Woorara (tome 1) de Sébastien Vidal

worara

Mon avis : Un polar noir comme on les aime, une histoire haletante, ponctuée de nombreux rebondissements et tragédies. En personnages principaux, j’ai été ravie de retrouver des gendarmes avec leurs problématiques de travail, ici très bien représentées sans tomber dans l’excès. Quant au cœur de l’enquête se mêle en plus des guerres politico-judiciaires, la hiérarchie, l’opposition entre la vérité et les enjeux de carrière, je suis aux anges. Conquise aussi la présence aussi de mes friandises préférées.

Le personnage de Walter est très intéressant et attachant, il est au cœur, le lecteur est happé par son histoire, sa vie, comme s’il était notre ami ou voisin. Il se retrouve mêlé malgré lui à une enquête où demeurent plus de questions que de réponses. Avec ses collègues, ils vont se confronter à un meurtrier fantôme, qui peut-il être ? D’où sort-il ? Pourquoi ? Quelles sont les relations entre les victimes ? Au fil de l’histoire, les événements font s’enchaîner, sans qu’aucun ne puisse interagir. Les différentes confrontations politico-judiciaires, viennent agréablement pimentées cette intrigue. Jusqu’où les gens sont-ils prêts à aller pour protéger leur carrière, leurs avantages, leur pouvoir ?

J’ai été séduite d’entrée l’écriture et le style de l’auteur qui sait nous amener de manière très habile jusqu’au côté obscur du genre humain. Un délice de lecture, j’ai même failli ralentir afin d’encore plus savourer, mais l’envie de connaître la fin a été la plus forte. Je recommande très vivement ce livre !!! Moi je vais gentiment patienter jusqu’à la sortie du suivant.

woorara ded

Résumé : Un homme criblé de trois balles est découvert dans un hameau isolé, sur le plateau de Millevaches. Tout porte à croire que le travail est l’ouvre d’un professionnel. Pilotée par l’intraitable juge Laîné et le colonel Tognotti, l’enquête est confiée à un groupe de gendarmes. Parmi eux, l’adjudant Walter Brewski, une forte tête spécialiste de l’intervention. L’équipe n’a que très peu de choses à se mettre sous la dent. La victime semble tombée du ciel ; le tueur n’a laissé aucune trace. Pas de mobile apparent ni d’arme du crime. Seule la course-poursuite engagée avec une mystérieuse berline la nuit du meurtre donne un peu d’espoir aux limiers de la gendarmerie, le nez collé à la piste poussiéreuse d’un assassin insaisissable et invisible. Sous une chaleur caniculaire, un deuxième cadavre apparaît, présentant le même modus operandi. Parce que le présent se noue ici dans les méandres d’un passé, où couvent encore les braises de la haine et de la vengeance, l’affaire entre dans un tourbillon survolté et diabolique.

Date de parution : 13.01.2017 aux Editions Lucien Souny

sebastien vidal.jpg