L’Affaire Rouge Turner d’Yvan Michotte

En Souvenirs du Salon de Guainville,

l affaire rouge turner

Mon avis : Lors du concours annuel de peinture à La Bouille, des assassinats surviennent de manière incompréhensible. Le Détective Joshua Pastorius est mandaté de manière anonyme pour mener l’enquête et découvrir ce qui se cache derrière les différentes mises en scène.

Joshua Pastorius va rapidement se rendre compte que les raisons de ces abominations prennent leurs sources dans le passé. Mais qu’attend le commanditaire de lui ? Beaucoup de réponses restent en suspens. Mais grâce à son ingéniosité, ses fouilles, ses connaissances historiques et ses différentes rencontres, il va pouvoir commencer à y voir un peu plus clair. Pourtant, il n’a pas l’impression de partir dans la bonne direction.

La peinture est un personnage à lui tout seul dans ce livre, elle prend une place dominante aux côtés de la nature et des descriptions de décors. J’ai eu l’impression de lire un tableau et c’est une sensation rare et tout à fait agréable.

J’ai beaucoup apprécié cette découverte. L’ambiance artistique est très présente et renvoie un côté original à l’enquête. Le personnage de Joshua Pastorius, totalement atypique, féru d’histoire, n’est pas aux bouts de ses surprises. Le mélange passé-présents est tout à fait sympathique, de plus le côté « quête de relique-chasse aux trésor » m’a totalement séduite. Une écriture efficace, dynamique, qui ne laisse aucun temps morts au lecteur. Le tout saupoudré de croyances et de quelques superstitions fonctionne à merveille. Un très bon polar que je recommande évidement pour sa fraîcheur et son ingéniosité. J’ai hâte de retrouver Joshua Pastorius dans d’autres aventures.

l'affaire ded

Résumé : La toute première enquête du détective privé Joshua Pastorius. La Bouille, de nos jours. L’un des artistes d’un concours de peinture vient d’être retrouvé assassiné en bord de Seine. Le tueur a envoyé la vidéo du terrible crime au détective. Comble de l’abjection, on le voit peindre avec le sang de sa victime ! Pastorius fait vite le lien avec un meurtre survenu au même endroit en 1832. Le célèbre peintre William Turner était présent et a été aussitôt suspecté. Quelle est cette couleur rouge qui, véritablement, l’obsède ? Quels sont les liens entre les crimes du présent et ceux du passé ? Cette enquête trépidante nous plonge avec délectation dans une peinture rouge à couper au couteau !

Date de parution : 07.05.2019 aux Editions Le Cargo Imaginaire

yvan michotte

Merci à Jean Yves Gauthier pour la photo de Guainville

 

 

 

Si les petits cochons te mangent pas de Luc Fori

LES COCHONS

Mon avis : J’ai été ravie de retrouver William dans une nouvelle enquête. Toujours dans le Berry. Nous pouvons penser que cet ancien détective, devenu agent immobilier y coule des jours tranquilles, détrompez-vous !!! De nouveau il rempile pour de nouvelles aventures !

Un chef d’établissement pour personnes âgées réputé est assassiné. Toutes les pistes sont possibles, sa femme, la famille de patients… En parallèle un de ses amis veut vendre la maison de son père, placée au milieu d’une porcherie, attention au vent qui tourne.

Un personnage à la fois attachant dans son ensemble, que ce soit dans son rôle professionnel ou dans sa vie privée. En aucun cas, ce n’est une vie paisible. Depuis plusieurs opus, nous voyons sa vie personnelle évoluer avec ses hauts et ses bas. Parfois, il est un peu pataud, maladroit mais toujours avec une volonté de bien faire et de sortir ses amis de situations parfois inexplicables.

Une enquête rondement bien menée au final inattendu et pour le coup, souhaitons-nous vraiment que les coupables soient arrêtés ?

Un sujet qui divise est très abordé dans ce livre, je vous laisse le découvrir par vous-même.

Encore une fois, l’auteur a su me conquérir, un langage particulier, un style très reconnaissable mêlant humour et sarcasmes, mais toujours aussi attrayant. On ne s’en lasse pas. J’avais beaucoup apprécié les deux premiers et celui-ci les rejoint. Il ne m’en reste plus qu’un sous le coude, après Monsieur l’Auteur il va falloir en écrire d’autres !!!! Un très bon polar en cette fin estivale qui saura vous emporter !!!

Résumé : « Dans le cochon, tout est bon ! » Pas sûr se dit William Carvault en sortant de sa voiture et en respirant le moins possible pour échapper aux remugles fangeux de l’élevage industriel de son ami Robert… Drôle d’histoire en plus : un mort qui fait des excès de vitesse, une fille à moitié braque qui manque de vous écraser, l’élevage de porcs n’est vraiment pas un lieu de villégiature…sauf pour les deux sujets de sa Majesté qui ont décidé d’y poser leurs valises… Ils sont fous ces anglais, mais William n’en a cure : quand on est agent immobilier, on ne s’arrête pas à ce genre de détail !
Tombé par hasard au milieu d’une intrigue complexe mettant la police en échec, William va démêler une incroyable vérité !

Date de parution : 06.05.2015 aux Editions Polars Pavillon Noir

A découvrir également du même auteur :

Choc Berry Blues

Connexions Tragiques

luc fori

Le Mur Dans La Peau de Luce Marmion

A toi Luce partie trop tôt… Reparlons de tes livres…

le mur

Vous recherchez un thriller qui vous surprendra ? Je vous conseille celui-ci…

Mon avis : Une enquête dans le monde de l’art où vont se mêler horreur, beauté et amour. Des sentiments opposés ? Pas forcément. Cette équipe de privés, accompagnée d’un flic vont se confronter à de multiples enquêtes, ne seraient-elles pas liées ? Les fausses routes et impasses s’enchaînent. Quand la vie professionnelle et la vie privée se trouvent emmêlées. Des personnages tous aussi pittoresques les uns que les autres, avec chacun leur spécialité, leur force et leur faiblesse. Une équipe atypique et attachante.

Toute de suite, le rythme soutenu nous happe. Le lecteur est entraîné dans une course folle afin de retrouver, si possible vivante, une puis des jeunes filles qui disparaissent. Une écriture claire, entraînante, très agréable compose cette œuvre, le filigrane des risques des rencontres sur internet est bien abordé sans être ni moralisateur ni le centre de l’histoire. L’art a une belle place prédominante dans cette enquête. L’auteur m’a littéralement envoûtée par son écriture et son histoire, le lecteur ressent les mêmes émotions que les protagonistes : la frustration des multiples impasses, la joie, l’horreur, la peur, l’amour…. J’ai même ressenti de l’empathie…. Et vous ?

Résumé : Lorsque, dans une galerie du Marais Alexis, un artiste urbain, fait la connaissance de Marie, il est aussitôt transporté. Le graffeur ignore encore que l’adolescente est intimement liée à l’équipe de détectives chargés de traquer le tueur en série sévissant sur un site de rencontre. A quelle barbarie, quelle folie, son obsession pour la jeune fille poussera-t-elle Alexis ? Adrien Magadur, une force de la nature qu’une vie nocive ne parvient pas à démolir, se lance à corps et à cœur perdus dans une chasse scabreuse. De Paris à New York, le privé enquête dans le milieu du graffiti. Une fois encore, il est impitoyablement plongé dans la noirceur de l’âme et l’abomination, emporté dans la spirale de ses investigations et de ses sentiments.

Date de publication : 15.07.2017 aux Editions Polars Pavillon Noir

luce marmion

Le Vol de Lucrèce de Luce Marmion

A toi Luce partie trop tôt… Reparlons de tes livres…

le vol de lucrece

Mon avis : Nous voici plongés dans la première enquête de l’Agence Demorsy. Une équipe de privés qui va devoir mettre en échec un voleur d’œuvres d’art, puis un groupe de trafiquants de drogue. Se pourrait-il que les affaires soient liées ?
Adrien Magadur, un ancien flic des Stup, va se retrouver à enquêter, parfois en marge de son équipe ; afin de résoudre les différentes énigmes qui se succèdent. Un personnage bourru mais attachant. Cette équipe va devoir faire face à de multiples embûches, à des impasses, avec une cohésion de groupe également amicale.
Un rythme soutenu, les pages se tournent toutes seules, tant l’envie de connaitre la suite se fait sentir. J’ai été emporté par cette quête de retrouver « Le Lucrèce », et sensible à tous les obstacles que les différents personnages vont devoir surmonter, tout particulièrement Maga. Cette histoire addictive vous amènera au dénouement final sans vous en rendre compte.
L’auteur nous entraîne, avec une plume que j’affectionne particulièrement, dans une sombre affaire, avec au premier rang « l’Art », on ressent la passion de l’auteur pour la peinture. Un régal de lecture, un excellent moment, j’en redemande !!!

Résumé : Jamais Adrien Magadur n’aurait pu imaginer qu’une banale enquête sur le vol d’une œuvre d’art le plongerait au fond de la folie destructrice, le précipiterait dans le vide…. Une peinture de grande valeur, Lucrèce, vient d’être dérobée chez un particulier parisien. Le portrait de la jeune Romaine, prête à s’enfoncer un poignard dans le sein, attise la convoitise d’un collectionneur idolâtre, mais aussi celle, plus surprenante, d’un cartel de narcos. Avidité, cupidité, vénération fanatique pour l’art, lorsqu’elles atteignent la démence, ces obsessions peuvent mener à des actes insensés, au crime. À travers un imbroglio émotionnel, les acteurs du récit, des personnages complexes et tourmentés, sont emportés dans un drame où se mêlent passion, amitié et trahison. Chargé de retrouver le tableau de Lucas Cranach avec son monogramme, « le code », Adrien Magadur, un privé à la déontologie douteuse, paiera de sa personne. De Paris à Menton, en passant par Trouville, Aurillac, Londres et Amsterdam, l’agent de recherches privées et son âme-frère, un capitaine aux Stups du 36, poursuivent leur quête dans une atmosphère sombre mais non dénuée d’humour, et se laissent jusqu’à la dernière minute surprendre par de singuliers rebondissements.

Date de parution : 04.11.2016 aux Editions Polars Pavillon Noir

luce marmion

Requiem Pour Un Fou (tome 5) de Stanislas Petrosky

requiem

Mon avis : Une très belle lecture et rencontre avec Requiem, même si j’aurais préféré commencer par le premier et que je me suis trompée.

Une sombre histoire de meurtres a lieu avec des mises en scènes ecclésiastiques et un détail très surprenant un livre de Requiem repose à côté de chacune des victimes.

Les cadavres qui s’entassent, une enquête qui s’enlise. Un policier fait appel au célèbre Requiem afin qu’il vienne les aider et trouver une significations à tous ces textes religieux en apparence barbouillés sur les murs.

Requiem, un personnage très particulier, qu’on aime ou qu’on déteste, moi je l’adore. Totalement décalé en tant qu’ecclésiastique mais pourvu de son rôle d’agent secret redoutable auprès du Vatican. D’autres péripéties à son actif que je ne manquerai pas de découvrir bientôt.

En parallèle de l’enquête j’ai aimé le thème développé par l’auteur, les maraudes organisées pour les sans-abris et les prostituées, nous sortons d’une période de canicule et j’ai aimé la finesse employée afin de glisser un fait de société.

Une enquête bien ficelée où le suspense est bien maintenu jusqu’au bout et qui va réveiller le passé.

L’auteur nous embarque avec son style très personnel, où les jeux de mots et de langages font la loi. J’ai souvent ri de certaines expressions. Une écriture fluide et un rythme de chapitres très addictif. Après avoir lu son Embaumeur, Un Havre de Paix, je suis très contente de découvrir l’auteur dans son propre registre. Il jongle très habilement entre faits sérieux et humour décalé. Un gros travail que j’imagine d’écrire de cette manière et qui m’a totalement conquise. On ne te tombe jamais dans le lourdingue ni dans le pathos ; toujours sur le fil. Une rencontre que je n’oublierai pas !!!!

Voilà une lecture estivale ou hivernale, que je conseille à tout le monde et surtout à ceux qui ne connaissent pas encore Requiem, foncez !!!!!!

Résumé : La rencontre de San-Antonio et de Don Camillo ! 

Par l’auteur de l’Embaumeur.
Le livre anti-crise, si vous ne riez pas, vous êtes remboursé…. Un prêtre exorciste agent des services secrets du Vatican. Un curé qui a compris qu’il avait fait le vœu de célibat et non de chasteté. Un homme d’église qui manie la langue d’Audiard avec amour. C’est Requiem…
Pour commencer, prenez :
Un prêtre exorciste agent du Sodalitium Pianum, les services secrets du Vatican.
Un curé qui a compris qu’il avait fait le vœu de célibat et non de chasteté.
Un homme d’église qui manie la langue d’Audiard avec amour.
Un abbé qui vous confesse avec la délicatesse du Marginal de Jacques Deray.

Date de parution : 15.11.2018 aux Editions French Pulp

stanislas

 

l’Irlandais de Maurice Gouiran

irlandais.jpg

Coup de 💓💓💓et aussi un Coup de Poing

Livre lu en deux jours, Coup de 💓💓💓: Une enquête menée par Clovis d’un côté, journaliste d’investigation, qui avait fait plusieurs reportages en Irlande du Nord dans les années 80. Plus traditionnel, deux flics essaient de retrouver le meurtrier de ce peintre irlandais assassiné à Marseille. En apparence sans histoire, même si son passé reste flou avant qu’il n’arrive en France.

J’ai beaucoup aimé la mise en avant du « Street Art » comme moyen d’expression de revendications et non pas simplement comme du vandalisme urbain. Une enquête qui met à mal le duo de policiers, en effet plusieurs pistes s’offrent à eux ; soufflées par un supérieur borné, raciste, misogyne et qui aimerait boucler rapidement ce dossier qu’il sent devenir épineux… Surtout lorsque l’Ira devient une piste…

Clovis, un personnage qui sort de l’ordinaire et des sentiers battus. Il suit son instinct et n’hésite pas à tout mettre en œuvre pour retrouver l’assassin et si par la même occasion il peut plus de 20 plus tard retourner en Irlande, c’est tout bonus pour lui. Il est autant très intuitif et perspicace dans ses recherches et fait preuve de maladresses dans sa reconquête amoureuse. Un personnage attachant doté d’un certain humour.

J’ai été totalement conquise par ma lecture, la plume de l’auteur avec un style direct et parfois fleuri nous entraîne au fil des pages. Mêlant habilement suspense et faits historiques, alternant le passé et le présent, à travers les expériences de Clovis, il met en lumière une partie de l’Histoire de l’Irlande que j’ignorais…

A la fin de ma lecture, j’ai passé près de 3h sur Internet pour aller fouiller ce que j’avais lu…Croyant de manière candide à une fiction… Et là Coup de Poing : En effet, jusqu’à maintenant les conflits de guerre qui ont lieu en Irlande se résumait à ce que j’avais entendu dire : Un conflit entre Catholiques et Protestants. En gros les membres de l’Ira n’étaient que des fanatiques et des terroristes.

Or, l’Ira s’est formé au début du XXème siècle afin de rendre se soulever face à leur colonisateur : l’Angleterre. Le choc que ça été pour moi d’apprendre cela.

Les différents récits de Clovis lors de ses reportages pendant les années 80, montre que ce rôle a perduré pendant près d’un siècle, en effet l’Irlande du Sud ayant obtenu son indépendance, les Anglais ont voulu conserver les provinces du Nord.

Bien sûr que dans les différentes branches de cette organisation dite « terroriste », la notion de religion dans ce conflit est présente. Mais pas que, lors du lancement de la grève de la faim par certains prisonniers dont un député, Margaret Thatcher prononcera ses mots « Nous ne négocions pas avec les terroristes ». En effet, en donnant ce statut à ces révolutionnaires qui souhaitaient leur indépendance, cela a permis de légitimer les actions des forces anglaises. En effet, « les assassinats d’opposants au régime et au dictat anglais » aux yeux du monde se traduisaient par « se sont des terroristes, nous combattons ce fléau pour la paix ». Cette grève de la fin évoquée fera 10 morts, alertera l’opinion publique et européenne mais sans résultat, sans résultat.

Alors je vous écris ces mots aujourd’hui, j’étais très jeune à l’époque et je suis peut-être encore naïve ; mais ce qui m’a révoltée dans ma lecture et ensuite dans mes recherches, c’est la non réaction de l’Europe. L’Angleterre était limite en guerre face à une de ses colonies à quelques heures d’avion de chez nous. Ils ont fait en sorte de créer des écrans de fumée afin de masquer la réalité. Ils ont m^me poussé le vice à faire en sorte que les révolutionnaires se retournent les uns contre les autres. Et personne n’a bougé…

Il y a des lectures qui marquent, celle-ci restera sans doute très présente dans ma mémoire.

Je lirai bien-sûr d’autres livres de l’auteur…

Résumé : Lorsqu’on découvre le peintre Zach Nicholl, le crâne fracassé dans son atelier marseillais, son ami Clovis n’a qu’une pensée en tête : aider Emma, en charge de l’enquête, à retrouver l’assassin ! Zach s’était illustré dans le street art avant de devenir bankable et de fuir Belfast vingt ans plus tôt. C’est donc en Irlande du Nord que Clovis va chercher ce qui se cache derrière ce crime. Zach était l’un des artistes républicains auteurs des célèbres murales, ces peintures urbaines, outils de mémoire et de propagande. Mais pourquoi avait-il quitté son pays juste au lendemain des accords de paix de 1998 ? Ce sont des femmes, étonnantes et déterminées, toutes liées à Zach – Aileen, son épouse, Ghetusa, la veuve ad vitam æternam de son frère, et Breena, combattante féministe au sein de l’IRA – qui donneront peut-être à Clovis les premiers indices…

Date de parution : 15.05.2018 aux Editions Jigal

maurice

 

 

La Dernière Etape d’Alfred Azkabade

A quelques jours du départ de la Grande Boucle, je souhaite vous présenter cette lecture !!

la derniere etape.jpg

Mon avis : J’ai tout de suite été séduite par l’originalité du pitch : un meurtre sur le Tour de France. Tout comme Hugo, jeune journaliste je ne suis pas du tout une grande passionnée par ce sport.
Et pourtant, dès les premières pages j’ai été embarqué dans cette intrigue mêlant suspense, meurtre, rancœur et politique. En effet, lorsque le directeur de cette institution est assassiné, toutes les possibilités sont envisagées, politique, jalousie, concurrent…
Hugo souhaite obtenir son CDI, couvrir cette enquête pour sa rédaction est sa clé d’entrée. Il va devoir ruser et se faire son propre avis. Au fil des étapes, il va découvrir le Off et se faire une idée très précise des principaux protagonistes. De soirées en festivités, certaines langues se délient. Son côté candide va à la fois lui servir et lui porter défaut. En renouant avec son père, incollable sur le Tour, il va rapidement progresser dans le déchiffrage des codes qui régissent ce domaine. Et pourtant… Reste à convaincre le commissaire du bien fondé de ses trouvailles.
Une enquête rythmée au gré des différentes étapes, mêlant à la fois déboires professionnels et personnels. Une plume directe, mêlant humour et sarcasmes, un sacré bon moment de lecture. De surprises en rebondissements, tout comme les étapes rien n’est gagné d’avance, nous ne sommes pas à l’abris d’une échappée qui changerait la donne. Les évidences trop flagrantes ne sont-elles pas trompeuses ? L’auteur démontre également le off des manifestations sportives à grande échelle, les différents enjeux économiques et de carrière. Un crime de ce genre, qui profite-t-il réellement ? Je vous laisse voyager et vous faire votre propre idée.

la derniere etape ded

Résumé : Sur le Tour de France, la mort peut frapper à chaque étape.
Le Tour de France ? Une hérésie pour Hugo Taquelin, jeune journaliste allergiques aux coureurs bariolés et aux hôtesses Cochonou. Mais quand, la veille du départ, le patron de la Grande Boucle est retrouvé la tête éclatée dans son bureau, Hugo n’a d’autre choix que d’intégrer la caravane pour suivre l’enquête. Pendant trois semaines, épaulé par un collègue déroutant et un père longtemps absent, il va devoir se fondre dans cet univers qui le dépasse. Mais c’est en acceptant de s’y perdre qu’il découvrira la face cachée du Tour, son organisation tentaculaire, ses légendes lumineuses, ses secrets inavouables. Et qu’étape après étape, il finira par approcher la vérité.

Date de parution : 06.06.2019 aux Editions Hugo Sport