Échec à la Reine (tome1) de Valérie Valeix

pixiz-12-11-2019-12-32-57.jpg

Mon avis : J’ai été ravie de découvrir la genèse de cette série, et oui malheureusement je ne l’ai pas lue dans l’ordre.

Donc j’ai fait connaissance avec Audrey et ses débuts d’auxiliaire de gendarmerie. Outre sa profession principale, apicultrice, qui nous est décrite ponctuellement au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire, le lecteur en apprend plus sur ce métier et sur le monde des abeilles. Cette activité est au centre de l’enquête et montre les différents courants de pensées.

La disparition de Papé, ami d’Audrey, va la bouleverser, elle va remuer ciel et terre afin que les autorités acceptent d’ouvrir une procédure. Et là c’est la rencontre avec Antoine, jeune gendarme, fraîchement débarqué dans la région. Il va devoir s’habituer aux us et coutumes de la campagne, beaucoup avait pris certaines habitudes avec Lebel son prédécesseur.

L’uniforme, l’autorité ne font pas tout, Audrey qui n’a pas la langue dans poche et compte bien tenir tête à cet alsacien qui fait mine au départ de ne pas l’écouter.

L’enquête en elle-même est menée tambour battant avec la vivacité, le charisme et la ténacité d’Audrey, il ne peut en être autrement. On va vite se rendre compte qu’il n’y a sûrement pas un coupable mais plusieurs, en effet la notion de groupe derrière les événements ne laisse que peu de place aux doutes. Une écriture fluide, dynamique, rend de suite cette découverte addictive.

J’ai été ravie (comme toujours) de lire un épisode de cette saga, surtout là c’est le pilote. Les choses, les personnages récurrents, se mettent en place. La nature est omniprésente dans les livres de l’auteur, on ressent bien sa volonté à travers ses écrits de faire passer des messages liés à nos vies et à l’environnement. Outre un polar bien constitué qui tient en haleine le lecteur dès les premières pages, je suis contente d’avoir appris autant de chose sur un métier qui m’est totalement inconnu.

valérie ded

Résumé : Éminente apicultrice consultante dans le Quercy, la jeune Audrey Astier parcourt le monde à la recherche de méthodes de travail différentes dans le but d’assurer la sauvegarde des abeilles. Alors qu’elle a rendez-vous avec son vieux maître de stage, Janissou Laborde, dit le Papé, celui-ci disparaît mystérieusement… Aux côtés du troublant lieutenant Steinberger, fraîchement affecté à la gendarmerie de Rocamadour après son retour d’Afghanistan, Audrey va courir le causse pour tenter de déjouer les pièges d’une effroyable société secrète prête à tout pour arriver à ses fins…

Date de parution : 10.03.2017 aux Editions Le Palémon

A découvrir également : 

La Fumée du Diable

Confession d’un pot de Miel

Abeilles, Crimes et Champagne !

Dix Petits Frelons à Giverny

valerie valeix

Miaou, Bordel ! de  Gérard Chevalier (Tome 1)

miaou bortdel !

Mon avis : Une très belle rencontre avec Catia, une chatte fidèle a son maître, qui va se révéler d’une aide en dehors du commun. Pourquoi ? Tout simplement car elle a trouvé le moyen de communiquer avec les êtres humains. Protagoniste principale, nous sommes à ses côtés lors de sa première enquête, qui va se révéler plus que compliquée. Erwan, ancien policier, devenu journaliste va se retrouver au centre d’un complot qui va le mettre, lui et ses amis en danger. C’est sans compter sur sa compagne féline qui fera tout, oui oui je dis bien tout pour sauver son Amour, quitte à y laisser quelques poils…

Une charmante rencontre, un point de vue très original, un récit mêlant humour et sarcasme. De nombreux clichés sont mis à mal par cette compagne hors du commun. Un récit où l’on rit, on s’attache et on tremble pour que rien ne leur arrive.

Des policiers peu scrupuleux vont oser s’en prendre à ce duo improbable. Des anecdotes très sympathiques, j’ai passé un très bon moment de plaisir à découvrir cette histoire que l’auteur a su rendre très crédible.

Un style très vivant, mettant en scène tout d’un point de vue de Catia, où pour nous montrer l’étendue de ses connaissances n’hésite pas à faire de nombreuses références littéraires ou cinématographiques. Une enquête très bien menée, totalement atypique où tous les ingrédients sont présents : suspense, des méchants, un bon déroulé pour notre nouvelle amie qui va s’avérer redoutable. Catwoman n’a qu’à bien se tenir !! Car à Quimper Catia, au fort caractère,  ne se laisse pas faire, ni rien passer. Dotée de sentiments, un réel sens de la déduction, je plains les protagonistes qui vont se retrouver entre ses griffes. Malheur à celui ou celle qui touche à Erwan !

L’auteur a su donner corps et profondeur à tous ses personnages. Chacun a sa place, son rôle (même si dans certains cas ils sont inversés, mais ça je vous laisse le découvrir par vous-même, non mais !).

Je rassure certains lecteurs, nous ne sommes pas non plus dans un roman de science fictions mais dans un polar original.

Une très belle découverte, un excellent moment de lecture !! On en redemande, heureusement ce n’est que le premier opus.

Résumé : Dans cette nouvelle collection, qui s’écarte totalement de son style habituel, Gérard Chevalier propose une belle originalité : son héroïne et narratrice !
Catia, minette quimpéroise « surdouée », mène l’enquête en assistant son maître, journaliste d’investigation, dans ses recherches. Elle maîtrise le langage humain dans ses nuances les plus intimes et emploie parfois des termes fleuris pour juger les comportements des « bipèdes ».

Date de parution : 24 octobre 2014 aux Editions Le Palémon

gerard chevalier.jpg

Nés Sous X de Cicéron Angledroit (T2)

En Souvenirs du Salon de Guainville,

ciceron

Mon avis : Ravie de retrouver une nouvelle enquête de Cicéron. Comme dans le précédent nous retrouvons avec plaisir ce personnage atypique mas d’autant plus attachant. Autour de lui, que des femmes, sa fille, sa mère et sa ou ses maîtresses.

Dans cet épisode, le voici confronté à deux enquêtes. L’une va se révéler incroyable au prime abord, surtout quand c’est son comparse de café qui lui raconte le pitch. Dans l’autre, un jeune homme adopté va se reconnaître à la une d’un journal relatant un fais divers, mais ce n’est pas lui.

Comme d’habitude Cicéron avec sa bonne humeur et son côté « je veux rendre service aux autres » mais « j’ai aussi besoin d’argent pour vivre » va accepter ses deux enquêtes.

Pour la première, comme des flics seraient en cause, il va faire appel à son commissaire qui déjà avait des doutes sur cette brigade va l’aider, le soutenir mais le laisser aller au front tout seul. Le danger est à chaque coin de rue. De bagarre en incendies, les deux flics sont prêts à tout pour masquer les méfaits, voir même en utilisant l’intimidation. Mais notre Cicéron intrépide ne va pas se laisser intimider, même s’il a affaire à des flics qui sembleraient très probablement être des ripoux.

Pour sa deuxième enquête, Cicéron va devoir être beaucoup plus « subtile », je vois déjà un sourire se dessiner sur le visage de ceux qui connaissent déjà ce personnage, mais oui quand il faut aller fouiller dans les archives des naissances sous X, contacter les cliniques, et autres interrogatoires auprès de personnages qui ont juré de garder le silence. La subtilité est le seul atout.

J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette deuxième enquête où l’enquêteur mêle à la fois les sentiments, les tragédies familiales et d’un autre côté braver des bandits en uniforme. Des chapitres toujours aussi dynamique, entraînant qui se ponctuent par des anecdotes personnels de notre héros. Le sarcasme, les jeux de mots et une attitude parfois nonchalante sont toujours de mise ; tout en restant le charmant chéri de ses dames. J’apprécie ce mélange entre l’humour noir et les sujets sérieux. Il est plus que probable que je vous parle bientôt de l’opus suivant !

nes sous x ded

Résumé : Cicéron Angledroit est détective privé en banlieue parisienne. Quand il ne croule pas sous les affaires, ce qui est régulièrement le cas, il partage son temps entre sa fille et ses maîtresses. Mais voilà, tout à coup, il se retrouve avec deux dossiers sur le dos. D’un côté, une sombre histoire de flics pas très honnêtes, de l’autre, un mystère autour d’une naissance… Avec son flegme et son humour légendaires, Cicéron mène l’enquête.

Date de parution : 11.11.2016 aux Editions Le Palémon

ciceron angledroit

 

Dix Petits Frelons (tome 5) de Valérie Valeix

les frelons

Mon avis : C’est avec toujours autant de plaisir que je retrouve une nouvelle enquête d’Audrey. Même si, ici elle souffre encore de l’opus précédent, le drame lié à son mari est tout juste accepté. Et pourtant elle va, au cours d’une formation à Giverny, se retrouver au centre d’un sacré vol lié à Monet. Parallèlement, des jeunes confiés à Gregory disparaissent sans laisser de trace. Fugue ? Kidnapping ? Seraient-ce les voleurs qui auraient pris la tangente après leurs méfaits ? Toutes les pistes sont exploitées même si les gendarmes ont tendance à trouver chez ces jeunes en réinsertion les coupables parfaits.

Bafouant les idées reçues, mettant son chagrin de côté, elle va faire en sorte de faire toute la lumière sur ces affaires. En effet, elle ne croit pas en la culpabilité des adolescents et c’est en compagnie de son fidèle ami Lebel (parfois son chaperon) qu’ils vont au péril de leur sécurité, affronter l’Inconnu. Cet ennemi de l’ombre. Dans ce village voué à Monet, vers qui peuvent ils se tourner ? A qui accorder leur confiance ?

L’auteur signe ici un très beau 5ème volet, de très beaux clins d’œil sont ici présents. Monet bien sûr, son histoire, sa vie et ses œuvres. Mais aussi très astucieux grâce au titre une pensée glissée à Agatha Christie. Valérie n’hésite pas à prendre des risques que ce soit dans le choix et la tournure de son intrigue que par l’évolution de ses personnages principaux.

Une, voire des intrigues, très bien ficelées, le lecteur ne voit rien venir. C’est pêchu, osé et sur moi ça a très bien fonctionné. Toujours aussi vive dans ses dialogues, un rythme très dynamique et attractif. La particularité ici, le saupoudrage historique qui contribue à l’immersion du lecteur dans le monde tant prisé de l’art. Cette bande de jeunes nous rappelle que les clichés doivent, parfois être bannis et qu’il faut chercher plus loin que la visibilité de faits trop évidente. L’habit ne fait pas le moine, cet adage s’accorde très bien avec ce récit. Aussi très bien mise en lumière, la notion d’amitié, de solidarité, qui peuvent ravir comme détruire.

Je commence à en avoir l’habitude, le twist final de la dernière page me rend très impatience de lire le prochain.

FRELONS DED.jpg

Résumé : Après la disparition de son mari, gendarme d’élite et membre des forces spéciales, survenue lors d’une mission en Syrie, Audrey se rend chez Grégory Larcher, prêtre éducateur de rue et apiculteur spécialiste en gelée royale, afin d’y suivre une formation approfondie sur la précieuse substance. Cet homme habite le célèbre village normand de Giverny où il a créé la « Ferme aux Enfants », un lieu d’accueil pour jeunes en difficulté qu’il initie à l’apiculture et à la peinture, étant voisin de la propriété où vécut le peintre Claude Monet. À peine arrivés sur place, Audrey et son fidèle ami, Lebel, se rendent au vernissage de l’exposition « Magie d’un peintre » qui révèle au public un dessin inédit de Monet, Collier aux Nymphéas, de 1909, et la réalisation contemporaine de ce projet de bijou par le prestigieux joaillier Chaumet. La nuit suivante, la Fondation est cambriolée. Seuls le dessin et le collier ont disparu ; à leur place ont été déposés deux frelons secs…

Date de parution : 20.06.2019 aux Editions Le Palémon

VALERIE VALEIX.jpg

Confession d’un Pot de Miel (tome 3) de Valérie Valeix

Une Lecture dans le Cadre :

🤩📚Le DIMANCHE 23 JUIN 2019,
SALON DU POLAR AU VIEUX CHATEAU DE GUAINVILLE (28) 🤩📚

 

 

Mon avis : Nous retrouvons Audrey dans une nouvelle aventure, invitée par une de ses amies dans un domaine viticole ; une semaine qui devait être des vacances ne vont pas être de tout repos. En effet, à peine arrivée Edmond décède de manière suspecte. Audrey va reprendre sa casquette auxiliaire de gendarmerie et va mettre tout en œuvre pour faire la lumière sur ce meurtre qui laisse son amie veuve enceinte. Elle va comme à son habitude remuer ciel et terre, enquêter quitte à se mettre elle-même en danger. Les mobiles ne manquent pas, la jalousie, la haine, la cupidité ? Tous sont possibles et probables !! Mêlant vin et miel, les protagonistes tombent comme des mouches.

Pendant ce temps, son futur mari Antoine, gendarme, part en Russie pour se préparer aux futures épreuves de natation.

L’ombre plane autour de ce couple le poids du doute et du passé. Quand arrive le jour J de leur mariage, le retour de Walter suscite beaucoup d’interrogations.

J’ai été ravie de retrouver la plume de l’auteur, l’audace de ses personnages, leurs engagements et leur sagacité. Ils sont attachants, poignants et ne manquent pas de panache. J’apprécie également les jeux de style de l’auteur mêlant parfois humour et sarcasmes. Le suspense est maintenu jusqu’au bout et la fin nous réserve de nombreuses surprises. Un opus à plusieurs tiroirs avec l’enquête d’Audrey d’une part, mais également le passé qui resurgit avec sa noirceur et ses tragédies. La nature est un personnage dans cette série, différents sujets sont abordés avec entrain et délicatesse. La famille et la solidarité sont également bien présentes dans ce volet, mettant en lumière les mensonges et les non-dits. Le personnage de Walter, jumeaux d’Antoine, revenu d’Afghanistan, est à la fois énigmatique, soucieux, cachant une part sombre empreint d’une certaine noirceur, rend le lecteur très curieux.

Une très belle lecture !!! Une série que je poursuivrai très prochainement, j’ai hâte de retrouver l’intrépide Audrey.

Résume : Audrey se rend dans le prestigieux terroir de Monbazillac résoudre une affaire de miel empoisonné responsable du décès d’Edmond Robart, propriétaire du domaine viticole Château Haut-Briac qu’Héloïse, ancienne élève d’Audrey et nouvelle jeune épouse de Robart, souhaite transformer en spa apicole de luxe. Enceinte de cinq mois, Audrey, qui s’apprête à épouser Antoine, se porte au secours de son amie sur laquelle pèsent de lourds soupçons, relayés par Alexia, la fille de Robart. C’est le moment que choisit Walter, le jumeau d’Antoine, pour réapparaître. A la joie des retrouvailles succèdent les règlements de comptes : Walter, guidé par l’inoxydable Frère Ambroise, exige des réparations pour ses deux ans passés en geôles afghanes…

Date de parution : 23.03.2018 aux Editions du Palémon

VALERIE VALEIX

Sois Zen et Tue-Le de Cicéron Angledroit

Une Lecture dans le Cadre :

🤩📚Le DIMANCHE 23 JUIN 2019,
SALON DU POLAR AU VIEUX CHATEAU DE GUAINVILLE (28) 🤩📚

Mon avis : Je viens de découvrir la première enquête de Cicéron Angledroit. Elle va le dérouter tant la demande peut sembler intrigante. Une femme, contre l’avis de ses enfants, lui demande de retrouver le meurtrier de son mari, 10 ans après sa mort. Elle en est persuadée il n’est pas mort naturellement. Bien rémunéré, ce contrat va l’amener à découvrir une vérité tant souhaitée. Mais d’autant plus surprenante.

Parallèlement, des bombes explosent dans les mains de délinquants, un justicier sévirait-il à Paris et en banlieue ? Cicéron va faire la rencontre d’un commissaire et d’étranges personnages qui vont devenir son quotidien. Lui-même une personne atypique, sa vie : sa fille, ses enquêtes de privé et ses conquêtes. De fil en aiguilles nous en apprenons plus sur lui.

L’auteur signe ici un premier volet très sympathique et totalement décalé. Que ce soit le style d’écriture qui rappelle les films des Tontons Flingueurs ou dans le choix de ses protagonistes à la fois loufoques et attachants. Une plume au genre gouaille qui se couple parfaitement à ce personnage rocambolesque. Sa sensibilité saura convaincre les fans du genre. Pour moi, une lecture très agréable, original, je découvrirai sûrement ses prochaines aventures.

Résumé : Nonchalant et séducteur malgré lui, Cicéron Angledroit est détective privé en banlieue parisienne. En manque d’argent, il accepte l’étonnante offre de Madame Costa : enquêter sur la mort de son mari enterré depuis dix ans.

Ses aventures rocambolesques ne font que commencer…

« Mais qu’est-ce qu’il lui prend, à la mère Costa, de me demander d’enquêter sur la mort de son mari enterré depuis dix ans ? Si j’accepte, c’est bien parce que j’ai besoin de sous ! Et puis il y a cette histoire de truands de banlieue qui explosent à chaque coin de rue. Et ces SDF qui n’en sont pas… Ajoutez une ou deux femmes mariées, un Yorkshire, mélangez le tout et dégustez ! Mais c’est qui qui tue ? Pour le savoir, il va falloir me suivre, moi Cicéron Angledroit, jusqu’au bout de cette histoire… »

Date de parution : 09.09.2016 aux Editions Palémon

ANGLEDROIT CICERON

Autopsie d’Un Mensonge de Françoise Le Mer

autopsie

Mon avis : Ma première enquête en compagnie de Le Gwen et de Le Fur. Une sacré découverte au milieu de ce chemin meurtrier. Les cadavres sont retrouvés de part et d’autre de ce coin de Bretagne. Hormis le père et sa fille, aucun lien apparent et pourtant quel secret ce fameux 13 ? Un jour où les superstitions vont bon train mais est-ce une date si anodine ? Que s’est-il réellement passé ? Pourquoi s’en prendre à cette famille sans histoire ? Du moins de prima bord.

Des enquêteurs proches des habitants, à l’heure écoute, ils sont soucieux des détails. Ils vont tout mettre en œuvre pour découvrir la vérité aussi invraisemblables soit-elle. Pourtant les indices surgissent mais le plus compliqué n’est-il d’assembler le puzzle ? Elle va les entraîner au-delà de la région et réouvrir certaines blessures.

Le boulanger qui va découvrir les premiers corps sans vie. Ce personnage m’a profondément touchée au vue de sons quotidien au côté de sa femme et de son beau-fils. Courageux, empathique, amoureux et qui devra retrouver goût à la vie.

Un polar psychologique qui démontre la puissance de l’enfance, des faits et des conséquences qui vont suivre. Comment se remettre ? Mais aussi quel chemin parcourir ? Comment tout peut basculer ? Les secrets sont parfois les premières armes des assassins, ainsi que la manipulation psychologique ; les mensonges sont des accessoires. Lorsque le piège se referme, les langues se délient et les drames pleuvent. Du rythme, une fin qu’on ne voit pas venir. J’ai été à la fois surprise et secouée à la fin de ma lecture, livre dévoré en un après-midi. Une plume  fluide addictive, entraînante. Un suspense maintenu jusqu’au bout, un déroulé tortueux montrant les difficultés des enquêteurs. Le soucis du détail va leur donner raison. Mon premier livre de l’auteur et sûrement pas le dernier.

Résumé : Aucun boulanger ne s’imaginerait tomber sur une scène de crime en livrant, un samedi matin, baguette et croissants chez l’un de ses clients.

C’est pourtant le cas de Jean Le Sueur, un artisan de Roscoff, qui découvre les corps sans vie du docteur Gauthier et de sa fille, Léa. L’émoi sera d’autant plus grand dans la paisible cité corsaire qu’on constate rapidement la disparition des deux autres membres de cette famille apparemment sans histoires: la mère, Caroline, et son fils, Jules.

Dans les jours suivants, le mystère de cette terrible affaire va s’épaissir encore car de nouveaux crimes qui pourraient être liés sont perpétrés dans le Finistère.

Quel mobile anime donc le machiavélique individu qui sème la mort dans des lieux aussi différents qu’une demeure bourgeoise roscovite, un humble penty de Plouhinec et la forêt de Toulfoën, près de Quimperlé́?

Au commissaire Le Gwen, assisté du lieutenant Le Fur, l’éprouvante mission de conduire l’Autopsie d’un mensonge qui les plongera dans les abysses de la perversité́ humaine…

Date de parution : 07.12.2018 aux Editions Le Palémon

francoise le mer