Le Prieuré de Crest de Sandrine Destombes

S1

Mon avis : Des meurtres se succèdent dans une région en apparence calme et paisible. Rapidement les enquêteurs, venus en renfort, vont se tourner vers le Prieuré qui les intrigue. En effet, une association constituée de femmes venues ici trouver la paix, un refuge, une écoute ; sous la direction de Joséphine leur « Ange gardien ».

Les différents personnages ne m’ont pas attendrie. En effet, malgré leur parcours évoqué, j’ai ressenti beaucoup de choses mais aucune sympathie envers ces femmes. Peut-être liée à ma perception de l’histoire : la victimisation.

Côté gendarmerie, la redondance du mot Experts, m’a gênée, la mise en avant de la technicité d’enquête au détriment de l’histoire ne m’a pas convaincue. Je trouve qu’ils trouvent « tout, tout de suite et trop vite ». Il en est de même pour le personnage de Benoit, jeune, peu expérimenté, novice qui va avoir (trop) facilement les bons réflexes et les bonnes déductions. Je regrette que certains passages ou personnages ne soient pas un plus étoffés. Certains protagonistes s’essoufflent vite à mon sens. J’ai eu du mal à trouver le déroulé crédible.

Alors que dire de plus me direz-vous ? Qu’il y a des clins d’œil que j’ai particulièrement appréciés. Ils sont au nombre de trois, les deux premiers m’ont fait sourire et rire car parfois il m’a fallu faire une certaine gymnastique afin de ne pas me tromper, un grand bonheur !!! C’était plaisant, alors le troisième : un aperçu d’un certain capitaine m’a particulière plu, une très agréable surprise. Chut, je n’en dis pas plus et vous laisse découvrir par vous-même.

Je salue, l’idée originale de l’auteur, qui saura embarquer le lecteur à ses côtés ; et continuerai à découvrir l’auteur avec plaisir dans de futures aventures.

Je remercie les Editions Hugo Thriller pour leur confiance et le très bon moment passé lors de la soirée de lancement. J’ai apprécié qu’on puisse échanger aussi librement.

Résumé :  » Madame, je vais vous demander de sortir du véhicule, s’il vous plaît.  »
Le sous-lieutenant Benoit se remémorera longtemps cette scène avec une seule question en tête : aurait-il agi différemment s’il avait su ce que déclencherait ce simple contrôle routier ?
Une enfant de huit ans tourmentée.
Une mère disparue à cause du 6-6-B.
Une conductrice qui finit sa course dans le fossé.
Un cadavre aux yeux énucléés.
Telle une comptine macabre, voilà les quelques mots qui se trouveraient dans le rapport du gendarme avant que les Experts du Pôle judiciaire de la Gendarmerie nationale ne débarquent à Crest.
Toute cette agitation vient troubler cette commune tranquille de la Drôme. La tranquillité, c’est aussi ce que sont venues chercher la hiératique Joséphine et ses protégées ; ces femmes du prieuré, sorte de gynécée où les hommes n’ont pas droit de cité.

Et lorsque les Experts du Pôle Judiciaire débarquent dans la Drôme, Benoît comprend que la mort s’est invitée à Crest, et qu’elle semble s’y plaire.

Date de publication : 07.03.2019 aux Editions Hugo Thriller

s3

 

 

Mon Ombre Assassine d’Estelle Tharreau

ombre

 

Mon avis : Livre presque lu d’une traite. Une lecture au travers les yeux d’une meurtrière en attente de son jugement. Nadège relate son enfance, comment elle a grandi, découvert et évolué dans le monde. Comment elle a su se fondre dans la masse, devenir Madame Tout Le Monde et jusqu’à présent n’avait pas du tout été soupçonné. Nous visons l’enquête, les témoignages comme visionnés à la télévision. Les articles arrivent parsemée des avancées, tempérés par les réactions très vives de son avocate.

Le personnage m’a de suite été antipathique, froid et calculateur, son enfance et ce qu’elle a vécu ne donne pas à Nadège l’excuse de ce qu’elle a fait de sa vie. Mêlant la curiosité de connaître ses arguments et de savoir la décision finale, m’ont totalement emportée. Un personnage qui ne ressent aucune émotion, ni remords, pour ses semblables, que haines et manipulation ; comment une telle personne peut exister ? J’ai été limite hypnotisée par cette découverte.

Je découvre l’auteur avec ce livre et je salue le travail de précision, un style incisif qui prend aux tripes. Cette œuvre est addictive, entremêlée d’articles de journaux, de témoignages, et de pensées de Nadège ; un ensemble très rythmé et qui s’imbrique parfaitement. Nous assistons à tous les regards, la police, la presse, la population et la criminelle. Tout le monde réagit, personne ne reste indifférent. Le côté humain ressort également lorsque certaines personnes profitent de la situation pour régler des comptes avec le passé. L’image est toujours ce qui primera. Une très belle lecture que je recommande évidemment !!!!! Je me pencherais très rapidement sur les autres livres de l’auteur

Je remercie Joël Maïssa et les Editions Taurnada pour leur confiance et pour cette découverte.

Résumé : En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession. Celle d’une enfant ignorée, seule avec ses peurs. Celle d’une femme manipulatrice et cynique. Celle d’une tueuse en série froide et méthodique. Un être polymorphe. Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir. Une ombre. Une ombre assassine.

Date de parution : 17.01.2019

tarreau estelle

Dix Petites Poupées de BA Paris

ba.jpg

Mon avis : Je découvre l’auteur avec cette sortie. L’histoire de Finn dont la vie va basculer, son passé va resurgir au moment où il pensait que tout allait très bien. Sur le point de se marier, il va aller de découvertes en déconvenues, son humeur et ses sensibilités vont évoluer depuis que le doute est revenu dans son esprit sur la disparition de Layla.
Les poupées russes même n’étant que des objets font parties intégrantes de l’histoire, à la limite de la personnification. Le pouvoir de suggestion qu’elles ont sur Flinn et Ellen est magistralement bien décrit. Ces choses, fruits du passé, de retour pour les hanter. Que se cache derrière ses apparitions, la folie ? Qui se cache derrière ses e-mails ? Comment ce cocktail détonnant peut faire basculer une vie ou plusieurs.
J’ai apprécié l’alternance passé présent qui nous fait découvrir les personnages de manière originale et par de petites touches parsemées. La construction du roman m’a également séduite, il m’a rappelée le titre, j’ai eu l’impression qu’à chaque fois qu’un événement se dénoue, un autre apparaît à la façon des Matriochka. Une écriture fluide, dynamique, ce livre peut se dévorer d’une traite, c’est ce qui a failli m’arriver d’ailleurs. A la fois un rythme soutenu, une intrigue qui se délie peu à peu et un suspense maintenant très longtemps ; le lecteur commence à deviner grâce aux indices laissés par l’auteur. L’emprunte psychologique, le pouvoir des sentiments, de persuasion et la manipulation sont très présents dans ce livre.

Je remercie les Editions Hugo Thriller pour la découverte et leur confiance

Résumé : LA DISPARITION. LES SOUPÇONS. LA PEUR.
LA DISPARITION
Layla a disparu il y a douze ans, en pleine nuit, sur une aire d’autoroute, alors qu’elle rentrait de vacances en France avec son petit ami, Finn. On ne l’a jamais revue depuis.

LES SOUPÇONS
Finn a raconté la vérité sur ce qui s’est passé cette nuit-là. Mais pas toute la vérité.
Ni aux policiers qui l’ont interrogé lors de l’enquête, ni même à Ellen, la sœur de Layla, avec laquelle il a refait sa vie et qu’il s’apprête à épouser.

LA PEUR
Quand un de leurs voisins croit apercevoir Layla près du cottage où vivent Finn et Ellen, le passé ressurgit. Finn reçoit d’étranges et inquiétants e-mails. Layla serait-elle encore en vie ? Et pourquoi des petites poupées russes, souvenirs de l’enfance des deux sœurs, font-elles soudain leur apparition ?

Date de parution : 03.01.2019

avt_b-a-paris_6061