Narco Football Club de Marc Fernandez et Jean-Christophe Rampal

narco

Mon avis : Une bombe 💣 💣 💣! Un coup de Cœur 💓💓💓

J’ai profité qu’actuellement plus trop personne ne parle de football pour découvrir ce livre. Ce n’est pas non plus mon sport favori, on ne va pas se mentir.

Les auteurs nous embarquent et nous immergent au Mexique. Les descriptions des villes, des ambiances, la violence, l’équipe est au complet. Pour la population, il y les cartels et cette passion culturelle pour le football. Peut-on vraiment dissocier les deux ?

Pas aujourd’hui car c’est la finale de la Copa Libertadores et les deux équipes en finale représentent les deux plus gros cartels mexicains. La tension monte en même temps que la chaleur, quoi de plus déstabilisant que l’entraîneur d’une des deux équipes soit assassiné justement ce jour-là. Pourquoi ? Par qui ?

On va passer des événements de rues à l’enquête, avec un rythme effréné  !! Les pages se tournent toute seules, un livre qui se lit d’une traite. J’avais envie de savoir comment Bolivar et Doce sa coéquipière, allaient réussir ou non à sonner le coup de sifflet final face aux cartels. En effet, il y a bien un deuxième match en coulisse. Quelles sont leurs cartes dans leur manche, leur marche de manœuvre ? Ils vous pouvoir s’appuyer sur des connaissances de confiance et avancer leurs pions. La feuille de match se dessine.

En effet, on découvre la gangrène et les réseaux hauts placés voir internationaux qui protègent les producteurs de blanche. La violence règne, le marche ou crève est une règle pour éviter les problèmes. Les vies sont des moyens d’échange et les financements totalement opaques.

Les difficultés à savoir qui se fier et la corruption qui semble également être un sport national, présentent un réel tableau dangereux pour l’équipe des Jaguars, des fédéraux qui souhaitent faire régner la loi et la justice, au milieu des buts et des tirs.

Après ce coup d’envoi sur les chapeaux de roues on se demande bien comment l’enquête sur cet assassinat va pouvoir se dérouler sans faute ni pénalty.

L’argent, le pouvoir et la drogue sont les arbitres de l’ombre. On ne sait jamais comment la situation peut évoluer et qui va avoir la chance de rentrer aux vestiaires, plutôt qu’au cimetière.

Outre un rythme digne d’un film d’action, l’écriture est franche dynamique et totalement addictive. Des phrases et chapitres courts qui ajoutent du dynamisme, un vrai régal. Mêlant dénonciation des violences, de la vie et des problèmes rencontrés, les auteurs n’hésitent pas à soulever les problématiques rencontrés par le Mexique entre autres, tous ces pays ayant les cartels qui règnent en maîtres.

narco ded

Résumé : Mexique, jour de finale de la Copa Libertadores qui couronne le club de foot champion d’Amérique latine. Un match à haut risque, qui oppose pour la première fois à ce niveau de la compétition les équipes rivales de la frontière, les Chacals et les Coyotes, toutes deux aux mains des cartels de la drogue. Quelques heures avant le coup d’envoi, le cadavre de l’entraîneur des Chacals est retrouvé dans un terrain vague. Dans une ville en état de siège, envahie de supporters surexcités, une équipe de superflics est dépêchée en urgence depuis la capitale pour résoudre l’affaire avant que la situation ne devienne incontrôlable.

Date de publication : 11.12.2008 aux Editions Alvik – 23.03.2016 aux Editions Le Livre de Poche

A lire découvrir la trilogie de Marc Fernandez (à gauche) : Mala VidaGuerilla Social Club, Bandidos et également Banlieues Parisiennes 

Malheureusement je n’ai pas réussi à trouver d’autres livres de Jean-Christophe Rampal (à droite)

Banlieues Parisiennes, le recueil Noir

banlieue

Mon avis : Ce recueil noir présenté par Hervé Delouche a titillé ma curiosité aux Quais du Polar de Lyon, je me suis naturellement laissée tenter par ces différents textes sur la banlieue, où j’habite.

Sur ces 13 auteurs, 11 me sont totalement inconnus. J’avais juste découvert : Marc Fernandez et Cloé Mehdi. Me voici partie à l’assaut d’un total dépaysement ou presque. Voilà le trajet de notre visite :

Fleury Mérogis – Cloé Mehdi – Je ne suis pas Paris

Montreuil – Karim Madani – The Morillon Houses

Sarcelles – Insa Sané – On a des yeux pour y croire

Mantes la Jolie – Christian Roux – Métamorphose d’Emma F.

Saint-Ouen – Marc Villard – Sous le périphérique

Fontainebleau – Jean-Pierre Rumeau – Le cimetière aux Anes

Pantin – Timothée Demeillers – Enfin, Pantin

Saint-Denis – Rachid Santaki – Jusqu’au dernier souffle

Neuilly-sur-Seine – Marc Fernandez – La Baronne

Ivry-sur-Seine – Guillaume Balsamo – Fin des travaux prévue : février 2027

Boulogne Billancourt – Anne Secret – Les Ombres sur Trapèze

Arcueil – Anne-Sylvie Salzman – Martyrs obscurs

Nanterre – Patrick Pécherot- Le jour où Johnny est mort

Un cocktail de styles usant très bien la plume nous retrace ce voyage. Chacun son lieu, sa sensibilité et sa caractéristique personnelle ; mais un objectif commun : nous montrer une partie de cette banlieue, tant médiatisée, parfois même trop. Je suis passée par toutes les couleurs, de la gaieté, à la colère, en passant par l’effroi, la souffrance et l’horreur face certaines scènes, situations ou évocations. Chacun a choisit son temps, le passé, le présent ou le futur. Chacun a choisi ses personnages : les habitants, anciens ou nouveaux, l’immigration, ou la transformation. Aucun faux semblants face à une réalité sous entendue. Les ambiances de chacune des nouvelles sont très bien décrites, j’ai très bien ressenti les différentes atmosphères de jour comme de nuit ; dans les bois, aux pieds de la cité, en prison, Gare du Nord, ou dans un restaurent asiatique. Les auteurs vous embarquent littéralement à leur côté ; le lecteur est spectateur et pourtant totalement immergés dans les différentes péripéties. Les sentiments sont également évoqués et très présents, l’Amour, la Haine, l’Amitié, la Vengeance et la Famille ; certains passages sont très poignants, tant ils sont plausibles. Je ne sais pas (à part pour une) et je ne cherche pas à savoir si certains faits sont réels ou non ; je me suis laissée embarquée, j’ai pris le train en marche et j’ai suivi cette visite guidée totalement atypique, dans le fin fond du noir, mais pas que. J’ai passé un excellent moment de lecture et de découvertes. Certains titres  d’auteurs cités ont rejoint mon carnet pour de futures lectures. Ce qui ressort globalement de ces différents écrits c’est la volonté de quitter la banlieue, le quartier, la citée ; de changer les choses. Si vous souhaitez voyager, prenez votre ticket, optez pour la playlist proposée, lisez et laissez-vous aller !!!

ded

Résumé : 13 nouvelles noires inédites de 13 auteurs locaux, chacun mettant en scène une ville de la banlieue parisienne. Une cartographie originale et littéraire d’un territoire mal connu et souvent mal considéré.

La collection  » Asphalte Noir  » revient en France pour cette nouvelle destination : Banlieues parisiennes Noir. Comme toujours, des écrivains s’emparent chacun d’un lieu et en font le décor, voire le personnage d’une nouvelle noire inédite. Ce recueil dresse ainsi une cartographie originale d’un territoire mal connu et souvent mal considéré.

 » Les auteurs de ces treize nouvelles ne sont ni sociologues, ni ethnologues, ni journalistes. Ce n’est pas un souci d’exotisme qui les guide. Habitant ces départements qui cernent la capitale, ou aimant les arpenter, ils connaissent leur territoire ; certains sont des acteurs de la vie locale, tous sont des « piétons de banlieues’ (…). Et ils ont fait le choix du noir, ce genre littéraire témoin de son temps qui éclaire les zones d’ombre et saisit le vif.  »

Date de parution : 04.04.2019 aux Editions Asphalte

A lire également les autres oeuvres de Marc Fernandez : Mala Vida, Guerilla Social Club ,Bandidos 

Bandidos (tome 3) de Marc Fernandez

bandidos

Mon avis : Une trilogie qui se conclue par cet opus, où Diego va retourner en Argentine, ressortir ses premiers papiers. Entouré de son équipe, il va devoir faire face à la manipulation, aux mensonges, déjouer également la police, qui ne tient pas forcément à ce que la vérité éclate. Dans ce contexte où le danger est à chaque coin de rue, ils vont de concert, faire en sorte que le meurtrier de Madrid soit appréhendé, même si pour cela, il va falloir aller débusquer les commanditaires à l’autre bout du monde.

Des personnages qu’on a plaisir à retrouver d’un opus à l’autre, qui se dévoilent, sur leur passé, leur sentiments. Une très belle amitié les unit, rien ne peut les séparer, à part la mort ou la trahison.

L’auteur boucle cette série avec brio, ravie de retrouver une plume addictive, un rythme d’événements soutenu et une certaine proximité car un récit très vivant et émouvant. Le thème abordé est très évocateur : un photographe assassiné pour une photo. L’auteur nous fait nous interroger et nous rendre compte de la dangerosité de certains métiers liés à l’information. Cependant comme dans les deux autres volets, aucune leçon moralisatrice. Lecteurs, nous comprenons le besoin de vacances de Diego, mais espérons qu’il reviendra bientôt !!!!

Résumé : Le corps calciné d’une femme menottée, une balle dans la nuque, est retrouvé dans un parc de Madrid. Diego Martin, journaliste radio d’investigation, connait la victime, rencontrée vingt ans auparavant… En Argentine. Jeune reporter à l’époque, il avait couvert l’assassinat du frère de la victime : Alex Rodrigo, photographe pour un grand hebdomadaire, tué selon le même mode opératoire.
Un meurtre identique à des milliers de kilomètres de distance, à deux décennies d’écart. Il n’en faut pas plus au présentateur d' »Ondes confidentielles » pour se lancer dans une enquête qui le mènera à Buenos Aires, où il retrouvera une femme qu’il n’a jamais pu oublier…
Entre corruption politique, flics ripoux et groupes mafieux, ce voyage va faire ressurgir les fantômes du passé. Car parfois, ceux qu’on croyait morts reviennent hanter ceux qui sont restés.

Date de parution : 03.10.2018 aux Editions Préludes

A lire de préférence dans l’ordre : Mala Vida, Guerilla Social Club 

marc fernandez

Guerilla Social Club (tome 2) de Marc Fernandez

1

Mon avis : J’attaque mes victimes de vacances. Nous voici de nouveau en compagnie de Diego qui va se retrouver embarquer dans une nouvelle affaire. Des enlèvements inexpliqués se produisent un peu partout jusqu’au moment où un de ses amis en est victime également. Qu’ont-elles en commun ? Pourquoi ? Comment ? De nombreuses questions interrogations vont naitre dans son esprit et se multiplier.
Des personnages, rencontrés initialement dans Mala Vida, que l’on fait une joie de retrouver dans ce nouvelle opus. Ils vont se dévoiler peu à peu, leurs sentiments, leurs craintes et les caractères se dévoilent. Ils vont s’unir et faire-front commun afin de soutenir et encadrer Diego dans sa quête de vérité. Le danger est tout prêt, les guette. Si les réponses se trouvaient ailleurs !!
Après avoir lu Mala Vida récemment je me suis plongée dans ce nouvel opus. Quel régal de retrouver cette plume particulière qu’à l’auteur, dynamique et entraînante à souhait, pour le plus grand plaisir des lecteurs, enfin pardon je parle déjà pour moi. Ce travail de recherches, car oui, il faut savoir que sur fond de roman, les intrigues mêlent à la fois imaginaire sur fond d’histoire vraie pour ce qui est du thème. Un rythme à couper le souffle qui donne vraiment envie d’aller au bout de cette œuvre et connaître la vérité. On ressent la passion, le frisson, l’envie de l’auteur de nous ouvrir les yeux sur notre Monde. De plus, aussi incroyable soit-il, nous ne lisons ni un cours d’Histoire, ni une œuvre à scandale ; rien que des faits relater et vécus par ce journaliste radio, avec sa sensibilité, ses espoirs, ses craintes, …

Je ne peux que vous encourager à découvrir cette trilogie composée de Mala Vida, Guerilla Social Club et Bandidos.

Bravo à l’auteur qui a su me toucher et m’émouvoir également dans ce volet !!!

Résumé : Deux hommes disparaissent à Madrid. Un autre à Paris et une femme à Buenos Aires. Chaque fois, le même scénario : les victimes sont enlevées et leur cadavre retrouvé mutilé. Toutes ont aussi un passé commun : leur combat contre les dictatures d’Amérique latine dans les années 1970 et 1980.
Parmi ces disparus figure l’un des amis du journaliste madrilène Diego Martín. Il décide de se pencher sur cette affaire pour son émission de radio, aidé par la détective Ana Durán, sa complice de toujours, et par l’avocate Isabel Ferrer.
Une enquête de tous les dangers qui va les mener de l’Espagne à l’Argentine en passant par le Chili, et les obliger à se confronter aux fantômes de l’Histoire. Ce qu’ils découvriront fait froid dans le dos, car, quarante ans après l’opération Condor, le rapace continue de voler.

Date de parution : 08.03.2017 aux Editions Preludes – 03.10.2018 aux Editions Le Livre de Poche

marc-fernandez

Mala Vida (tome 1) de Marc Fernandez

malavida livres

Mon avis : Je termine mon week-end par une poignante découverte, une dédicace criante de vérité…

L’intrigue de ce livre soulève un des pans de de l’Histoire Espagnole sous et post l’ère Franco. Soulevant un fait divers qui a traversé tragiquement les décennies « le vol de bébés », sur fond de crise économique actuelle. Un pays, dont la majeure partie de la population a du mal à joindre les deux bouts, perd confiance en son système. Résultat : descendre dans la rue et réclamer des réponses, une justice.

Des personnages, qui ont force et panache, pour faire entendre les familles des victimes et mettre en lumière la véracité des faits. Des meurtres se succèdent, sont-ils isolés ? Ont-ils un lien ? Diego, journaliste va se lancer dans cette croisade : faire toute la lumière sur cette affaire. Jusqu’où ira-t-il pour faire éclater la vérité ? Que va-t-il découvrir ? En sortira-t-il indemne ? Quelles vont être les conséquences de son obstination ?

L’auteur nous livre ici un livre à la fois émouvant, remuant, bouleversant et révoltant. Il va, au fil des pages, à travers ses personnages, sans langue de bois, malmener et d’énoncer à tour de rôle les politiques, le pouvoir, la justice, l’Eglise et la Monarchie. Avec une plume fluide et addictive, le lecteur est emporté dans sa lecture à l’image du personnage principal dans sa croisade. Difficile d’imaginer que tant d’atrocités, de vies gâchées, ont pu être perpétrées, relayées, organisées, étouffées et protégées pendant près d’un demi-siècle. Je salue et remercie le courage de l’auteur pour ce sacré « coup de projecteur », face à une justice qui penne à être rendue.

Ma curiosité m’a poussée à regarder sur internet, « un article du 26 Juin 2018 publié par le Figaro annonçait l’ouverture du premier procès des « bébés volés », Eduardo Véla, ex-obstétricien à la clinique de San Ramon de Madrid, est accusé par Inès Madrigal, employée des chemins de fer de 49 ans, de l’avoir séparée de sa mère biologique et d’avoir falsifié son acte de naissance, en Juin 1969. » De quoi redonner l’espoir aux victimes et que Justice se fasse enfin.

mala vida ded

Résumé : De nos jours en Espagne. La droite dure vient de remporter les élections après douze ans de pouvoir socialiste. Une majorité absolue pour les nostalgiques de Franco, dans un pays à la mémoire courte. Au milieu de ce renversement, une série de meurtre est perpétrée, de Madrid à Barcelone en passant par Valence. Les victimes : un homme politique, un notaire, un médecin, un banquier et une religieuse. Rien se semble apparemment relier ces crimes … Sur fond de crise économique, mais aussi de retour à un certain ordre moral, un journaliste radio spécialisé en affaires criminelles, Diego Martin, tente de garder la tête hors de l’eau malgré la purge médiatique. Lorsqu’il s’intéresse au premier meurtre, il ne se doute pas que son enquête va le mener bien plus loins qu’un simple fait divers, au plus près d’un scandale national qui perdure depuis des années, celui dit des « bébés volés » de la dictature franquiste.

Date de parution : 07.10.2015 aux Editions Préludes – 08.03.2017 aux Editions Le Livre de Poche

marc-fernandez