Samhain d’Eric Chesneau

En Souvenirs du Salon de Guainville,

shamain

Mon avis : Un très bon cocktail de nouvelles. Des personnes se sont réunies en l’honneur du nouvel an celte et font part à l’assemblée de leur récit. Un rituel qui perdure depuis plusieurs années. Ils se retrouvent tous les ans dans la gaieté et la bonne humeur. Un groupe d’amis d’horizons différents qui s’apprécient et se respectent.
Un montage à la fois original et dynamique puisqu’entre deux nouvelles, l’auteur retranscrit l’ambiance des convives, leurs réactions et commentaires. J’ai beaucoup apprécié ce style d’enchaînement qui rend plus vivant le recueil.
Comme dans tout recueil, certains textes sont plus marquants que d’autres. J’ai beaucoup aimé l’ensemble des textes, très originaux et qui retranscrivent des histoires très diverses et variées. Chacun a sa propre émotion et interprétation du conte. Même au sein des convives les avis divergent parfois.
Une plume dynamique qui sait tenir le lecteur en haleine et qui s’adapte parfaitement aux différents histoires évoquées. L’aspect fantastique est saupoudré, parfois ces histoires paraissent tellement réelles que cela en est déroutant. Une en particulier, juste au dernier paragraphe, twiste final, la fiction apparaît. Une très belle découverte de l’auteur dont je ne manquerai pas prochainement d’explorer ses autres œuvres.

shamain ded.jpg

Résumé : Lisa est en retard. Lisa est toujours en retard. Mais nul ne lui en tient rigueur. Je pense que nous sommes tous, à des degrés divers, amoureux de Lisa, même Sophie, qui chaque année, la serre un peu trop contre son corps et un peu trop longtemps à mon goût. Car nous devons tous être un peu jaloux des attentions que les autres portent à Lisa. Lisa pourrait être notre muse. Elle est gaie, fraîche, et a toujours de belles histoires à raconter. Elle est la meilleure conteuse du groupe. Je le pense sincèrement.
Chaque année, c’est l’éclat de sa robe blanche, là, au bout du chemin, qui nous la fait deviner. Elle arrive toujours du même côté, lentement, légère malgré son handicap, à travers les arbres dénudés. On entend son pas caractéristique écrasant les feuilles qui jonchent le chemin.
Lisa avance en claudiquant.

Date de parution : 07.04.2018 aux Editions Ella

erich chesneau.jpg

 

Une Guerre Sans Fin de Léa Clément

LEA CLEMENT

Mon avis : Une lecture qui pour moi s’est décomposée en deux parties.

Dans la première, on découvre May depuis sa naissance, la dure vie de son enfance, en effet ses parents souhaitaient un garçon et non pas une deuxième fille. On ressent ses souffrances au quotidien et nous découvrons ses choix qui vont en découler. Se rebeller va devenir son crédo, dans une ambiance de guerre placée en arrière-plan. En effet, à part quelques mentions de lieu, la scène aurait pu se placer dans un autre pays moyen oriental en guerre. Je n’ai pas ressenti d’empathie pour les personnages, et le côté redondant des faits de vie ne m’ont pas emportée.

Par contre, dès le passage par la case prison ; j’ai senti un virage à 180 degrés. Ce tournant marque pour moi un réel changement dans la construction ; May a mûri malgré son âge et son côté « pleurnichard » va vite se transformer en camouflage de survie. Les incivilités, la violence des interrogatoires, l’ambiance sont très bien dépeints et l’histoire prend tout son sens. Je me suis laissée embarquée ; May devient réellement le personnage principal et prend corps. Elle ne va pas hésiter à affirmer ses idées et conserve ses convictions. Le récit est poignant, l’ambiance de conflit est plus développée. J’ai beaucoup plus été touchée à partir de ce passage, car les ressentis sont plus forts, plus mis en avant ; le contexte familial se retrouve en ligne de fond… La seule préoccupation devient comment sortir de cet enfer ? Et non je suis en conflit avec ma mère…

La sortie de prison avec tous les stigmates de cette expérience de mise à l’écart de la société est très déroutante ; la désorientation est palpable. J’ai ressenti beaucoup d’émotions sur la reconstruction de cette jeune femme. Il y a le « avant prison » et il y aura le « après ». De plus, May va se livrer aux lecteurs sur tous ses maux, la douleur, la tristesse, ses envies et ses craintes ; sans aucun tabous, mais tout en conservant très habilement une certaine pudeur. Nous la suivons pas à pas dans sa phase de reconstruction, jusqu’au moment où… non là je vous laisse découvrir par vous-même.

L’auteur signe ici un premier livre très noir et poignant, même si je n’ai pas été emballée par la première partie, la deuxième m’a totalement convaincue. Fallait oser parler d’un pays moyen oriental, régulièrement en guerre, qui a ses croyances et ses coutumes, sa vie carcérale ; en résumer briser les non-dits. Une plume simple mais très efficace qui laisse la place au contenu de ses textes. Nous ne sommes pas encombrés de fioritures inutiles, ni d’anecdotes non probantes. Un auteur que je suivrai avec grand plaisir lors de ses futures sorties.

Résumé : Touchée par une amnésie partielle et en proie aux plus cruelles inquiétudes, May, une jeune trentenaire, décide d’écrire pour tenter de reconstituer, à travers ses souvenirs, les événements de son passé.
En effet, May grandit à Beyrouth, durant la guerre civile libanaise, et « son enfance née posthume se désagrège sous les feux de la mitraille ».
En dépit de son jeune âge, c’est seule qu’elle affrontera la cruauté de sa mère, la peur de la guerre et l’effroi de la prison. Confrontée aux tourments de l’Histoire du Liban et au monde arabe ravagé par le despotisme et l’obscurantisme, comment parviendra-t-elle à survivre et à se construire ?
Et arrivera-t-elle à retrouver sa mémoire ?

Date de parution : 12.05.2019 en Auto-Edition

 

Mado, Retour de l’Enfer de Chérif Zananiri

Une Lecture dans le Cadre :

🤩📚Le DIMANCHE 23 JUIN 2019,
SALON DU POLAR AU VIEUX CHATEAU DE GUAINVILLE (28) 🤩📚

 

 

 

Mon avis : Un couple de jeunes mariés se voit séparé à cause la guerre, qui ne devrait pas durer trop longtemps. Gilbert parti au front laissant sa cordonnerie. Il va y découvrir la dureté des tranchées et la réalité de la vie de Poilus. Madeleine (Mado) va ré-ouvrir l’échoppe et faire tourner la boutique, en apprenant le métier elle va trouver de l’occupation pour éviter de tourner en rond en attendant. Elle va donner un coup de fraîcheur à l’endroit.

La vie et la solidarité dans l’immeuble et dans le quartier vont se mettre en place. On se soutient on s’entraide, on attend le retour des soldats et la fin de la guerre.

Pendant qu’au front la bataille fait rage, une forme de camaraderie aussi se développe.

Pourtant le retour lors de la première permission ne fasse pas comme ils l’avaient imaginé. Un an qu’ils ne se sont pas vus et pourtant ils ont évolué et changé. Qu’adviendra-t-il de la suite ?

Deux protagonistes très poignants, touchants, chacun a ses préoccupations. Un amour inconditionnel les unit. Leurs lettres échangées étant leur seul moyen d’avoir de « vraies nouvelles ». Lui se bat, se renferme, se pose beaucoup de questions, le sentiment d’inutilité en dehors du champ de bataille, la violence né en lui, ami-ennemi ? Comment faire la différence ? Elle vive, organise la survie en arrière de la guerre.

J’ai adoré ce livre qui montre avec finesse la dure réalité des guerres, les combattants d’un côté et l’organisation de la vie sans les hommes de l’autre. Le constat est flagrant à la lecture de ce livre, les deux mènent la guerre, pas forcément avec les armes. A travers les yeux de Gilbert qui revient au bout d’un an en Héro et qui trouve sa femme qui s’est constituée une vie sans lui, retrouver ou se faire une place au retour est également de nos jours quelque chose qui ne doit pas être facile à aborder par les soldats. Une plume fluide, rythmée par les échanges de lettres et les descriptions des vies de part et d’autre. Un sentiment d’impuissance s’empare du soldat dans ses retours à la vie civile. Que cette histoire soit réelle ou non, elle reste une belle démonstration de la vie et de son organisation pendant les guerres, la peine, les angoisses, l’entraide, la souffrance, la solidarité, le questionnement, les doutes…

Mado comme toutes ces femmes qui se démènent afin de subvenir à leurs besoins et qui ont fait et font encore que la vie continue alors que leur cœur et leurs pensées sont auprès de leur homme, leurs fils. L’attente est insoutenable.

Résume : Son mari parti au front pour la Grande Guerre, Mado décide de reprendre sa boutique de cordonnier. Elle y parvient avec succès et affronte avec courage l’absence de Guilbert. Constatant le changement opéré sur son mari par le conflit, elle s’évertue à préparer au mieux son retour. Sa sœur de lait Marguerite, enceinte d’un inconnu, bouleverse la donne.

Date de parution : 16.03.2017 aux Editions Marivole

AVT_Cherif-Zananiri_4536

L’Outrepêcheur: Tome 1 – La naissance de l’écume de Christophe Prat

Une Lecture dans le Cadre :

🤩📚Le DIMANCHE 23 JUIN 2019,
SALON DU POLAR AU VIEUX CHATEAU DE GUAINVILLE (28) 🤩📚

 

 

Mon avis : La Vendée, la mer, les premiers rayons de soleil, les premières baignades ; voici le décors de ce livre. Et pourtant tout le monde s’inquiète, plus de poisson et des phénomènes étranges se produisent, les pêcheurs sont victimes d’événements tragiques voir surnaturels. Un jeune couple va essayer de lever le voile sur ce qui se trame, ils sont respectueux de la nature, la mer est leur terrain de jeu depuis l’enfance ; quels secrets cachet-t-elle pour que les militaires envahissent l’île et se mettent à espionner les habitants ?

Thaïs, jeune femme dynamique qui n’a pas la langue dans sa poche et est amoureuse de Gabriel, personnage énigmatique qui a une attitude parfois étrange.

Eux deux sont inséparables et vont vivre une aventure hors du commun, qui vont les plonger au cœur d’un système qui les dépasse. A force de ténacité et de courage, ils vont y vers face, l’espoir va les faire tenir le coup.

J’ai adoré ce livre ayant pour thème la nature et la mer. L’Homme ne serait pas en train de détruire sa planète ? Que se passerait-il si la mer se rebellait et si les animaux marins se mettant à se rebiffer ?

Très sensible, avec justesse, l’auteur saupoudre son récit de faits fantastiques, ce qui lui donne un corps surnaturel ; mais qui soulève un phénomène de société alarmant. Ce jeune couple est admirable, tant par leur détermination que par leur espoir que tout peut encore s’arranger et qu’un avenir radieux les attend. Le rôle des autorités dès qu’un fait les intéresse est ici très bien décrit. Une écriture fluide, dynamique, un suspense bien maintenu, une alternance passé-présent savamment bien dosé ; un magnifique cocktail fantastique mais plausible, rend cette lecture agréable et tient en haleine le lecteur. J’ai hâte de pouvoir découvrir la suite.

Résumé : Alors que le printemps s’annonce doucement sur l’île de Noirmoutier, des phénomènes étranges bousculent la vie des pêcheurs : filets détruits, chalutiers mis à mal, casiers dévastés. Puis ce sont les forces militaires qui s’installent au large et dans les terres. Il n’y plus aucun doute, une créature mystérieuse rôde dans l’océan ! Thaïs et Gabriel vont croiser la route de cette créature et devenir aussitôt la cible des militaires. Pourquoi ceux-là veulent-ils à tout prix la capturer ? D’où vient-elle exactement ? Quelle est l’étendue réelle de ses pouvoirs si convoités ? Seule Thaïs le découvrira.

Date de parution : 13.03.2015 aux Editions Ella

AVT_Christophe-Prat_9339.jpeg

 

 

Confession d’un Pot de Miel (tome 3) de Valérie Valeix

Une Lecture dans le Cadre :

🤩📚Le DIMANCHE 23 JUIN 2019,
SALON DU POLAR AU VIEUX CHATEAU DE GUAINVILLE (28) 🤩📚

 

 

Mon avis : Nous retrouvons Audrey dans une nouvelle aventure, invitée par une de ses amies dans un domaine viticole ; une semaine qui devait être des vacances ne vont pas être de tout repos. En effet, à peine arrivée Edmond décède de manière suspecte. Audrey va reprendre sa casquette auxiliaire de gendarmerie et va mettre tout en œuvre pour faire la lumière sur ce meurtre qui laisse son amie veuve enceinte. Elle va comme à son habitude remuer ciel et terre, enquêter quitte à se mettre elle-même en danger. Les mobiles ne manquent pas, la jalousie, la haine, la cupidité ? Tous sont possibles et probables !! Mêlant vin et miel, les protagonistes tombent comme des mouches.

Pendant ce temps, son futur mari Antoine, gendarme, part en Russie pour se préparer aux futures épreuves de natation.

L’ombre plane autour de ce couple le poids du doute et du passé. Quand arrive le jour J de leur mariage, le retour de Walter suscite beaucoup d’interrogations.

J’ai été ravie de retrouver la plume de l’auteur, l’audace de ses personnages, leurs engagements et leur sagacité. Ils sont attachants, poignants et ne manquent pas de panache. J’apprécie également les jeux de style de l’auteur mêlant parfois humour et sarcasmes. Le suspense est maintenu jusqu’au bout et la fin nous réserve de nombreuses surprises. Un opus à plusieurs tiroirs avec l’enquête d’Audrey d’une part, mais également le passé qui resurgit avec sa noirceur et ses tragédies. La nature est un personnage dans cette série, différents sujets sont abordés avec entrain et délicatesse. La famille et la solidarité sont également bien présentes dans ce volet, mettant en lumière les mensonges et les non-dits. Le personnage de Walter, jumeaux d’Antoine, revenu d’Afghanistan, est à la fois énigmatique, soucieux, cachant une part sombre empreint d’une certaine noirceur, rend le lecteur très curieux.

Une très belle lecture !!! Une série que je poursuivrai très prochainement, j’ai hâte de retrouver l’intrépide Audrey.

Résume : Audrey se rend dans le prestigieux terroir de Monbazillac résoudre une affaire de miel empoisonné responsable du décès d’Edmond Robart, propriétaire du domaine viticole Château Haut-Briac qu’Héloïse, ancienne élève d’Audrey et nouvelle jeune épouse de Robart, souhaite transformer en spa apicole de luxe. Enceinte de cinq mois, Audrey, qui s’apprête à épouser Antoine, se porte au secours de son amie sur laquelle pèsent de lourds soupçons, relayés par Alexia, la fille de Robart. C’est le moment que choisit Walter, le jumeau d’Antoine, pour réapparaître. A la joie des retrouvailles succèdent les règlements de comptes : Walter, guidé par l’inoxydable Frère Ambroise, exige des réparations pour ses deux ans passés en geôles afghanes…

Date de parution : 23.03.2018 aux Editions du Palémon

VALERIE VALEIX

Des Lignes et des Pages #5

Comme les Journaux se sont bien amusés à compter les pages, ils ont décidé de continuer, voici leur bilan du 29 Mai au 4 Juin 2019 :

confessions

Résumé : Philippe B. n’aurait jamais dû se trouver à la place qui fut si souvent la sienne durant ces quinze dernières années : en tête d’une colonne d’assaut du GIGN ! Élevé à la dure, son aptitude aux arts martiaux l’amène très tôt aux frontières de la violence et de la délinquance. Pourtant, depuis qu’il a suivi en direct à la télévision le célèbre assaut du GIGN sur un Airbus à Marignane, alors qu’il avait 16 ans, Philippe B. a pour nouvelle ambition d’intégrer le « Groupe ». Après un parcours sinueux et semé d’embûches, il passe les tests de sélection et finit parmi les premiers de sa promotion, mais les psychologues s’opposent à sa candidature en raison de son profil pour le moins atypique et de ses erreurs de jeunesse. Les instructeurs en décident autrement : ils savent qu’ils vont pouvoir canaliser son énergie et lui offrir une nouvelle vie, celle d’un opérationnel du GIGN. Voici donc l’histoire de Philippe B., un « ops » au parcours hors du commun chuteur opérationnel, instructeur en sports de combat, expert en explosifs et tireur d’exception dont l’adresse sera déterminante pour la réussite de certaines missions. Entre son éducation « spartiate » et ses interventions en Libye, dans le golfe d’Aden, en Irak, ou ses dernières opérations antiterroristes sur le territoire national, il lève le voile sur le quotidien des opérationnels du GIGN. Ce sont des individus d’exception qui font la force du Groupe fondé par Christian Prouteau. Philippe B. fait partie de ceux-là.

 

  • Les Voix Meurtries de Cécile Pellault : 236 pages (retour à venir car sortie du 06.06)

les voix meurtries.jpg

Résumé : Quand LiNa, star de la pop américaine, qui a perdu sa voix, rencontre Nicolas, un Français expatrié en Floride et papa d’un petit Jay, cela aurait pu être le happy end de leur histoire. Pourtant, ce sera seulement le début d’une course contre la montre avec les ennuis : la réapparition de la femme de Nicolas, Cassandra et de son amant violent, les ambitions insatiables du producteur de LiNa qui ne souffrent aucune réponse négative de la star. La disparition de Jay, la violence du milieu de LiNa ne feront que les faire sombrer un peu plus. Auront-ils la force de tout surmonter, de puiser la force dans leur relation ou les blessures, la prison, l’alcool, l’enlèvement du petit garçon seront-ils fatales à l’image d’une plage de Floride à laquelle ils tentent de s’accrocher?

 

  • Je Vis Je Meurs de Philippe Hauret : 232 pages (retour à venir sur le blog Collectif Polar)

je vis

Résumé : C’est en noyant sa soixantaine désabusée dans un bar de quartier que Serge croise les yeux de Janis la première fois. Elle est jeune, jolie, serveuse de son état mais en proie à la violence quotidienne de son petit ami. De confidences en services rendus, de regards en caresses rêvées, une étrange amitié va alors se nouer… De son côté, l’inspecteur Mattis est proche de l’implosion. Divorce, alcool, sexe et dettes de jeux, un grand classique qui dégénère en spirale infernale. S’il tient encore à la vie, il commence sérieusement à être à court d’arguments ! En enquêtant sur une affaire de deal dans une cité, il croise la route de José, le fameux petit ami qui tient ici le business de la dope. Incidemment, l’engrenage vient de se mettre en place : l’espoir d’une autre vie, les rêves envolés, le fric, la violence, les flingues, la cavale… Jusqu’à la rédemption !

 

la valse des loups

Résumé : Sercy, enquêteur à la Brigade Criminelle de Marseille est affecté depuis 3 ans à la section « homicide dans le milieu ». Arrêter les tueurs à gages et leurs commanditaires, tel est son boulot. Mais, il le fait sans grand enthousiasme, au grand dam de sa chef de service, Lui, ce qu’il voudrait, c’est être réaffecté dans son ancienne section, celle des homicides crapuleux. Retrouver les meurtriers de victimes innocentes, voilà ce qui le passionnait vraiment, voire le hantait. Un jour, une tentative de meurtre a lieu sur l’un des plus puissants parrains marseillais, sa chef de service lui demande de retrouver au plus vite les auteurs de cette agression pour éviter que la ville ne s’enfonce dans une spirale de la vengeance. Mais, elle lui demande également de faire, dans le même temps, quelques recherches sur son défunt mari. Ce dernier s’est suicidé quelques mois auparavant, et elle ne se pardonne pas de n’avoir rien pressenti. Sercy, qui trouve cette requête tardive, stupide et sans intérêt, accède cependant à sa demande. Mais, il monnaye son coup de main, et exige de sa supérieure qu’elle le fasse de nouveau muter à la section « crime crapuleux » dès que possible. Elle accepte le marché, et voilà notre enquêteur menant de front, une enquête officielle inextricable, et une enquête parallèle qui finit par le devenir tout autant. C’est alors que croyant avoir tout vu, tout vécu, Sercy va comprendre, au fil de ses investigations, que sur fond de règlement de compte dans le milieu, la perfidie, le sordide, et l’horreur, se nichent parfois sous nos semelles sans même que nous puissions un seul instant le soupçonner.

Seuls ont été comptabilisés les livres terminés, soit un total de 1 231 pages 

Le Secret des Carnutes, II Les Conjures de l’Aube de Frédéric Parra

Une Lecture dans le Cadre :

🤩📚Le DIMANCHE 23 JUIN 2019,
SALON DU POLAR AU VIEUX CHATEAU DE GUAINVILLE (28) 🤩📚

 

 

Mon avis : Une histoire qui commence par un enchaînement de meurtres totalement inexpliqué, à Chartres mais également dans toute la France. Les différents services sont au point mort, pas d’indice. Les enquêteurs Molina et Idda, malgré de nombreuses recherches ne peuvent que constater leur impuissance. La rencontre avec un astrologue va changer la donne, mais…

Un très bon duo d’enquêteurs qui se complètent à la perfection. Molina, plutôt taciturne voir dépressif et Idda, d’humeur tout le temps égal. Les personnages sont très bien dépeints.

J’ai apprécié le thème original avec la présence de l’alchimie, la franc-maçonnerie, l’astrologie, une mélange de croyances et d’histoire. Je reconnais que parfois ces données sont un peu trop présentes, manquent un peu de fluidité, et cassent un peu le rythme de l’enquête et des événements.

La première partie du livre a été pour moi un peu laborieuse, mais j’ai pris beaucoup de plaisir dans la seconde.

L’auteur, avec cette enquête originale, ouvre les portes à toutes les supposition, jusqu’au dernier moment, le lecteur ne se rend pas compte de qui peut être derrière cette croisade meurtrière. Le but est très bien évoqué. Les enchaînements et déduction se tiennent à merveille dans ce puzzle, même si la résolution finale, est un peu rapide. Le personnage de la voisine m’a parfois beaucoup fait rire. Même si je n’ai pas été totalement conquise par cette lecture, je lirai sûrement de nouveau l’auteur.

Résumé : Italie, Ferrare, 1516. Trois cavaliers s’enfuient et tentent de franchir les Alpes. Dans leur besace, un secret qui pourrait changer la face de l’humanité. France, Chartres, de nos jours. Entrée du soleil dans le signe du Taureau. Sept hommes sont sacrifiés. Quelques mois plus tard, le cauchemar recommence. Deux hommes, un lieutenant de police et un astrologue, se lancent à la poursuite d’un assassin qui mène sa vengeance par-delà les siècles…

Date de parution : 07.04.2014 aux Editions Ella

AVT_Frederic-Parra_2283