L’Empereur Blanc d’Armelle Carbonel

l empereur blanc

Mon avis : Encore une fois, je suis comblée par ma lecture de cette auteure.

J’ai adoré le thème « la littérature », les auteurs, le monde de l’édition, le succès ou son absence, les réseaux sociaux et bien sûre les auteurs qui tiennent ici le devant de la scène.

J’ai adoré la présentation théâtrale les différents protagonistes ! On les découvre à travers leur caractère essentiel, leur rapport à leur notoriété, à l’écriture et aussi aux yeux de leurs confrères ou leurs rivaux suivant l’angle choisi. Tout aussi leur introspection sur leur vie personnelle. Cinq profils, cinq points positifs et des tonnes de travers.

On avance peu à peu en découvrant également d’autres acteurs, au premier plan Crescent House, son histoire dramatique qui hanterait les lieux. Les flash-backs guident le lecteur pendant les entractes, expliquant le racisme, son évolution dans la région jusqu’aux drames, … Des intermèdes qui scotchent et happent le lecteur, tout autant qu’ils l’immergent au milieu de cette pièce qui s’assombrit au fur et à mesure des disparitions…

Puis nous retournons, vers ces acteurs, auteurs de leur propre vie, la tension psychologique monte au fil des pages, chacun cherche des réponses rassurantes… Rester rationnel devient leur crédo et portant, les masques vont tomber peu à peu… Qui sont-ils réellement en dehors de leurs écrits ? Le responsable serait-il parmi eux ? Et pire, la famille assassinée à quelques kilomètres d’eux serait-elle également victime du même coupable ?

L’omniprésence (du moins en pensée) et la dépendance aux réseaux sociaux se traduisent aussi dans le récit, nous aimons, adorons, sommes surpris, en colère, triste, en colère… Les émoticônes implicites… Tout comme la violence de ces médias, leur importance… Existe-t-il une frontière entre le réel et l’irréel ?

Puis le récit prend corps et tout s’emballent, l’enquête va mettre en lumière toute une série de preuves qui accumulées, vont perturber les protagonistes et le lecteur également.

Le décor ne serait pas complet sans une ambiance totalement anxiogène, l’auteur tisse sa toile autour du lecteur afin de l’emporter totalement au milieu de la scène… L’atmosphère est parfaitement mise en relief grâce à une écriture factuelle, distante ce qui met encore plus l’histoire au premier plan. Sans oublier de jouer avec nos nerfs grâce à certaines dualités, jour-nuit, dehors-dedans, le bien-mal, gentil-méchant, innocent-coupable…

La psychologie est également ultra présente, parfois implicite, au totalement au premier rôle. Elle joue avec les personnages, les manipule, lecteurs ne vous croyez pas épargnés !!

L’ensemble est parfaitement maîtrisé, l’enquête menée par John, flic aguerri, ayant l’habitude de se fier à son instinct va devoir redoubler d’ingéniosité afin de démasquer le coupable… Quelque chose me dit qu’il n’est pas prêt d’arrêter de faire des cauchemars.

Audacieuse, l’auteure nous promène avec une grande facilité !!! Un puzzle grandeur nature se met en place sous nos yeux… Un pur bonheur machiavélique de lecture ! Quelle sera votre réaction lors de la vue d’ensemble ?

Résumé : Cinq auteurs de romans noirs se retrouvent à Crescent House, une maison isolée, érigée au creux d’une vallée perdue de l’Arkansas pour un week-end de création dans une ambiance propice à l’imagination la plus lugubre. De fait, la rumeur locale prétend qu’en 1965, un écrivain, nommé Bill Ellison, y aurait été assassiné par des membres du Ku Klux Klan. D’autres disent qu’il aurait lui-même tué son épouse avant de se donner la mort.
Alors que le week-end passe, les nouveaux habitants de Crescent House disparaissent l’un après l’autre … Une famille entière, bien sous tous rapports, est massacrée dans la ville voisine. Quel est le lien entre passé et présent, entre locataires d’hier et d’aujourd’hui – entre légende et réalité ?

Date de publication : 17.03.2021 aux Editions Fayard/Mazarine

Autres œuvres de l’auteure : Criminal Loft, Majestic Murder

Quelques mots sur notre rencontre

CARBONELLE ARMELLE

La peine du bourreau d’Estelle Tharreau

la peine du bourreau

Mon avis : D’emblée, dès les premières lignes, nous sommes très loin d’imaginer ce que cette histoire va nous révéler. McCoy, son environnement de vie, la rencontre avec sa femme et leur emménagement dans une ville où il trouvera un travail utile et qui correspond à l’idéal de sa famille. La justice, surtout orientée envers les noirs qui représentent les agressions et la délinquance. Une éducation sur fond de racisme.

Très habilement, l’auteur alterne le passé et le présent. Tantôt, elle nous décrit le bourreau, tantôt le condamné. Comment peut-on passé d’un état à l’autre ?

L’auteur nous immerge parfaitement dans cette communauté et nous dépeint le travail, les tâches et l’évolution du milieu carcéral. Plus particulièrement, le couloir de la mort.

A travers l’échange entre McCoy et le Gouverneur, le lecteur découvre son quotidien, son évolution professionnelle et personnelle. La description de son baptême de bourreau est glaçante.

On sent progressivement le basculement de ce bourreau, jeune et pas forcément préparer à ce métier. Il nous relate les journées des prisonniers, la partie comme on dit. Tout le récit est plausible et tout à fait crédible, sans être allée vérifier l’exactitude. L’auteur utilise les récits racontés des protagonistes et dons les images naissent et dansent d’elles-mêmes dans la tête du lecteur.

Le Gouverneur veut comprendre, au final le lecteur aussi, comment cet homme se retrouve à quelques heures de son exécution, à basculer et pourquoi ?

Les justifications énumérées nous placent dans la peau du juge, et partage l’opinion. Est-il un meurtrier ou justicier ? Ou se trouve la frontière ? Pas à pas, nous découvrons les motivations et nous commençons à comprendre le cheminement de McCoy. Une question subsiste : sera-t-il gracié ?

L’auteur signe ici de nouveau un récit poignant et qui amène le lecteur au centre de l’histoire mais aussi soulève auprès de ce dernier pas mal de questionnement. Où se place la justice des tribunaux et celle de la morale ? En plus des différents questionnements sur la peine de mort encore en vigueur dans certains états américains, le racisme et les différents traitements de prisonniers sont bien mis en lumière. Encore une fois, l’auteur jongle habilement et se joue de nos émotions.

Résumé : McCoy est « bourreau » au Texas. Après 42 ans passés dans le couloir de la mort, il reçoit la visite officieuse du Gouverneur Thompson qui doit se prononcer sur la grâce du condamné numéro 0451. Il ne leur reste que quatre heures pour faire revivre les souvenirs de McCoy avant l’injection létale. Quatre heures dans l’isolement de la prison de Walls. Quatre heures pour cinq crimes qui déchaînent les passions. Quatre heures pour ce qui pourrait être la dernière exécution de McCoy. Quatre heures pour jouer le sort d’un homme.

Date de publication : 01.10.2020 aux Editions Taurnada

Autre oeuvre de l’auteur : Mon ombre assassine

D’autres avis sur ce livre : Mes Lectures du Dimanche, Collectif Polar, Le Ressenti de Jean Paul, Pause polars, Mes Evasions Livresques

tarreau estelle

Les oubliés de Dieu de Ludovic Lancien

LES OUBLIES

Mon avis : Un médecin assassiné à son cabinet de manière à la fois violente et mise en scène. Aucun doute pour Gabriel Darui, c’est le début d’une longue série. Ce capitaine va devoir faire face à une série d’obstacles et d’énigmes qui vont rendre les investigations encore plus tortueuses. A chaque pas en avant vers la vérité, des pas en arrière car plus de questions que de réponses sont soulevées à chaque étape.

Au sein d’une équipe soudée, il va mener ses investigations et chercher dans les secrets de la première victime afin de mettre en lumière le profil des cibles et leurs liens. Son chef et ses coéquipiers vont rapidement se rendre compte qu’ils ont à faire à des personnes qui ont souhaité défier les lois de la vie ou de la médecine.

En effet, en creusant ils vont déterrer des projets qui consistaient à classer des personnes atteintes de maladies ou difformités rares. Ce n’est pas sans rappeler les projets nazis du milieu du XXème siècle. Mais comment remonter la piste de ses coupables qui s’acharnent souvent sur leurs victimes. D’ailleurs pourquoi ces différents traitements ?

Encore une fois, l’auteur signe une enquête méticuleuse, où il met en lumière des études scientifiques d’une part et la symbolique d’autre part. Les notions de bien et mal, ainsi que les spectateurs ou acteurs de ces groupes. Il met en avant la violence comme état de vengeance, de même que les parties les plus sombres des êtres humains. En effet qui peut se passionner de spectacles atroces ?

La vengeance est-elle la seule solution pour aller de l’avant ?

Un vrai lever de tabou également sur la manière dont on aborde la maladie, la différence et ce que notre société offre comme aide ou solution, ainsi que la place de la symbolique.

Des personnages à la fois bourrus et d’une extrême sensibilité, Gabriel en est l’exemple mais pas le seul. Déjà que sa vie est loin d’être un long fleuve tranquille mais quand l’obscurité de son passé ressurgit, il va devoir composer et raisonner.

Une écriture méticuleuse, un rythme qui alterne parfaitement les scènes d’actions et la notion du temps, par rapport aux phases de réflexions et d’échange. Il place également très habilement la notion de symbolique, qui se prête parfaitement au récit qui monte en puissance au fil des pages et des différentes avancées.

Une lecture addictive, une enquête très bien menée, de nombreuses impasses et questionnements. Rien n’arrive par hasard, tout est parfaitement bien maîtrisé.

Une fin émouvante, poignante et touchante clôt, j’espère temporairement, les aventures de Gabriel que j’aimerais bien voir revenir prochainement.

Résumé : Un médecin généraliste est retrouvé massacré dans son cabinet aux Lilas, près de Paris. Son corps a fait l’objet d’un véritable carnage.
Très vite, l’enquête dévoile sa double vie et son intérêt morbide pour la tératologie : l’étude de ces hommes et femmes que l’on qualifie abruptement de  » monstres « .
Ceux dont l’existence même fut jadis considérée comme une preuve de celle du diable.
Ceux que le régime nazi a cherché à éradiquer à travers des campagnes d’extermination longtemps tenues secrètes.
Ceux que l’on nomme parfois les  » oubliés de Dieu « .
Chargé de l’enquête, le capitaine Gabriel Darui va recevoir un appel d’un homme qu’il s’était juré de ne jamais revoir. Un homme qui connaît ses secrets les plus troubles. Un homme qui, à l’instar du médecin assassiné, a frayé avec ce que l’humanité a de plus sombre. Un homme qui sait que toutes les leçons du passé n’ont pas été retenues et que, comme Darui va le découvrir, l’horreur se conjugue aussi au présent.

Date de publication : 05.09.2020 aux Editions Hugo Poche

A découvrir du même auteur : Le singe d’Harlow 

D’autres avis sur ce livre : L’Oeil Noir, Collectif Polar, Couriretlire,

ludovic lancien

Le Maître des Limbes (tome 2) d’Olivier Bal

LE MAITRE DES LIMBES

#Marentréelittéraire2020

 Mon avis : Préalablement, il est conseillé de lire Les Limbes en premier.

Je suis ravie de retrouver l’univers particulier de l’auteur. En effet mêlant habilement le monde des rêves, la recherche, la manipulation et la réalité. Il s’attache à rendre son récit à la fois dense en faits scientifiques qui permettent au lecteur de se rendre compte de ce monde.

Après l’exploration des rêves, que s’est-il passé pendant toutes ces années ? Qu’ont permis de faire les fameuses recherches qui avaient amenées à l’issue fatale du centre de recherches. Pendant bien des années sont passées, là où on pourrait penser que tout est tombé dans l’oubli, certaines organisations veillent à ce que tout continue. A quelles fins ?

Nous retrouvons James qui a évolué et qui dirige un groupe scientifique. Les différents sujets d’étude l’amènent à redoubler d’ingéniosité afin que l’on ne découvre pas ses recherches parallèles. Qui est-il ? Qu’a-t-il fait en 30 ans qui lui permettent aujourd’hui d’assoir une certaine détermination.

Lee, journaliste et maman, va rapidement se rendre compte que certaines choses ne tournent pas rond, malgré discours officiel qui tente de rassurer sur le virus Marchand de sable qui endort les enfants dans un profond sommeil. Qu’en est-il en réalité ? Elle va se plonger corps et âme dans cette quête de vérité, malgré le fait que son directeur ne veille pas entendre ce thème comme sujet d’article. Cela va-t-elle l’arrêter ? Du tout, bien au contraire. Surtout que des indices vont la guider vers une vérité… Sera-t-elle prête à accepter cette vérité ? Le rôle qu’elle a…

Gabriel, un personnage que nous découvrons et apprenons au fil des pages ses sombres pensées et le contenu de ses rêves. Sera-t-il rester maître de sa situation ?

J’apprécie toujours autant la façon dont jongle l’auteur entre le monde des rêves et la réalité, entre le passé et le présent. Même si pendant ma lecture, je me suis demandée ce que certains passages venaient faire dans l’histoire, ils trouvent leur place naturellement plus on avance dans le récit. La mise en lumière de la quête réelle de certaines organisations est très addictive. L’exploration de la partie de l’autre monde est toujours très intéressante à travers les données de l’auteur. Son rôle, le pouvoir recherché par certains. Savons-nous réellement les motivations de tous les personnages ?

Ce volet clôt un récit à la fois poignant et pouvant amener à se poser pas mal de questions. J’ai beaucoup apprécié que cette lecture m’interpelle quant aux limites de la recherche ou de ses aboutissements. Par contre, certains longueurs ou passages trop denses m’ont un peu empêchée de profiter pleinement de l’histoire, de son ambiance et de son rythme qui parfois retombe.

J’aime beaucoup la vision que nous offre l’auteur sur le monde des rêves. Est-il réellement meilleur que la réalité ?

Résumé : En tentant de percer le secret de nos songes, plusieurs personnages vont faire une découverte qui pourrait changer à jamais le cours de l’histoire.
Lee, une journaliste, enquête sur le virus du Marchand de sable, une étrange épidémie qui ne touche que des enfants.
Gabriel, un adolescent narcoleptique isolé des autres, a la sensation qu’il peut visiter et modifier les rêves d’inconnus.
James, à la tête de l’empire pharmaceutique ONIR, poursuit en secret des expériences débutées trente ans auparavant…
Tandis que la CIA et la NSA se mènent une guerre secrète pour obtenir le contrôle des Limbes, au plus profond de leur sommeil, nos héros devront choisir leur camp. Une bataille se prépare, car qui contrôlera les rêves, contrôlera le monde.

Date de publication : 11.04.2019 aux Editions De Saxus – 12.03.2020 aux Editions Pocket

A lire du même auteur : Les Limbes

Quelques mots sur notre rencontre

Olivier BAL

Eugène Terredefeu : Les larmes du Wendigo de Sacha Erbel

egene

Mon avis : Eugène Terredefeu quitte la France plaque tout pour atterrir à Plymouth. Nouvelle vie, nouveau décor, nouvel environnement mais toujours les mêmes costumes qui ne peuvent qu’attirer l’attention !! 

Un meurtre sordide va attirer l’attention du FBI dans cette ville au demeurant paisible. Qui peut avoir assassiné et mutilé une femme enceinte ? Entre sordide et consternation, mon cœur balance. Lilly va devoir enquêter sans trop attirer l’attention de la presse, la discrétion va devoir être de mise. Un personnage au caractère bien trempé qui ne se laisse pas facilement démonter. Son histoire personnelle va également la mettre à mal, et pourtant si renouer avec son père peut faire avancer l’affaire ?

Elle va malgré elle faire équipe avec Eugène, un civil original, libraire et pourtant d’un grand recours, même si ses pensées peuvent être perturbées par Poison.

Un thriller qui met en scène, le Mal, l’incarnation de l’abomination, l’ensemble présenté avec finesse. Une plume travaillée et légère qui permet au lecteur de respirer. De nombreux thèmes dramatiques sont évoqués comme la place de l’enfance dans la vie des tueurs. L’auteur attire le lecteur avec des éléments savamment distillés qui nous met également sur la piste aux côtés de Lilly.

Une dimension psychologique est également très bien présentée. En apprendre sur le passé, peut permettre de comprendre le présent. J’ai apprécié l’accent mis sur le « pourquoi », bien sûr le « qui » est aussi important, mais le relief a une autre dimension. Ici l’accent et les enquêteurs veulent résoudre cette sombre affaire mais également comprendre. Même si face à autant d’horreurs et de tourments, la vérité est-elle pour autant audible ?

L’auteur signe ici un très bon livre qui fut pour moi une très bonne lecture, remuante triste et émouvante. Le lecteur ne peut rester de marbre, il est immergé dans le noir profond. Les croyances ne sont pas mises de côté, l’auteur a pris pour bonne habitude de nous faire découvrir des connaissances ancestrales.

En résumé, vibrer, apprendre, passer par de multiples émotions, voilà ce que vous réserve cette lecture.

Résumé : La petite ville de Plymouth sur côte est des Etats-Unis voit sa quiétude bouleversée depuis que moi Eugène Terredefeu je suis arrivé en ville.
Non pas que je sois mêlé à cet horrible meurtre commis dans le parc mais des événements troublants se succèdent et pas seulement en matière d’homicide.
En passionné de romans noirs je colle aux basques de Lilly Anak agent du FBI tourmentée pour tenter d’en apprendre plus. Je vois bien qu’elle cache des élément importants et bien plus terrifiants encore liés à l’assassinat de cette future maman.
Pire encore c’est au péril de ma propre vie que je vais être confronté au Mal absolu. Celui que l’on ne voudrait croiser sous aucun prétexte. Pas même dans ces pires cauchemars !
Et ce n’est pas Poison qui vous dira le contraire ! Hein ? Quelle petite peste celle-là !…

Date de publication : 29.08.2020 aux Editions Eaux Troubles

Du même auteur : L’Emprise des Sens, L’Ombre de Nola

sacha erbel

Le Dilemme de BA Paris

LE DILEMME

Mon avis : Un parfait moment de lecture où la tension est extrême et va embarquer le lecteur dans une sombre histoire dite « de famille », mais pas que…

On comprend parfaitement les différentes visions et comportements d’Adam et de Livia. Chacun a son parcours, un passé, mais aussi un couple qui a traversé certaines épreuves avant d’arriver à ce fameux jour d’anniversaire tant attendu de Livia.

Deux enfants, maintenant devenus adolescents, poursuivent leur vie vers la phase adulte ; période très compliquée à gérer.

Chacun va faire des choix qui auront des conséquences sur le cercle familial. Qu’aurait-on fait à la place de chaque personnage ? Personnellement, je n’ai pas la réponse, mais on ne peut s’empêcher de se poser la question.

L’auteur met en avant les sensibilités et joue habilement avec les nerfs du lecteur. Les quiproquos et secrets vont mettre à mal les pensées et attitudes de certains protagonistes. Adam, un personnage pour lequel j’ai eu beaucoup d’empathie car j’ai trouvé très courageux les décisions « horribles » qu’il a dû faire afin d’essayer de préserver sa famille, face au drame.

Mon ascenseur émotionnel a joué du yoyo tout du long de cette œuvre, j’ai tremblé mais aussi beaucoup espéré, j’ai été émue et touchée par cette histoire. Elle montre que le dialogue et la confiance peuvent permettre de faire face à la dureté de la vie. Chacun réagit différemment et ici c’est très bien démontré. La colère peut aussi faire exploser mais il est très difficile de faire face à l’instant T.

Une plume et un chapitrage qui servent très bien ce livre. En effet, nous évoluons à travers les événements et les pensées de chaque membre de la famille. Une tension qui s’immisce également au sein des pensées du lecteur. Il est très intéressant de confronter les différents avis et décisions.

Ma deuxième lecture de l’auteur et sûrement pas la dernière !

Résumé : S’il parle, il la détruit. S’il se tait, il se détruit. Et vous, que feriez-vous ?
Depuis toujours, Livia rêve d’une énorme soirée pour ses 40 ans ; et Adam, son mari, met tout en œuvre pour que la fête soit inoubliable. Il s’organise pour que leur fille Marnie vienne exprès de Hong Kong – ce sera une surprise pour Livia.
Mais quelques heures avant la soirée, Adam apprend que le vol dans lequel se trouvait peut-être Marnie s’est crashé. Est-ce qu’elle avait pu prendre cet avion, sachant que son vol précédent
avait décollé en retard et qu’elle pensait ne pas pouvoir attraper sa correspondance ? Adam doit-il en parler à Livia, au risque de l’inquiéter pour rien ? Et pourquoi Livia semble-t-elle soulagée que Marnie ne soit pas là ?
Lorsque la fête commence, chacun devra danser avec ses secrets et ses peurs. Jusqu’à ce que s’ouvre enfin le portillon du jardin et qu’une silhouette s’avance vers les invités…

Date de publication : 28.05.2020 aux Editions Hugo Thriller

A découvrir également : Dix Petites Poupées

avt_b-a-paris_6061

 

Benzos de Noël Boudou

benzos

Livre lu dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus

Mon avis : Une lecture sauvée légèrement par les dernières pages. Le thème me tentait vraiment et le profil de Nick m’intéressait.

Alors à part enchaîner les scènes de défonces, sexe et alcool, que je trouve sans intérêt en si grand nombre. La première partie du livre ne tourne qu’autour de ça et malheureusement en tombant dans le vulgaire. On a affaire à un personnage malade, mais c’est passé malheureusement au deuxième plan. La prédominance de ces scènes répétitives alourdit la lecture. Je les ai trouvées rébarbatives.

On comprend l’intérêt du mode répétitif mais la méthode choisie par l’auteur m’a paru très maladroite. Même si on voit où l’auteur veut nous emporter, la manière d’y parvenir ne m’a pas conquise. Parfois je devine les fins ou que je les vois arriver, cela ne m’empêche pas d’apprécier de me laisser guider par l’auteur, ses personnages.

L’écriture est fluide et entraînante mais malheureusement, elle ne fait pas tout.

J’ai trouvé dommage que la dépendance et la toxicomanie soient noyées au milieu de tant de descriptions d’états répétitif…

Aucun personnage ne m’a touchée, aucun ressenti pour les différents protagonistes. Parfois, même quand j’en déteste un le livre arrive à m’embarquer ou me faire ressentir quelque chose.

La fin arrivée relativement rapidement après des longueurs, apporte quelque peu…

La magie littéraire n’a pas fonctionné chez moi, je n’ai pas la prétention non plus de vouloir ré écrire le livre. J’ai juste été déçue alors que les premiers pages me présageaient une belle lecture. Juste j’exprime mon avis tout à fait personnel.

Découvrir cette plume m’a tout de même donné envie de ne pas me limiter à cette lecture, je lirai de nouveau l’auteur.

Résumé : Vous est-il déjà arrivé de vous réveiller avec cette sensation de déjà-vu ?
Sauriez-vous faire la différence entre le vrai et le faux ?
Avez-vous une confiance absolue en vos proches ?
Nick semble mener une vie tranquille, entouré de sa femme et de ses voisins. Pourtant, le jour où des amis de longue date arrivent, son existence tout entière va basculer dans l’étrange et l’impensable.
Réalité ? Psychose ? Quelle preuve avez-vous finalement de votre réalité ?

Date de publication : 14.11.2019 aux Editions Taurnada

AVT_Nol-Boudou_9384

Vous pouvez suivre ce prix sur les liens suivants :

Lien Site Internet Prix des Auteurs inconnus :

http://www.prixdesauteursinconnus.com/

Lien Facebook Prix des Auteurs inconnus https://www.facebook.com/prixdesauteursinconnus/

Lien Instagram Prix des Auteurs inconnus https://www.instagram.com/prixdesauteursinconnus/

Lien Twitter Prix des Auteurs inconnus

https://mobile.twitter.com/prixdesai

 

Mes autres lectures lues ou à venir dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 

Ma Vie sera pire que la mienne de Williams Exbrayat

baniere pai

Persona de Maxime Girardeau

persona

Mon avis : C’est époustouflée et émue que j’ai fini cette lecture.

Une succession de personnes sont retrouvées en vie mais dans un état qui ne leur permettra plus d’aborder le lendemain normalement. Aucune ne peut exprimer ce qu’elle a subi et désigner son agresseur, des points communs et similitudes vont mettre les enquêteurs sur une, voire des pistes.

Leur point commun : évoluer dans des strates professionnelles où l’égo et la démesure sont au rendez-vous et essentiels à leur développement. Qui peut bien vouloir réduire au silence de tels représentants d’une caste souvent enviée, rarement égalée ?

L’attrait du pouvoir, du contrôle est ici très bien représenté, des habitudes à l’élaboration de l’image sur les réseaux sociaux, tout est très finement étudié.

L’auteur nous emporte dans une sphère digitale où se dessine très rapidement le grand écart entre l’image de soi, celle exposée à la lumière, sous le feu des projecteurs, souvent en inadéquation avec l’humain qui se cache derrière ce masque public. Les masques sont à l’honneur dans ce thriller, au sens propre comme au figuré. J’ai trouvé que l’auteur jonglait très habilement entre les deux facettes, le réel avec sa sensibilité, la façade avec son armure.

Une enquête qui va bouleverser Franck et Laurence, ils vont être obliger de sortir des techniques habituelles afin de débusquer la personne derrière ses faits horribles. Mêlant course contre la montrer et jeu de cache-cache, l’auteur nous fait visiter certains lieux très insolites de Paris. L’atmosphère oppressante (parfois), l’ambiance, tout y est tellement bien décrit qu’on a l’impression d’y être de voir, sentir et ressentir la même chose que les protagonistes.

Parallèlement à tous les attraits caractéristiques de l’humain et de la psychologie sont mis en valeur par son opposé : la démonstration de l’abstrait du net, de la manipulation, du superficiel, qui poussés à l’extrême peuvent devenir des armes redoutables.

Elga, un personnage très important, va émergée et apporter des réponses, solutions et techniques, inaccessibles aux flics. Elle va beaucoup évoluer, passant sa vie calibrée dans sa sphère à l’horreur de la réalité. J’ai beaucoup apprécié ce personnage et les différentes phases par lesquelles elle va passer.

La vengeance, la haine, la différence, la violence (directe ou pas), le harcèlement sont d’autant d’ingrédients bien mis en valeur mais que je vous laisserai découvrir par vous-même.

L’intrigue est très adroitement ficelée, l’alternance de rythme entre actions et réflexions met le lecteur au milieu de la scène. La fin m’a bouleversée, j’ai ressenti beaucoup d’empathie pour un personnage que je ne nommerai pas et que les personnes qui ont lu ont deviné. Il est à la fois touchant, voir attendrissant et révoltant ou écœurant.

Enfin, après avoir passé un excellent moment de lecture en découvrant ce premier roman qui m’a sacrément bousculée, j’ai été ravie de la dernière phrase mentionnée dans les remerciements de l’auteur. Je vous laisse le soin de tout découvrir !!!

peronna ded

Résumé : Un homme est retrouvé horriblement mutilé dans un bâtiment désaffecté du centre hospitalier Sainte-Anne à Paris. Pour Franck Somerset, commissaire à la Crim’, c’est le début d’une enquête étrange et singulière.
Étrange, car ce n’est pas une série d’homicides au sens propre du terme à laquelle il se trouve confronté  : toutes les victimes sont encore en vie, mais elles ont été torturées et «  enfermées  » en elles-mêmes.
Singulière, car pour comprendre, Franck Somerset va devoir plonger dans l’univers des nouveaux maîtres du monde – les grands du numérique qui maîtrisent nos vies immatérielles.
C’est au cœur de Paris, dans ces tréfonds et au-delà, que Franck va suivre la piste de ce qui ressemble à une vengeance frénétique, folle et pourtant méthodique, où s’affrontent deux mondes, un nouveau qui se persuade de sa toute puissance et un ancien qui ne veut pas mourir…

Date de parution : 12.02.2020 aux Editions Mazarine

D’autres avis sur ce livre : Sansgpages, Aude Bouquine 

max é

Cinq Cartes Brûlées de Sophie Loubière

5 cartes brulees

Mon avis : Nous découvrons la vie tragique de Laurence tout le temps harcelée, principalement par son frère. Elle va grandir dans une famille où ce grand frère n’a jamais accepté son arrivée. Brimée, violentée, elle va se construire ainsi et qui va l’entraîner à faire des choix très lourds de conséquences.

Même quand elle va arriver à se sortir de cette emprise en quittant jeune la maison afin de devenir une grande championne, elle ne va pas arriver à s’épanouir. L’ombre plane toujours et lorsqu’elle est rattrapée par sa vie. De retour dans sa ville, elle va continuer à sombrer. Maltraitée psychologiquement elle va plonger encore plus profondément dans une spirale totalement négative et névrosée. Une rencontre va encore une fois la sortir de son quotidien et pourtant…

Un personnage très attachant, l’empathie est au rendez-vous. J’ai été de suite prise d’affection pour la « pauvre Laurence » qui malgré les quelques signes du destin la plongera malgré elle au plus profond de l’abime. En parallèle, se développe une antipathie vis-à-vis de Thierry ce frère tyrannique.

L’enfance est très bien décrite par l’auteur, l’alternance du passé et du présent, permet de comprendre les différentes évolutions et les schémas psychologiques se dessinent peu à peu. J’ai beaucoup apprécié cette alternance où l’on découvre peu à peu le passé. Différents éléments sont habilement distillés d’ici de là et se place indirectement dans l’esprit du lecteur.

Cette mécanique a très bien fonctionné lors de ma lecture. J’ai été impressionnée par la puissance de cette dimension psychologique. Cette emprise infernale qui amènera Laurence vers l’irrémédiable. L’auteur signe ici un excellent thriller avec à la fois une grande puissance et une dimension humaine très bien décrite. Une véritable réussite !!! Un sacré coup de poing ce livre !!

les 5 cartes ded

Résumé : Laurence Graissac grandit aux côtés de son frère, Thierry, qui prend toujours un malin plaisir à la harceler et à l’humilier. Du pavillon sinistre de son enfance à Saint-Flour, elle garde des blessures à vif, comme les signes d’une existence balayée par le destin. Mais Laurence a bien l’intention de devenir la femme qu’elle ne s’est jamais autorisée à être, quel qu’en soit le prix à payer. Le jour où le discret docteur Bashert, en proie à une addiction au jeu, croise sa route, la donne pourrait enfin changer…

Date de parution : 16.01.2020 aux Editions Fleuve Noir

A découvrir du même auteur : Black Coffee 

D’autres avis sur ce livre : Pause Polars, Aude Bouquine, Collectif Polar retour 1, Collectif Polar retour 2, BlackNovel1,

sophie loubiere

Notre Petit Secret de Roz Nay

notre petit secret

Mon avis : Whaouuuuu que de suspense dans ce livre !!! Une sacré ambiance huis clos dans cette salle d’interrogatoire. Pour répondre à la question, où est la femme de HP, elle va rendre compte à Novak de toute sa vie depuis l’adolescence. L’inspecteur ne voit pas du tout où elle veut en venir !! Le lecteur non plus, mais nous sommes pris dans ce récit tout à fait captivant.

A la fois, Angela va construire sa vie dans une petite ville, partir à l’aventure, faire des choix. Quelles en seront les conséquences ?

Les description de la petite ville, tout le monde se connaît, chacun sait tout sur son voisin. Je me suis sentie enfermée, à l’étroit au milieu de ce récit où la claustrophobie n’est pas loin. Je salue l’auteur pour cette prouesse.

De plus le côté enivrant, Angela sait y faire, promène son monde, ne raconte que ce qu’elle souhaite, dresse une histoire à sa manière montre son degré de machiavélisme !! C’est fort, poignant et haletant.

Totalement entraînée dans ce récit, je me suis laissée, comme Novak, bercer par les réponses, les anecdotes, les commentaires d’Angela sans savoir, sans pouvoir connaître la vérité. La vérité, c’est la quête de ce récit… Un côté manipulateur, plus on en apprend moins on a l’impression d’en savoir.

L’auteur a su par son style m’enfermer totalement dans ce récit qui mêlera très adroitement réponses et rebondissements. Des personnages que l’on découvre, qui s’ouvrent devant nous mais vus à travers les yeux d’Angela. Où est la frontière entre le réel, le fantasme et la réalité de la protagoniste ? C’est impeccablement bien réalisé, aucune fausse note, une dimension psychologique très bien amenée. Aucun temps mort. Les interventions de Novak rythment très habilement cet interrogatoire.

Jusqu’où peut-on aller par amour ? Par Vengeance ? Par dépendance ? Je vous laisse le découvrir !!

Je surveillerai avec attention les prochaines sorties de l’auteur.

 Résumé : Angela est interrogée par la police : la femme de son ex petit ami a disparu, et l’inspecteur Novak est persuadé qu’elle en sait davantage qu’elle ne veut bien le dire. Alors, encouragée par Novak, Angela va raconter son histoire. Une histoire qui commence dix ans plus tôt, au lycée de Cove, dans le Vermont, par sa rencontre avec HP, en qui elle reconnaît son âme sœur. Mais le récit d’Angela va révéler un sombre écheveau de trahisons et de pulsions destructrices, au cœur d’un troublant triangle amoureux.

Date de parution : 18.05.2017 aux Editions Hugo Roman, 03.10.2019 aux Editions Hugo Poche

roz nay.jpg