Cataractes de Sonja Delzongle

ca

Mon avis : J’ai terminé ce livre avec quelques larmichettes !! Dur et émouvant à la fois. L’auteur nous embarque totalement en Serbie aux côtés de Jan, rescapé d’une catastrophe naturelle pendant son enfance, il va une fois adulte revenir sur les lieux de son enfance.

La centrale a besoin de lui… Vladimir son ami, le contacte et voici Jan qui laisse sa famille à Dubaï pour retrouver les montagnes et le lac…

Les souvenirs remontent mais aussi ses doutes. Depuis son arrivée, une succession de morts rend l’ambiance tout à fait anxiogène. Sans parler de la magla, ce fameux brouillard opaque qui sévit de temps en temps, rendant les déplacements très difficiles.

Un voyage dont je me souviendrai longtemps. L’auteur distille aussi l’histoire de cette région, de ce pays qui a traversé une guerre qui est encore dans toutes les mémoires et qui forcément influence la vie quotidienne des habitants. Les traces et cicatrices laissées sont encore béantes.

Mêlant habilement l’enquête, l’aspect géopolitique, et le contexte économique et environnemental ; l’auteur tel une artiste d’exception jongle avec dextérité et joue avec les nerfs du lecteur. L’angoisse monte au fur et à mesure jusqu’à son paroxysme, c’est prodigieux.

Des personnages très bien décrits, étoffés, on a l’impression de les connaître de les côtoyer.

Les sentiments ne sont pas en reste dans ce livre, l’amitié, l’amour et la haine se succèdent au fur et à mesure de l’évolution de cette intrigue. Une enquête difficile, dans un milieu qui peut paraître hostile, de multiples suspects… Surtout quand Jan veut savoir tout ce qui produit dans sa région pendant son absence… Il n’est pas au bout de ses surprises.

Un excellent moment de lecture, j’appréciais déjà tous les autres livres de l’auteur et celui-ci ne fait pas exception. L’Humain est toujours au premier plan en parallèle à la Nature.

Une lecture qui rentre parfaitement dans mon thème de ce mois-ci #Marsaufeminin

Résumé : Il y a quarante ans, le petit Jan Kosta, trois ans, a été l’un des rares survivants de la terrible catastrophe de Zavoï. Lors d’un gigantesque glissement de terrain, ce village des Balkans a été littéralement englouti sous des torrents de boue. Sauvé par son chien qui l’a traîné, inconscient, hors de l’eau fangeuse, Jan a perdu toute sa famille. Devenu hydrogéologue, Jan reçoit un coup de fil alarmé d’un ami ingénieur. Il se passe des choses étranges dans et autour de la centrale construite sur les flancs de la montagne de son enfance. Les gens ont des comportements imprévisibles, parfois violents. Les moines du monastère voisin ont tous disparu, et les bâtiments délaissés accueillent désormais un institut psychiatrique. Vladimir demande à Jan de venir étudier les faits. Que le mal vienne de la centrale, de la montagne ou des hommes, si un nouveau drame est sur le point de se produire, seul un survivant de Zavoï aura une chance de pouvoir tout arrêter.

Date de publication : 11.04.2019 aux Editions Denoël

A lire également la série : Dust, Quand la Neige Danse, Récidive 

One shot : Boréal 

D’autres avis sur ce livre : Sangpages Valérie, Collectif Polar,

sonja delzongle

 

Boréal de Sonja Delzongle

boreal

Mon avis : Ce livre se situe au Groenland, à une période de l’année où le jour ne se lève pas, j’ai frémi tout le long de ma lecture, pourtant dans un jardin par 30 degrés. Cette nuit omniprésente donne une sensation qu’elle fait partie intégrante des personnages. Ce lieu hostile et austère va accueillir une expédition scientifique qui va rapidement virer au cauchemar. L’organisation dans la base tourne autour des recherches, des sorties et des repas. Ils le savent, dans cet équilibre précaire, la promiscuité, la nuit permanente, tout peut très rapidement basculer.
Un groupe de collègues en apparence, chacun son tempérament, son caractère, sa mission ; voilà comment est composé l’équipe. Luv est venue en renfort afin de répondre aux questions que soulèvent certaines découvertes. Comment chacun va réagir à l’austérité de l’environnement, aux lueurs des premières difficultés ? Que sont-ils vraiment venus chercher ? Comment les expériences personnelles vont interagir dans leur comportement ? Quand les drames vont se succéder, que reste-t-il aux personnes pour survivre et ne pas mourir ? Ils vont devoir franchir des barrières mentales qu’ils n’auraient jamais supposées possibles.
L’autre livre ici, un magnifique roman frissonnant et glaçant de vérité, sur l’évolution du Monde, celui que nous connaissons actuellement qui mute vers un désastre presque annoncé, une prise de conscience collective. Une plume que je salue de nouveau qui transporte, emmène, empoigne à chaque chapitre. Les lieux, les sentiments, l’enfermement, l’ambiance, le danger sont en permanence ressentis par lecteur. J’ai également été touché par les rapports des personnages à certains aspects de la vie. Maintenant comme de nombreux lecteurs, j’attends le prochain livre avec impatience.

La Terre n’appartient pas à l’Homme, il n’en est qu’un locataire temporaire.

boreal ded

Résumé : Janvier 2017, au Groenland. Là, dans le sol gelé, un œil énorme, globuleux, fixe le ciel. On peut y lire une peur intense. C’est ainsi que huit scientifiques partis en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un bœuf musqué pris dans la glace. Puis un autre, et encore un autre. Autour d’eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière. Pour comprendre l’origine de cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes. Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s’immerger dans le travail, Luv s’envole vers le Groenland. Ils sont maintenant neuf hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire. Le lendemain a lieu la première disparition.

Date de parution : 08.03.2018 aux Editions Denoël, 04.04.2019 aux Editions Folio

A lire également la série : Dust, Quand la Neige Danse, Récidive 

 

Quand La Neige Danse (tome 2) de Sonja Delzongle

quand

Mon avis : J’avais été emporté par Hanah Baxter dans Dust. Un plaisir de la retrouver dans un nouvel épisode, encore plus froid, glacial et machiavélique. En effet, la profileuse va, chose inhabituelle, accepter une enquête aux Etats-Unis. Et nous voici plongée, dans une sordide affaire de disparition de très jeunes filles, au profil différent. La course contre la montre est lancée afin de retrouver les enfants vivants. A chaque début de piste, les enquêteurs vont se retrouver confronter à des impasses, voir face à des morts mystérieuses.
Joe Lasko, médecin, père d’une des disparues, va tout mettre en œuvre afin de retrouver sa fille. Membre actif à l’enquête, passant de victime à suspect, puis il reprend le statut de victime. Ses nerfs, ceux des enquêteurs, je ne vous parle même pas de ceux du lecteur, vont être mis à rude épreuve, du début à la cette fin, à la fois distillée, inattendue et complexe.
L’auteur, toujours avec une plume fluide et efficace, un rythme soutenu, renouvelle avec brio la sensation de mystère et d’horreur ressentie lors de la première enquête. Le lecteur est aspiré par cette histoire et est embarqué dans les tréfonds du sordide.
Après avoir eu un coup de 💓 pour Dust et celui-ci, je ne tarderai pas à lire Récidive !!!
Très heureuse d’avoir revu l’auteur à SMEP (Saint Maur En Poche)

quand ded

Résumé : Quatre fillettes mystérieusement disparues, quatre poupées en porcelaine, sosies des enfants, envoyées à leurs parents un mois plus tard. A Crystal Lake, petite ville paisible sous le coup d’un hiver glacial, non loin de Chicago, Joe Lasko est prêt à tout pour retrouver sa fille de quatre ans, Lieserl. Il engage son amour de jeunesse devenue détective privée pour mener leur propre enquête mais, aidés de la célèbre profileuse Hanah Baxter et son inséparable pendule, ils sont loin d’imaginer l’ampleur des secrets liés à ces disparitions.

Date de parution : 01.04.2016 aux Editions Denoël, 06.04.2017 aux Editions Folio

A lire également le premier volet : Dust 

sonja delzongle

 

 

Dust (tome 1) de Sonja Delzongle

dust.jpg
Mon avis : On me l’avait très fortement conseillée et c’est un coup de cœur 💓💓💓 découverte. Un voyage en Afrique qui dépayse tant par ses décors que par ses coutumes. Une enquête qui va se révéler difficile, laborieuse et compliquée. Hanah Baxter, profileuse, va apporter son soutien au CID qui depuis deux ans n’avance pas.
Des personnages au caractère bien trempé qui vont devoir s’unir malgré leur différence de point de vue ; aussi leur passé, la misogynie, l’amour propre vont devoir également être mis au placard. Une équipe nouvellement construite va émerger et se souder, pour faire face aux atrocités qui les attendent.
L’auteur, grâce à une plume adroite, littéraire, et très addictive ; entre-mêlée d’explications sociales, sanitaires et culturelles sur le Kenya, très adroitement distillées tout au long de l’œuvre ; nous embarque dans les profondeurs de l’horreur que cachent réellement ces meurtres. Le lecteur va découvrir au fur et à mesure de l’enquête, de ses impasses, de ses rebondissements, de ses drames, des éléments, aussi troublants qu’irréels (au sens abominables et non fantastiques) qui vont l’emporter dans une seconde enquête : l’assassinat d’albinos. Pourquoi les personnes atteintes d’albinisme sont-elles la cible de prédateur ? Que signifie Dust ? Je vous laisse le découvrir par vous-même et passer un agréable moment de lecture. Un suspense maintenu jusqu’au bout avec brio !!
Emue et fortement troublée à la fin de ma lecture, mais tellement ravie d’avoir découvert cette magnifique plume, dont heureusement j’ai les autres œuvres « Quand la neige danse » et « Récidive » ; car j’ai hâte de retrouver Hanah Baxter.

Résumé : Installée à New York, Hanah Baxter, profileuse française de renom qui traque les tueurs en série, est appelée en renfort par la police de Nairobi dont l’enquête piétine. Depuis plusieurs mois, on retrouve des croix de sang tracées dans la poussière, mais aucun cadavre. Crimes de psychopathe ? Meurtres rituels ? Sorcellerie ? Dès son arrivée au Kenya, Hanah découvre que des hommes et des femmes albinos sont massacrés à la machette. Cette double enquête conduira la profileuse aux confins de la folie humaine…

Date de parution : 02.04.2015 aux Editions Denoël
sonja.jpg

Les Larmes Noires sur la Terre de Sandrine Collette

LES LARMES.jpg

Mon avis : Un récit poignant, perturbant par son réalisme. Des histoires différentes mais qui ont réuni ces femmes au milieu de l’enfer, avec la même motivation : survivre et rêver de sortir de la Casse. J’ai tourné les pages machinalement de ce livre bouleversant, leur quotidien va d’abomination en abomination eu fur et à mesure des pages tournées, je gardais l’espoir qu’un monde meilleur les attendait.
Ces femmes, magistralement bien décrites, un rythme qui traduit bien l’ambiance de leur quotidien, leurs craintes, leurs peurs, personne n’est épargnée, n’est à l’abri, au moindre faux pas, tout peut basculer « en pire », comment est-ce possible ? Des tempéraments de feu, une force incroyable qu’ont chacune des protagonistes, vouloir et toujours croire à pouvoir un jour sortir de ce lieu sordide. Elles s’organisent, se soutiennent et se préservent au mieux.
Je découvre l’auteur grâce à cette œuvre, dont je me souviendrai longtemps. D’une réelle abomination, l’auteur nous emmène, dans l’horreur où la survie de l’humain est la seule priorité. L’auteur nous dépeint admirablement, la situation de vie de certaines personnes, en France au XXIème siècle, sans être moralisateur pour autant. Une lecture émouvante, très éprouvante, à retourner les tripes, mais d’une beauté sans pareil.

Résumé : Il a suffi d’une fois. Une seule mauvaise décision, partir, suivre un homme à Paris. Moe n’avait que vingt ans. Six ans après, hagarde, épuisée, avec pour unique trésor un nourrisson qui l’accroche à la vie, elle est amenée de force dans un centre d’accueil pour déshérités, surnommé « la Casse ».
La Casse, c’est une ville de miséreux logés dans des carcasses de voitures brisées et posées sur cales, des rues entières bordées d’automobiles embouties.
Chaque épave est attribuée à une personne. Pour Moe, ce sera une 306 grise. Plus de sièges arrière, deux couvertures, et voilà leur logement, à elle et au petit. Un désespoir.
Et puis, au milieu de l’effondrement de sa vie, un coup de chance, enfin : dans sa ruelle, cinq femmes s’épaulent pour affronter ensemble la violence et la noirceur du quartier.
Elles vont adopter Moe et son fils. Il y a là Ada, la vieille, puissante parce qu’elle sait les secrets des herbes, Jaja la guerrière, Poule la survivante, Marie-Thé la douce, et Nini, celle qui veut quand même être jolie et danser.
Leur force, c’est leur cohésion, leur entraide, leur lucidité. Si une seule y croit encore, alors il leur reste à toutes une chance de s’en sortir. Mais à quel prix ?

Date de parution : 28.02.2017 aux Editions Denoël

SANDRINE COLLETTE