Sur les toits : Meurtre dans le Perche de Bertrand Arbogast

Une Lecture dans le Cadre :

🤩📚Le DIMANCHE 23 JUIN 2019,
SALON DU POLAR AU VIEUX CHATEAU DE GUAINVILLE (28) 🤩📚

 

 

Mon avis : Une histoire qui commence par une presque illumination. Gautier pense avoir vu le corps d’une jeune femme dans la rue, le temps de descendre de l’échafaudage, il a disparu. Il va très vite se rendre compte qu’il n’a pas vu de mirage, quelques jours plus tard Julie est portée disparue, puis est retrouvée étranglée. Entraîné malgré lui comme témoin, il va se « prendre au jeu » et échafauder ses propres théories et ne va pas prendre les mêmes directions que la gendarmerie. Revenu dans la ville de son enfance pour travailler, il va user de ses connaissances afin de débusquer le tueur. Aidé par Adrien un adolescent pour lequel il se prend d’affection paternel, qu’il va embaucher puis entraîner dans sa folle aventure : trouver le meurtrier.

Adrien, adolescent un peu en marge, qui a pris une année sabbatique après son bac, va accepter de travailler pour Gautier et va se révéler avoir de bonnes réflexions sur leur mission secrète. Il va également soutenir son patron dans les durs moments qu’il traverse.

Gautier, trentenaire, couvreur, une âme déchirée par un drame, un peu solitaire au premier abord va s’ouvrir et se livrer peu à peu.

A eux deux ils ne vont pas hésiter à tout mettre en œuvre afin de ne pas qu’un innocent finisse ne prison. Une belle amitié née entre les deux hommes, une complicité entre dans la danse. Ils se font confiance, s’épaulent, se charrient, le tout dans la bonne humeur. Ils s’unissent afin de mettre en lumière la vérité, malgré les embûches ils ne lâcheront jamais prise. Une rencontre qui changera leur vie.

Un premier polar réussi. Au-delà de l’enquête, l’auteur met à mal les idées reçues et dénoncent certains faits de société. Les personnages ont out un rôle à jouer et sont très bien distribuer. Une plume fluide et dynamique rythme ce récit, un suspense maintenu jusqu’au bout. Des retournements de situations très inattendus. Une narration très étoffée, qui nous transporte dans les lieux et les situations évoquées. A travers ces protagonistes, l’auteur nous embarque dans la vision de certains drames qui sont malheureusement d’actualité, comment en faire le deuil ? … Mais je ne vous en dis pas plus, prenez le temps d’aller dans le Perche découvrir Mortagne, Gautier et Adrien.

Résumé : On en découvre des choses du haut d’un toit ! Gautier, couvreur itinérant, revient dans sa ville natale de Mortagne-au-Perche pour un chantier. Du haut de son toit, en plein centre-ville, il aperçoit un corps allongé dans une ruelle. Le temps qu’il se précipite sur les lieux, le corps a disparu. Sans le vouloir, Gautier se retrouve enquêteur, bien vite rejoint par Adrien, un jeune homme désœuvré qu’il embauche sur le chantier. Ensemble ils vont croiser des personnages plus ou moins sympathiques, plus ou moins louches. Sous l’œil bienveillant du philosophe Alain, réussiront-ils à savoir qui a tué la femme en rouge ?

Date de parution : 08.06.2019 aux Editions du Loir

arbogast

 

Les Voix Meurtries de Cécile Pellault

Une Lecture dans le Cadre :

🤩📚Le DIMANCHE 23 JUIN 2019,
SALON DU POLAR AU VIEUX CHATEAU DE GUAINVILLE (28) 🤩📚

 

 

Mon avis : LiNa est totalement à la dérive, personnellement et professionnellement ; enchaînant les excès. Elle va faire la rencontre de Nicolas, à partir de ce jour, tout va changer. Ils vont s’apprivoiser, apprendre à se faire confiance. Eux qui ont chacun des blessures à panser. Deux âmes marquées par la vie, vont essayer de vivre leur vie comme ils l’entendent.

Les grains de sable ne vont pas tarder à amener de l’ombre au tableau. Pourtant, ils vont lutter afin de se réunir avec Jay le fils de Nicolas. Ils vont faire face ensemble aux nuisances qui les entourent et qui les entravent afin de gâcher leur bonheur naissant.

LiNa, l’icône des jeunes qui vieillit et sombre, n’est pas un personnage « cliché ». L’entourage d’une enfant star est bien représentée, la mère qui vit à travers sa fille, qui l’a poussé pour obtenir ce qu’elle-même n’a pas eu. Une vie par procuration, plus intéressée par le compte en banque et la célébrité que par le bonheur de son enfant.

Le producteur est très réaliste avec toute la dose malsaine imaginable voir même plus.

Dans ce roman noir, la violence physique et psychologique est omniprésente, la conséquence des actes réalisés dans le passé, Cassandra et son amant en sont l’illustration. Jay ne sera pas épargner non plus.

La cupidité, la jalousie sont également au menu. Jusqu’où les gens sont prêts à aller pour de l’argent, avoir un quart d’heure de gloire, ou leur photo dans les journaux ? Quitte à salir leur entourage.

L’amour, la force des sentiments, tout comme les inverse comme la haine et la rage vont se télescoper et s’imbriquer parfaitement dans ce récit.

J’ai beaucoup apprécié cette lecture, tant sur le thème que l’écriture fluide, dynamique qui embarque le lecteur dans cette folle aventure. Les personnages sont très bien dépeints. Des retournements de situations qui donnent du corps au récit. J’avais deviné la fin peu avant qu’elle se produise, mais cela n’est pas un point négatif car elle est très bien amenée.

Résumé : Quand LiNa, star de la pop américaine, qui a perdu sa voix, rencontre Nicolas, un français expatrié en Floride et papa d’un petit Jay, cela aurait pu être le Happy End de leur histoire. Pourtant, ce sera seulement le début d’une course contre la montre avec les ennuis : la réapparition de la femme de Nicolas, Cassandra et de son amant violent, les ambitions insatiables du producteur de LiNa qui ne souffrent aucune réponse négative de la star. La disparition de Jay, la violence du milieu de LiNa ne feront que les faire sombrer un peu plus. Auront-ils la force de tout surmonter, de puiser la force dans leur relation ou les blessures, la prison, l’alcool, l’enlèvement du petit garçon seront-ils fatales à l’image d’une plage de Floride à laquelle ils tentent de s’accrocher?

Date de parution : 06.06.2019 aux Editions du Loir

cécile

 

Sale Temps pour les Grenouilles d’Isabelle Bourdial

sale temps

Mon avis : Nous suivons le parcours d’Hadrien qui passe d’éditeur à dépressif. En effet, sont très bien évoquées les différentes phases du processus qu’il va traverser, tout va commencer par l’arrivée de son nouveau chef. De nombreux bouleversements sont alors mis en œuvre afin de déstabiliser toute son équipe et tous les pôles. Changeant de lignes éditorialistes, on le charge d’écrire des retours sur les série, lui en parfait intellectuel qui n’a pas la télé. Cette nouvelle tâche va le faire sombre, il va s’hypnotiser devant les saisons et les épisodes au prix de nombreuses heures de sommeil. Et oui faut tenir la cadence.

C’est un personnage à la fois touchant et accessible. En effet son histoire peut parler à bon nombre personnes. Il va devoir faire le point, se reprendre, ne pas se glisser sur la pente descendante. Il devient spectateur de sa propre vie, sans pouvoir intervenir et redresser la barre. Il prend du poids, se laisser aller, se referme… Et pourtant, lors d’un énième visionnage, des idées vont germer et lui redonner courage.

L’auteur signe ici une très belle comédie dramatique, mettant en lumière un cheminement professionnel mêlant perfidie, harcèlement, qui vont mener tout droit Hadrien vers une descente aux enfers qui porte maintenant un nom : le burn-out. Entremêlant, humour, sarcasmes et vérités, le tout savamment dosés telle une recette de cuisine, l’auteur distille cette évolution et nous emporte au cœur des Editions Galvani, aux côtés de ces employés qui vont passer de la colère à la profonde souffrance. Les différentes étapes sont très bien dépeinte. J’ai passé mes heures de lecture en alternant l’effarement, le dégoût mais j’ai eu aussi de larges sourires car Isabelle n’est pas dénuée d’humour. Certaines description ou références aux séries m’ont franchement fait rire !! Un bon moyen de se détendre mais en prenant conscience d’un sujet grave : lisez ce livre !

ded.jpg

Résumé : Je m’appelle Hadrien Lapousterle et je travaille aux Éditions Galvani. De l’avis général, je suis un type posé et pacifique. Pourtant, il n’a fallu que quatre mois pour faire de moi un tueur. Ma cible, c’est mon chef, Grégoire Delahousse. Il vient d’être nommé à la tête du pôle Arts et Savoirs. Un harceleur, un costkiller… Cerise sur le gâteau, c’est le parfait sosie du Dr House, et il est aussi toxique pour son entourage que son modèle cathodique. Au bout de quelques mois, le service entier est en burn-out. Pas le choix ! Je dois me débarrasser de ce boss machiavélique. Souhaitez-lui bonne chance… Une comédie noire contre le harcèlement au travail et le burn-out, un hommage aux séries télévisées et à la culture populaire.

Date de parution : 25.03.2019 aux Editions Du Loir

isa.jpg