Les oubliés de Dieu de Ludovic Lancien

LES OUBLIES

Mon avis : Un médecin assassiné à son cabinet de manière à la fois violente et mise en scène. Aucun doute pour Gabriel Darui, c’est le début d’une longue série. Ce capitaine va devoir faire face à une série d’obstacles et d’énigmes qui vont rendre les investigations encore plus tortueuses. A chaque pas en avant vers la vérité, des pas en arrière car plus de questions que de réponses sont soulevées à chaque étape.

Au sein d’une équipe soudée, il va mener ses investigations et chercher dans les secrets de la première victime afin de mettre en lumière le profil des cibles et leurs liens. Son chef et ses coéquipiers vont rapidement se rendre compte qu’ils ont à faire à des personnes qui ont souhaité défier les lois de la vie ou de la médecine.

En effet, en creusant ils vont déterrer des projets qui consistaient à classer des personnes atteintes de maladies ou difformités rares. Ce n’est pas sans rappeler les projets nazis du milieu du XXème siècle. Mais comment remonter la piste de ses coupables qui s’acharnent souvent sur leurs victimes. D’ailleurs pourquoi ces différents traitements ?

Encore une fois, l’auteur signe une enquête méticuleuse, où il met en lumière des études scientifiques d’une part et la symbolique d’autre part. Les notions de bien et mal, ainsi que les spectateurs ou acteurs de ces groupes. Il met en avant la violence comme état de vengeance, de même que les parties les plus sombres des êtres humains. En effet qui peut se passionner de spectacles atroces ?

La vengeance est-elle la seule solution pour aller de l’avant ?

Un vrai lever de tabou également sur la manière dont on aborde la maladie, la différence et ce que notre société offre comme aide ou solution, ainsi que la place de la symbolique.

Des personnages à la fois bourrus et d’une extrême sensibilité, Gabriel en est l’exemple mais pas le seul. Déjà que sa vie est loin d’être un long fleuve tranquille mais quand l’obscurité de son passé ressurgit, il va devoir composer et raisonner.

Une écriture méticuleuse, un rythme qui alterne parfaitement les scènes d’actions et la notion du temps, par rapport aux phases de réflexions et d’échange. Il place également très habilement la notion de symbolique, qui se prête parfaitement au récit qui monte en puissance au fil des pages et des différentes avancées.

Une lecture addictive, une enquête très bien menée, de nombreuses impasses et questionnements. Rien n’arrive par hasard, tout est parfaitement bien maîtrisé.

Une fin émouvante, poignante et touchante clôt, j’espère temporairement, les aventures de Gabriel que j’aimerais bien voir revenir prochainement.

Résumé : Un médecin généraliste est retrouvé massacré dans son cabinet aux Lilas, près de Paris. Son corps a fait l’objet d’un véritable carnage.
Très vite, l’enquête dévoile sa double vie et son intérêt morbide pour la tératologie : l’étude de ces hommes et femmes que l’on qualifie abruptement de  » monstres « .
Ceux dont l’existence même fut jadis considérée comme une preuve de celle du diable.
Ceux que le régime nazi a cherché à éradiquer à travers des campagnes d’extermination longtemps tenues secrètes.
Ceux que l’on nomme parfois les  » oubliés de Dieu « .
Chargé de l’enquête, le capitaine Gabriel Darui va recevoir un appel d’un homme qu’il s’était juré de ne jamais revoir. Un homme qui connaît ses secrets les plus troubles. Un homme qui, à l’instar du médecin assassiné, a frayé avec ce que l’humanité a de plus sombre. Un homme qui sait que toutes les leçons du passé n’ont pas été retenues et que, comme Darui va le découvrir, l’horreur se conjugue aussi au présent.

Date de publication : 05.09.2020 aux Editions Hugo Poche

A découvrir du même auteur : Le singe d’Harlow 

D’autres avis sur ce livre : L’Oeil Noir, Collectif Polar, Couriretlire,

ludovic lancien

Le Singe d’Harlow de Ludovic Lancien

le singe

Mon avis : Premier Coup de Cœur de l’Année !!!

Une enquête où les différents meurtres sont accompagnés de messages envoyés aux policiers, mais pas seulement. Ce tueur semble vouloir jouer avec les nerfs des enquêteurs, mais à quelle fin ? Aucun lien en apparence ne permet réunir les différentes victimes. Pourtant, en Province, on est loin d’imaginer que de tel actes peuvent se produire au sein d’une communauté qui se connait depuis des décennies. Le lien détient les clés de la vérité et mettre au grand jour des secrets, tellement enfouis…

Lucas, un personnage qui semble à la fois perdu dans cette nouvelle région où il doit refaire sa vie, que dans ses nouvelles fonctions. Personnellement et professionnellement affaibli, il va s’avérer fin limier. Son côté grande gueule et ne respectait pas sa hiérarchie, rend à la fois le lecteur d’un côté soupçonneux, d’une autre admiratif suite à sa reconstruction. Il est sûrement loin d’imaginer que sa ténacité, son obsession vont permettre de mettre en lumière l’inimaginable.

Les Bêtes, comme citées tout au long de l’œuvre, ne vont avoir de cesse d’agir tant que la vengeance ne sera pas terminée ni assouvie. L’auteur met habilement en scène l’aspect psychologique des personnages, d’une situation et les travaux d’Harlow. Le titre avait piqué ma curiosité donc j’avais été faire quelques recherches sur internet. J’ai beaucoup apprécié cette dimension psychologique, que ce soit les personnages en eux-mêmes ou dans leur quotidien, les faits et leurs conséquences. Jusqu’où l’amertume, la haine, le besoin de vengeance jamais assouvie. Une escalade qui peut demeurer sans fin car elle n’étanche pas la tristesse et la peine de la perte. Les enfants, leur développement, leur éducation, leur relation, un ensemble de bases qui détermineront ce qu’ils deviendront adultes.

Je félicite l’auteur pour ce magnifique premier livre, un rythme entraînant, roman qui se lit d’une traite. Des chapitres construits de manière à rendre addictive et fluide la lecture. Une intrigue, mêlant, violence, vengeance, tabou et amour. Le tout saupoudré de données, de recherches, savamment distillées. Un sacré cocktail détonnant. Une fin magistrale qui restera longtemps dans ma mémoire.

Résumé : Démis de ses fonctions de commandant à la PJ parisienne, le lieutenant Lucas Dorinel vit son exil brestois comme une petite mort. Jusqu’à ce qu’un message obscur _ Les Bêtes seront sacrifiées _ lui rappelle ce que la mort, la vraie, a de plus terrifiant.
Car le message le conduit à un cadavre. Sauvagement mutilé. Celui d’un homme incarcéré huit ans plus tôt pour le meurtre d’un enfant.
En s’adressant directement à lui, l’assassin réveille en Lucas à la fois son instinct de flic et sa violence. Le meurtrier et lui sont faits de la même étoffe. Prêts à combattre le mal par le mal.
Et à traquer les Bêtes là où elles se terrent.

 

Date de parution : 14.11.2019 aux Editions Hugo Poche

ludovic lancien.jpg