GIGN : Confessions d’un OPS de Philippe B avec Jean Luc Riva

Une Lecture dans le Cadre :

🤩📚Le DIMANCHE 23 JUIN 2019,
SALON DU POLAR AU VIEUX CHATEAU DE GUAINVILLE (28) 🤩📚

 

 

Mon avis : Il n’est pas toujours aisé de parler d’un livre du genre biographique car c’est l’histoire d’une personne. Ici nous suivons pas à pas Philippe, son évolution depuis son adolescence, sa vie. Son adolescence ponctuée d’embûches, de violence, de doute, est la base de ce qu’il est devenu aujourd’hui. Il explique au lecteur sans tabous ses doutes, ses ressentis, jusqu’à son déclic : la prise d’otage de Marignane. Ces images à la télévision lui donneront envie d’intégrer le groupe si prestigieux du GIGN. A partir de ce moment, plus rien n’existe hormis son objectif. L’entraînement physique va de venir son quotidien et sa détermination ne va avoir de cesse de grandir, se développer.

Les classes, l’entraînement, les erreurs de parcours, l’auteur nous livre tout sans tabou, même certaines actions qui ont failli tout remettre en question.

Une narration au fil du temps où l’on suit pas à pas Philippe, il livre également de manière très claire, limite sans filtre toutes les étapes psychologiques et physique de ce cursus. Le lecteur ressent très bien la dureté, la motivation, les doutes parfois.

Les différentes phase de stage, la relation avec les autres postulants qui feront, ou non, partis de ses collègues plus tard.

L’état d’esprit, de corps, est très bien décrit. En même temps qu’il intègre le groupe, l’auteur nous immerge au sein de sa nouvelle famille. La technicité, le surpassement sont très bien mis en avant.

Une fois intégré, Philippe nous relate certaines missions, anecdotes, sa nouvelle vie, au fil du rasoir, un rien peut tout faire basculer. Nous apprenons également les différents échanges les différents corps, les stages d’échanges avec leur homologues européen et mondiaux.

Durant cette lecture j’ai ressenti un homme qui évolue depuis son adolescence, qui nourri par sa motivation sans faille va tout mettre en œuvre pour réussir, sans omettre le côté humain avec les phases de doutes et de remises en questions. L’auteur ici se livre, soulève aussi certains dysfonctionnements et incohérence qui peuvent mener droit à la mort. Sont très bien évoqués également les fossés qui existent entre les Opérationnels (gens sur le terrain) et les politiques (qui prennent les décisions). Le monde en perpétuel mouvement, les unités sont également obligées de suivre cette évolution et s’adapter. Sur la période vécue par l’auteur, ou depuis la création du GIGN, beaucoup de choses ont évolué, mais beaucoup de choses restent à faire ; afin que chaque intervention soit réalisée avec un maximum d’informations et donc de sécurité. Une mauvaise donnée ou donnée erronée peut tout faire basculer. Je salue le don de sois dont sont capables certaines personnes afin que notre quotidien soit le plus sûr possible.

Je souhaite à l’auteur une très belle 2ème vie dans sa nouvelle activité qui n’est qu’un autre rêve d’adolescent.

Résumé : Philippe B. n’aurait jamais dû se trouver à la place qui fut si souvent la sienne durant ces quinze dernières années : en tête d’une colonne d’assaut du GIGN ! Élevé à la dure, son aptitude aux arts martiaux l’amène très tôt aux frontières de la violence et de la délinquance. Pourtant, depuis qu’il a suivi en direct à la télévision le célèbre assaut du GIGN sur un Airbus à Marignane, alors qu’il avait 16 ans, Philippe B. a pour nouvelle ambition d’intégrer le « Groupe ». Après un parcours sinueux et semé d’embûches, il passe les tests de sélection et finit parmi les premiers de sa promotion, mais les psychologues s’opposent à sa candidature en raison de son profil pour le moins atypique et de ses erreurs de jeunesse. Les instructeurs en décident autrement : ils savent qu’ils vont pouvoir canaliser son énergie et lui offrir une nouvelle vie, celle d’un opérationnel du GIGN. Voici donc l’histoire de Philippe B., un « ops » au parcours hors du commun chuteur opérationnel, instructeur en sports de combat, expert en explosifs et tireur d’exception dont l’adresse sera déterminante pour la réussite de certaines missions. Entre son éducation « spartiate » et ses interventions en Libye, dans le golfe d’Aden, en Irak, ou ses dernières opérations antiterroristes sur le territoire national, il lève le voile sur le quotidien des opérationnels du GIGN. Ce sont des individus d’exception qui font la force du Groupe fondé par Christian Prouteau. Philippe B. fait partie de ceux-là.

Date de parution : 25.01.2019 aux Editions Nemrod

PHILIPPE DUO

 

8 Mars, Journée de la Femme, j’ai choisi de mettre à l’honneur Olympe de Gouges : Non à la discrimination des femmes d’Elsa Solal

NON

Mon avis : Ce livre, même si court, retrace bien la vie et le parcours d’Olympe de Gouges. Sont énoncés, son enfance, ses combats, ses amours.

Un personnage de l’Histoire que j’ai découvert par hasard lors de la lecture d’un polar historique, m’a donné envie d’en savoir plus sur ce personnage. En effet, elle ne vas avoir de cesse de défendre les conditions de la femmes, ses droits et pas seulement ses devoirs. Ecrivaine de pièces de théâtre, elle se soulève également contre l’esclavage et les inégalités. Auteur de textes sur les droits au divorce, au vote, elle va voir face à elle une colère et une peur grandissantes de la part des Hommes de pouvoir. Pour preuve après l’exécution d’Olympe, Robespierre fera passer une loi interdisant les femmes de se réunir au-delà de 5 personnes afin de prévenir de nouveaux courants féministes.

Ses idées sont sans limites, un exemple créer un impôt sur la fortune afin de financer des maternités propres pour que les futurs mamans soient isolées des malades et des conditions d’hygiène déplorables. Jusqu’aux derniers instant de sa vie elle se sera battue pour que les conditions de la femme changent, ayant cru que la Révolution porterait ses élans.

Le livre se poursuit sur l’évolution jusqu’à nos jours en soulevant les conditions contemporaines de la Femme dans notre société.

Résumé : « Adieu mon fils, demain ma tête sera coupée… Ils croient couper la mauvaise herbe et me faire taire mais c’est trop tard. La force de ma pensée, c’est qu’elle s’est enracinée dans le terreau de siècles d’injustice, nul ne peut désormais l’arracher de cette terre. Quelque chose est en marche que nul ne peut arrêter. La nature donne aux femmes le privilège de « pouvoir » mettre au monde des hommes, c’est ce « pouvoir » qu’ils pensent contrôler, et leur terreur qu’il leur faut maîtriser. Adieu mon fils… Demain je vais mourir. »

Date de parution : 07.05.2014 aux Editions Actes Sud Junior

elsa.jpg