Le #30, c’est pas polar!! Il aura fallu une seconde d’Anne Sylvie Pinel

IL AURA FALLU UNE SECONDE

Mon avis : Léa grâce, ou à cause, d’un seul mot, va faire basculer sa vie du jour au lendemain. Elle va devoir chercher un nouveau travail, un appartement et retrouver l’Amour. Repartir de zéro dans tous les domaines, adepte de certains préceptes de vie elle va essayer d’appliquer tout ce qu’elle a appris pendant ses différents stage et auprès de son psy. Sa volonté de se stabiliser de nouveau dans tous les domaines vont la rendre encore plus surprise lors de sa rencontre avec Carmen. Cette dernière est tout l’inverse, elle vit au jour le jour, se contente de peu et de l’essentiel à sa vie.

Ensemble, elles vont à la fois se confronter à leur miroir et à leurs idées reçues. Elles ont la même veine, que cherchent-t-elles ou attendent-elles de la vie ?

Léa va devoir être à l’écoute de ses réelles envies et pas se soucier de ce qu’il est bien de faire. Deux opposées, Léa la timide, rangée, discrète et l’exubérante et extravertie Carmen qui ne fait que ce qu’elle veut et semble « se foutre » de l’avis des autres.

Une amitié va naître entre ses deux personnes. Elles vont se conseiller, se chamailler, et toujours avoir comme objectif de s’épanouir.

L’auteure signe ici un bel hymne à l’amitié à l’espoir, et donne envie de tout lâcher pour s’écouter et faire que ce dont nous avons envie. Elle démontre qu’être à l’écoute de ses envies, ne pas changer « pour faire plaisir », que si les contraintes sont trop fortes, un jour ou l’autre ça risque de valdinguer. J’ai beaucoup apprécié l’angle choisi, ainsi que le rythme qui entremêle très habilement la narration et les séances d’écriture de Léa avec son journal. Une fraîcheur et une dynamique ressort à l’issue de cette lecture. La notion de choix et des conséquences, la peur de la nouveauté sont des notions très présentes à travers cette histoire. De même que l’espoir qu’à n’importe quel âge, peu importe, la vie ne s’arrête pas et qu’au contraire tout est à bâtir. Enfin, j’ai ressenti lors ma lecture, le fait que la fin d’une chose n’est que le début d’une nouveauté. Les seules barrières ou frontières sont celles que nous nous mettons nous même. A découvrir !!!

Résumé : Du jour au lendemain, Léa voit son monde basculer. Plus de mec, plus d’appart, plus de travail : tous ses repères s’effondrent. Que faire quand on se retrouve sans rien ? Seule face à elle-même, la jeune femme va devoir affronter ses peurs et ses doutes pour tout reconstruire, pour se reconstruire.
De remises en question en coups de solitude, de grosses galères en petits miracles, elle va apprendre, pas à pas, à trouver son chemin. Un chemin qui la mène à la rencontre de Carmen, une danseuse aussi étonnante qu’inspirante. La vie de Léa prend alors un tournant inattendu qu’elle n’aurait jamais cru possible…

Date de parution : 30.03.2019 en Auto-Edition

il aura.jpg

 

Saia de Guillaume Madelpuech

saia

Mon avis : Les événements s’enchaînent en même temps que les données informatiques s’affolent. Que se passe-t-il ? Un attentat au centre de recherche Nohôs où Joseph Bessac trouve la mort.

Sophie Bessac est appelée sur place afin d’évaluer les risques et les données. Son domaine de compétence : la recherche et l’Intelligence Artificielle. Les grandes puissances cherchent les responsables de cette cyber attaque. L’Iran semble le coupable tout désigné. Sophie a des doutes mais à qui peut-elle faire confiance ? Depuis son arrivée elle est bien accueillie et pourtant elle sent qu’on ne lui dit pas tout. A tout pris, elle veut retrouver les assassins de son père et de ses collègues. En même temps elle va essayer d’éviter qu’une guerre mondiale sans précédent n’éclate, en aura-t-elle les moyens ? Elle va se concentrer sur cette réponse « A qui profite les différentes attaques cybernétiques alors que tout le monde semble touché ? »… De réflexions en recherche, quelle va être sa réaction lorsque la réponse va lui parvenir ?

L’auteur signe ici un excellent premier roman, un parfait techno-thriller qui fait carrément froid dans le dos. Un rythme très soutenu rend la lecture à la fois addictive et oppressante. Un style direct et efficace. Le lecteur est embarqué dans ce complot anonyme à la fois géopolitique, économique et militaire. Le temps est compté. Les différentes puissances et leurs services sont très bien dépeints. Les informations sont très précises et étoffées, la technicité très bien expliquée. Je n’ose même pas me demander s’il y a une part de vrai dans ce roman, tellement le risque est grand. Frôlant la science-fiction mais à la fois très plausible, quel est donc l’avenir de l’Homme et ses recours si l’Intelligence Artificielle rentre ainsi dans notre vie. Déjà présente dans notre quotidien, voir de plus en plus, et si le risque était à notre porte ?

Saia un titre très énigmatique va vous couper le souffle et vous poser pas mal de questions. En tout cas, à la fin de ma lecture ce fut mon cas. La frontière entre le réel et l’imaginaire est-elle si franche ?

 Résumé : La Guerre entre l’Iran et les Etats-Unis aura-t-elle lieu ? Un attentat contre un centre de recherche en intelligence artificielle du titan de l’internet Nohôs, à Dubaï, menace d’entraîner toute la région dans un redoutable engrenage géopolitique. Une course contre la montre s’organise sur fond de guerre informatique, de crise financière et de manœuvres diplomatiques et militaires.

Date de parution : 10.05.2019 en Auto-Edition

guillaume malpuech

 

 

 

Le Début de la Faim de Nil Borny

NIL

Mon avis : Nous voici plongés dans une version parisienne de la venue de morts-vivants. En effet, suite à des morsures irrévocables, les victimes se réveillent et n’ont qu’une seule idée se nourrir inlassablement. Certaines personnes vont y échapper et se regrouper, un groupe totalement hétéroclite va alors se former, des caractères, vies, traumatismes et expériences différentes.

Louis est un personnage que j’ai tout de suite apprécié, en effet, il est à la fois totalement décalé et d’une certaine manière pragmatique. Il va user jusqu’à la moelle les nerfs de ses amis d’infortune mais va se révéler d’une redoutable et très précieuse endurance face à événements. Même s’il peut exaspérer, il fédère. Sa motivation est de retrouver son fils vivant et si possible non atteints… Quand l’amour s’en mêle il va aussi perdre le sens des priorités pour le plus grand plaisir du groupe. Il va se révéler, malgré les événements être un pilier indispensable.

Je découvre l’auteur avec son premier volet, une sacrée compilation d’humour de sarcasmes, de déroutes totales ; mais avec une réelle originalité. Je rassure ceux qui pense au énième Walking Dead, non non vous n’y êtes pas. Un style à la fois original, des  présentations de personnages qui font que de suite le lecteur se sent concerner par ce qu’il va leur arriver. Une fine équipe qui va mettre le doigts sur ce qu’ils n’auraient jamais dû découvrir, et pourtant ils vont s’unir et combattre. Et si les morts-vivants n’étaient pas leur seuls ennemis ?

L’auteur distille à travers ses personnages, des valeurs, des sensibilités, des revendications, soulève également certaines problématiques qui pourraient s’avérer très plausibles.

L’histoire est très bien ficelée, les rebondissements sont nombreux, tenant en haleine le lecteur jusqu’au bout, la présence d’enfants est très touchantes ; des protagonistes bien travaillés et aboutis. En résumé, tout un sacré cocktail que l’on remue à la touillette, il en ressort une très belle lecture, toute en subtilité, jamais dans l’absurde. Cette histoire est émouvante, parsemée de nombreux sarcasmes et de francs fous rires. Il ne me restera plus qu’à retrouver ceux qui ont survécu dans la suite et découvrir leurs folles nouvelles aventures. Si vous croisez par hasard ce livre, découvrez le !!!

Merci Delphine pour le conseil de lecture et l’auteur pour sa disponibilité !!!! A suivre….

Premier ingrédient de la bouillabaisse en l’honneur de la soirée « La Défense » organisée grâce à des membres du groupe Thriller et Vous

NIL DED

Résumé : « C’est la fin du monde ! On va tous y rester et crever dans d’atroces souffrances et… une bombe atomique me kiffe ?! La vie est vraiment fantastique ! »

Un étrange phénomène se propage dans la capitale française et sa banlieue, transformant la majorité de la population en monstres avides de chair humaine. Pour une raison inconnue, certains survivants ne présentent aucun symptôme.
L’épidémie est vécue à travers les yeux de femmes et d’hommes que rien ne prédestinait à se rencontrer.
Mathieu, Natacha et Louis vont se croiser d’une manière bien singulière. Se croyant bien à l’abri, ils apprendront que les hordes de morts-vivants qui sillonnent les rues sont loin d’être leur seul problème.
Malgré eux, ils vont s’immerger jusqu’aux origines du mal.

Date de parution : 26.12.2017 en AutoEdition

Les Roses du Marais de Luca Tahtieazym

41vXPHw81DL._SY346_.jpg

Mon avis : Un très beau roman noir mêlant Amour, Passion et Mort. Cela ne va-t-il pas de paire ? En effet, nous sommes en présence d’Achille, homme de la terre, patron hors pair qui sait se faire respecter. Côté vie privée, homme au grand cœur, généreux, qui tombe facilement amoureux de femmes pour qui, il se met en quatre. En effet, que se soit financièrement, dans la tenue de la maison, l’amoureuse, la femme est une Reine. Pendant la guerre, il va jusqu’à mettre sa vie et celle de ses employés en danger pour l’élue de son cœur. Elle a tous les droits, le mariage, les balades, mais… Si un nuage obscurcit le tableau et que la belle souhaite reprendre sa liberté, l’orage est prêt à gronder…

Des personnages très bien retranscrits dans l’époque, les descriptions nous immergent totalement dans ce domaine poitevin, au milieu des récoltes. La dureté et la rigueur de la vie à la campagne sont distiller afin de nous plonger dans ce roman. Les phases noires sont riches d’émotions.

La construction du livre est originale et m’a beaucoup plu : changer de narrateur au fil des chapitres. Nous en apprenons beaucoup sur ses pensées, ses ressentis, ses perceptions.

J’ai été ravi de découvrir un nouveau roman de cet auteur dont j’avais déjà pu apprécier les précédents. La noirceur des personnages, mais aussi leurs joies, en font des êtres réalistes et attachants, l’Humain reste au premier plan. Des symboliques poignantes sont également soulevées avec une très grande finesse. Après ma lecture, je suis passée par hasard devant un fleuriste, je n’ai pas regardé les « Roses Rouges » de la même manière… Je vous laisse découvrir pourquoi !!

Résumé : 1935, dans le marais poitevin.
Au milieu des roses, ivre d’amour, un homme chérit follement les femmes qui traversent sa vie.
Mais quand les cœurs ne battent plus à l’unisson, quand les braises des amours déchues cessent de se consumer, des secrets profondément enfouis resurgissent ; des secrets qu’il eût mieux valu ne jamais déterrer…

Date de parution : 30.04.2019 en AutoEdition

luca

Embrasements de Guy Morant

EMBRASEMENTS

Mon avis : Après avoir été totalement conquise par le premier volet Effondrements, c’est avec beaucoup de plaisir que je retrouve Alaric et son équipe.

Des incendies criminels font rage, aucun point commun entre les lieux, mais à chaque fois un mort au centre du foyer. Comment le pyromane s’y prend-il ? Le choix des victimes est-il le fruit du hasard ?
Voilà dans quoi vont s’embarquer Alaric, son adjointe et leurs collègues. Des personnages toujours bien dépeints, j’ai été ravie de l’évolution de Victoria qui s’affirme de plus en plus dans le groupe. Chacun a sa place, son rôle, sa personnalité. Une enquête aux multiples facettes, des dimensions qui frôlent les relations politiques de grands industriels, leurs nerfs sont mis à rude épreuve (encore une fois). Au moindre faux pas, ils risquent gros… Être sur le fil du rasoir, toujours à la limite, fait d’Alaric un chef de groupe qui a le plus de réussites dans ses enquêtes ; mais à priori cela n’est pas au goût de tout le monde. Déjà empêtrés dans une enquête brûlante qui piétine, il ne manquait plus que la hiérarchie se mette en tête d’exploser Alaric et par la même occasion ses coéquipiers.
Voici l’ambiance de roman où se mélange, rythme, intrigues, retournements de situation ; mais aussi une crise qui met à mal la confiance entre les protagonistes. Un choix s’offre à eux, soutenir Alaric ou suivre le sens du vent vers la hiérarchie. Dans ce casse-tête et ce jeu au chat et à la souris, certaines personnes vont se révéler de manière inattendue très précieuses.
Une plume toujours aussi entraînante, efficace et très fluide. Un montage que j’ai découvert et apprécié dans le premier opus, la pluralité énoncée dans le titre : ici l’Embrasement n’est pas uniquement les différents feux déclenchés dans les entrepôts, mais aussi le brasier au sein même de la Crim’. Ce « jeu » réalisé par l’auteur contribue également à la réussite et à l’originalité de ses romans. Comme toujours sont soulevés des faits, ici la hiérarchie tyrannique ou la prise en compte des victimes ; ils confèrent aux romans de l’auteur une plausibilité incroyable et une dimension humaine.
Une très belle lecture, qui même si j’ai mis du temps à m’y mettre, n’a pas fait long feu. Un plaisir de retrouver les personnages, de constater leur solidarité, leur engagement, et leur volonté sans faille à démêler les enquêtes qui leur sont confiées. Un réel dévouement est perceptible dans cet épisode, au péril de leur vie ou de leur carrière ; ils ne lâchent rien.
C’est la lectrice avide de bonnes lectures qui s’exprime : j’espère retrouver la fine équipe prochainement dans d’autres aventures.

Résumé : Incandescent, comme l’incendie d’un entrepôt entre Argenteuil et Cergy.
Incandescent, comme le cadavre d’un pendu que les flammes vont anéantir.
Incandescent, comme la haine d’un chef envers son meilleur enquêteur.
Incandescent, comme la jalousie, comme le désir, comme la brûlure d’un viol.
Incandescent, comme la passion du policier poursuivant inlassablement la vérité.
Le capitaine Alaric Autier, chef de groupe à la crim’ de Versailles, tente de résoudre deux affaires, alors que sa vie s’embrase, et que son patron cherche à le réduire en cendres. Entre les trahisons et les solidarités inattendues, il marche sur un fil au-dessus du brasier. Au risque de tout perdre : son couple, son travail et sa santé mentale.

Date de parution : 08.03.2019 en AutoEdition

guy

Une Guerre Sans Fin de Léa Clément

LEA CLEMENT

Mon avis : Une lecture qui pour moi s’est décomposée en deux parties.

Dans la première, on découvre May depuis sa naissance, la dure vie de son enfance, en effet ses parents souhaitaient un garçon et non pas une deuxième fille. On ressent ses souffrances au quotidien et nous découvrons ses choix qui vont en découler. Se rebeller va devenir son crédo, dans une ambiance de guerre placée en arrière-plan. En effet, à part quelques mentions de lieu, la scène aurait pu se placer dans un autre pays moyen oriental en guerre. Je n’ai pas ressenti d’empathie pour les personnages, et le côté redondant des faits de vie ne m’ont pas emportée.

Par contre, dès le passage par la case prison ; j’ai senti un virage à 180 degrés. Ce tournant marque pour moi un réel changement dans la construction ; May a mûri malgré son âge et son côté « pleurnichard » va vite se transformer en camouflage de survie. Les incivilités, la violence des interrogatoires, l’ambiance sont très bien dépeints et l’histoire prend tout son sens. Je me suis laissée embarquée ; May devient réellement le personnage principal et prend corps. Elle ne va pas hésiter à affirmer ses idées et conserve ses convictions. Le récit est poignant, l’ambiance de conflit est plus développée. J’ai beaucoup plus été touchée à partir de ce passage, car les ressentis sont plus forts, plus mis en avant ; le contexte familial se retrouve en ligne de fond… La seule préoccupation devient comment sortir de cet enfer ? Et non je suis en conflit avec ma mère…

La sortie de prison avec tous les stigmates de cette expérience de mise à l’écart de la société est très déroutante ; la désorientation est palpable. J’ai ressenti beaucoup d’émotions sur la reconstruction de cette jeune femme. Il y a le « avant prison » et il y aura le « après ». De plus, May va se livrer aux lecteurs sur tous ses maux, la douleur, la tristesse, ses envies et ses craintes ; sans aucun tabous, mais tout en conservant très habilement une certaine pudeur. Nous la suivons pas à pas dans sa phase de reconstruction, jusqu’au moment où… non là je vous laisse découvrir par vous-même.

L’auteur signe ici un premier livre très noir et poignant, même si je n’ai pas été emballée par la première partie, la deuxième m’a totalement convaincue. Fallait oser parler d’un pays moyen oriental, régulièrement en guerre, qui a ses croyances et ses coutumes, sa vie carcérale ; en résumer briser les non-dits. Une plume simple mais très efficace qui laisse la place au contenu de ses textes. Nous ne sommes pas encombrés de fioritures inutiles, ni d’anecdotes non probantes. Un auteur que je suivrai avec grand plaisir lors de ses futures sorties.

Résumé : Touchée par une amnésie partielle et en proie aux plus cruelles inquiétudes, May, une jeune trentenaire, décide d’écrire pour tenter de reconstituer, à travers ses souvenirs, les événements de son passé.
En effet, May grandit à Beyrouth, durant la guerre civile libanaise, et « son enfance née posthume se désagrège sous les feux de la mitraille ».
En dépit de son jeune âge, c’est seule qu’elle affrontera la cruauté de sa mère, la peur de la guerre et l’effroi de la prison. Confrontée aux tourments de l’Histoire du Liban et au monde arabe ravagé par le despotisme et l’obscurantisme, comment parviendra-t-elle à survivre et à se construire ?
Et arrivera-t-elle à retrouver sa mémoire ?

Date de parution : 12.05.2019 en Auto-Edition

 

On A Toute La Vie Pour Mourir de Cyrille Thiers

on a

Mon avis : Nous voici en présence de différentes nouvelles retraçant différentes manières de mourir, non naturelles je précise. Nous suivons certains personnages récurrents. Mais surtout nous passons un très bon moment de lecture à découvrir l’histoire de personnages et surtout leur mort. Macabre ? Non pas du tout… Il est très bien évoqués ici les raisons qui peuvent franchir le pas et décider de se débarrasser d’une personne. La cupidité, la jalousie, la vengeance… Tous les ingrédients qui alimentent des sentiments et qui vont entraîner une issue fatale pour l’un de leur propre ou un inconnu.

Des protagonistes aux multiples facettes qui vont vous surprendre, vous attendrir. Peut-être se reconnait-on dans certains d’entre eux ? Bref, les différentes rencontres qui peuvent changer le court de votre vie ou y mettre fin. Je ne vous le souhaite pas rassurez-vous…

L’auteur avec une plume directe vous entraîne à ses côtés dans d’autant d’histoires que de ressentis. Il use sans abuser de sarcasme et jeux de mots, qui pimentent cette lecture. C’est vivant, piquant, mordant et aucun temps mort. Le making off à la fin du livre est génial, en effet l’auteur nous livre comment ces nouvelles lui sont venues et leur vie. Une belle découverte, un bon moment de lecture !!! Un livre que je recommande ? Bien sûre, sans hésiter !!! Arrivé au dernier épisode que j’ai trouvé extraordinaire, vous m’en direz des nouvelles !!!

Assez salivé je vous dévoile le sommaire :

Marche funèbre

La sapin de Noëlle

Ticket gagnant

Le tueur au tournevis

Mozart est là

Dérapages

Généalogie appliquée

Le spectre de l’autocar

Son petit doigt m’a dit

Vous êtes tous témoins !

Généalogie appliquée… la suite

La croûte du siècle

Tueurs en parallèle

Conquistadors

Je vais à Rio

Secrets de fabrication

Je remercie l’auteur pour sa confiance et la découverte

ded

Résumé : J’ai rassemblé dans cet ouvrage quinze histoires très noires dont certaines ont eu l’honneur d’être primées dans divers concours. Ces récits ont en commun la mort sous toutes ses formes, jusqu’aux plus improbables. Souvent violente, parfois glauque, elle façonne minutieusement la noirceur de ces intrigues en les parsemant de cadavres, d’ossements, et même de momies. Vous aurez probablement du mal à discerner les victimes des coupables. Néanmoins, jusqu’à l’hécatombe finale, je vous garantis un plaisir aussi malsain que jubilatoire en observant les acteurs de ces tranches de vies, ou plutôt devrais-je dire … de ces vies tranchées.

Date de parution : 17.01.2019 en Autoédition

cyrille