Les Vacances d’Un Sérial Killer de Nadine Monfils

nadine

Mon avis : Whaouuuuuu des vacances mémorables et ça commence dès le départ de la maison, la famille Destrooper va en voir de toutes les couleurs. La plage, pension avec vue sur la mer, le rêve des estivants. Là tout va virer au cauchemar. Un déroulé de catastrophes que l’on ne souhaiterait même pas à son pire ennemi. Avec tout ces éléments réunis, ces congés ne pouvaient que mal se terminer.

Une première rencontre avec Mémé Cornemuse, on peut dire que c’est un personnage qui dépote et déménage. Elle est haute en couleur, comme on dit. Elle accompagne sa fille et sa famille en vacances, mais ça ne va pas être de tout repos, ni pour elle ni pour les autres. Elle arrive à mener tout le monde à la baguette et les amener à assouvir tous ses souhaits, sauf peut-être un.

Alfonse, chef d’entreprise, fier, macho sur les bords qui n’a de passion que pour sa voiture ; va voir sa vie basculer. Josette, sa femme, soumise habituellement va s’avérer être très rebelle et coriace. Les enfants, adolescents, ne voient pas les vacances de leurs rêves.

Un sérial killer dans les parages, mais est-il réellement en vacances ?

Je n’ai pas attendu les congés pour découvrir ce livre, mais un jour férié. Totalement déjantée, barrée, cette histoire m’a emportée !! J’ai adoré le style d’écriture décalé et très fleuri de l’auteur, qui ne tombe jamais ni dans le lourd, ni dans le pataud!! Humour (noir) et sarcasmes sont au rendez-vous et nous montre l’évolution d’une famille que l’on pourrait qualifier de banal, et pourtant… Des chapitres courts, de nombreux dialogues rythment ce récit ; on ne s’ennuie pas une seconde. D’abondants retournements de situations embarquent le lecteur, sans savoir réellement où il va ! Une lecture qui m’a ravie, je me souviendrai longtemps de ma rencontre avec Mémé Cornemuse et découvrirai sans aucun doute ses autres aventures ! Une comédie dramatique audacieuse à couper le souffle !

nadine ded

Résumé : Comme chaque été, Alfonse Destrooper part en villégiature à la mer du Nord. Josette, sa femme, est bien décidée à se la couler douce, entre farniente à la plage et shopping dans la station balnéaire. Les enfants, Steven et Lourdes, emportent leur caméra pour immortaliser ces vacances tant attendues. Quant à la mémé, véritable Calamity Jane, elle les accompagne dans sa vieille caravane.
Mais le voyage commence mal ! Un motard pique le sac de Josette à un carrefour et s’enfuit. Furieux, Alfonse s’arrête dans un snack pour s’enfiler une bière pendant que les deux ados, avec leur manie de tout filmer, s’amusent à planquer leur caméra dans les toilettes, histoire de recueillir quelques images truculentes. La famille Destrooper reprend finalement la route. À l’arrière de la voiture, les ados visionnent tranquillement leur vidéo. Quand, soudain, ils découvrent à l’écran le cadavre du motard gisant sur le sol des toilettes du restoroute ! Et, pour couronner le tout, la magnifique pension dans laquelle les Destrooper ont prévu de séjourner est un rade pourri. Les vacances en enfer ne font que commencer…

Date de parution : 17.02.2011 aux Editions Belfond

57485193_321257995226198_1595776123663286272_n

Le Chant des Revenants de Jesmyn Ward

4

Mon avis : Cette lecture m’a bouleversée. J’ai été touché et émue par l’histoire de ce petit bonhomme Jojo qui va devoir grandir trop vite et assumer un rôle pourtant par le sien, être le référent de sa petite sœur.

Sur fond de racisme et d’opposition, l’histoire d’un homme blanc qui jeune rencontre une jeune fille noire. De leur amour va naître un enfant, Jojo. Les parents de Michael n’accorderont aucune attention si à leur belle fille, ni à leurs petits-enfants. Les secrets de famille enfouis, vont remonter à la surface. Jojo veut savoir pourquoi on le rejette. Parallèlement, élevés par ses grand parents maternels qui feront ce qu’ils pourront pour lui et sa sœur ne manquent de rien, ils se démènent pour eux et pallient à l’absence de leur fille. Avoir trois fois à manger par jour, c’est déjà bien mais cela ne remplace pas l’amour maternel et paternel. Leonie, la mère des enfants ne fait rien pour eux, ne les estime pas ; au contraire elle les dénigre en permanence, quand elle est présente. Parfois elle brille par ses absences. Elle est femme avant d’être mère et ne pense qu’à la sortie de prison de son amour. Elle va jusqu’à mettre ses enfants en danger pour satisfaire ses petits plaisirs. Elle ne prend sa fille dans les bras que pour chercher elle-même du réconfort ; Kayla n’est pas dupe et préfère la compagnie et le réconfort de son frère.

Quand aux retrouvailles avec le père, on craint le pire. Pareil, il n’a d’yeux que pour Léonie. Il va tout de même essayer de faire accepter sa famille à ses parents.

L’auteur m’a mis les tripes à l’air avec cette lecture, poignante et touchante. J’ai eu une énorme empathie pour ses deux enfants qui n’ont pas demandés à naître et qui pourtant vont essayer les plâtres et le passé des adultes. Je vous laisse découvrir par vous-même quel va être leur échappatoire ? Un roman noir qui ne peut laisser indifférent.

Je remercie la masse critique Babélio pour cette découverte

Résumé : Jojo n’a que treize ans mais c’est déjà l’homme de la maison. Son grand-père lui a tout appris : nourrir les animaux de la ferme, s’occuper de sa grand-mère malade, écouter les histoires, veiller sur sa petite sœur Kayla.
De son autre famille, Jojo ne sait pas grand-chose. Ces blancs n’ont jamais accepté que leur fils fasse des enfants à une noire. Quant à son père, Michael, Jojo le connaît peu, d’autant qu’il purge une peine au pénitencier d’État.
Et puis il y a Leonie, sa mère. Qui n’avait que dix-sept ans quand elle est tombée enceinte de lui. Qui aimerait être une meilleure mère mais qui cherche l’apaisement dans le crack, peut-être pour retrouver son frère, tué alors qu’il n’était qu’adolescent.
Leonie qui vient d’apprendre que Michael va sortir de prison et qui décide d’embarquer les enfants en voiture pour un voyage plein de dangers, de fantômes mais aussi de promesses…

Date de parution : 07.02.2019 aux Editions Belfond

auteur les revenants