First d’Albane Mondétour

Livre lu dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus

first

Mon avis : J’ai fait partie des personnes qui avait sélectionné ce livre suite à la lecture de l’extrait et la 4ème de couverture. L’ensemble me préparait à une belle lecture et une nouvelle découverte.

Malheureusement, la « magie » n’a pas opéré, en effet j’ai trouvé qu’il manque quelque chose à cette histoire placée sous le « entre soi ».

Les personnages sont bien décrits mais l’histoire manque de profondeur à mon sens. La dimension me laisse difficilement placer ce livre dans un thriller. Mais je vais laisser le côté estampille de côté.

Le thème global de ce livre m’avait beaucoup emballé. Or, malgré une alternance de passé et présent qui permet au lecteur de comprendre, le rythme des dates sur les chapitres n’apportent rien à l’histoire.

Céleste une femme qui se remet de ses blessures aux sens propre et figuré, va devoir faire face à son passé, et à sa propre culpabilité. William m’est apparu totalement détestable et ses actes m’ont débectée mais l’opposition entre eux m’a plu. Louis a manqué d’exploitation si je peux me permettre, il a un rôle dominant dans le cheminement de pensées de William…

Une intrigue qui est bien abordée mais va vite s’essouffler car j’ai eu l’impression que tout s’enchaînant « trop facilement », parfois même en manquant de cohérence, voire de crédibilité.

Par contre, j’ai été très agréablement surprise par la fin qui m’a permis de terminer ce livre avec une pointe positive.

Une relecture aurait permis à l’auteur, je pense et ce n’est que mon avis, d’éviter des répétitions de situations dans les phases du passé qui alourdissent parfois le récit. Quelques choix non judicieux sont à noter avec le vocabulaire, mais l’autoédition reste un parfait moyen de se faire connaître, être lu et obtenir des avis.

La construction où on change de narrateur à chaque changement de chapitre, permet de voir la situation à travers les yeux de chaque protagoniste et je trouve que ça contribue à donner un angle intéressant, voire plusieurs.

Résumé : Depuis six ans, un violeur et tueur en série terrorise la région toulousaine.
On le surnomme le Fantôme.
Personne ne sait à quoi il ressemble, pas même les victimes qui lui ont survécu.
Car il y a des survivantes. Le Fantôme en a relâché cinq.
Pourquoi ? Pourquoi laisser partir certaines d’entre elles, et tuer les autres ?
Céleste Laroque fait la rencontre de l’une de ces victimes, Lucie, et entame une relation avec son frère aîné. Alors que Lucie se remet petit à petit du drame qu’elle a vécu, un événement inattendu va se produire. Un événement qui va faire tomber les masques.
Et si Céleste n’était pas ce qu’elle prétendait être ?

Date de publication : 03.07.2019 en Auto-Edition

albane

Vous pouvez suivre ce prix sur les liens suivants :

Lien Site Internet Prix des Auteurs inconnus :

http://www.prixdesauteursinconnus.com/

Lien Facebook Prix des Auteurs inconnus https://www.facebook.com/prixdesauteursinconnus/

Lien Instagram Prix des Auteurs inconnus https://www.instagram.com/prixdesauteursinconnus/

Lien Twitter Prix des Auteurs inconnus

https://mobile.twitter.com/prixdesai

Mes autres lectures lues ou à venir dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 

Ma Vie sera pire que la mienne de Williams Exbrayat

Benzos de Noël Boudou

Ils se marièrent et il y eut beaucoup de sang de Laurine Valenheler

La Catabase de Jack Jakoli

baniere pai

Ils se marièrent et il y eut beaucoup de sang de Laurine Valenheler

laurine

Livre lu dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus

Mon avis : Ce livre traite et met en lumière l’homophobie et la violence dont sont victimes les homosexuels.

Une enquête qui promet d’être difficile, surtout que les assassinats s’enchaînent et pourtant aucun indice ne va permettre aux enquêteurs d’avancer normalement. Ce sujet va devenir ultrasensible au sein de la brigade, les pistes ne mènent pourtant nulle part.

Un des protagonistes est le narrateur, le lecteur est donc placé en immersion dans ce livre, même si parfois nous pouvons être déstabilisés quand le narrateur change.

La violence et les violences sont au cœur de ce livre, une profusion de détails et d’anecdotes démontrent le mal être des victimes. Certes mais parfois, l’abondance peut alourdir la lecture et certains passages auraient pu être écourtés. Le ressenti de vie du quotidien de ce couple de flics qui doit faire face au regard des autres dans la rue mais aussi dans leur monde professionnel.

Des protagonistes attachants avec qui le lecteur vit, mange, dort et travaille. Sans oublier les tracas de tous les couples.

Un dénouement que l’on devine peu à peu au fur et à mesure des différentes situations mais j’ai trouvé que l’auteur avait été relativement habile afin de maintenir le suspense et nous tenir en haleine jusqu’au bout. J’ai été ravie de découvrir comment le coupable allait être mis en lumière. C’est bien fait et peut surprendre.

Une écriture entraînante, un livre étoffé, dense, sur leur vie et leur quotidien, de leur rencontre à leur vie à trois. Sans tabou, l’auteur livre la dureté de certaines scènes. J’ai beaucoup apprécié cette dimension humaine, les êtres sont mis en avant. Les journées sont bien décrites, de manière vivante, les ressentis du narrateur sont également transmis au lecteur.

Nous passons par toutes les émotions, l’amour, la colère, la haine, le partage, la souffrance silencieuse.

L’auteur aborde subtilement cette souffrance sans pour autant tomber dans le pathos. Sans excès, les faits sont bien distillés. Mon seul regret se trouve dans quelques longueurs. Une agréable surprise et découverte, un premier livre qui nous promet de belles heures de lecture à venir.

Une histoire d’une crédibilité criante !! Je salue le courage de l’auteur pour avoir osé sortir des sentiers battus et innover dans le monde du thriller. Ce côté original m’a beaucoup séduite !!! Alors même si j’ai pu mentionner quelques bémols, je conseille la découverte de ce livre.

Résumé : Au cœur de l’hiver 2017, quatre ans après les débats sur le projet de loi « Mariage pour Tous », plusieurs couples d’hommes sont retrouvés morts en petite couronne de Paris. Sur les scènes de crime, la signature marque les esprits : entre les corps des victimes sont retrouvés des triangles de tissu, roses comme le symbole de la persécution des homosexuels sous le IIIème Reich.

Pour l’équipe de Maël Néraudeau et Yohann Folembray, lieutenants à la Section criminelle du SDPJ 94 et partenaires à la ville comme à la scène, le compte à rebours est lancé. Le mot d’ordre est sur toutes les lèvres, y compris celles de la presse : mettre la main sur l’assassin et enrayer la vague de folie meurtrière. Mais face à un criminel aussi obscur qu’imprévisible, les enquêteurs se retrouvent désarmés, et ce malgré l’appui d’un capitaine de la Brigade des crimes sériels de l’OCRVP venu se greffer à la section pour les assister. Le sadisme du meurtrier se révèle alors sans limite lorsque l’affaire prend un virage dramatique pour les deux coéquipiers et amants. Entre les plaies endormies qui se réveillent et la colère qui les déchire, affectant l’équilibre du groupe, le terrain est plus libre que jamais pour le Tueur au Triangle Rose, qui profite de la diversion pour passer à la vitesse supérieure et parachever son acte final…

Date de publication : 21.10.2019 en AutoEdition

laurine perso

Vous pouvez suivre ce prix sur les liens suivants :

Lien Site Internet Prix des Auteurs inconnus :

http://www.prixdesauteursinconnus.com/

Lien Facebook Prix des Auteurs inconnus https://www.facebook.com/prixdesauteursinconnus/

Lien Instagram Prix des Auteurs inconnus https://www.instagram.com/prixdesauteursinconnus/

Lien Twitter Prix des Auteurs inconnus

https://mobile.twitter.com/prixdesai

 

Mes autres lectures lues ou à venir dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 

Ma Vie sera pire que la mienne de Williams Exbrayat

Benzos de Noël Boudou

baniere pai

Gangster L’Envers du Décor de Shifrinne

 

gangster

Mon avis : J’ai eu l’impressions que les grandes familles du trafic de cocaïne jouaient avec la France comme au Monopoly. Chacun sa place, son territoire et ses soldats. Quelques dérapages sont à dénombrer mais globalement tout fonctionne sans trop de dégât.

Sauf quand il vient l’idée d’un chef de famille de partir en croisade et de se lancer à la conquête des grandes villes. Mais pour cela, il faut s’implanter et quitte à frapper fort, autant déboucher des soldats déjà en place.

Voilà où nous entraîne l’auteur, ça tape, ça tire, ça cogne et ça trahit !

Stéphane va sentir que le vent est en train de tourner mais sans vraiment savoir d’où vient le danger ? Les clans vont aller de guet-apens en représailles, galvanisés par la vengeance, un bain de sang. Les hommes vont s’affronter et ne laisser aucun répit aux adversaires, anciens amis devenus ennemis.

Des têtes vont tomber et le trouble, ainsi que la déstabilisation des hiérarchies vont s’immiscer peut à peu jusqu’à exploser.

J’ai beaucoup aimé ce premier roman qui montre à la fois la violence, les réseaux mafieux, mais pas que… A travers le personnage très attachant de Stéphane, qui a sa manière bien a lui de gérer son business, plutôt façon gentleman. Sauf quand le danger se présente à sa porte.

Un rythme soutenu, des retournements de situations, un rythme trépidant, des changements géographiques, un ensemble qui met en relief le thème et la notion humaine mise en avant.

Et oui même dans ce milieu, les sentiments et affinités ont leur place. L’humain, l’entraide et la solidarité sont bien mis en lumière également.

Un très bon moment de lecture, une belle découverte !! Un auteur à suivre.

 

Résumé : Stéphane vit à Paris. A 28 ans, il appartient à la famille du caïd Lapaz et gère ses clubs de nuit, mais il est surtout au cœur des trafics et des décisions les plus secrètes de la famille. Machines à sous, rackets, cocaïne, le système rapporte des millions. Mais quand Assouni le Lyonnais entraine Lapaz dans le meurtre d’un rival, Stéphane comprend qu’ils sont en danger. Derrière les établissements et les trafics, il réalise alors l’envers du décor. Dans un univers où les alliances se font et se défont au rythme des meurtres, il devra survivre dans ce qui deviendra la plus sanglante guerre des clans que le milieu du grand banditisme n’aura jamais connu. Malgré l’illusion de sa toute-puissance, le plus féroce des caïds peut être pris à revers par ceux qui ont été trahis.
Plongée fulgurante dans l’univers impitoyable du grand banditisme français à travers Stéphane Saliseti, caïd parisien pris pour cible par un concurrent avide d’argent et de pouvoir.

Date de publication : 01.01.2019 aux AutoEdition

 

 

 

Ma vie sera pire que la tienne de Williams Exbrayat

ma vie

Livre lu dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus

Mon avis : Les deux premières parties sont distinctes, les histoires indépendantes et personnages différents. Déjà le ton est donné, c’est de la dynamite qui ne demande qu’à se consumer. Et lorsqu’en plus, les histoires se rejoignent et s’imbriquent, c’est l’apothéose. Avec leur profil particulier, leur vie atypique, vont-ils réussir à s’en sortir ?

Des personnages aux multiples facettes, les situations vont leur faire ressortir le bon, le moins bon et le pire de chacun d’entre eux. Pourtant certains n’étaient pas destiner à partir en vrille. Même le chien est un personnage à part entière et a sa part d’histoire.

Mon préféré ? Sauveur, bien sûr !!! Les braqueurs qui portent le nom d’un de nos présidents, c’était super, le tout saupoudré de quelques clins d’œil de leur personnalité.

L’auteur signe ici un très très bon polar. Usant de sarcasmes et de jeux de mots, mêlant, intrigues, sournoiseries, rebondissements, voir retournements de situation avec brio. Une plume qui exploite toutes les palettes de la langue française.  Une fin inattendue !!! Je recommande cette lecture à la fois pour son côté à la fois aérien et plein de noirceur.

Résumé : Quel est le point commun entre un looser amoureux, un bouledogue alcoolique nommé Disco Boy et une jolie hôtesse de casino ? Une sévère propension à être là au mauvais endroit, au mauvais moment. Ces trois-là n’étaient pas faits pour se rencontrer, encore moins pour évoluer en milieu hostile : des trafiquants de drogues, des braqueurs grimés en présidents, des flics retors et une bête qui hante la campagne. Tuer ou se faire tuer, telle est désormais leur seule alternative.

Date de parution : 29.08.2018 en AutoEdition

williams-exbrayat-1

 

Vous pouvez suivre ce prix sur les liens suivants :

Lien Site Internet Prix des Auteurs inconnus :

http://www.prixdesauteursinconnus.com/

Lien Facebook Prix des Auteurs inconnus https://www.facebook.com/prixdesauteursinconnus/

Lien Instagram Prix des Auteurs inconnus https://www.instagram.com/prixdesauteursinconnus/

Lien Twitter Prix des Auteurs inconnus

https://mobile.twitter.com/prixdesai

 

Mes autres lectures à venir dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 

 

baniere pai

Morts Chroniques de Nick Gardel

pixiz-29-11-2019-13-56-36.jpg

Mon avis : Une enquête qui va mener les protagonistes sur les réseaux sociaux et plus particulièrement sur la toile facebookienne. En effet, la lecture et l’appartenance aux groupes de lecture est le principal point commun entre les victimes. Leur meurtre est mis en scène selon certains chapitres d’un cadavre exquis.

Éliane, brigadier cheffe, est sur le pont. Familière des réseaux suite à son histoire personnelle, elle va aider son équipe à décoder cette communauté. En effet, elle va étudier ce fameux groupe et mettre en lumière la personnalité de certains membres.

Un panel assez large est évoqué dans ce livre, outre l’enquête. L’auteur nous parle de cette toile qui mêle différentes personnalités qui dernière l’anonymat d’un pseudo ou se sentant protéger car derrière un ordinateur, peuvent être capables du meilleur comme du pire. En effet, on le voit régulièrement, les lynchages, les « règlement de comptes » par post interposés. Cette animosité parfois exacerbée peut parfois mettre à mal le moral de certaines personnes. C’est le cas dans cette enquête. Quel élément déclencheur a pu pousser une personne à sortir du virtuel et à assassiner des personnes ? Le lien évident entre le virtuel et le réel montre au lecteur à travers cette enquête les dérives de Facebook.

L’auteur avec sensibilité, parfois sarcasme, signe ici un polar tout à fait sympathique. Plaisant et sympathique à lire, ponctué de nombreux dialogues qui rendent dynamiques à la fois l’évolution dans l’enquête mais aussi rend une part de réel au récit. Sans fioriture, sans jugement, il pose de manière factuelle, les bases d’une vision des réseaux sociaux, leur utilisation et l’impact de certaines conséquences.

Certaines réactions font sourire mais ne font-elles pas part d’une grande part de réalisme ? Je vous laisse découvrir cette aventure et vous faire votre propre idée.

 Résumé : Un corps est retrouvé dans le chaudron de caramel d’une fête foraine. Bientôt, c’est un second cadavre qui est découvert dans une petite ville de Seine-et-Marne. Les deux victimes n’ont en commun que leur appartenance à un groupe de lecteurs sur Facebook. Les meurtres suivent le déroulement d’un exercice de « cadavre exquis » initié sur le réseau social. Un jeu de piste compliqué et sanguinaire se lance pour Éliane Condrieux et les autres membres de l’équipe du Capitaine Henri Verdiant. Surtout quand sa plus jeune collègue vient à disparaître.

Date de parution : 31.07.2019 en Auto Edition

nick gardel

 

 

 

Le #30, c’est pas polar!! Il aura fallu une seconde d’Anne Sylvie Pinel

IL AURA FALLU UNE SECONDE

Mon avis : Léa grâce, ou à cause, d’un seul mot, va faire basculer sa vie du jour au lendemain. Elle va devoir chercher un nouveau travail, un appartement et retrouver l’Amour. Repartir de zéro dans tous les domaines, adepte de certains préceptes de vie elle va essayer d’appliquer tout ce qu’elle a appris pendant ses différents stage et auprès de son psy. Sa volonté de se stabiliser de nouveau dans tous les domaines vont la rendre encore plus surprise lors de sa rencontre avec Carmen. Cette dernière est tout l’inverse, elle vit au jour le jour, se contente de peu et de l’essentiel à sa vie.

Ensemble, elles vont à la fois se confronter à leur miroir et à leurs idées reçues. Elles ont la même veine, que cherchent-t-elles ou attendent-elles de la vie ?

Léa va devoir être à l’écoute de ses réelles envies et pas se soucier de ce qu’il est bien de faire. Deux opposées, Léa la timide, rangée, discrète et l’exubérante et extravertie Carmen qui ne fait que ce qu’elle veut et semble « se foutre » de l’avis des autres.

Une amitié va naître entre ses deux personnes. Elles vont se conseiller, se chamailler, et toujours avoir comme objectif de s’épanouir.

L’auteure signe ici un bel hymne à l’amitié à l’espoir, et donne envie de tout lâcher pour s’écouter et faire que ce dont nous avons envie. Elle démontre qu’être à l’écoute de ses envies, ne pas changer « pour faire plaisir », que si les contraintes sont trop fortes, un jour ou l’autre ça risque de valdinguer. J’ai beaucoup apprécié l’angle choisi, ainsi que le rythme qui entremêle très habilement la narration et les séances d’écriture de Léa avec son journal. Une fraîcheur et une dynamique ressort à l’issue de cette lecture. La notion de choix et des conséquences, la peur de la nouveauté sont des notions très présentes à travers cette histoire. De même que l’espoir qu’à n’importe quel âge, peu importe, la vie ne s’arrête pas et qu’au contraire tout est à bâtir. Enfin, j’ai ressenti lors ma lecture, le fait que la fin d’une chose n’est que le début d’une nouveauté. Les seules barrières ou frontières sont celles que nous nous mettons nous même. A découvrir !!!

Résumé : Du jour au lendemain, Léa voit son monde basculer. Plus de mec, plus d’appart, plus de travail : tous ses repères s’effondrent. Que faire quand on se retrouve sans rien ? Seule face à elle-même, la jeune femme va devoir affronter ses peurs et ses doutes pour tout reconstruire, pour se reconstruire.
De remises en question en coups de solitude, de grosses galères en petits miracles, elle va apprendre, pas à pas, à trouver son chemin. Un chemin qui la mène à la rencontre de Carmen, une danseuse aussi étonnante qu’inspirante. La vie de Léa prend alors un tournant inattendu qu’elle n’aurait jamais cru possible…

Date de parution : 30.03.2019 en Auto-Edition

il aura.jpg

 

Saia de Guillaume Madelpuech

saia

Mon avis : Les événements s’enchaînent en même temps que les données informatiques s’affolent. Que se passe-t-il ? Un attentat au centre de recherche Nohôs où Joseph Bessac trouve la mort.

Sophie Bessac est appelée sur place afin d’évaluer les risques et les données. Son domaine de compétence : la recherche et l’Intelligence Artificielle. Les grandes puissances cherchent les responsables de cette cyber attaque. L’Iran semble le coupable tout désigné. Sophie a des doutes mais à qui peut-elle faire confiance ? Depuis son arrivée elle est bien accueillie et pourtant elle sent qu’on ne lui dit pas tout. A tout pris, elle veut retrouver les assassins de son père et de ses collègues. En même temps elle va essayer d’éviter qu’une guerre mondiale sans précédent n’éclate, en aura-t-elle les moyens ? Elle va se concentrer sur cette réponse « A qui profite les différentes attaques cybernétiques alors que tout le monde semble touché ? »… De réflexions en recherche, quelle va être sa réaction lorsque la réponse va lui parvenir ?

L’auteur signe ici un excellent premier roman, un parfait techno-thriller qui fait carrément froid dans le dos. Un rythme très soutenu rend la lecture à la fois addictive et oppressante. Un style direct et efficace. Le lecteur est embarqué dans ce complot anonyme à la fois géopolitique, économique et militaire. Le temps est compté. Les différentes puissances et leurs services sont très bien dépeints. Les informations sont très précises et étoffées, la technicité très bien expliquée. Je n’ose même pas me demander s’il y a une part de vrai dans ce roman, tellement le risque est grand. Frôlant la science-fiction mais à la fois très plausible, quel est donc l’avenir de l’Homme et ses recours si l’Intelligence Artificielle rentre ainsi dans notre vie. Déjà présente dans notre quotidien, voir de plus en plus, et si le risque était à notre porte ?

Saia un titre très énigmatique va vous couper le souffle et vous poser pas mal de questions. En tout cas, à la fin de ma lecture ce fut mon cas. La frontière entre le réel et l’imaginaire est-elle si franche ?

 Résumé : La Guerre entre l’Iran et les Etats-Unis aura-t-elle lieu ? Un attentat contre un centre de recherche en intelligence artificielle du titan de l’internet Nohôs, à Dubaï, menace d’entraîner toute la région dans un redoutable engrenage géopolitique. Une course contre la montre s’organise sur fond de guerre informatique, de crise financière et de manœuvres diplomatiques et militaires.

Date de parution : 10.05.2019 en Auto-Edition

guillaume malpuech

 

 

 

Le Début de la Faim de Nil Borny

NIL

Mon avis : Nous voici plongés dans une version parisienne de la venue de morts-vivants. En effet, suite à des morsures irrévocables, les victimes se réveillent et n’ont qu’une seule idée se nourrir inlassablement. Certaines personnes vont y échapper et se regrouper, un groupe totalement hétéroclite va alors se former, des caractères, vies, traumatismes et expériences différentes.

Louis est un personnage que j’ai tout de suite apprécié, en effet, il est à la fois totalement décalé et d’une certaine manière pragmatique. Il va user jusqu’à la moelle les nerfs de ses amis d’infortune mais va se révéler d’une redoutable et très précieuse endurance face à événements. Même s’il peut exaspérer, il fédère. Sa motivation est de retrouver son fils vivant et si possible non atteints… Quand l’amour s’en mêle il va aussi perdre le sens des priorités pour le plus grand plaisir du groupe. Il va se révéler, malgré les événements être un pilier indispensable.

Je découvre l’auteur avec son premier volet, une sacrée compilation d’humour de sarcasmes, de déroutes totales ; mais avec une réelle originalité. Je rassure ceux qui pense au énième Walking Dead, non non vous n’y êtes pas. Un style à la fois original, des  présentations de personnages qui font que de suite le lecteur se sent concerner par ce qu’il va leur arriver. Une fine équipe qui va mettre le doigts sur ce qu’ils n’auraient jamais dû découvrir, et pourtant ils vont s’unir et combattre. Et si les morts-vivants n’étaient pas leur seuls ennemis ?

L’auteur distille à travers ses personnages, des valeurs, des sensibilités, des revendications, soulève également certaines problématiques qui pourraient s’avérer très plausibles.

L’histoire est très bien ficelée, les rebondissements sont nombreux, tenant en haleine le lecteur jusqu’au bout, la présence d’enfants est très touchantes ; des protagonistes bien travaillés et aboutis. En résumé, tout un sacré cocktail que l’on remue à la touillette, il en ressort une très belle lecture, toute en subtilité, jamais dans l’absurde. Cette histoire est émouvante, parsemée de nombreux sarcasmes et de francs fous rires. Il ne me restera plus qu’à retrouver ceux qui ont survécu dans la suite et découvrir leurs folles nouvelles aventures. Si vous croisez par hasard ce livre, découvrez le !!!

Merci Delphine pour le conseil de lecture et l’auteur pour sa disponibilité !!!! A suivre….

Premier ingrédient de la bouillabaisse en l’honneur de la soirée « La Défense » organisée grâce à des membres du groupe Thriller et Vous

NIL DED

Résumé : « C’est la fin du monde ! On va tous y rester et crever dans d’atroces souffrances et… une bombe atomique me kiffe ?! La vie est vraiment fantastique ! »

Un étrange phénomène se propage dans la capitale française et sa banlieue, transformant la majorité de la population en monstres avides de chair humaine. Pour une raison inconnue, certains survivants ne présentent aucun symptôme.
L’épidémie est vécue à travers les yeux de femmes et d’hommes que rien ne prédestinait à se rencontrer.
Mathieu, Natacha et Louis vont se croiser d’une manière bien singulière. Se croyant bien à l’abri, ils apprendront que les hordes de morts-vivants qui sillonnent les rues sont loin d’être leur seul problème.
Malgré eux, ils vont s’immerger jusqu’aux origines du mal.

Date de parution : 26.12.2017 en AutoEdition

Les Roses du Marais de Luca Tahtieazym

41vXPHw81DL._SY346_.jpg

Mon avis : Un très beau roman noir mêlant Amour, Passion et Mort. Cela ne va-t-il pas de paire ? En effet, nous sommes en présence d’Achille, homme de la terre, patron hors pair qui sait se faire respecter. Côté vie privée, homme au grand cœur, généreux, qui tombe facilement amoureux de femmes pour qui, il se met en quatre. En effet, que se soit financièrement, dans la tenue de la maison, l’amoureuse, la femme est une Reine. Pendant la guerre, il va jusqu’à mettre sa vie et celle de ses employés en danger pour l’élue de son cœur. Elle a tous les droits, le mariage, les balades, mais… Si un nuage obscurcit le tableau et que la belle souhaite reprendre sa liberté, l’orage est prêt à gronder…

Des personnages très bien retranscrits dans l’époque, les descriptions nous immergent totalement dans ce domaine poitevin, au milieu des récoltes. La dureté et la rigueur de la vie à la campagne sont distiller afin de nous plonger dans ce roman. Les phases noires sont riches d’émotions.

La construction du livre est originale et m’a beaucoup plu : changer de narrateur au fil des chapitres. Nous en apprenons beaucoup sur ses pensées, ses ressentis, ses perceptions.

J’ai été ravi de découvrir un nouveau roman de cet auteur dont j’avais déjà pu apprécier les précédents. La noirceur des personnages, mais aussi leurs joies, en font des êtres réalistes et attachants, l’Humain reste au premier plan. Des symboliques poignantes sont également soulevées avec une très grande finesse. Après ma lecture, je suis passée par hasard devant un fleuriste, je n’ai pas regardé les « Roses Rouges » de la même manière… Je vous laisse découvrir pourquoi !!

Résumé : 1935, dans le marais poitevin.
Au milieu des roses, ivre d’amour, un homme chérit follement les femmes qui traversent sa vie.
Mais quand les cœurs ne battent plus à l’unisson, quand les braises des amours déchues cessent de se consumer, des secrets profondément enfouis resurgissent ; des secrets qu’il eût mieux valu ne jamais déterrer…

Date de parution : 30.04.2019 en AutoEdition

luca

Embrasements de Guy Morant

EMBRASEMENTS

Mon avis : Après avoir été totalement conquise par le premier volet Effondrements, c’est avec beaucoup de plaisir que je retrouve Alaric et son équipe.

Des incendies criminels font rage, aucun point commun entre les lieux, mais à chaque fois un mort au centre du foyer. Comment le pyromane s’y prend-il ? Le choix des victimes est-il le fruit du hasard ?
Voilà dans quoi vont s’embarquer Alaric, son adjointe et leurs collègues. Des personnages toujours bien dépeints, j’ai été ravie de l’évolution de Victoria qui s’affirme de plus en plus dans le groupe. Chacun a sa place, son rôle, sa personnalité. Une enquête aux multiples facettes, des dimensions qui frôlent les relations politiques de grands industriels, leurs nerfs sont mis à rude épreuve (encore une fois). Au moindre faux pas, ils risquent gros… Être sur le fil du rasoir, toujours à la limite, fait d’Alaric un chef de groupe qui a le plus de réussites dans ses enquêtes ; mais à priori cela n’est pas au goût de tout le monde. Déjà empêtrés dans une enquête brûlante qui piétine, il ne manquait plus que la hiérarchie se mette en tête d’exploser Alaric et par la même occasion ses coéquipiers.
Voici l’ambiance de roman où se mélange, rythme, intrigues, retournements de situation ; mais aussi une crise qui met à mal la confiance entre les protagonistes. Un choix s’offre à eux, soutenir Alaric ou suivre le sens du vent vers la hiérarchie. Dans ce casse-tête et ce jeu au chat et à la souris, certaines personnes vont se révéler de manière inattendue très précieuses.
Une plume toujours aussi entraînante, efficace et très fluide. Un montage que j’ai découvert et apprécié dans le premier opus, la pluralité énoncée dans le titre : ici l’Embrasement n’est pas uniquement les différents feux déclenchés dans les entrepôts, mais aussi le brasier au sein même de la Crim’. Ce « jeu » réalisé par l’auteur contribue également à la réussite et à l’originalité de ses romans. Comme toujours sont soulevés des faits, ici la hiérarchie tyrannique ou la prise en compte des victimes ; ils confèrent aux romans de l’auteur une plausibilité incroyable et une dimension humaine.
Une très belle lecture, qui même si j’ai mis du temps à m’y mettre, n’a pas fait long feu. Un plaisir de retrouver les personnages, de constater leur solidarité, leur engagement, et leur volonté sans faille à démêler les enquêtes qui leur sont confiées. Un réel dévouement est perceptible dans cet épisode, au péril de leur vie ou de leur carrière ; ils ne lâchent rien.
C’est la lectrice avide de bonnes lectures qui s’exprime : j’espère retrouver la fine équipe prochainement dans d’autres aventures.

Résumé : Incandescent, comme l’incendie d’un entrepôt entre Argenteuil et Cergy.
Incandescent, comme le cadavre d’un pendu que les flammes vont anéantir.
Incandescent, comme la haine d’un chef envers son meilleur enquêteur.
Incandescent, comme la jalousie, comme le désir, comme la brûlure d’un viol.
Incandescent, comme la passion du policier poursuivant inlassablement la vérité.
Le capitaine Alaric Autier, chef de groupe à la crim’ de Versailles, tente de résoudre deux affaires, alors que sa vie s’embrase, et que son patron cherche à le réduire en cendres. Entre les trahisons et les solidarités inattendues, il marche sur un fil au-dessus du brasier. Au risque de tout perdre : son couple, son travail et sa santé mentale.

Date de parution : 08.03.2019 en AutoEdition

guy