Sale Temps pour les Grenouilles d’Isabelle Bourdial

sale temps

Mon avis : Nous suivons le parcours d’Hadrien qui passe d’éditeur à dépressif. En effet, sont très bien évoquées les différentes phases du processus qu’il va traverser, tout va commencer par l’arrivée de son nouveau chef. De nombreux bouleversements sont alors mis en œuvre afin de déstabiliser toute son équipe et tous les pôles. Changeant de lignes éditorialistes, on le charge d’écrire des retours sur les série, lui en parfait intellectuel qui n’a pas la télé. Cette nouvelle tâche va le faire sombre, il va s’hypnotiser devant les saisons et les épisodes au prix de nombreuses heures de sommeil. Et oui faut tenir la cadence.

C’est un personnage à la fois touchant et accessible. En effet son histoire peut parler à bon nombre personnes. Il va devoir faire le point, se reprendre, ne pas se glisser sur la pente descendante. Il devient spectateur de sa propre vie, sans pouvoir intervenir et redresser la barre. Il prend du poids, se laisser aller, se referme… Et pourtant, lors d’un énième visionnage, des idées vont germer et lui redonner courage.

L’auteur signe ici une très belle comédie dramatique, mettant en lumière un cheminement professionnel mêlant perfidie, harcèlement, qui vont mener tout droit Hadrien vers une descente aux enfers qui porte maintenant un nom : le burn-out. Entremêlant, humour, sarcasmes et vérités, le tout savamment dosés telle une recette de cuisine, l’auteur distille cette évolution et nous emporte au cœur des Editions Galvani, aux côtés de ces employés qui vont passer de la colère à la profonde souffrance. Les différentes étapes sont très bien dépeinte. J’ai passé mes heures de lecture en alternant l’effarement, le dégoût mais j’ai eu aussi de larges sourires car Isabelle n’est pas dénuée d’humour. Certaines description ou références aux séries m’ont franchement fait rire !! Un bon moyen de se détendre mais en prenant conscience d’un sujet grave : lisez ce livre !

ded.jpg

Résumé : Je m’appelle Hadrien Lapousterle et je travaille aux Éditions Galvani. De l’avis général, je suis un type posé et pacifique. Pourtant, il n’a fallu que quatre mois pour faire de moi un tueur. Ma cible, c’est mon chef, Grégoire Delahousse. Il vient d’être nommé à la tête du pôle Arts et Savoirs. Un harceleur, un costkiller… Cerise sur le gâteau, c’est le parfait sosie du Dr House, et il est aussi toxique pour son entourage que son modèle cathodique. Au bout de quelques mois, le service entier est en burn-out. Pas le choix ! Je dois me débarrasser de ce boss machiavélique. Souhaitez-lui bonne chance… Une comédie noire contre le harcèlement au travail et le burn-out, un hommage aux séries télévisées et à la culture populaire.

Date de parution : 25.03.2019 aux Editions Du Loir

isa.jpg

Les Vacances d’Un Sérial Killer de Nadine Monfils

nadine

Mon avis : Whaouuuuuu des vacances mémorables et ça commence dès le départ de la maison, la famille Destrooper va en voir de toutes les couleurs. La plage, pension avec vue sur la mer, le rêve des estivants. Là tout va virer au cauchemar. Un déroulé de catastrophes que l’on ne souhaiterait même pas à son pire ennemi. Avec tout ces éléments réunis, ces congés ne pouvaient que mal se terminer.

Une première rencontre avec Mémé Cornemuse, on peut dire que c’est un personnage qui dépote et déménage. Elle est haute en couleur, comme on dit. Elle accompagne sa fille et sa famille en vacances, mais ça ne va pas être de tout repos, ni pour elle ni pour les autres. Elle arrive à mener tout le monde à la baguette et les amener à assouvir tous ses souhaits, sauf peut-être un.

Alfonse, chef d’entreprise, fier, macho sur les bords qui n’a de passion que pour sa voiture ; va voir sa vie basculer. Josette, sa femme, soumise habituellement va s’avérer être très rebelle et coriace. Les enfants, adolescents, ne voient pas les vacances de leurs rêves.

Un sérial killer dans les parages, mais est-il réellement en vacances ?

Je n’ai pas attendu les congés pour découvrir ce livre, mais un jour férié. Totalement déjantée, barrée, cette histoire m’a emportée !! J’ai adoré le style d’écriture décalé et très fleuri de l’auteur, qui ne tombe jamais ni dans le lourd, ni dans le pataud!! Humour (noir) et sarcasmes sont au rendez-vous et nous montre l’évolution d’une famille que l’on pourrait qualifier de banal, et pourtant… Des chapitres courts, de nombreux dialogues rythment ce récit ; on ne s’ennuie pas une seconde. D’abondants retournements de situations embarquent le lecteur, sans savoir réellement où il va ! Une lecture qui m’a ravie, je me souviendrai longtemps de ma rencontre avec Mémé Cornemuse et découvrirai sans aucun doute ses autres aventures ! Une comédie dramatique audacieuse à couper le souffle !

nadine ded

Résumé : Comme chaque été, Alfonse Destrooper part en villégiature à la mer du Nord. Josette, sa femme, est bien décidée à se la couler douce, entre farniente à la plage et shopping dans la station balnéaire. Les enfants, Steven et Lourdes, emportent leur caméra pour immortaliser ces vacances tant attendues. Quant à la mémé, véritable Calamity Jane, elle les accompagne dans sa vieille caravane.
Mais le voyage commence mal ! Un motard pique le sac de Josette à un carrefour et s’enfuit. Furieux, Alfonse s’arrête dans un snack pour s’enfiler une bière pendant que les deux ados, avec leur manie de tout filmer, s’amusent à planquer leur caméra dans les toilettes, histoire de recueillir quelques images truculentes. La famille Destrooper reprend finalement la route. À l’arrière de la voiture, les ados visionnent tranquillement leur vidéo. Quand, soudain, ils découvrent à l’écran le cadavre du motard gisant sur le sol des toilettes du restoroute ! Et, pour couronner le tout, la magnifique pension dans laquelle les Destrooper ont prévu de séjourner est un rade pourri. Les vacances en enfer ne font que commencer…

Date de parution : 17.02.2011 aux Editions Belfond

57485193_321257995226198_1595776123663286272_n

Reviens quand tu veux de Mélanie Taquet

reviens

Mon avis : Après avoir découvert Nina dans le premier volet : Reste aussi longtemps que tu voudras dont voici mon retour https://leslecturesdemaud.com/2018/04/28/reste-aussi-longtemps-que-tu-voudras-de-melanie-taquet, j’ai été ravie de la retrouver !!!

Après quelques années, où Nina s’est reconstruite, elle retour en Italie à l’occasion du mariage d’un de ses amis. Pendant ce mois, elle va se remémorer son précédent voyage en essayant de renouer avec les personnes qu’elle a également blessées. Pas facile, c’est une nouvelle Nina qui débarque mais comment vont-ils réagir ?

Nina tente de se stabiliser. Hannah est en pleine déchirure. Marco empreint de doutes. Quant aux autres personnages, je vous laisse les découvrir par vous-même.

Du feel-good dans le premier opus, nous passons dans la comédie dramatique. En effet, un peu plus sombre, plus emprunt à des questionnements existentiels ; tout en conservant des pointes humoristiques. Un épisode qui m’a totalement emportée. Des personnages toujours dépeints avec finesse, le ton est direct et juste, sans fioriture. On passe du sourire aux larmes, nous vivons en immersion cette échappée italienne qui ne va pas se dérouler comme on l’aurait imaginé. De surprises en déconvenues, des rebondissements qui remettent tout en cause ; l’enchaînement des événements est réalisé avec brio. Une très belle place faite à l’amitié, la confiance. Un livre qui à la fois nous divertit et nous amène à réfléchir. Une balade qui m’a ravie !! Des personnages qui évoluent et qui nous surprennent !! Ce n’est pas un histoire que vous découvrez mais plusieurs. Aucune fausse note, ni faux semblant, juste une bouffée d’oxygène qui fait du bien. Une découverte de ces deux livres que je recommande, à lire de préférence dans l’ordre.

Je remercie l’auteur pour sa confiance

reviens ded

Résumé : C’est avec appréhension que Nina retourne en Italie à l’occasion du mariage de son meilleur ami Marco. Trois ans plus tôt, une fuite éperdue l’avait conduite à Florence où elle s’était égarée pour mieux se retrouver. Ce séjour cathartique avait réconcilié Nina avec son rôle de mère, au prix de ruptures qui lui avaient laissé un goût amer. En revenant sur ses pas, Nina espère obtenir le pardon des êtres qu’elle a blessés et poursuivre sa quête identitaire. Au contact de la jeune femme, les souvenirs se ravivent, les anciennes passions se réveillent, les non-dits se révèlent. Alors que les certitudes des uns et des autres chancellent, les chemins qu’on pensait tout tracés prennent un cours imprévu.

Date de parution : 07.03.2019 aux Editions Eyrolles

melanie