Le Neutrino de Majorana de Nils Barrellon

Mon avis : Nous voici plongés dans deux histoires, dans le présent le corps d’une chercheuse de renom est retrouvé pile sur la frontière franco-suisse. Dans le passé, nous découvrons la vie d’Ettore Majorana, physicien en avance sur son temps.

Quel rapport entre les deux ? Les enquêteurs français et suisses vont se retrouver au milieu d’un centre où seule la physique existe, la priorité des personnes est la recherche et leur travail. La mort de l’une d’entre elles ne semble pas vraiment bouleverser leur quotidien, seuls les résultats et le centre comptent.

Un peu déstabilisée à cause de cet environnement inconnu et de par leur obligation de coopérer ensemble, cette drôle d’équipe d’enquêteurs va essayer d’avancer. Mais avant, il faut se faire confiance, alors que chacun essaie de tirer la couverture à son pays et revendiquer la légitimité de sa présence.

Après des débuts difficiles, et très bien relatés, ils vont faire front commun et démêler cette sombre affaire, essayer de comprendre le jargon des personnes qu’ils interrogent. Tous les interrogatoires reviennent à la science et ils sont rapidement dépasser par les discours et ne trouvent pas que ces éléments puissent les aider… Et pourtant si c’était la clé de ce mystère…

J’ai beaucoup aimé la place très dominante de la recherche et des sciences dans ce récit. Que ce soit dans le passé ou le présent, on voit que l’auteur a fait de nombreuses recherches, les données scientifiques et historiques sont étayées et étoffées. Je me suis laissée totalement embarquée par la plume fluide l’auteur, dans cette enquête très bien menée, de nombreuses fausses pistes et rebondissements qui donnent corps à ce polar scientifique totalement addictif.

Un bémol cependant, une petite ombre au tableau, j’ai trouvé très dommage, mais je respecte le choix de l’auteur, que l’on retrouve tous les clichés connus et totalement stéréotypés entre les français et les suisses. Les français ne savent pas se tenir, s’expriment comme des chartiers, sont en retard, ont une voiture pourrie… Alors que les suisses ont de la tenue et de la retenue, sont ponctuels et roulent en grosses cylindrées. A part cela, je conseille cette lecture à tous les fans de polars scientifiques. Il y a une surprise dans ce livre, un personnage qui n’est pas sans rappeler les Espionnes helvètes, mais je ne vous en dirai pas plus.

le neutrino ded

Résumé : Au début du siècle dernier, en Italie, Ettore Majorana, jeune savant de la trempe d’Einstein, partage sa fougue et sa passion entre les particules et Emilia, une jeune étudiante argentine. Bien des années plus tard, au CERN le plus grand accélérateur de particules du monde, 600 millions de protons se heurtent chaque seconde pour faire jaillir du vide la matière telle que nous la connaissons. L’univers, les étoiles, la terre, la mer, les arbres, les plantes, les êtres vivants… Ainsi que les cadavres. Quand le corps de Sabrina Marco, chercheuse dans le prestigieux laboratoire, est découvert, le crâne fracassé, aux abords du complexe, après la sidération de tous, les questions vont très vite s’enchaîner. Qui ? Pourquoi ? Le meurtre ayant eu lieu sur la frontière, c’est en parfaite coopération, que la police française et la police suisse vont devoir mener l’enquête. Et aller de surprise en surprise…

Date de parution : 17.09.2019 aux Editions Jigal

Auteur présent au Salon Lire C’est Libre

nils

Cyber Games de Mark Zellweger

cyber games

Mon avis : Trois événements majeurs inexpliqués sont à déplorer, une panne d’électricité à Oxford, le déraillement d’un train au Canada et l’accident d’un avion de chasse en Russie… Leur point commun, être reliés ou connectés. Et si ces « accidents » n’en étaient pas et si un groupe avait trouvé le moyen de se lancer dans le piratage à grande échelle ?

Le conjoint d’une patiente décédée à l’hôpital d’Oxford va mettre tout en œuvre pour démêler cette histoire. Il va rapidement se rendre compte que le danger le guette ainsi que toutes les personnes qui pourraient l’aider dans ses recherches. A qui peut-il se fier ?

Pendant ce temps, en Suisse le Sword est menacé. Pour une agence de renseignement, même neutre, les ennemis ne manquent pas !!! Le tout est de déceler la faille et mettre hors d’état de nuire la menace, peu importe d’où elle vienne.

Un ancien du SDEC va lui aussi voir sa paisible retraite marocaine voler en éclat, en effet son savoir et ses secrets menaceraient la France alors que se profilent les élections présidentielles.

De multiples histoires tout d’abord isolées vont s’imbriquer. Les jeux de pouvoirs ou de savoir vont se manifester. A quelle échelle hiérarchique se situe-t-on ? Le monde est-il en péril ? Qui est derrière tous ces événements tragiques frappants les grandes puissances ?

L’auteur signe ici un très bon polar d’espionnage, mélangeant habilement les enjeux, la politique, l’économie, plus personne ne se sent en sécurité et encore moins la brigade des Faucons. Une plume à la fois très fluide, tout en étant très documenté ce récit regorge d’actions et de vie.

J’ai également beaucoup apprécié l’enchaînement des causes-conséquences, comment l’effet domino peut agir s’il est bien guidé vers une catastrophe annoncée.

L’humain est toujours placé au premier plan. Les étaux se serrent et se desserrent, tous les bons ingrédients sont réunis pour passer un très bon moment de lecture. J’ai découvert Les Faucons avec cet opus, mêlant réseaux informatiques et subtilités politiques, je ne manquerai pas de les retrouver lors de leur genèse et ainsi de remonter le temps, afin de mieux les connaître.

Les explications de piratages et d’espionnage numérique sont très bien distillées, les usages et la surveillance d’internet, avec cette histoire, le lecteur a de quoi se faire de belles frayeurs.

cyber ded

Résumé : La ville d’Oxford se retrouve sans électricité pendant plusieurs heures. Combien de victimes sont-elles à déplorer ? À la suite du décès de sa femme, un homme seul va se lancer dans une quête pour la vérité : il ne croit pas à un simple accident technique. Il est
très loin de se douter où il va mettre les pieds.
Un train de marchandises explosives et toxiques déraille dans une ville au Canada, un avion de chasse russe SU-57 se crashe lors d’un meeting ; quelque temps après, c’est le tour d’un F-35B américain.
Les gouvernements respectifs accusent les pays adverses d’avoir engendré toutes ces catastrophes. Une guerre cybernétique semble s’enclencher entre les grandes puissances.
Mais qui sont les vrais coupables ? L’ONU s’en mêle.
Dans le même temps, le Sword, unique réseau de renseignement indépendant et neutre, va devoir faire face à une menace sans précédent, la survie de l’agence est en jeu. Ses équipes vont devoir trouver qui est aux commandes d’une telle machination et qui veut leur perte.
Un ancien du service action du SDEC, l’ex-DGSE, voit des forces de l’ombre se rapprocher de lui et de sa famille. Une véritable chasse à l’homme débute au Maroc sur fond d’élection présidentielle française. Seul contre tous, il fera actionner tous ses anciens réseaux pour s’en sortir et faire éclater la vérité.

Date de parution : 27.09.2019 aux Editions Eaux Troubles

mark

 

Le Singe d’Harlow de Ludovic Lancien

le singe

Mon avis : Premier Coup de Cœur de l’Année !!!

Une enquête où les différents meurtres sont accompagnés de messages envoyés aux policiers, mais pas seulement. Ce tueur semble vouloir jouer avec les nerfs des enquêteurs, mais à quelle fin ? Aucun lien en apparence ne permet réunir les différentes victimes. Pourtant, en Province, on est loin d’imaginer que de tel actes peuvent se produire au sein d’une communauté qui se connait depuis des décennies. Le lien détient les clés de la vérité et mettre au grand jour des secrets, tellement enfouis…

Lucas, un personnage qui semble à la fois perdu dans cette nouvelle région où il doit refaire sa vie, que dans ses nouvelles fonctions. Personnellement et professionnellement affaibli, il va s’avérer fin limier. Son côté grande gueule et ne respectait pas sa hiérarchie, rend à la fois le lecteur d’un côté soupçonneux, d’une autre admiratif suite à sa reconstruction. Il est sûrement loin d’imaginer que sa ténacité, son obsession vont permettre de mettre en lumière l’inimaginable.

Les Bêtes, comme citées tout au long de l’œuvre, ne vont avoir de cesse d’agir tant que la vengeance ne sera pas terminée ni assouvie. L’auteur met habilement en scène l’aspect psychologique des personnages, d’une situation et les travaux d’Harlow. Le titre avait piqué ma curiosité donc j’avais été faire quelques recherches sur internet. J’ai beaucoup apprécié cette dimension psychologique, que ce soit les personnages en eux-mêmes ou dans leur quotidien, les faits et leurs conséquences. Jusqu’où l’amertume, la haine, le besoin de vengeance jamais assouvie. Une escalade qui peut demeurer sans fin car elle n’étanche pas la tristesse et la peine de la perte. Les enfants, leur développement, leur éducation, leur relation, un ensemble de bases qui détermineront ce qu’ils deviendront adultes.

Je félicite l’auteur pour ce magnifique premier livre, un rythme entraînant, roman qui se lit d’une traite. Des chapitres construits de manière à rendre addictive et fluide la lecture. Une intrigue, mêlant, violence, vengeance, tabou et amour. Le tout saupoudré de données, de recherches, savamment distillées. Un sacré cocktail détonnant. Une fin magistrale qui restera longtemps dans ma mémoire.

Résumé : Démis de ses fonctions de commandant à la PJ parisienne, le lieutenant Lucas Dorinel vit son exil brestois comme une petite mort. Jusqu’à ce qu’un message obscur _ Les Bêtes seront sacrifiées _ lui rappelle ce que la mort, la vraie, a de plus terrifiant.
Car le message le conduit à un cadavre. Sauvagement mutilé. Celui d’un homme incarcéré huit ans plus tôt pour le meurtre d’un enfant.
En s’adressant directement à lui, l’assassin réveille en Lucas à la fois son instinct de flic et sa violence. Le meurtrier et lui sont faits de la même étoffe. Prêts à combattre le mal par le mal.
Et à traquer les Bêtes là où elles se terrent.

 

Date de parution : 14.11.2019 aux Editions Hugo Poche

ludovic lancien.jpg

 

L’Heure des Fous (Tome 1) de Nicolas Lebel

l heure des fous

AFFICHE SALON

Mon avis : J’ai enfin pu finir ma lecture interrompue par les grèves. Et je peux dire qu’une fois que vous rencontrez Mehrlicht, vous vous en souvenez !!!!

Une enquête qui à première vue ne passionne pas vraiment les foules. La mort d’un SDF et pourtant, l’équipe ne va rien lâcher. De découvertes en impasses, ils vont devoir aller à la rencontre de ces personnes qui vivent autour de nous, mais pas avec nous. Ces personnes mise en marge de notre société. Ne pas se fier aux apparences et se méfier de l’eau qui dort, sont les maîtres mots de ce premier volet.

Les protagonistes vont être baladés du bois de Vincennes à la Sorbonne, un sacré écart. Une équipe que je découvre avec grand plaisir ! Mehrlicht chef totalement atypique qui séduit par son côté attachiant. Il n’a pas la langue dans sa poche et ne ménage personne. J’adore ses sonneries de téléphone !! Une équipe bien composée, tous les caractères se côtoient un sacré melting-pot, parfois détonnant.

Je découvre, enfin l’auteur dirait certains, voilà mon premier retour de l’année et je la commence de façon très positive. Une enquête très bien ficelée qui balaie large et qui va se resserrer jusqu’à découvrir la vérité, même si cette dernière soulève de nombreuses interrogations sur la marche à suivre. Une fin totalement inattendue, pour ne pas dire explosive. Une écriture appliquée, des descriptions très fouillées qui immergent totalement le lecteur. Quelques petites longueurs à un ou deux endroits mais rien de bien méchant. Je comprends mieux l’engouement de nombreux lecteurs pour cette série et Mehrlicht car je vais moi aussi grossir ces rangs, et ne pas tarder à découvrir la suite !

l heure des fous ded.jpg

Résumé : Paris : un SDF est poignardé à mort sur une voie ferrée de la gare de Lyon. « Vous me réglez ça. Rapide et propre, qu’on n’y passe pas Noël », ordonne le commissaire au capitaine Mehrlicht et à son équipe : le lieutenant Dossantos, exalté du code pénal et du bon droit, le lieutenant Sophie Latour qui panique dans les flash mobs, et le lieutenant stagiaire Ménard, souffre-douleur du capitaine à tête de grenouille, amateur
de sudoku et de répliques d’Audiard…
Mais ce qui s’annonçait comme un simple règlement de comptes entre SDF se complique quand le cadavre révèle son identité.
L’affaire va entraîner le groupe d’enquêteurs dans les méandres de la Jungle, nouvelle Cour des miracles au cœur du bois de Vincennes, dans le dédale de l’illustre Sorbonne, jusqu’aux arrière-cours des troquets parisiens, pour s’achever en une course contre la montre dans les rues de la capitale.
Il leur faut à tout prix empêcher que ne sonne l’heure des fous…

Date de parution : 30.01.2013 aux Editions Marabout

Auteur présent au Salon Lire C’est Libre

nicolas lebel.jpg

Morts Chroniques de Nick Gardel

pixiz-29-11-2019-13-56-36.jpg

Mon avis : Une enquête qui va mener les protagonistes sur les réseaux sociaux et plus particulièrement sur la toile facebookienne. En effet, la lecture et l’appartenance aux groupes de lecture est le principal point commun entre les victimes. Leur meurtre est mis en scène selon certains chapitres d’un cadavre exquis.

Éliane, brigadier cheffe, est sur le pont. Familière des réseaux suite à son histoire personnelle, elle va aider son équipe à décoder cette communauté. En effet, elle va étudier ce fameux groupe et mettre en lumière la personnalité de certains membres.

Un panel assez large est évoqué dans ce livre, outre l’enquête. L’auteur nous parle de cette toile qui mêle différentes personnalités qui dernière l’anonymat d’un pseudo ou se sentant protéger car derrière un ordinateur, peuvent être capables du meilleur comme du pire. En effet, on le voit régulièrement, les lynchages, les « règlement de comptes » par post interposés. Cette animosité parfois exacerbée peut parfois mettre à mal le moral de certaines personnes. C’est le cas dans cette enquête. Quel élément déclencheur a pu pousser une personne à sortir du virtuel et à assassiner des personnes ? Le lien évident entre le virtuel et le réel montre au lecteur à travers cette enquête les dérives de Facebook.

L’auteur avec sensibilité, parfois sarcasme, signe ici un polar tout à fait sympathique. Plaisant et sympathique à lire, ponctué de nombreux dialogues qui rendent dynamiques à la fois l’évolution dans l’enquête mais aussi rend une part de réel au récit. Sans fioriture, sans jugement, il pose de manière factuelle, les bases d’une vision des réseaux sociaux, leur utilisation et l’impact de certaines conséquences.

Certaines réactions font sourire mais ne font-elles pas part d’une grande part de réalisme ? Je vous laisse découvrir cette aventure et vous faire votre propre idée.

 Résumé : Un corps est retrouvé dans le chaudron de caramel d’une fête foraine. Bientôt, c’est un second cadavre qui est découvert dans une petite ville de Seine-et-Marne. Les deux victimes n’ont en commun que leur appartenance à un groupe de lecteurs sur Facebook. Les meurtres suivent le déroulement d’un exercice de « cadavre exquis » initié sur le réseau social. Un jeu de piste compliqué et sanguinaire se lance pour Éliane Condrieux et les autres membres de l’équipe du Capitaine Henri Verdiant. Surtout quand sa plus jeune collègue vient à disparaître.

Date de parution : 31.07.2019 en Auto Edition

nick gardel

 

 

 

Les Uniformes Bleus : Un Bon Flicard (Tome 1) d’Eric Dupuis

pixiz-27-11-2019-11-54-43

Mon avis : Je découvre l’auteur par son tout premier livre, qui se passe en plus presqu’en bas de chez moi.

La disparition des trois agents de la BAC ainsi que leur véhicule secoue le commissariat d’Asnières. Fraîchement relâchés, malgré les preuves à l’encontre, les voici qu’ils disparaissent. Il ne faudrait pas que les flics se lancent dans une vendetta pour retrouver leurs collègues. Même si accusés de trafic, corruption et proxénétisme, il reste des collègues tout de même. Voilà la scène que vit Stanek Zibanski, que l’on remet sur le terrain. Les corps des disparus réapparaissent, enfin, mais sans vie et avec une mise en scène particulière.

On dit souvent que certains flics ont une enquête qui les poursuit toute leur vie, c’est ici le cas de Stanek qui va se faire aspirer par ses doutes. Même si les arrestations se succèdent, que la « Crim’ » a bouclé le dossier, quelque chose le chiffonne. Des détails, des incohérences… Il n’aura de cesse de tout mettre en œuvre afin d’éclairer la vérité… quitte à y laisser le sommeil, ses nerfs et sombrer.

Une enquête fouillée, méticuleuse, le lecteur suit pas à pas, en temps réel les pensées et actions de Stanek. Que ce soit, les indices, ses pensées, ou les problèmes qu’il rencontre à titre personnel. La description est complète.  Son enquête en solitaire, officieuse traîne, il a du mal à reconstituer le puzzle, le rythme est tout à fait cohérent avec ses avancées ou marches arrières. Etant totalement dans la tête du protagoniste, on sent qu’il va vriller et perdre pied… Mais lecteur impuissant, nous ne pouvons que tourner les pages et souhaiter une résolution de l’affaire ce qui pourrait aider à refaire surface. On ressent la volonté de Stanek de trouver le(s) coupable(s) afin de trouver son propre repos.

Les multiples tiroirs que vont ouvrir cette enquête, ouvre tout autant de possibilité de résolution que de suspects. Et si la réponse se trouvait dans le passé. En trouvant les codes… la solution apparaîtra. Y-a-t-il vraiment que trois victimes dans cette sombre affaire ?

L’auteur signe ici un très bon premier polar, mêlant suspense, enquête très minutieuse et donne énormément de détails de procédure ce qui permet au lecteur de suivre l’évolution avec un œil plus aiguisé. Aussi, j’ai ressenti la volonté de l’auteur de montrer le travail de flic dans la réalité, que ce soit sur les conditions de travail, les dérives. L’alternance passé-présent, éclaire sur les « méthodes à l’ancienne » par rapport à celle d’aujourd’hui. Mettre également en lumière le schéma qui peut faire tomber un flic dans les plus grandes profondeurs du doute et de la dépression, mais aussi les lacunes du système. Rien n’est épargné au lecteur, sans tabous, avec peut-être un ou deux passages qui auraient pu être allégés ; mais je n’ai ressenti aucune longueur malgré la profusion d’éléments, de détails, d’explications. L’ensemble est bien distillé tout au long de l’enquête, qui mettra à mal les nerfs de pas mal de monde, dont celui du lecteur.

Résumé : Au cours de sa patrouille, un véhicule de la BAC disparaît et les trois policiers à son bord sont dès lors portés absents sur les ondes.
Comme par hasard, ces fonctionnaires venaient d’être relaxés suite à leur procès en cour d’assises pour homicide, proxénétisme, trafic de drogue et corruption.
Vengeance, représailles ou fait isolé ? Leur disparition plonge les effectifs du commissariat de police dans l’inquiétude et la peur, ce qui incite la hiérarchie à remettre tout son personnel actif sur la voie publique.
C’est ainsi que le major-instructeur Stanek Zibanski, ancien flic de terrain, se retrouve en renfort des enquêteurs pour faire la lumière sur cette affaire sordide.
Mais celle-ci va s’avérer beaucoup plus complexe que voudrait le laisser supposer  » la Crim « , et Zibanski va devoir lutter corps et âme pour faire éclater la vérité.
Il se retrouvera seul contre tous.

Publié le 07.11.2012 aux Editions Beaurepaire

eric dupuis

 

 

Les nouvelles enquêtes de Nestor Burma : Piquette à la Roquette de Danielle Thiery

pixiz-20-11-2019-20-14-31

Mon avis : Nous voici aux côtés de Nestor plongeant dans une intrigue aussi sombre que sans fond.

En effet, des cas de disparition, d’assassinats entraîne notre acolyte et son équipe de choc dans le fond noir où la douleur, le culte, la violence et les différentes mutilations corporelles.

Voilà le menu du jour, alors vous continuez avec nous ? Descendez les marches et vous découvrirez le côté obscur de ce quartier et ce qu’il regorge dans l’ombre. Quand les témoins disparaissent et que Nestor se met à avoir des hallucinations, on est bon pour se retrouver en carafe. Mais non, il va tenir bon, faire front vis-à-vis de la commissaire et essayer de démêler ces entrailles dark seul. Il ne se doute sûrement pas de la taille de la communauté à laquelle il s’attaque, ni jusqu’où ils sont prêts à aller pour maintenir le secret autour de leur existence.

L’auteur signe ici un opus qui va transporter Burma à la fois dans ses souvenirs mais également dans la tristesse et la maltraitance de certaines personnes. Sous forme de culte, on nous montre jusqu’où certaines personnes sont prêtes à aller afin d’assouvir certains de leurs fantasmes. Une plume tout à fait en adéquation avec le personnage et son profil, j’ai visité les caves et les lieux occultes avec une vive émotion. Tellement toute la trame est plausible, j’en ai eu certains frissons lors de certaines descriptions. Les détails, les pensées et les frayeurs de Nestor tout est au carré pour le plus grand plaisir du lecteur.

On se sent promener de fausses pistes en désillusions ; tout comme on craint les dérapages qui risquent de mettre en péril toute une enquête ou leur vie tout simplement.

Un très bon moment de lecture que je recommande évidement.

danielle ded.jpg

 Résumé : Burma entreprend quelques pas de danse avec le diable…

Un homme qui vient demander de retrouver une personne disparue au plus célèbre des détectives, c’est chose logique…
Quand les témoins commencent à mourir de façon violente, ça l’est un peu moins…
Il suffit qu’en plus un fantôme apparaisse à Burma, et c’est le bouquet !
Nestor va descendre dans les bas-fonds de l’humanité, satanisme et modifications corporelles au menu de cet opus on ne peut plus sombre…

Date de parution : 19.09.2019 aux Editions French Pulp

danielle

D’autres aventures de Nestor à découvrir : 

Les Loups de Belleville de Serguei Dounovetz

Terminus Nord de Jérôme Leroy

Les Carats de l’Opéra de Jacques Saussey