Le #10, Les Rebelles : Les résistants : Volume 2, Lucie Aubrac et l’Armés des Ombres

Le 10 de chaque mois, je souhaite vous faire découvrir la Série Les Rebelles :

les rebelles

« Hommes d’actions, écrivains, penseurs ou artistes, ils ont un jour rompu avec les accommodements, les mensonges ou les préjugés de leur temps pour faire de leur vie un combat. S’ils se sont également battus avec la plume, c’est qu’ils étaient convaincus du formisable pouvoir des mots pour éveiller les consciences, résister à l’oppression et transformer le monde. Leur écrits n’ont rien perdu de leur force ni de leur justesse, et restent des manuels d’insoumission pour leur temps présent. »  Responsable Editorial : Grégoire Kauffman 

les resistants t2.jpg

Mon avis : Encore une fois je me suis replongée avec grand plaisir à la découverte de ces différents textes. Des auteurs ou personnalités connues ou des Résistants qui ont choisi à l’unanimité de dire au nazisme, non à l’oppresseur.

Chacun à sa manière, homme ou femme, nous fait part de ses ressentis, de ses craintes sur cette époque trouble et qui marquera notre Histoire. A les lire, on a vraiment l’impression d’y être et de trembler et de vivre les événements en direct.

Ils sont choisi de prendre la plume (et ou les armes) pour se soulever et manifester leur opposition. Leurs chemins vont pour certains se croiser. L’héritage qu’il nous laisse est d’autant plus fort, qu’avec cette lecture on se rend compte. Il ne s’agit pas de retranscription romancée mais de publication de texte en l’état.

Les quelques explications politiques aussi nous permettent de mieux comprendre et de nous immerger dans la période.

Les Résistants avec un grand R ont fait qu’aujourd’hui ressemble à ce qu’il est et non à ce qu’il aurait pu être s’ils n’étaient intervenus. Ces messages d’espoir, d’envie de liberté doivent rester dans les mémoires.

Une fois de plus, je trouve que la publication de ces différents recueils nous ouvre les portes de la connaissance, d’une autre manière que juste des dates ou événements. Cette période est un peu tout ça en effet.

Interpeller, ne pas oublier et avancer.

Auteurs des textes : Ferdinand Grenier, Edith Thomas, Jean-Pierre Levy, Henry Ingrand, Pierre-Henri Teitgen, Jacques Laurent, France Bloch-Sérazin, Jean Nicoli, Edgar Tarquin, Missak Manouchian, Joseph Epstein, Olga Bancic, Henri Romans-Petit, Marianne Cohn, Claude Bouchinet-Serreulles, Waldeck Rochet, Lucie Aubrac, Arlette Humbert-Laroche, Madeleine Riffaud, Albert Camus, Françis-Louis Closon, Jacques Bingen, Emmanuel d’Astier de la Vigérie, Charles Tillon, Yves Farges, Paul Paulhan, René Char, Raymond Aubrac, Jacques Kayser, Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle, Raymonde Tillon, Lise Lesèvre, Charlotte Delbo, Louis Aragon, Jean Cassou, Robert Desnos. 

Résumé : Poèmes, écrits clandestins imprimés et diffusés malgré les risques de mort et de déportation, proclamations depuis Londres, dernières lettres de martyrs, comme France Bloch ou Missak Manouchian : dans ce tome 2, les résistants apparaissent en rebelles courageux dont les choix ont été authentiques puisqu’ils ont été faits au péril de leur vie. De Lucie Aubrac à Charles Tillon, de Charlotte Delbo à Albert Camus, de Jean Cassou à Germaine Tillion, les camarades de l’armée des ombres disent tous leur confiance dans un avenir meilleur.

Date de parution : 09.11.2012 aux Editions Coédition Garnier

Voir aussi : Le #10, Les Rebelles : Les résistants : Volume 1, Jean Moulin et les soutiers de la gloire

Le #10, Les Rebelles : Les résistants : Volume 1, Jean Moulin et les soutiers de la gloire

Le 10 de chaque mois, je souhaite vous faire découvrir la Série Les Rebelles :

les rebelles

« Hommes d’actions, écrivains, penseurs ou artistes, ils ont un jour rompu avec les accommodements, les mensonges ou les préjugés de leur temps pour faire de leur vie un combat. S’ils se sont également battus avec la plume, c’est qu’ils étaient convaincus du formisable pouvoir des mots pour éveiller les consciences, résister à l’oppression et transformer le monde. Leur écrits n’ont rien perdu de leur force ni de leur justesse, et restent des manuels d’insoumission pour leur temps présent. »  Responsable Editorial : Grégoire Kauffman 

les resistants T1

Mon avis : Nous voici en présence d’un recueil de témoignages, chacun(e) à leur façon a choisi de laisser un message sur cette période de Résistance. Ils sont diverses et variés, politiques, personnels (correspondance avec la famille), chacun dénonce à sa manière la dure occupation allemande. De la montée du nazisme, en passant par les différentes prisons de France, les camps, les rafles, l’aspect économique, l’espoir d’un monde meilleur. La sortie de crise que chacun prie pour qu’elle soit la plus rapide, les solides attentes de voir les Alliés débarquer et sauver la France.

A travers ces différents écrits, on imagine très bien le dur labeur des différents réseaux mis en place, au péril de la vie de nombreux hommes et femmes qui vont faire en sorte que la France soit Libre aujourd’hui.

Ce saut en arrière m’a permis de voir tout un panel de réactions, certaines très connues, d’autres un peu moins et découvrir d’une autre manière l’ambiance de époque où planait l’incertitude, la peur.

Certaines correspondances, de prisonniers quelques heures avant d’être fusillés, sont très poignantes, ils décrivent leur ressentis et leurs souhaits pour l’avenir de leur proche dont ils ne feront plus partis.

Nous sommes loin des cours magistraux d’histoire, mais sous nos yeux défilent des courants de pensées, des vœux, des constats et des perspectives. Les Résistants font partis de notre Histoire, ne les oublions pas. Et espérons-le « Plus jamais ça ».

Auteurs des textes : Jean Moulin, Jacques Decour, Max Jacob, Pierre Bourdan, Madeleine Michelis, Jean Texcier, Marc Bloch, René Cassin, François Mauriac, Maurice Halna du Fretay, Emile Laffon, Honoré d’Estienne d’Orves, Arthur Loucheux, Michel Dabat de Lignières, Jean-Pierre Timbaud, Voris Vildé, Louis Aragon, Georges Politzer, Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Daniel Mayer, Henri Fresnay, Berty Albrecht, Claude Bourdet, André Hauriou, Marie-Madeleine Fourcade, Gilbert de Chambrun, André Labarthe, Jules-Géraud Saliège, Pasteur Marc Boegner, Benjamin Fondane, Daniel Mayer, Charles Vallin, Pierre Brossolette, Georges Altman, Léon Blum, Georges Guingouin, Lise Ricol-London, Maurice Schumann.

Résumé : Chants, poèmes, lettres, discours, graffitis inscrits sur les murs des prisons avec leur sang, airs fredonnés par les « soutiers de la gloire », comme les appelait Pierre Brossolette…. De Jean Moulin à Berty Albrecht, du cardinal Saliège au pasteur Boegner, de René Cassin à Henri Frenay, de Louis Aragon à Max Jacob, les héros connus ou moins connus de la Résistance ont choisi de désobéir à des lois pour obéir à leur conscience. Les mots du peuple de la nuit évoquent moins la haine ou le désir de vengeance que l’espoir et la vie. Contre la terreur et l’arbitraire, contre le défaitisme et la résignation, ces voix de la liberté chantent à l’unisson la même leçon de courage et d’insoumission.

Date de parution : 09.11.2012 aux Editions Coédition Garnier

Mado, Retour de l’Enfer de Chérif Zananiri

Une Lecture dans le Cadre :

🤩📚Le DIMANCHE 23 JUIN 2019,
SALON DU POLAR AU VIEUX CHATEAU DE GUAINVILLE (28) 🤩📚

 

 

 

Mon avis : Un couple de jeunes mariés se voit séparé à cause la guerre, qui ne devrait pas durer trop longtemps. Gilbert parti au front laissant sa cordonnerie. Il va y découvrir la dureté des tranchées et la réalité de la vie de Poilus. Madeleine (Mado) va ré-ouvrir l’échoppe et faire tourner la boutique, en apprenant le métier elle va trouver de l’occupation pour éviter de tourner en rond en attendant. Elle va donner un coup de fraîcheur à l’endroit.

La vie et la solidarité dans l’immeuble et dans le quartier vont se mettre en place. On se soutient on s’entraide, on attend le retour des soldats et la fin de la guerre.

Pendant qu’au front la bataille fait rage, une forme de camaraderie aussi se développe.

Pourtant le retour lors de la première permission ne fasse pas comme ils l’avaient imaginé. Un an qu’ils ne se sont pas vus et pourtant ils ont évolué et changé. Qu’adviendra-t-il de la suite ?

Deux protagonistes très poignants, touchants, chacun a ses préoccupations. Un amour inconditionnel les unit. Leurs lettres échangées étant leur seul moyen d’avoir de « vraies nouvelles ». Lui se bat, se renferme, se pose beaucoup de questions, le sentiment d’inutilité en dehors du champ de bataille, la violence né en lui, ami-ennemi ? Comment faire la différence ? Elle vive, organise la survie en arrière de la guerre.

J’ai adoré ce livre qui montre avec finesse la dure réalité des guerres, les combattants d’un côté et l’organisation de la vie sans les hommes de l’autre. Le constat est flagrant à la lecture de ce livre, les deux mènent la guerre, pas forcément avec les armes. A travers les yeux de Gilbert qui revient au bout d’un an en Héro et qui trouve sa femme qui s’est constituée une vie sans lui, retrouver ou se faire une place au retour est également de nos jours quelque chose qui ne doit pas être facile à aborder par les soldats. Une plume fluide, rythmée par les échanges de lettres et les descriptions des vies de part et d’autre. Un sentiment d’impuissance s’empare du soldat dans ses retours à la vie civile. Que cette histoire soit réelle ou non, elle reste une belle démonstration de la vie et de son organisation pendant les guerres, la peine, les angoisses, l’entraide, la souffrance, la solidarité, le questionnement, les doutes…

Mado comme toutes ces femmes qui se démènent afin de subvenir à leurs besoins et qui ont fait et font encore que la vie continue alors que leur cœur et leurs pensées sont auprès de leur homme, leurs fils. L’attente est insoutenable.

Résume : Son mari parti au front pour la Grande Guerre, Mado décide de reprendre sa boutique de cordonnier. Elle y parvient avec succès et affronte avec courage l’absence de Guilbert. Constatant le changement opéré sur son mari par le conflit, elle s’évertue à préparer au mieux son retour. Sa sœur de lait Marguerite, enceinte d’un inconnu, bouleverse la donne.

Date de parution : 16.03.2017 aux Editions Marivole

AVT_Cherif-Zananiri_4536

Les Enfants de la Résistance – 1 Premières Actions de Benoît Ers et Vincent Dugomier

livre

Mon avis : Nous voici emportés au lendemain de la signature de l’armistice dans un village en zone libre aux côtés d’Eusèbe et François, deux jeunes adolescents. Pendant ce moment obscure où tout le monde se rattache à l’idée que l’arrivée au pouvoir du Maréchal Pétain est une bonne chose. Ayant lui-même combattu les Allemands lors de la Première Guerre Mondiale.

Ces deux amis, qui n’ont pas la langue dans leur poche, ne voient pas d’un très bon œil la présence des militaires allemands. Ils vont à leur manière essayer d’ouvrir l’esprits des villageois qui ne voient pour le moment que la guerre est finie. Ils vous mettre en place des stratagèmes afin de contrer cet ennemi. Malgré leur âge ils ne manque ni d’audace, ni d’idées, ni de panache. Lors d’un bref séjour à Paris, François assiste à quelques scènes qui le font pourtant douter. Mais de retour, il ne va pas baisser les bras et aidé de ses amis ils vont combattre à leur manière l’occupant. Une rencontre va changer également leur vie et leur façon de penser.

Cette BD retrace la période de l’occupation à travers les yeux de jeunes personnes, donne le ton. Les planches de dessin nous replongent dans l’ambiance de l’époque. Le fait que les enfants ne croient pas aux duperies des adultes renforce le pouvoir de cette lecture. Je trouve très original de retracer l’Histoire à travers ces yeux qui ont l’insouciance et parfois l’inconséquence pour eux. Jamais ils ne manquent de courage !!! Je lirai prochainement les autres volets de cette série que j’ai découverte grâce aux 48H BD !!

carte

Résumé : C’est vrai que, comme disait mon père, on s’était pris une fameuse gifle… Le matin du 10 mai 40, la guerre était là. Rapidement ce fût la débâcle. Le 22 juin, un armistice était signé avec l’Allemagne. Nous étions vaincus. C’était l’été de nos 13 ans, à mon pote Eusèbe et moi. Et nous n’étions pas prêts à nous résigner.

Date de parution : 07.05.2015 aux Editions Le Lombard