Samedi, c’est permis aussi!! Des Lignes et des Pages 2021#12

Comme les Journaux se sont bien amusés à compter les pages, ils ont décidé de continuer, voici leur bilan du 27 Mars au 2 Avril 2021 :

RESINE

Résumé : Une presqu’île, aux confins d’un pays du Nord. C’est là que vit la famille Haarder, dans un isolement total. Jens a hérité de son père la passion des arbres, et surtout du liquide précieux qui coule dans leurs veines – la résine, aux capacités de préservation étonnantes. Alors que le malheur ne cesse de frapper à la porte des Haarder, Jens, obsédé par l’idée de protéger sa famille contre le monde extérieur qui n’est pour lui que danger et hostilité, va peu à peu se barricader, bâtir autour de la maison une véritable forteresse, composée d’un capharnaüm d’objets trouvés ou mis au rebut, et séquestrer sa femme et sa fille. Du fond de la benne où il l’a confinée, Liv observe son père sombrer dans la folie – mais l’amour aveugle qu’elle lui porte va faire d’elle la complice de ses actes de plus en plus barbares, jusqu’au point de non-retour.

  • Le carrousel du sucre : Carambouille à Bruxelles de François David : 221 pages

le carrousel du sucre

Résumé : Un Thriller politique tiré d’une histoire vraie. Au début des années 2000, des centaines de milliers de tonnes de sucre frauduleux en provenance de l’ex Yougoslavie se déversent sur le marché européen. La commission de Bruxelles s’émeut et saisit le conseil européen. Dans toute cette séquence se révèlent plusieurs personnages: Le fonctionnaire français de la Commission qui dévoile le scandale et que l’on cherche à briser, le Ministre français sous la coupe de l’industrie betteravière et sucrière, le Ministre Britannique qui ne joue pas le jeu européen et annonce déjà les prémices du Brexit, les autorités serbes complètement infiltrés par la mafia, la traductrice d’origine russe qui joue les Mata Hari, les pays membres incapables de se mettre d’accord alors que le coût des importations se montera à plusieurs milliards d’euros au budget. Bref, une plongée dans les dédales des centres de décision à Paris et à Bruxelles qui révèlent l’ombre portée de Washington sur les britanniques, les incessantes querelles interministérielles qui freinent les processus de décision en France, l’influence des lobbies sur les décideurs politiques, l’égoïsme des Etats et leur incapacité à forger un projet européen : en somme une belle pagaille qui culminera…avec un mort.

  • Le sourire du scorpion de Patrice Gain : 210 pages

LE SOURIRE DU SCORPION

Résumé : Tom, sa sœur jumelle Luna et leurs parents s’engagent dans le canyon de la Tara en raft. Une belle étape de plus dans leur vie nomade. Pourtant, malgré les paysages monténégrins époustouflants, la complicité familiale et la présence rassurante de Goran, leur guide serbe, la tension envahit peu à peu le canyon et le drame frappe, sans appel. Du haut de ses quinze ans, Tom prend de plein fouet la violence du deuil et de la solitude. Mais, en dépit du chaos qui lui tient désormais lieu de vie, il ne peut s’empêcher de retracer les événements et le doute s’immisce : ne sont-ils pas les victimes d’une histoire bien plus grande que la leur ?

Et voilà 6 euros de plus dans la cagnotte pour le budget Livres de l’année prochaine !!! Les livres personnels sont à 2€ et les livres prêtés mentionnés par * sont à 3€

SEULS ONT ÉTÉ COMPTABILISÉS LES LIVRES TERMINÉS, SOIT UN TOTAL DE 735 PAGES

Bilan Lectures Mars 2021

Voici mon bilan des lectures et de cagnotte :

Thème du mois : Les auteures femmes

En Avril, thème : Livre lu, sur les conseils de … 

Les diamants de Waterloo de Valérie Valeix

Dilemme de Sandrine Roy

Meurtre bénévole de Catherine Secq

Nos corps étrangers de Carine Joaquim

Le Hameau des Purs de Sonja Delzongle

L’Empereur Blanc d’Armelle Carbonel

Le rêve d’un fou de Nadine Monfils

Résine d’Ane Riel

exception : AUTEUR homme

Ça restera comme une lumière de Sébastien Vidal

ma bulle du mois

Sherman – Tome 2 – L’ascension. Wall Street de Griffo et Desberg

tirelire

Selon mes bonnes résolutions et ce jeu très sympathique, mettre 2€ par livre lu et chroniqué dans une cagnotte et les livres prêtés mentionnés par * sont à 3€.

EN MARS VOICI DONC AVEC UNE CAGNOTTE DE 20 EUROS, SOIT AU TOTAL : 90 EUROS

Résine d’Ane Riel

RESINE

Mon avis : Une histoire percutante et glaçante. Nous suivons Liv, petite fille, sa vie, son quotidien, sa vie sur l’île. Elle vit recluse auprès de ses parents, coupée de la civilisation. Elle n’a aucune sociabilité et a déjà assisté à plus de drames que les enfants en général.

L’auteure alterne avec brio ses rythmes et son style, les passages narratifs qui retracent la vie antérieure de cette famille et le cheminement pour en arriver à cette folie totale et révoltante quand on sait qu’une enfant vit dans un tel contexte. Puis, le langage change lorsque Liv se livre et raconte sa vie. Le lecteur passe par toutes les couleurs, de l’effarement à la colère. Comment peut-on en arriver là ?

Un récit qui embarque le lecteur dans cette sombre histoire qui se trame comme un entonnoir, au fur et à mesure, l’étaux se resserre, l’enfermement se ressent lors de la découverte des éléments. A chaque page on espère que la situation va s’améliorer. Et les passages de Liv qui avec ses mots nous parle, pour elle c’est normal, elle n’a jamais connu une autre vie, la dimension de cette naïveté très bien expliquée, interpelle le lecteur qui lui sait et est de plus en plus horrifié.

Le basculement de Jens ne s’est pas produit du jour au lendemain. Sa vie, ses sensibilités, la relation avec ses parents, son frère ; tous les éléments qui nous sont distillés n’excusent en rien la finalité, mais permettent de comprendre que les différents chocs peuvent avoir des conséquences et réveiller peu à peu des comportements marginaux voir tragiques.

J’ai été très émue par certains passages sur la vie de Jens, son début dans la vie d’adulte, son premier amour… Il y a des explications, qui ne le disculpe pas de responsabilité mais qui m’a empêchée de le condamner totalement.

La passion et symbiose avec la nature est une part également essentielle dans ce livre, il donne une dimension encore plus tranchante par rapport aux situations évoquées. J’ai aussi par cet aspect encore plus été interpellée.

J’empathie grandit au fil des pages, des chapitres, la révolte s’invite également à cette partie qui ne peut que se terminer ainsi.

Une lecture que j’ai autant apprécié qu’elle m’a dérangée et mise mal à l’aise. On ne peut rester indifféremment au destin d’une petite fille enfermée dans une benne à ordure. L’auteure, par sa construction et ses alternances de styles, sort le lecteur de sa zone de confort, soulève adroitement la maltraitance, mais aussi l’extrême souffrance vécue pendant les premières années de sa vie peut marquer au fer rouge et bouleverser la vie d’adulte.

Jusqu’où est-on prêt à aller pour protéger sa famille lorsqu’on la sent menacée ?

Livre lu lors d’une opération de Bepolar que je remercie pour la découverte.

Résumé : Une presqu’île, aux confins d’un pays du Nord. C’est là que vit la famille Haarder, dans un isolement total. Jens a hérité de son père la passion des arbres, et surtout du liquide précieux qui coule dans leurs veines – la résine, aux capacités de préservation étonnantes. Alors que le malheur ne cesse de frapper à la porte des Haarder, Jens, obsédé par l’idée de protéger sa famille contre le monde extérieur qui n’est pour lui que danger et hostilité, va peu à peu se barricader, bâtir autour de la maison une véritable forteresse, composée d’un capharnaüm d’objets trouvés ou mis au rebut, et séquestrer sa femme et sa fille. Du fond de la benne où il l’a confinée, Liv observe son père sombrer dans la folie – mais l’amour aveugle qu’elle lui porte va faire d’elle la complice de ses actes de plus en plus barbares, jusqu’au point de non-retour.

Date de publication : 04.03.2021 aux Editions Le Seuil

AVT_Ane-Riel_2211

« Le Top 3 de Toi » Hiver

11123-poisson-davril-ou-pas

Normalement aujourd’hui j’aurais dû publier l’article « Bilan Achats de Mars », mais chose incroyable j’ai résisté, donc aucune emplette ce mois-ci !!! Ma cagnotte ne bouge donc pas ! Et ce n’est pas un poisson d’Avril ! Maintenant je sais que j’en suis capable !

J’apprécie beaucoup certaines rubriques où on interagit entre lecteurs que nous sommes tous et partager nos ressentis. Voici pour exemple, TAG – Les lecteurs veulent… version Flingueuse, chez le Collectif Polar ; où encore C’est vous qui le dites !  sur le blog Mes Lectures du Dimanche.

Donc voilà, mon tit ciboulot a mouliné et l’idée du « Top 3 de toi » est née ! L’occasion pour moi de vous présenter cette nouvelle rubrique où je vais vous solliciter ! Une fois par trimestre, présenter vos 3 lectures qui ont retenu votre attention.

Tout genre littéraire, tout support (bd, mangas), voilà faire vivre et échanger. Nous ne pouvons pas encore nous rencontrer donc, j’ai trouvé que c’était un très bon moyen d’échanger ! J’ai déjà proposé à certain(e)s d’entre vous, mais ne pas hésiter à me contacter :

Si vous souhaitez participer, rien de plus simple, par mail leslecturesdemaud92@gmail.com, ou en MP sur les réseaux sociaux.

Allez je me lance, voici Mon top 3 de Moi, du coup 🙂

🏆

CA RESTERA COMME UNE LUMIERE« Incandescemment noir ! Je ne sais pas si le mot existe, il faudrait l’inventer ! Très touchant et émouvant, du brûlant au glaçant ! Des personnages denses qui ont du corps, une âme, une place, une histoire qui nous touchent de plein fouet. Le tout enrobé par une écriture très bien travaillée, aucune fausse note ; une pure merveille pour les yeux. Pour ceux qui, comme moi, ont lu les livres précédents de l’auteur, j’ai trouvé ici que l’auteur monte encore d’un cran pour notre plus grand bonheur. Je crois vous avoir dit tout le bien que je pensais de ce roman noir sociétal, il ne vous reste plus qu’à le découvrir, j’espère avoir trouvé les bons mots, pour vous faire comprendre ce Coup de Cœur !!! »

Voici le retour complet

Résumé : Ce qui frappe quand on le voit, c’est sa monophtalmie. Pourtant, Josselin a perdu bien plus que son œil pendant son service au Mali. Au moment de rentrer au pays, un souvenir s’impose à lui comme seule source de réconfort, celui d’un lointain été passé à Missoulat, en compagnie de Damien, Martin et surtout d’Emma. L’été de ses seize ans. En route pour retrouver ce qu’il reste de sa jeunesse, un accident le dévie de sa trajectoire et l’amène à rencontrer Henri, un artiste ferronnier que la vie n’a pas épargné non plus. Bientôt, les problèmes du vieil homme deviennent aussi les siens, et Josselin découvre que même au sein d’une petite ville comme Missoulat, une tragédie politique et familiale peut briser des hommes et des vies. Entre crises post-traumatiques et règlements de comptes, son chemin vers la rédemption promet d’être long.

🏆

LA LOI DES HOMMES« L’auteur joue habilement avec les nerfs du lecteur avec les alternances passé-présent, qui fait monter le suspense et l’impatience chez le lecteur. Mais aussi c’est très adroitement qu’est déroulée cette enquête aux multiples facettes, qui ne manquent ni de révélations et ni de danger. Le tout avec parfois une cruelle réalité en parallèle d’une certaine pudeur. J’ai beaucoup apprécié cette lecture qui met en lumière la mise des femmes face à la misère de leurs conditions au XIXème, il était facile de tomber dans la prostitution pour survivre ; mais est-ce vraiment différent de nos jours ? Habilement, l’auteur montre implicitement comment de victimes, elles peuvent passer à bourreau. Quelles sont leurs motivations ? Leurs excuses ? Une lecture très addictive accompagnée d’une écriture totalement addictive. Tous les ingrédients sont réunis pour conclure à un Coup de Cœur, le premier de cette année !! »

Voici le retour complet 

Résumé : Jacques est homme à tout faire pour la mairie de Houtkerque, dans le Nord. Un jour, alors qu’il est chargé d’entretenir le cimetière du village, il découvre des mémoires, rédigées en anglais. Aidé par sa fille, il se met en tête de les traduire, et comprend que leur auteur est un inspecteur des mœurs de Scotland Yard ayant vécu en pleine époque victorienne.

🏆

LE NANTAIS« Un très beau clap de fin pour cette trilogie aux côtés de Greg, il a été flic, le flic. Maintenant à la retraite, il a choisi de vouer ses journées à s’occuper des jeunes drogués qui veulent se sortir de de ce fléau. Une tension à toutes les pages, cette sensation est palpable à toutes les pages. On ressent autant le piétinement et l’impatience de l’enquêteur, que la montée de la crainte et de la peur. Comment cette dernière peut être insinuée, transmise ou se matérialiser. L’écriture fluide narre parfaitement cette histoire, sombre, triste et retranscrit parfaitement la violence implicite ou directe. Je félicite l’auteur pour ce nouveau récit qui m’a portée, surprise. Tout comme Greg, on ressent de la colère et de l’impuissance. Mais, l’espoir est toujours présent… Un beau message… »

Voici le retour complet 

Résumé : Nantes, à l’aube des années 2000. Greg Brandt, enquêteur retraité, s’occupe de sortir des drogués de l’enfer… Cette mission dérange les dealers, le milieu nantais et certains cadres de la Crim’. Une jeune policière est assassinée, puis c’est aux proches de l’ancien flic que l’on s’attaque. Raison de ce déchaînement de violence : soixante-dix kilos d’héroïne volés au 36, quai des Orfèvres…

Je ne vous cache pas que les choix furent compliqués, mais c’était sympathique, j’espère que vous avez pris autant de plaisir à le découvrir que moi à le composer !!! Maintenant je vous laisse la place !!! A très vite !

Le rêve d’un fou de Nadine Monfils

LE REVE D UN FOU

Mon avis : J’ai été ravie de découvrir cette magnifique histoire du Facteur Cheval qui va tout mettre en œuvre avec force et courage pour réaliser son rêve.

On découvre un homme vivant, pugnace et volontaire, malgré les drames qu’il traverse. La vie ne l’épargne pas. Ce personnage est touchant, il transpire de bonté et pourtant la vie ne l’épargne pas.

Les rêves sont magnifiés, n’ont aucune limite à par celle que nous nous mettons et cet homme a décidé de les rendre réels, coûte que coûte, pierre après pierre, sans jamais se décourager ni abandonner. C’est admirable !

Mais, il ne se laisse pas abattre, il va y consacrer son énergie, son but et son objectif vont être ses seuls moteurs. A sa manière et dans sa quête, il est touchant.

J’ai été ravie de découvrir l’auteure dans un autre registre que celui qu’on lui connaît. Une écriture moins burlesque, plus conventionnelle ; qui porte à merveille cette histoire.

Elle a choisi de rendre hommage à cet homme, à son œuvre, par contre j’ai été déçue d’avoir des pans entiers de citations du livre original. Je me suis dis bon c’est une belle découverte, mais autant lire Nils Tavernier. J’avoue avoir déstabilisée par ce procédé.

Un récit court, où l’auteur a pris quelques libertés avec l’histoire de base, elles sont très bien signalées.

Donc je suis très mitigée, j’ai aimé la découverte de ce personnage hors norme, dont « honte à moi » j’ignorais l’existence, mais pas convaincue par le livre de Nadine Monfils.

Résumé : Le hasard sème parfois un peu de poudre d’étoiles pour aller au bout de nos rêves.
Quand le destin s’est acharné sur lui, le Facteur Cheval aurait pu sombrer dans la douleur et le désespoir. Il a plutôt choisi de se lancer dans un pari insensé : construire de ses propres mains son Palais Idéal. Mais une étrange rencontre lors de ses tournées va donner un tout autre sens à son rêve.
Parce que la passion est la seule chose qui peut nous sauver.

Date de publication : 26.09.2019 aux Editions Fleuve

Lecture commune avec Delphine du Blog Mes Evasions Livresques

Autres avis sur ce livre : Collectif Polar,

Autre œuvre de l’auteur : Les vacances d’un sérial Killer 

MONFILS BURMA

L’Empereur Blanc d’Armelle Carbonel

l empereur blanc

Mon avis : Encore une fois, je suis comblée par ma lecture de cette auteure.

J’ai adoré le thème « la littérature », les auteurs, le monde de l’édition, le succès ou son absence, les réseaux sociaux et bien sûre les auteurs qui tiennent ici le devant de la scène.

J’ai adoré la présentation théâtrale les différents protagonistes ! On les découvre à travers leur caractère essentiel, leur rapport à leur notoriété, à l’écriture et aussi aux yeux de leurs confrères ou leurs rivaux suivant l’angle choisi. Tout aussi leur introspection sur leur vie personnelle. Cinq profils, cinq points positifs et des tonnes de travers.

On avance peu à peu en découvrant également d’autres acteurs, au premier plan Crescent House, son histoire dramatique qui hanterait les lieux. Les flash-backs guident le lecteur pendant les entractes, expliquant le racisme, son évolution dans la région jusqu’aux drames, … Des intermèdes qui scotchent et happent le lecteur, tout autant qu’ils l’immergent au milieu de cette pièce qui s’assombrit au fur et à mesure des disparitions…

Puis nous retournons, vers ces acteurs, auteurs de leur propre vie, la tension psychologique monte au fil des pages, chacun cherche des réponses rassurantes… Rester rationnel devient leur crédo et portant, les masques vont tomber peu à peu… Qui sont-ils réellement en dehors de leurs écrits ? Le responsable serait-il parmi eux ? Et pire, la famille assassinée à quelques kilomètres d’eux serait-elle également victime du même coupable ?

L’omniprésence (du moins en pensée) et la dépendance aux réseaux sociaux se traduisent aussi dans le récit, nous aimons, adorons, sommes surpris, en colère, triste, en colère… Les émoticônes implicites… Tout comme la violence de ces médias, leur importance… Existe-t-il une frontière entre le réel et l’irréel ?

Puis le récit prend corps et tout s’emballent, l’enquête va mettre en lumière toute une série de preuves qui accumulées, vont perturber les protagonistes et le lecteur également.

Le décor ne serait pas complet sans une ambiance totalement anxiogène, l’auteur tisse sa toile autour du lecteur afin de l’emporter totalement au milieu de la scène… L’atmosphère est parfaitement mise en relief grâce à une écriture factuelle, distante ce qui met encore plus l’histoire au premier plan. Sans oublier de jouer avec nos nerfs grâce à certaines dualités, jour-nuit, dehors-dedans, le bien-mal, gentil-méchant, innocent-coupable…

La psychologie est également ultra présente, parfois implicite, au totalement au premier rôle. Elle joue avec les personnages, les manipule, lecteurs ne vous croyez pas épargnés !!

L’ensemble est parfaitement maîtrisé, l’enquête menée par John, flic aguerri, ayant l’habitude de se fier à son instinct va devoir redoubler d’ingéniosité afin de démasquer le coupable… Quelque chose me dit qu’il n’est pas prêt d’arrêter de faire des cauchemars.

Audacieuse, l’auteure nous promène avec une grande facilité !!! Un puzzle grandeur nature se met en place sous nos yeux… Un pur bonheur machiavélique de lecture ! Quelle sera votre réaction lors de la vue d’ensemble ?

Résumé : Cinq auteurs de romans noirs se retrouvent à Crescent House, une maison isolée, érigée au creux d’une vallée perdue de l’Arkansas pour un week-end de création dans une ambiance propice à l’imagination la plus lugubre. De fait, la rumeur locale prétend qu’en 1965, un écrivain, nommé Bill Ellison, y aurait été assassiné par des membres du Ku Klux Klan. D’autres disent qu’il aurait lui-même tué son épouse avant de se donner la mort.
Alors que le week-end passe, les nouveaux habitants de Crescent House disparaissent l’un après l’autre … Une famille entière, bien sous tous rapports, est massacrée dans la ville voisine. Quel est le lien entre passé et présent, entre locataires d’hier et d’aujourd’hui – entre légende et réalité ?

Date de publication : 17.03.2021 aux Editions Fayard/Mazarine

Autres œuvres de l’auteure : Criminal Loft, Majestic Murder

Quelques mots sur notre rencontre

CARBONELLE ARMELLE

Le Hameau des Purs de Sonja Delzongle

LE HAMEAU DES PURS

Mon avis : Audrey journaliste va se retrouver à enquêter sur une affaire qui va l’embarquer sur les terres de ses grands-parents. Elle passait ses vacances chez eux et a appris les rudiments et les règles de la communauté. Très jeune, elle a compris que les gens qui vivaient au Hameau des Purs la rejetaient et ne vivaient pas comme tout le monde. Malgré la rudesse de l’accueil, elle a réussi à se faire un ami…

L’auteure promène littéralement son lecteur du passé au présent, de la vie traditionnelle à la vie communautaire. Très habilement, elle nous distille à travers les yeux d’enfants, les différences, la tolérance, les secrets, les mensonges, la trahison et jusqu’à la folie.

J’ai terminé ce livre totalement estomaquée, les différentes strates m’ont des récits m’ont totalement fait perdre pied… Une enquête aux multiples facettes, implications et qui va se révéler surprenante !!! 9a tombe bien, j’apprécie beaucoup être malmenée, surprise et bousculée dans mes lectures. Je dois avouer qu’ici j’ai été entièrement servie.

J’apprécie toujours autant les ambiances oppressantes ou au contraires apaisantes décrites par l’auteure. Des personnages à la fois intriguant, car nous les découvrons en même temps qu’eux se découvrent ou s’ouvrent. Ils sont denses et prennent corps. Le lecteur se sent immergés dans les différentes situations, s’interrogent et tirent lui-même ses conclusions, c’est sans compter l’audace et l’adresse dont fait preuve l’auteur.

Je me suis totalement laissée prendre au piège et j’ai dégusté chaque page et ai retenu mon souffle plus d’une fois… Cette lecture est à la fois haletante et énigmatique. A l’image des poupées russes, à chaque questionnement résolu de nouveaux surviennent.

Qui peut être à l’origine de cette série de massacres ? Plus Audrey va avancer, plus le mystère va s’épaissir ; quitte à la faire douter de ses propres certitudes. Seul le doute la fait progresser… Mais jusqu’où ?

Une enquête à tiroir totalement maîtrisée par l’auteur qui nous manipule avec brio ! Du suspense, des révélations bouleversantes, un milieu hostile par méconnaissance. Une ambiance hivernale à nous glacer le sang. Tous les ingrédients sont réunis pour passer un excellent moment de lecture et se laisser surprendre ! Peut-on réellement se fier aux évidences ?

Résumé : Audrey Grimaud, journaliste, est envoyée sur les lieux d’un incendie criminel ayant fait sept victimes. Dans ce hameau ravagé par les flammes réside une communauté de Purs qui a choisi de vivre à l’écart du monde moderne. Audrey connaît bien l’endroit : ses grands-parents faisaient partie de cette congrégation mystérieuse. Peu à peu, des épisodes troubles de son enfance remontent à la surface. Des disparitions suspectes, d’étranges accidents qui ont émaillé ses séjours là-bas. Et une figure sinistre lui revient en mémoire : l’Empailleur, un meurtrier d’une cruauté inouïe dont l’identité n’a jamais été découverte. Au risque d’y laisser sa vie et sa raison, Audrey décide d’explorer les secrets enfouis dans les ruines fumantes du hameau…

Date de publication : 17.10.2019 aux Editions Folio Policier

Autres avis sur ce livre : Collectif Polar, Pause Polars, Le temps d’une livre,

Autres œuvres de l’auteure : La Série Hanah Baxter : Dust, Quand la neige danse, Récidive 

One shot : Boréal, Cataractes 

Quelques mots sur notre rencontre

SONJA DELZONGLE

Samedi, c’est permis aussi!! Des Lignes et des Pages 2021#11

Comme les Journaux se sont bien amusés à compter les pages, ils ont décidé de continuer, voici leur bilan du 13 au 26 Mars 2021 :

  • Bienvenue à Gomorrhe de Tom Chatfield : 473 pages

BIENVENUE

Résumé : « Gomorrhe. Un nom murmuré dans les recoins les plus sombres des forums les plus tordus. Un endroit que la lie du Darknet rêve de visiter. Un mot prononcé sur un ton ironique, quand on plaisante sur ce qu’aucun darknet ne vous vendra jamais. Tout le monde sait comment on se divertissait à Sodome, mais de quelle nature étaient les mœurs de Gomorrhe pour mériter, elle aussi, d’être détruite par « une pluie de souffre et de feu’ ? « .
Infiltrer des néo-nazis occupés à faire de notre planète un endroit infréquentable suffisait largement à remplir la vie d’Azi Bello, et à lui permettre de faire la démonstration de ses talents de hackeur.
Mais lorsque la mystérieuse Anna s’invite dans l’abri de jardin qui lui sert de bureau, la vie d’Azi prend une toute autre tournure.
Car Anna et l’organisation secrète pour laquelle elle travaille en savent suffisamment sur Azi pour qu’il n’ait pas d’autre choix que de leur obéir. Et ceux qu’on lui ordonne de mettre hors d’état de nuire sont considérablement plus dangereux que la meute de suprémacistes qu’il combattait derrière ses écrans.
De Londres à Raqqa en passant par Berlin, Athènes, San Francisco et l’Allemagne, pourchassé par des ennemis d’autant plus terrifiants qu’ils sont souvent invisibles, Azi va découvrir que le monde réel est infiniment plus dangereux que le virtuel. Et que d’un monde à l’autre, Gomorrhe se nourrit avec la même avidité de l’argent des uns et de l’idéologie des autres pour étendre son règne de terreur.

  • L’Empereur blanc d’Armelle Carbonel : 414 pages

l empereur blanc

Résumé : Cinq auteurs de romans noirs se retrouvent à Crescent House,  une maison isolée, érigée au creux d’une vallée perdue de l’Arkansas pour un week-end de création dans une ambiance propice à l’imagination la plus lugubre. De fait, la rumeur locale prétend qu’en 1965, un écrivain, nommé Bill Ellison, y aurait été assassiné par des membres du Ku Klux Klan. D’autres disent qu’il aurait lui-même tué son épouse avant de se donner la mort.
Alors que le week-end passe, les nouveaux habitants de Crescent House disparaissent l’un après l’autre … Une famille entière, bien sous tous rapports, est massacrée dans la ville voisine. Quel est le lien entre passé et présent, entre locataires d’hier et d’aujourd’hui – entre légende et réalité ?

Et voilà 4 euros de plus dans la cagnotte pour le budget Livres de l’année prochaine !!! Les livres personnels sont à 2€ et les livres prêtés mentionnés par * sont à 3€

SEULS ONT ÉTÉ COMPTABILISÉS LES LIVRES TERMINÉS, SOIT UN TOTAL DE 887 PAGES

Ça restera comme une lumière de Sébastien Vidal 

CA RESTERA COMME UNE LUMIERE

Mon avis : Incandescemment noir ! Je ne sais pas si le mot existe, il faudrait l’inventer ! Très touchant et émouvant, du brûlant au glaçant ! Je vais m’expliquer…

J’ai totalement été emportée par Josselin qui souhaite se reconstruire suite à son départ de l’armée. Souffrant de choc post-traumatique en plus d’avoir laissé un œil au Mali. Il choisit de retourner sur un lieu de vacances lointain. Le temps a passé et pourtant il sait que c’est là qu’il peut reprendre pied.

Sur des concours de circonstances il va être accueilli par Henri, veuf, ferronnier. Le tournant et la magie va s’opérer. Cette rencontre va se révéler comme étant LA rencontre. Entre personnes qui ont souffert, leurs échanges ou leur absence permettent à chacun de transmettre à l’autre.

Joss apporte sa jeunesse, sa présence, Henri le gîte, le couvert et lui ouvre les portes de sa passion et des codes de ses sculptures. Un duo improbable qui va être amené à affronter les difficultés, les rancunes, les affrontements car même si cette ville paraît paisible ; elle renferme au contraire des secrets, des violences, des luttes intestines et le tout sous un brouillard opaque où chacun préfère tourner les yeux et vivre « comme si de rien n’était ».

Un livre qui prend littéralement aux tripes, tant sur les descriptions de l’environnement, qu’avec les personnages. Le décor est à lui tout seul un protagoniste qui prend corps. Suivant les jours, l’angle de vision il peut être à la fois magnifique ou totalement austère. L’auteur choisit très habilement d’accentuer ou de distiller les ingrédients suivant les effets qu’il choisit de nous transmettre et des émotions.

Alors côté personnages on a du plus attachant où le lecteur peut se révolter suivant ce qui lui arrive !!! Au plus détestable où l’on aimerait rentrer dans le livre et distribuer quelques baffes. Pardon je m’éloigne… je m’emporte, ce livre m’a fait passer du sourire aux bords des larmes suivant les pages parcourues, des passages poignants. Cette lecture ne laisse pas indifférent, on se révolte, on a envie d’hurler, de plaisir et on profite des quelques moments d’éclaircies que permet la vie et l’auteur.

Un parallèle qui m’a totalement frappée pendant cette lecture, dans cette atmosphère : l’alternance du chaud et du froid dans les émotions. Certaines joies (chaud), les malheurs (le froid), comme l’impression d’être l’acier entre les mains d’Henri. Un coup dans la braise, un coup dans le seau d’eau froide… Entre les deux on se prend des coups, on s’en prend plein la tête au sens propre et figuré. Même ressenti avec les moments de la journée, le soleil et la nuit…

L’auteur place son récit dans le monde rural avec l’omniprésence de la nature mais ne tombe dans le cliché de l’ambiance idyllique, il démontre également la puissance et la pression que peuvent infliger par certaines personnes qui se sentent emplies de pouvoir et leurs dérives. Où l’absence de rébellion ou de dénonciation car tout le monde se connaît et ne souhaite pas faire de vague, il manquerait plus qu’on perde son travail…

Je me suis sentie au centre de cette histoire tellement l’auteur arrive à nous immerger, nous devinons certaines choses mais cela n’enlève en rien au plaisir de la lecture.

Des personnages denses qui ont du corps, une âme, une place, une histoire qui nous touchent de plein fouet. Le tout enrobé par une écriture très bien travaillée, aucune fausse note ; une pure merveille pour les yeux. Pour ceux qui, comme moi, ont lu les livres précédents de l’auteur, j’ai trouvé ici que l’auteur monte encore d’un cran pour notre plus grand bonheur.

Je crois vous avoir dit tout le bien que je pensais de ce roman noir sociétal, il ne vous reste plus qu’à le découvrir, j’espère avoir trouvé les bons mots, pour vous faire comprendre ce Coup de Cœur !!!

Résumé : Ce qui frappe quand on le voit, c’est sa monophtalmie. Pourtant, Josselin a perdu bien plus que son œil pendant son service au Mali. Au moment de rentrer au pays, un souvenir s’impose à lui comme seule source de réconfort, celui d’un lointain été passé à Missoulat, en compagnie de Damien, Martin et surtout d’Emma. L’été de ses seize ans. En route pour retrouver ce qu’il reste de sa jeunesse, un accident le dévie de sa trajectoire et l’amène à rencontrer Henri, un artiste ferronnier que la vie n’a pas épargné non plus. Bientôt, les problèmes du vieil homme deviennent aussi les siens, et Josselin découvre que même au sein d’une petite ville comme Missoulat, une tragédie politique et familiale peut briser des hommes et des vies. Entre crises post-traumatiques et règlements de comptes, son chemin vers la rédemption promet d’être long.

Date de publication : 18.03.2021 aux Editions Le Mot et le Reste

A découvrir également du même auteur la série Les enquêtes de Walter Brewski : Woorara, Carajuru, Akowapa, Tatanka

Quelques mots sur notre rencontre

VIDAL SEBASTIEN

Mes Rencontres Littéraires – 31 – Armelle Carbonel

Je vous présente ma lecture liée à une rencontre…

Où ? Bibliothèque Parmentiers … SMEP… Nemours…

Quand ? 16.06.2018 – 2019 – 2020 –

Qui ? Armelle Carbonel

Rappel des faits : Comme de nombreuses rencontres livresques, c’est de nouveau Geneviève du blog Collectif Polar qui en est à l’origine. Ici, lors d’un de ses incontournable Apéro Polar, organisés à la Bibliothèque Parmentier. J’avais découvert le premier livre cde l’auteure, Criminal Loft , et ce jour nous avons eu nos premiers échanges et fous rires. Un excellent moment qui s’est terminé comme à l’accoutumé par un resto pour prolonger l’événement jusqu’au suivant…

CARBONELLE ARMELLE

Livre découvert : L’Empereur blanc 

Date de sortie : 13.03.2021 aux Editions Mazarine Thriller

l empereur blanc

A suivre…

Rencontres précédentes : Samuel Sutra, Mehdy Brunet, Pierre Pouchairet, Philippe Hauret, Mark Zellweger, Jérémy Bouquin, Jean-Christophe Portes, Gabriel Katz, Laurent Guillaume, Cédric Castagné, Mehdi Charef, Alain Decortes, Olivier Bal, Henri Loevenbruck, Sébastien Vidal, Marilyse Trécourt, Franck Bouysse, Sandrine Durochat, Yomgui Dumont, Benoît Dahan, Niko Tackian, René Manzor, Marc Fernandez, Wendall Utroi, Bernard Minier, Laurent Malot, Alexandre Galien, Valérie Valeix, Sandrine Roy, Sonja Delzongle,