et la notion humaine mise en avant.

Et oui même dans ce milieu, les sentiments et affinités ont leur place. L’humain, l’entraide et la solidarité sont bien mis en lumière également.

Un très bon moment de lecture, une belle découverte !! Un auteur à suivre.

 

Résumé : Stéphane vit à Paris. A 28 ans, il appartient à la famille du caïd Lapaz et gère ses clubs de nuit, mais il est surtout au cœur des trafics et des décisions les plus secrètes de la famille. Machines à sous, rackets, cocaïne, le système rapporte des millions. Mais quand Assouni le Lyonnais entraine Lapaz dans le meurtre d’un rival, Stéphane comprend qu’ils sont en danger. Derrière les établissements et les trafics, il réalise alors l’envers du décor. Dans un univers où les alliances se font et se défont au rythme des meurtres, il devra survivre dans ce qui deviendra la plus sanglante guerre des clans que le milieu du grand banditisme n’aura jamais connu. Malgré l’illusion de sa toute-puissance, le plus féroce des caïds peut être pris à revers par ceux qui ont été trahis.
Plongée fulgurante dans l’univers impitoyable du grand banditisme français à travers Stéphane Saliseti, caïd parisien pris pour cible par un concurrent avide d’argent et de pouvoir.

Date de publication : 01.01.2019 aux AutoEdition

 

 

 

En Chasse ! de Jess Kaan

EN CHASSE

Mon avis : Une enquête qui démarre sur les chapeaux de roues. Il faut aller vite, les enquêteurs sont sur les dents après découvert une jeune fille victime d’un viol collectif.

Trouver ce groupe d’hommes qui vont continuer de sévir dans le secteur. Aucune trace, pas d’indice.

L’auteur nous emporte dès le départ dans de sombres moments, de nombreux protagonistes. Des affaires qui se croisent, un rythme qui alterne très bien la traque des chasseurs et plus calme lors des recherches des enquêteurs qui piétinent.

Par contre, le souffle est retombé, car les personnages secondaires sont nombreux, prennent une place importante puis disparaissent sans que le lecteur ne comprenne pourquoi.

La seconde enquête, Le Moraliste, personnellement je n’ai pas vraiment compris son rôle, autre équipe d’enquêteurs, autres protagonistes. Je me suis dit que c’était sûrement une ouverture pour le prochain volet, mais j’ai trouvé dommage ce procédé, qui a participé à alourdir un peu ma lecture.

Superposer ces deux quêtes peut brouiller le message que souhaite faire passer l’auteur. Le thème soulevé ici est fait de manière très volontaire, dynamique, le profil des victimes et leur devenir, que j’ai cru qu’il serait porté par Sébastienne, mais qui manque une peu d’étoffe même si son rôle et ses actes sont beaucoup plus révélateurs que toutes ses descriptions.

Parfois, on se sent un peu perdu au sens moral, un peu enfoui sous les descriptions qui ne sont pas toujours utiles. J’ai détesté Cassandre, personnage qui montre aussi le rôle de certaines femmes, c’était courageux de la mettre.

Une fin qui, à mon sens va (beaucoup) trop vite, les éléments qui semblaient très éloignés pendant la lecture, s’emboîtent en quelques paragraphes.

Garance Fazuras, enquêtrice volontaire et ultra dynamique, impliquée jusqu’au bout des ongles. Elle prend son rôle et l’enquête très à cœur, mais je l’ai trouvé un peu « gourde » sur sa vie personnelle.

Alors voilà ce n’est que mon avis, j’ai été ravie de découvrir l’auteur, son écriture et ses messages. Même si je termine cette lecture par un avis mitigé, je découvrirai les autres livres car je pense pouvoir passer un bon moment de lecture dans un autre volet.

 

 Résumé : Nord de la France. Le lieutenant Boris Lisziak vient d’arrêter Le Moraliste, un tueur en série manipulateur et retors. A quelques encablures, la capitaine Garance Fazuras piste des barbares « chassant » en groupe, coupables de viols collectifs particulièrement atroces. Le commandant Demeyer rejoint le duo de policiers pour l’épauler dans une traque qui s’annonce impitoyable.

Date de publication : 08.11.2019 aux Editions Lajouanie

jess kaan

Narco Football Club de Marc Fernandez et Jean-Christophe Rampal

narco

Mon avis : Une bombe 💣 💣 💣! Un coup de Cœur 💓💓💓

J’ai profité qu’actuellement plus trop personne ne parle de football pour découvrir ce livre. Ce n’est pas non plus mon sport favori, on ne va pas se mentir.

Les auteurs nous embarquent et nous immergent au Mexique. Les descriptions des villes, des ambiances, la violence, l’équipe est au complet. Pour la population, il y les cartels et cette passion culturelle pour le football. Peut-on vraiment dissocier les deux ?

Pas aujourd’hui car c’est la finale de la Copa Libertadores et les deux équipes en finale représentent les deux plus gros cartels mexicains. La tension monte en même temps que la chaleur, quoi de plus déstabilisant que l’entraîneur d’une des deux équipes soit assassiné justement ce jour-là. Pourquoi ? Par qui ?

On va passer des événements de rues à l’enquête, avec un rythme effréné  !! Les pages se tournent toute seules, un livre qui se lit d’une traite. J’avais envie de savoir comment Bolivar et Doce sa coéquipière, allaient réussir ou non à sonner le coup de sifflet final face aux cartels. En effet, il y a bien un deuxième match en coulisse. Quelles sont leurs cartes dans leur manche, leur marche de manœuvre ? Ils vous pouvoir s’appuyer sur des connaissances de confiance et avancer leurs pions. La feuille de match se dessine.

En effet, on découvre la gangrène et les réseaux hauts placés voir internationaux qui protègent les producteurs de blanche. La violence règne, le marche ou crève est une règle pour éviter les problèmes. Les vies sont des moyens d’échange et les financements totalement opaques.

Les difficultés à savoir qui se fier et la corruption qui semble également être un sport national, présentent un réel tableau dangereux pour l’équipe des Jaguars, des fédéraux qui souhaitent faire régner la loi et la justice, au milieu des buts et des tirs.

Après ce coup d’envoi sur les chapeaux de roues on se demande bien comment l’enquête sur cet assassinat va pouvoir se dérouler sans faute ni pénalty.

L’argent, le pouvoir et la drogue sont les arbitres de l’ombre. On ne sait jamais comment la situation peut évoluer et qui va avoir la chance de rentrer aux vestiaires, plutôt qu’au cimetière.

Outre un rythme digne d’un film d’action, l’écriture est franche dynamique et totalement addictive. Des phrases et chapitres courts qui ajoutent du dynamisme, un vrai régal. Mêlant dénonciation des violences, de la vie et des problèmes rencontrés, les auteurs n’hésitent pas à soulever les problématiques rencontrés par le Mexique entre autres, tous ces pays ayant les cartels qui règnent en maîtres.

narco ded

Résumé : Mexique, jour de finale de la Copa Libertadores qui couronne le club de foot champion d’Amérique latine. Un match à haut risque, qui oppose pour la première fois à ce niveau de la compétition les équipes rivales de la frontière, les Chacals et les Coyotes, toutes deux aux mains des cartels de la drogue. Quelques heures avant le coup d’envoi, le cadavre de l’entraîneur des Chacals est retrouvé dans un terrain vague. Dans une ville en état de siège, envahie de supporters surexcités, une équipe de superflics est dépêchée en urgence depuis la capitale pour résoudre l’affaire avant que la situation ne devienne incontrôlable.

Date de publication : 11.12.2008 aux Editions Alvik – 23.03.2016 aux Editions Le Livre de Poche

A lire découvrir la trilogie de Marc Fernandez (à gauche) : Mala VidaGuerilla Social Club, Bandidos et également Banlieues Parisiennes 

Malheureusement je n’ai pas réussi à trouver d’autres livres de Jean-Christophe Rampal (à droite)

Luca de Franck Thilliez

LUCA

Mon avis : Ma lecture se divise en deux. J’ai adoré non pas le thème mais les thèmes abordés par l’auteur, que se soit la PMA et ses dérives, un monde dark où la douleur est requise et un art de vie. Par-dessus on retrouve la recherche génétique et ADN, les extrêmes se font face !! Des sujets très bien abordés et bien développés, on découvre parfois avec horreur certains personnages et leurs objectifs finaux.

Le duo Henebelle-Sharko très présent mais légèrement en retrait au profit de Nicolas et de sa nouvelle collègue, où l’on découvre les conséquences de certains drames et jusqu’où sont prêts les gens pour éviter la souffrance et la difficulté de faire face au deuil. Nicolas un personnage que j’apprécie énormément, fortement blessé dans l’opus précédent, il essaie de remonter la pente. Le soutien de l’équipe, ils sont coéquipiers mais également amis.

Une enquête rudement bien menée, le lecteur est tenu en haleine, de nombreux rebondissements nous embarquent au fin fond de la noirceur et l’absence de limites que peuvent avoir certaines personnes. Parfois, les choix sont cruciaux et les conséquences qui en découlent amènent à des drames.

Toutefois, j’ai trouvé qu’à la fin du livre, il restait certaines questions sur le devenir de personnages secondaires, j’aurais vraiment apprécié connaître l’issue. Surtout que j’avais eu quelques petits bémols sur Sharko, et ici j’aurais aimé savoir ce qui allait arriver à Patricia, par rapport à Hennebelle dans le précédent volet. Aurais-je peut-être ma réponse dans le suivant. Je suis très sensible à la justice et quand il y a des dérives ou entorses, on les accepte pour tout le monde ou pour personne.

Un sacré plongeon dans la noirceur et la violence psychologique, très bien développée, déjà amorcée dans le volet précédent.

J’apprécie toujours autant la plume de l’auteur, ses récits ultra étayés, denses, fournis. J’aime apprendre en lisant, donc avec ces différents livres je suis servie, mais je sens pointer depuis le volet précédent, un tournant avec ce duo et je ne suis pas sûre d’approuver cette nouvelle orientation, Luca j’avoue me faisant « peur » en terme de déception, et c’est pour cela que j’ai mis un an à le lire.

luca ded

Résumé : Partout, il y a la terreur.
Celle d’une jeune femme dans une chambre d’hôtel sordide, ventre loué à prix d’or pour couple en mal d’enfant, et qui s’évapore comme elle était arrivée.
Partout, il y a la terreur.
Celle d’un corps mutilé qui gît au fond d’une fosse creusée dans la forêt.
Partout, il y a la terreur.
Celle d’un homme qui connaît le jour et l’heure de sa mort.

Et puis il y a une lettre, comme un manifeste, et qui annonce le pire.
S’engage alors, pour l’équipe du commandant Sharko, une sinistre course contre la montre.
C’était écrit : l’enfer ne fait que commencer.

Date de publication : 02.05.2019 aux Editions Fleuve Noir

Passionnée par les livres de Franck Thilliez, je ne peux que recommander celui-ci, mais à lire de préférence dans l’ordre suivant :
– « Série Sharko » : Train d’enfer pour un ange rouge – Deuil de Miel
– « Série Lucie Henebelle » : La chambre des Morts – La mémoire fantôme
– « Série Sharko et Henebelle » : Le Syndrôme E – Gataka – Atomka – Angor – Avant Pandémia – Pandémia – Sharko – Luca
– Œuvres indépendantes : La forêt des ombres – L’anneau de Moebius – Fractures – Vertige – Puzzle – Rêver – Le Manuscrit Inachevé 

franck thilliez

Celle qui pleurait sous l’eau (tome 3) de Niko Tackian

4 CELLE SUI PLEURAIT SOUS L EAU

Mon avis : Un volet que j’attendais depuis longtemps. Retrouver Tomar et Rhonda fût un pur plaisir, un duo d’enquêteurs très attachants.

Pendant que Tomar va essayer de régler ses problèmes et d’endiguer la machine infernale qui se met peu à peu en place, Rhonda va rester bloquer sur le suicide de Clara.

Interloquée, elle veut comprendre le geste de cette jeune femme qui avait la vie devant elle et qui a choisi d’y mettre un terme. Ce qu’elle va mettre en lumière va glacer le sang et la faire trembler. Elle va remuer ciel et terre, contacter toutes les personnes susceptibles de l’aider afin de confondre ce « coupable et son arme puissante » et aider les victimes qui souffrent en silence…

L’auteur signe ici un excellent opus, très psychologique, avec une pression sur les enquêteurs. La mise en lumière du vide juridique face aux violences psychologiques, une forme de violence qui peut mener à la mort, mais sans être directement responsable. Le crime presque parfait en somme.

Ara, la mère de Tomar, porte également les souvenirs douloureux de son passé et a toujours cette place en fond des histoires de son fils mais avec une puissance, une femme hors du commun, un soutien, mais pas que…

Une plume addictive, un rythme qui oscille entre les phases de recherches de Rhonda et son enquête en profondeur et les phases d’actions de Tomar. Une lecture totalement addictive.

Soulever la noirceur, la perversion, le pouvoir psychologique et les mécaniques de certains prédateurs, je salue et félicite l’auteur d’être allé au bout des choses, il ne s’arrête pas en chemin et nous expose clairement les faits sans filtre, et leurs conséquences. Est également soulevée l’impuissance de notre justice à faire face à ces situations, mais c’est sans compter sur Tomar et Rhonda.

Ce livre m’a particulièrement touchée, d’une part car les personnages se révèlent de plus en plus, mais aussi grâce à cette violence invisible très bien décrite et évoquée.

D’opus en opus, l’auteur sait faire évoluer ses personnages et leur situation personnelle mais aussi se renouveler dans ses intrigues, à chaque volet un thème développé avec brio.

Je sais qu’il me faudra patienter de nouveau pour retrouver Tomar… Mais ce ne sera que pour mieux le savourer.

Une lecture qui rentre parfaitement dans mon thème de ce mois-ci #Seriesenfolie

Résumé : Aujourd’hui, Clara n’est plus qu’un dossier sur le bureau de Tomar Khan. On vient de la retrouver morte, flottant dans le magnifique bassin Art Déco d’une piscine parisienne. Le suicide paraît évident.

Tomar est prêt à fermer le dossier, d’autant qu’il est très préoccupé par une enquête qui le concerne et se resserre autour de lui. Mais Rhonda, son adjointe, peut comprendre pourquoi une jeune femme aussi lumineuse et passionnée en est venue à mettre fin à ses jours. Elle sent une présence derrière ce geste.

Pas après pas, Rhonda va remonter jusqu’à la source de la souffrance de Clara. Il lui faudra beaucoup de ténacité – et l’appui de Tomar – pour venir à bout de cette enquête bouleversante.

Date de publication : 02.01.2020 aux Editions Calmann-Lévy

Précedents tomes de la Série Tomar Khan : Toxique, Fantazmë 

One Shot : Quelque part avant l’enfer  

D’autres avis sur ce livre : La Culture dans tous ses éclats, Nath, Collectif Polar, Encore un livre, Aude, Mes Evasions Livresques 

NIKO TACKIAN

Madame B de Sandrine Destombes  

MADAME B

Mon avis : Une sacrée rencontre avec Blanche, malgré un prénom qui m’a de suite fait penser à une colombe ou qui m’a évoqué la pureté, elle exerce un métier tout à fait particulier et hors norme. En effet, on fait appel à elle pour nettoyer après un accident ou bien pire.

Son rôle est de faire « disparaître » tout forfait de son client. Elle a repris la suite de son beau-père et s’est bâtie une solide réputation.

Pourtant, elle va se rendre compte peu à peu que certaines choses clochent… Ses doutes vont se muter en certitude, serait-elle en danger ? Sa fragilité, son passé refont surface et son esprit est sacrément malmené. Va-t-elle tenir la route ou perdre les pédales ?

J’ai vraiment beaucoup apprécié l’originalité cette protagoniste, sa vie, ses interactions avec son beau-père et son métier. Loin d’être de tout repos, la dimension psychologique et la place que représente la manipulation rendent cette lecture à la fois stressante et glaçante. En effet, ayant eu beaucoup d’empathie et de sympathie pour Blanche j’ai réfléchi et cherché à une solution en même temps qu’elle.

Un puzzle grandeur nature sacrément bien réalisé par l’auteur qui nous plonge dans cette sombre poursuite. Des ombres planent, le passé refait surface mais qui est derrière cette fabuleuse machination. Je n’ai rien vu venir, bravo !!! La confiance, l’amour, l’amitié sont aussi des éléments ressentis lors de cette lecture ; en parallèle de la haine, la violence et la vengeance ont aussi leur rôle et tiennent leur promesse.

Une écriture fluide et un style efficace rendent très bien la dimension de cette histoire oppressante. Tout est pesé, posé, et parfois nettoyé.

De fausses routes en espoirs ou en désillusions, Blanche va devoir découvrir la vérité et affronter la réalité. De recherches de causes et des conséquences qui vont survenir à son insu. Comment va-t-elle réagir ? Jusqu’où sa santé mentale peut la porter ? Je vous laisse trouver les réponses à ces questions en lisant et découvrant ce personnage sympathique, mais pas que…

Une lecture qui rentre parfaitement dans mon thème de ce mois-ci #Marsaufeminin

Résumé : Blanche Barjac, Madame B, est nettoyeur de profession. Malfaiteurs, tueurs à gages
et meurtriers, tous font appel à elle pour qu’il ne reste plus une trace de leurs crimes
et délits.
Après plusieurs années passées à s’imposer dans ce monde d’hommes, Blanche est devenue une professionnelle respectée dans ce milieu si particulier. Digne héritière de son beau-père qui l’a formée, elle est reconnue pour son efficacité, sa discrétion et son savoir-faire.
Si après chacune de ses interventions Madame B garde un indice comme  » assurance-vie « , elle n’est pas la seule à accumuler les preuves compromettantes.
En menant l’enquête sur le maître chanteur qui la persécute et la fait douter chaque jour un peu plus de sa santé mentale, Blanche revient sur son passé et réalise que malgré
les nettoyages, toutes les taches ne sont pas effacées. Et que chaque acte entraîne des conséquences.

Date de publication : 05.03.2020 aux Editions Hugo Thriller

D’autres avis sur ce livre : Collectif Polar, Sangpages, Nigrafolia, Pausepolars

A découvrir également du même auteur : Les Jumeaux de Piolenc,

SANDRINE DESTOMBES

 

 

 

La Cave aux Poupées de Magali Collet

la cave

Mon avis : Livre écrit à travers les yeux de Manon, on la découvre peu à peu, sa vie, son enfance, ses journées.

Un huis-clos psychologique qui montre le quotidien violent de cette famille. Les mœurs ne sont pas épargnées au lecteur qui découvre avec effroi Manon et le Père.

Jeune femme en carence d’amour, d’amitié et de relations avec l’extérieur. Elle ne connaît le monde extérieur qu’avec les séries et la télé.

L’auteur a admirablement bien réussi à rédiger ce livre dans le langage parlé de Manon, qui ne sait pas lire, qui n’est jamais allée à l’école. J’ai trouvé que ce style employé rend encore plus crédible ce récit, de plus il le rend vivant. Le lecteur est spectateur statique de toutes les scènes décrites, il ressent à travers la narration de Manon ses pensées, ses justifications et ses actes. Comment ressent-elle sa vie ? Les descriptions très vivantes, le lecteur a vraiment l’impression d’être présent et d’assister lui-même à cette vie.

Manon a une définition bien à elle du bonheur qui se résume en « une journée sans aucune raclée, ni aucun abus », chaque jour est un combat. Elle côtoie également la mort… et a sa propre relation avec cette notion de disparition. La distance qu’elle maintient afin de ne pas souffrir plus. Mais que va-t-il se passer lorsqu’elle va abaisser les barrières ? Elle va commencer à se poser des questions…

Les violences et abus dont les femmes sont victimes est un sujet revenu en premier ligne des préoccupations de notre quotidien. J’étais un peu frileuse j’avoue et avais l’appréhension de me retrouver une énième fois face à un schéma que l’on commence à bien connaître. Il n’en est rien du tout, un parfait huis-clos, une histoire originale, des personnages bien travaillés. Aucune surenchère dans la violence, pas de surplus, simplement factuelle, pas de clichés. Un véritable travail d’imagination et d’originalité. J’ai ressenti cette violence comme un personnage, elle est présente, personnifiée, étoffée, elle évolue suivant les situations ; elle est vivante !!

L’humain, son pire comme son meilleur, est placé aux premiers plans de cette histoire.

Je recommande ce premier roman. Je me note de surveiller les prochaines sorties de l’auteur.

Une lecture qui rentre parfaitement dans mon thème de ce mois-ci #Marsaufeminin

Résumé : Manon n’est pas une fille comme les autres, ça, elle le sait depuis son plus jeune âge.
En effet, une fille normale ne passe pas ses journées à regarder la vraie vie à la télé.
Une fille normale ne compte pas les jours qui la séparent de la prochaine raclée monumentale…
Mais, par-dessus tout, une fille normale n’aide pas son père à garder une adolescente prisonnière dans la cave de la maison.

Date de publication : 19.03.2020 aux Editions Taurnada

D’autres d’avis sur ce livre : Mes Evasions Livresques, PassionLectureAnnick, le ressenti de Jean-Paul

magali

L’Ombre de Nola (Tome 2) de Sacha Erbel

nola

Mon avis : Ravie de retrouver Talia et Basile rencontrés dans le premier volet, ils ont été meurtris et profondément blessés. Ils savent que leur vie ne sera plus jamais la même. Talia va devoir jongler et apprendre à vivre avec ses visions… Et Basile va devoir gérer son traumatisme.

Retour en France, une enquête difficile attend Jonah et Max, des hommes sont retrouvés morts après avoir été torturés… Mais ne pas se fier aux apparences car aucun indice n’est retrouvé sur les scènes des crimes. Mise en scène macabre ? ou Vengeance ? Là est toute la question.

Alternant des allers-retours entre la France et La Nouvelle Orléans, la géographie est différente mais pas seulement, le poids des croyances mystiques est diamétralement opposé et très instructif.

L’auteur mêle également très habilement les alternances passé-présent à travers la vie de Marie Laveau… J’ai apprécié continuer à apprendre sur le Vaudou et sa place dans cette ville américaine.

J’ai beaucoup apprécié toutes ces différences phases, assemblées comme un puzzle, à la fois instructif, dépaysant et bien sûr l’enquête qui va tenir le lecteur en haleine… C’est bien rythmé, addictif, entraînant et envoutant…

Un thriller à la fois poignant et intriguant… Le passé refait surface sous toutes ses formes et va bouleverser les protagonistes. Aucun ne sera épargné…

J’avais beaucoup apprécié le premier volet, dans cet opus l’auteur monte d’un cran, mêlant à ses ingrédients la notion de la psychologie qui va prendre tout son sens ici.

Une plume à la fois directe, incisive et accessible ponctue ce récit qui ne laissera aucun lecteur indifférent. Si vous l’osez, partez à la rencontre de Talia et bon voyage…Vous n’êtes pas prêt de l’oublier…

Une lecture qui rentre parfaitement dans mon thème de ce mois-ci #Marsaufeminin

nola ded

Résumé : « Jamais je n’aurais soupçonné une telle tempête à l’intérieur de moi. Mon autre nature était enfermée comme dans une prison de haute sécurité avec ses écrous et ses barreaux. Ne laissant apparaître que naïveté et apparente légèreté.
Mais le monstre a libéré un autre monstre. Et ce que toi tu m’as fait, je vais te le rendre. Je vais te le renvoyer tel un miroir et il ne manquera rien, tu peux me croire. Douleur, colère, terreur, vengeance, tout y sera. Et ce miroir reflétera toutes tes imperfections. Tel le portrait de Dorian Gray, ces imperfections deviendront pustules, pourriture de ce que tu es à l’intérieur de toi… »

Depuis son retour en France, Talia a changé. Le don qu’elle a acquis à la Nouvelle-Orléans n’y est peut-être pas étranger.
En ce début janvier, une nouvelle vision la perturbe. Un homme pendu. Talia sait que cela annonce un meurtre. Cependant personne ne la prend au sérieux. Etant donné ce qu’elle apprend, Charlie, sa meilleure amie depuis toujours, craint qu’elle ne souffre d’un important stress post-traumatique.
Alors que les meurtres par pendaison se poursuivent, Talia décide de repartir à la Nouvelle-Orléans. Elle doit retourner sur les traces des esprits vaudou. Sur les traces de Baron Samedi. La porte s’ouvre à nouveau entre deux mondes. Tout n’a pas encore été révélé.
Entrez, si vous l’osez…

Date de publication : 26.04.2019 aux Editions Eaux Troubles

A lire également : L’Emprise des Sens (tome 1)

D’autres avis sur ce livre : Mes Evasions Livresques, Collectif Polar, Annielectures,

sacha erbel

Cataractes de Sonja Delzongle

ca

Mon avis : J’ai terminé ce livre avec quelques larmichettes !! Dur et émouvant à la fois. L’auteur nous embarque totalement en Serbie aux côtés de Jan, rescapé d’une catastrophe naturelle pendant son enfance, il va une fois adulte revenir sur les lieux de son enfance.

La centrale a besoin de lui… Vladimir son ami, le contacte et voici Jan qui laisse sa famille à Dubaï pour retrouver les montagnes et le lac…

Les souvenirs remontent mais aussi ses doutes. Depuis son arrivée, une succession de morts rend l’ambiance tout à fait anxiogène. Sans parler de la magla, ce fameux brouillard opaque qui sévit de temps en temps, rendant les déplacements très difficiles.

Un voyage dont je me souviendrai longtemps. L’auteur distille aussi l’histoire de cette région, de ce pays qui a traversé une guerre qui est encore dans toutes les mémoires et qui forcément influence la vie quotidienne des habitants. Les traces et cicatrices laissées sont encore béantes.

Mêlant habilement l’enquête, l’aspect géopolitique, et le contexte économique et environnemental ; l’auteur tel une artiste d’exception jongle avec dextérité et joue avec les nerfs du lecteur. L’angoisse monte au fur et à mesure jusqu’à son paroxysme, c’est prodigieux.

Des personnages très bien décrits, étoffés, on a l’impression de les connaître de les côtoyer.

Les sentiments ne sont pas en reste dans ce livre, l’amitié, l’amour et la haine se succèdent au fur et à mesure de l’évolution de cette intrigue. Une enquête difficile, dans un milieu qui peut paraître hostile, de multiples suspects… Surtout quand Jan veut savoir tout ce qui produit dans sa région pendant son absence… Il n’est pas au bout de ses surprises.

Un excellent moment de lecture, j’appréciais déjà tous les autres livres de l’auteur et celui-ci ne fait pas exception. L’Humain est toujours au premier plan en parallèle à la Nature.

Une lecture qui rentre parfaitement dans mon thème de ce mois-ci #Marsaufeminin

Résumé : Il y a quarante ans, le petit Jan Kosta, trois ans, a été l’un des rares survivants de la terrible catastrophe de Zavoï. Lors d’un gigantesque glissement de terrain, ce village des Balkans a été littéralement englouti sous des torrents de boue. Sauvé par son chien qui l’a traîné, inconscient, hors de l’eau fangeuse, Jan a perdu toute sa famille. Devenu hydrogéologue, Jan reçoit un coup de fil alarmé d’un ami ingénieur. Il se passe des choses étranges dans et autour de la centrale construite sur les flancs de la montagne de son enfance. Les gens ont des comportements imprévisibles, parfois violents. Les moines du monastère voisin ont tous disparu, et les bâtiments délaissés accueillent désormais un institut psychiatrique. Vladimir demande à Jan de venir étudier les faits. Que le mal vienne de la centrale, de la montagne ou des hommes, si un nouveau drame est sur le point de se produire, seul un survivant de Zavoï aura une chance de pouvoir tout arrêter.

Date de publication : 11.04.2019 aux Editions Denoël

A lire également la série : Dust, Quand la Neige Danse, Récidive 

One shot : Boréal 

D’autres avis sur ce livre : Sangpages Valérie, Collectif Polar,

sonja delzongle

 

L’Art du Meurtre de Chrystel Duchamp

l'art du meurtre

Mon avis : Des assassinats atypiques, des mises en scène qui mettent en déroute les enquêteurs, un décor et une ambiance qui plongent le lecteur dans le monde de l’Art pictural.

La peinture est au centre de cette intrigue, l’auteur saupoudre habilement les informations sur les dessous de ce domaine, très peu connu du grand public. J’ai beaucoup apprécié découvrir l’envers de ces grandes ventes aux enchères, le calcul des côtes d’un artiste. Mais aussi, connaître les rouages des collectionneurs et des vendeurs et les références.

Même si nous sommes dans une fiction, l’auteur nous montre l’audace et jusqu’où les artistes sont capables de repousser les limites afin d’être reconnus ou exister.

Tous les sens du lecteur sont sollicités, l’auteur a su nous évoquer, les senteurs (parfois nauséabondes), les bruits, la vue, … Un vrai film où le lecteur serait lui-même acteur des scènes.

Même si le personnage d’Audrey, lieutenant de police, m’a été insupportable dès les premières pages, j’ai beaucoup aimé son tempérament à suivre coûte que coûte ses intuitions, quitte à s’attirer les foudres de sa hiérarchie. Le « qu’en dira-t-on ? », elle n’en a que faire, seules ses certitudes comptent. Son équipe va la suivre et va mettre le doigt sur une machination qu’ils étaient loin de trouver si Audrey n’avait pas été aussi persuasive.

La cadence des cadavres découverts rythme parfaitement ce thriller. C’est le premier que je lis sous cette forme et j’ai été agréablement surprise. Les victimes en sont-elles réellement ? Toute leur vie va être épluchée, ce qui va remonter en surface va en surprendre plus d’un.

Le suspense est maintenu très habilement jusqu’aux dernières pages. Et qu’est-ce que je les ai aimées ces dernières pages, magistrales !! Une fin inattendue et qui m’a beaucoup plu.

Une lecture que j’ai découvert grâce à Delphine du blog, Mes Évasions Livresques, voici son avis et qui rentre parfaitement dans mon thème de ce mois-ci #Marsaufeminin

Résumé : Quand le corps d’un riche collectionneur d’art est retrouvé mutilé et mis en scène comme une vanité artistique, cela ne fait aucun doute pour Audrey, lieutenant à la PJ : elle a affaire à un psychopathe. Le corps de Franck Tardy, avocat à la retraite, est retrouvé dans son luxueux appartement du XVIe arrondissement. Il a été torturé, mutilé, puis assis à une table dressée pour un banquet. Un crime de toute beauté !
Dépêchée sur place, l’équipe de la PJ découvre que l’homme – un collectionneur – fréquentait les clubs sadomasochistes de la capitale. Et que, malgré sa fortune, il était à court de liquidités.
Quand le corps d’un autre amateur d’art – dont la mort a été soigneusement mise en scène – est retrouvé, le doute n’est pas permis : un tueur en série est à l’œuvre.
Pour le lieutenant Audrey Durand, cette enquête dans le monde de l’art contemporain sera-t-elle l’occasion de faire taire ses démons, ou se transformera-t-elle en une plongée hypnotique aux confins de la folie ?

Date de parution : 16.02.2020 aux Editions L’Archipel

AVT_Chrystel-Duchamp_5831