Jeux de dames d’André Buffard

jeux de dames

Mon avis : J’ai été ravie de retrouver David Lucas, avocat, dans de nouvelles aventures. Ici, il va devoir défendre son assistante, Dolorès, inquiétée dans une sombre affaire à multiples facettes. Le passé va faire resurgir une enquête qui paraissait bouclée, la coupable en prison.

Nous suivons, et c’est ce que j’apprécie énormément avec cet auteur, toutes les étapes vues à travers le prisme de l’avocat et des suspects. En face, les enquêteurs ont eu aussi leur rôle mais ne sont pas au centre du récit.

La complexité des affaires lorsqu’elles semblent se rejoindre est très bien démontrée. David va devoir jongler avec de multiples dossiers, tout en maintenant son cabinet ouvert. Là, c’est limite la cour des miracles, son assistante en garde à vue et sa collaboratrice indisponible.

Les perquisitions vont s’enchaîner, les témoins se transforment en fantômes, le doute plane et l’obscurité ne semble pas vouloir laisser la place à la lumière.

La manipulation est un fait, elle est tellement présente, qu’elle se personnifie. A chaque pas avancé, on semble avancer sur des sables mouvants.

En parallèle, une sombre histoire mêlant, famille, sport et argent va s’ajoute au programme et pimenter les journées déjà surchargées du conseil. Tout mener de front, un sacré jongleur, un jeu d’équilibriste.

Une nouvelle fois, j’ai dévoré ce livre, l’auteur sait maintenir à la fois le suspense et tenir en haleine son lectorat en nous distillant les faits et raisonnements à travers ses différents personnages. Différentes histoires qui mettent en scène l’avocat, son rôle, son jeu de claquette parfois et sa manière de gérer les événements au fur et à mesure qu’il en a connaissance.

Une écriture directe, fluide, entraînant, le lecteur se prend au jeu de vouloir savoir, se met lui aussi à émettre des suppositions.

Les morts vont s’enchaîner et l’auteur nous montre le sang-froid dont David fait preuve dans toute circonstances.

Sont aussi bien étayées les relations et frontières entre client et son conseil, les limites à ne pas franchir.

En résumé, une excellente lecture à la fois dynamique et entraînante et très sympathique. J’ai été contente de retrouver notre duo David-Dolorès, même si l’émotion est parfois passée par là. Je trouve très bonne l’idée d’avoir fait revenir un personnage rencontré dans Le Jeu de la défense.

Tous les éléments sont ici réunis pour passer un très bon moment et s’impatienter jusqu’à la prochaine sortie de l’auteur.

Résumé : David Lucas, avocat pénaliste renommé qui exerce au Barreau de Lyon, reçoit ce matin-là aux aurores, un appel de policiers qui viennent de mettre en garde à vue une personne qui le sollicite pour sa défense. A sa grande surprise, il apprend qu’il s’agit de son assistante, Dolorès, soupçonnée de complicité d’assassinat dans le cadre de l’homicide dont a été victime son mari plusieurs années plus tôt. L’affaire a été ré-ouverte à la suite d’une dénonciation anonyme, en dépit du fait que l’auteure présumée avait à l’époque reconnu les faits et depuis été condamnée…

Date de publication : 29.05.2020 aux Editions Filature(s) – 11.03.2021 aux Editions Points

Autres œuvres de l’auteur : Le jeu de la défense

ANDRE BUFFARD

Le jeu de la défense d’André Buffard

LE JEU

Mon avis : Livre lu d’une traite, responsable d’une courte nuit. Bon une fois que j’ai dit ça…

Mon premier livre de l’auteur et surement pas le dernier, heureusement j’en ai un autre sous la main pour bientôt.

Passionnée de polars et de thriller, nous sommes habitués à retrouver des policiers, gendarmes, justiciers ou privés. C’est ma première lecture à travers les yeux d’un avocat de la défense.

Grâce à cet angle nous découvrons l’ensemble des étapes, de la découverte du cadavre à l’énoncé du verdict.

A travers cette enquête passionnante autour du meurtre d’une jeune magistrate qui émeut l’ensemble de la profession. Toutes les pistes vont faire jour, mais principalement sa vie personnelle, elle avait un amant… Pour peu que ce monsieur fasse parti du palais, il n’en faut pas plus pour que l’affaire explose au grand jour et que les médias s’emparent du sujet.

La police, la scientifique, les juges, greffiers, les médias, tout ce monde qui gravite autour d’une affaire, où chacun peut avoir sa propre conviction.

Un style totalement addictif, des phrases courtes, de nombreux dialogues rythment parfaitement ce récit. De plus, le lecteur va de surprises en découvertes en même temps que l’avocat avance et accède aux éléments. A travers ses yeux et ressentis, on suit pas à pas l’évolution du dossier. Très habilement, l’auteur nous explique les points de procédure obligatoires et l’évolution que la justice a connu ces dernières années. Tout s’imbrique à merveille. J’ai particulièrement apprécié découvrir ce que pensait David sur la présence de l’avocat dès les premières heures de garde à vue. Les avantages, les inconvénients et la notion d’équilibriste qu’il faut parfois user pour caler l’imprévu dans un planning ultra chargé où chaque minute compte.

L’ambiance au palais de justice est très bien documentée, sans pour autant nous paraître barbante. Au contraire, j’ai eu l’impression d’être un caméraman qui suivait le protagoniste principal partout et accédait à ses réflexions et pensées.

L’auteur met très bien en lumière également comment une stratégie peut partir à volo si un nouvel élément surgit. Nous découvrons aussi la relation client-avocat, et l’établissement de la défense suivant les éléments ; mais aussi les dangers du mensonge.

L’humain est placé au premier plan, ce n’est pas la vérité mais la défense d’un justiciable que l’on découvre ici. Les faits, les acteurs, le rôle de chacun, l’image d’une scène de théâtre, la distance, sont d’autant d’éléments essentiels peut être pour l’enquête mais pour l’avocat de la défense sa priorité est et reste son client. Même s’il doit jongler avec plusieurs dossiers en même temps.

Même si je retiendrai que le « jeu », « la peur » et « l’adrénaline » sont parties prenantes dans ce rôle, les surprises de dernière minute, en règle générale, ne sont pas forcément les bienvenues.

Après cette première rencontre avec David Lucas, il est certain que j’irai découvrir ses autres affaires, avec les envers du décor.

Résumé : Faire éclore la vérité dans une affaire criminelle ? Quand on est l’avocat de la défense, ce n’est pas notre problème. Seul le client compte. Est-ce trop cynique ? Voilà un cas qui fait chanceler les certitudes : à Lyon, une jeune magistrate a été battue à mort au fond d’une traboule alors qu’elle rejoignait en secret son amant. Plusieurs éléments accablent l’homme, notable et candidat à la mairie. La presse se déchaîne. Dans ce chaos, il a pris une bonne décision : me confier sa défense…

Date de publication : 14.06.2018 aux Editions Plon – 06.06.2019 aux Editions Points

ANDRE BUFFARD

L’Etoile Jaune de l’Inspecteur Sadorski (tome 2) de Romain Slocombe

pixiz-18-11-2019-17-15-53.jpg

Mon avis : J’avais déjà été bouleversée par le premier volet, et là j’ai terminé ma lecture sur les genoux, l’estomac au bord de l’évier.

En effet, on retrouve l’Inspecteur Sadorski menant deux enquêtes parallèles. Un attentat d’un côté où un membre des forces de l’ordre est tué ; de l’autre une femme retrouvée abattue nue dans une forêt que Léon va découvrir au détour d’une promenade à bicyclette.

Parallèlement, les fiches des juifs s’empilent, les interdictions se multiplient à l’encontre de cette population et les événements s’enchaînent rapidement jusqu’aux rafles en masse, dont celle du Vel d’Hiv.

L’auteur a de nouveau réussi à me transporter dans cette époque effroyable, dans ce Paris des années 40. Je connaissais quelques brides de cette période mais je découvre avec effroi, grâce aux descriptions pointilleuses et étoffées, que j’étais bien loin de la réalité de ce désastre.

Le personnage de Sadorski est encore plus abject que dans l’opus précédent. Il n’hésite pas à menacer, violenter, exercer pression et chantage vis-à-vis de cette population déjà malmenée et écrasée par les nouvelles lois nazies. De plus, un côté malsain, provocateur, usant de tous les subterfuges afin d’obtenir ce qu’il veut des plus démunis. Il va également apprendre les conséquences de ses actes. Un mot apposé sur un document va faire basculer le sort de Julie, sa voisine de palier, sur lequel il fantasme alors qu’elle n’est qu’une adolescente.

L’enquête pour retrouver les responsables des actes odieux perpétrés va monopoliser son attention et ses moyens, jusqu’à en délaisser ses informateurs. Cette action sera elle aussi lourde de conséquences. Léon Sadorski, utilise, manipule, ment, trompe, harcèle, jusqu’à obtenir ses convoitises. Quand il se rend compte qu’il est allé trop loin, il est parfois trop tard pour stopper la machine infernale lorsqu’elle est lancée à plein régime, tel un rouleau compresseur.

L’auteur nous montre la vie de ces divisions de police et de gendarmerie, sous les ordres allemands, chargées de vider Paris des juifs et des communistes, sans tabous, sans surenchères. Les faits sont relatés tel un journal. Sont également très bien expliqués le contexte politique, géopolitique de Paris et de la zone occupée. Les scènes décrites, pendant la rafle, ou au Vel d’Hiv m’ont été difficilement supportables, tant elles montrent bien la violence et la réalité des événements de l’époque. Le style littéraire de l’auteur, la précision et la multitude de détails, rendent cette lecture à la fois écœurante et passionnante car j’ai appris énormément de choses qui ne figurent pas dans nos livres, qui ne nous sont pas enseignés et pourtant qui appartiennent à notre Histoire.

 Malgré mon soulèvement vis-à-vis de cette période, que je n’ai heureusement pas vécue, mon aversion vis-à-vis de ce personnage, je n’hésiterai aucunement à découvrir le troisième volet, lorsque j’aurai digéré celui-ci. En vous écrivant ces quelques lignes j’en ai encore la chair de poule.

Je remercie Geneviève du Collectif Polar pour m’avoir fait découvrir cet auteur et pour ce très joli cadeau.

slocombe ded

Résumé : Paris, 29 mai 1942 : une bombe explose devant le Palais de justice, dans un café fréquenté par les Brigades spéciales, faisant deux morts et plusieurs blessés. Quelques jours plus tard, le cadavre d’une inconnue est découvert en banlieue. Crime passionnel ou politique ?
Chargé d’enquêter sur ces deux affaires, l’inspecteur Léon Sadorski voit ses projets de vacances contrariés ̶ d’autant plus qu’il doit bientôt participer à la grande rafle du Vél d’Hiv, exigée par les nazis et confiée à la police française. Un destin tragique menace désormais sa jeune voisine Julie Odwak, la lycéenne juive qu’il convoite en secret et dont il a fait interner la mère.

Date de parution : 24.08.2017 aux Editions Robert Laffont – 23.08.2018 Aux Editions Points

A lire de préférence dans l’ordre :

L’Affaire Léon Sadorski 

romain

Tuez-Les Tous… Mais Pas Ici de Pierre Pouchairet

Entre Coup de Cœur et Coup de Poing !!! J’hésite encore !!!

Je sais que j’ai fini ce livre les tripes à l’air, ça c’est une certitude.

TUEZ LES

Mon avis : Nous sommes aux côtés de Martine et Louis qui vont tout mettre en œuvre pour retrouver leur fille et la faire revenir à la maison. Ils vont enquêter ensemble dans une zone disons pas très accueillante. De l’aide va leur parvenir, amis ou ennemis ? Ne connaissant pas la réponse ils vont compiler avec.

Des parents désemparés et abasourdis par ce qu’ils apprennent sur leur fille. Le lecteur ressent toutes les étapes qui vont du dénis à l’acceptation, puis même à la probabilité qu’ils recherchent peut être un cadavre. Pourtant, rien ne va les arrêter pour qu’ils arrivent à leur but. Se rendre sur place est la première étape d’un long parcours dont ils ne sortirons pas indemnes mais très marqués, à vie. Ce qu’ils vont découvrir dépasse l’entendement. Leur motivation ne sera jamais mise à mal ni freinée, même sous les différentes menaces.

L’auteur, un magicien des mots, signe ici un livre, à mon sens magistral. Il arrive à nous faire passer, comme les protagonistes, par toutes les phases et toutes les émotions. Vous verrez le lecteur n’est pas du tout épargné ! De la description de faits à l’auto-suggestion, je suis aussi passée par toutes les couleurs. Magicien car même des personnages absents, deviennent omniprésents et d’une puissance remarquable. Un tour de maître aussi dans l’évaluation, le plantage du contexte géopolitique ainsi que les différentes sphères impliquées. Qu’on se retrouve à Quimper, Paris ou Istanbul les ambiances sont tellement bien décrites qu’on se sent en totale immersion. Tout au long de l’enquête, Louis remonte tous les barreaux d’une échelle qui va au-delà de l’avouable. Fiction ou inspiré de faits réels ? Je crois préférer rester dans l’ignorance de la réponse. Un sacré cocktail de perversion, manipulations machiavéliques et sans oublier l’endormissement par les médias. J’ai trouvé aussi très intéressant de décentraliser les protagonistes et de montrer que tout ne se passe pas qu’à Paris.

L’auteur soulève également des questions existentiels à notre sécurité. Des points déposés par-ci, par-là, nous amènent, même dans le cadre d’une fiction, à nous poser pas mal de questions… J’ai frissonné, j’ai été assez secouée par certaines évocations. Certains clichés sont également tombés, principalement sur le profil des jeunes qui partent, leurs raisons peuvent être très diverses et pas seulement religieuses. Estomaquée, également, par la puissance de certains personnes dans l’ombre qui peuvent à elles seules décider de vie ou de mort, ou à l’échelle nationale de certaines implications. Quand on est enfant, on a peur du noir, en tant qu’adulte se sont les ombres qui nous donnent le plus d’effroi !!! Je crois que je vous ai tout dit, à vous de lire ! Ah, si, j’allais oublier comme l’auteur n’épargne pas ses lecteur, un épilogue à couper le souffle !

TUEZ LES DED

Résumé : Julie Loubriac a disparu. Âgée de 17 ans, ce n’est pas la première fois qu’elle se volatilise. Ses parents sont pourtant persuadés qu’il ne s’agit pas d’une simple fugue. Divorcés, ils vont unir leurs forces pour découvrir ce qui a pu arriver à leur fille, qui préparait le bac.
Face à l’immobilisme de la police, Martine et Louis Loubriac vont se lancer à sa recherche. Elle tient un magasin de vêtements plutôt haut de gamme. Quant à Louis, il a presque près tout raté dans sa vie. Ex-flic, ex-journaliste, ex-époux… Parfois, il parvient à être père de famille. Il lui reste cependant une chose, sa guitare pour jouer du blues dans le bar de sa nouvelle compagne, Jennifer.
Même s’il n’a pas été un grand flic, il garde quelques réflexes de l’époque. Et il va tout faire pour découvrir ce qui est arrivé à sa fille. L’affaire se corse quand il est approché par un agent de la DGSI, qui le met sur une piste surprenante…
Une enquête qui va mener le couple Loubriac de Quimper à Istanbul, en passant par la Syrie. Entre drame familial et manipulation des services de renseignements, il va se retrouver au cœur d’un secret d’Etat, sur fond de guerre contre le terrorisme…

Date de parution : 18.01.2018 aux Editions Plon – 14.03.2019 aux Editions Points

PIERRE