L’Ecole Noire de Rin Fujiki (tome 1)

Mon avis : Une première enquête qui n’aura de cesse de nous surprendre. En effet, les pères Hiraga et Nicholas quittent le Vatican pour aller confirmer où la présence de miracles en Amérique. Dès leur arrivée un enchaînement de meurtres étranges vont se succéder. Ils sont loin d’imaginer la cause. Quels secrets revêt cette abbaye, école de l’Elite.

Les Pères sont deux personnalités opposées.  Hiraga, jeune asiatique, turbulent, spécialiste en chimie, physique et mathématique. Un peu de Saint Tomas, il ne croit que ce qu’il voit. Nicholas, plus âgé, se base sur les texte et les Écritures. A eux deux ils vont combiner leurs déductions, connaissances et expériences afin de trouver une raison logique aux phénomènes qui se produisent ou affirmer la présence de divinités.

Une enquête tout à fait originale, un thriller ésotérique très bien réussi. Le lecteur est de suite entraîné aux cotés de ces deux protagonistes. Leur découvertes font froid dans le dos, mais le besoin de rationaliser est le plus fort. Les suspicions ecclésiastiques sont très bien expliquées sans être non plus trop abondantes. Les données théologiques sont très bien réparties afin que le lecteur comprenne, sans tomber dans le cours magistral. Le dynamisme et la fougue de nos deux enquêteurs sont bien mises à mal. La croyance ou les croyances évoquées, le sont pour la bonne compréhension de cette histoire. Le rythme donné au récit ne laisse aucun répit. Le mélange de données, expériences et réflexions, un sacré cocktail et un résultat, tout à fait à la hauteur. J’ai vraiment beaucoup apprécié cette enquête qui sort des sentiers battus et me plongerai très prochainement dans la suite des aventures de nos comparses.

Résumé : Il existe au sein du Vatican une institution spécialisée dans l’authentification des miracles : le Siège des saints. Nous allons suivre les enquêtes de deux de ses membres : Le père Hiraga, un scientifique pragmatique, et le père Nicholas, expert en vieux manuscrits et crypto analyse.
Ils sont envoyés en Amérique à l’église Saint Rosario pour un cas d’Immaculée Conception. Mais aussitôt arrivés, ils sont confrontés à l’horrible meurtre d’un prêtre selon un rituel satanique.
Plus troublant encore, la Vierge Marie en larmes apparaît devant les prêtres.
Décidés à éclaircir ces mystères, les deux prêtres mènent leur enquête, mais ils ne sont pas au bout de leurs surprises, et une terrible menace pèse sur eux.

Date de parution : 29.11.2018 aux Editions De Saxus

La Police des Fleurs, des Arbres et des Forêts de Romain Puertolas

romain couv

Mon avis : Rhoooo mais ça n’est pas possible, quel génie !!! Pardon pour l’introduction mais c’est ce qui me vient à l’issue de ma lecture. Retrouver le meurtrier de Joël est la priorité du jeune officier dépêché de la ville afin de faire toute la lumière sur cette terrible affaire qui se situe à la campagne.

La panne de téléphone oblige le procureur et l’enquêteur à avoir recours à de curieux moyens de communication. Ces rapports rendent cette lecture d’autant plus attractive, dynamique, voir diabolique pour le lecteur.

L’opposition du milieu rural à la ville, met de suite notre inspecteur dans une position, dirons-nous tout à fait exceptionnelle. Il va aller de déconvenues, en doutes. De plus, pour ne rien arranger, il ne passe bien sûr pas inaperçu dans ce village de quelques âmes. Il va devoir redoubler d’indulgences, se plier aux habitudes des villageois, se faire accepter. D’après ce qu’il apprend c’est la première fois que surgit un tel drame. Une expérience qui le marquera très longuement !!!

La victime, aimée de tous, après tous les interrogatoires, aucune piste semble privilégiée ; et pourtant un sacré puzzle se met en place.

J’ai adoré la fin qui m’a fait rire, mais rire !!!! Je suis même retournée en arrière pour voir les indices et tout !!! Que c’était bien fait, très subtil !!! Un grand grand bravo à l’auteur qui m’a totalement bernée. La construction est tout à fait originale et se prête totalement à l’histoire. Cette lecture n’est pas démunie d’humour, bien au contraire ; c’est fin et subtil. Ce personnage principal est d’une certaine façon malmenée mais toujours avec délicatesse par l ‘auteur, les villageois, eux, s’en donnent à cœur joie et ne veulent pas révéler leurs secrets. L’ambiance rural es très bien décrite, le lecteur est en totale immersion. Je crois savoir que c’est le premier polar de l’auteur, tout d’abord Bravo et j’espère juste que ce ne sera pas le dernier. Un suspense et une intrigue maintenues jusqu’au bout, qui ne pourront que ravir les fans du genre.

J’ai été totalement conquise, je ne manquerai pas de découvrir l’auteur dans d’autres œuvres, afin de retrouver son audace !!

ded romain.jpg

Résumé : Durant la canicule de 1961, un officier de policier est envoyé en mission dans un petit village reculé. Il doit enquêter sur la mort de Joël, un adolescent de 16 ans dont le corps a été retrouvé découpé en morceaux dans une usine à confiture. Ses investigations sont mises à mal quand il découvre que la victime a été enterrée après qu’une autopsie ait été réalisée par le médecin du coin.

Date de parution : 02.10.2019 aux Editions Albin Michel

puertolas.jpg

 

Le #30, c’est pas polar!! C’est le Soir qui Vient Patrick Taisne Nguyên

C'est le soir qui vient

Mon avis : Séparés par leur famille au début de leur vie d’adulte, se retrouver par la vie. Un couple d’âmes sœurs vont se retrouver et tenter malgré les années qui ont passé de découvrir le bonheur. Maï est tout de suite acceptée. Il l’élèvera comma sa propre fille.

Le destin, en aura-t-il peut être décidé autrement, en effet l’imminence de la chute de Saïgon, aura des conséquence sur leur nouvelle vie.

Dans un contexte géopolitique très compliqué où les relations sont primordiales afin de trouver les moyens de pouvoir quitter cette zone qui va devenir de plus en plus instable. Lui, médecin à l’hôpital, va voir les événements s’empirer, s’accentuer. Il est partagé entre la fuite avec la femme qui l’aime et rester au chevet de ses patients.

Une très belle romance qui démontre les valeurs culturelles et traditionnelles au milieu des années 70 au Viêt Nam, les mariages arrangés, la position de la famille, le deuil. Elle, sera mariée à un choix de son père, lui se mariera puis divorcera. Des vies opposées mais qui vont se retrouver. L’espoir ne les a jamais quitté. Leur amour intact, leur bonheur naissant, fait de ce livre une belle romance. Le contexte historique, la guerre qui sévit, la chute imminente. Je regrette que le contexte géopolitique n’est pas été un peu plus développé. Ce n’était sûrement pas l’objet de ce livre. Au fil des chapitres, l’espérance naît également dans la tête du lecteur. Maintenant qu’ils sont enfin réunis et sont heureux ; pourquoi le sort s’acharnerait de nouveau sur eux. Le sort, peut être pas, mais l’Histoire oui.

Le temps est également omniprésent dans ce livre, que se soit dans les années de séparation qu’ils auraient aimé accélérer, puis dans les jours qui s’égrènent comme un compte à rebours qu’ils auraient aimé ralentir, pour profiter de ces instants tant souhaités. L’Amour avec un grand A, qui ne s’efface pas face à l’adversité et aux années qui défilent. Toujours cette constante de l’espoir de jours meilleurs à venir et le bonheur naissant.

 Résumé : Maï pleure, comme elle pleure chaque soir. À trois ans, elle semble avoir déjà tout saisi de l’abîme dans lequel plonge sa mère, et de la douleur amère qui rythme notre fuite. Certes, ici, nous sommes toujours en Asie, mais ce n’est déjà plus la même. Huit cent soixante-deux kilomètres seulement nous séparent de Saïgon qui, désormais, n’existe plus, et nous sommes en terre étrangère. Nous avons tout laissé derrière nous, lorsque notre monde s’est effondré.

Date de parution : 01.07.2019 aux Editions Ella

 

 

Les nouvelles enquêtes de Nestor Burma – Terminus Nord de Jérôme Leroy

nestor

Mon avis : Un deuxième volet très réussi, toujours dans la veine du légendaire Nestor Burma. Nouvelle enquête, sollicité par Stéphanie Faroux, elle a su piqué sa curiosité. Il se lance tête baissé dans cette intrigue afin de démolir (et oui Nestor ne fait pas dans la dentelle) un complot qui prend ses racines dans un square fréquenté par des jeunes roumains, proche de la gare du Nord, et qui remontera jusqu’au plus haut sommet de l’Etat.

Dans ce secteur, où se mêlent les dealers et entre autres les prostitués très jeunes et d’origine de l’Est. Mais que fait la police ? Nestor apprendra par Stéphanie que justement, elle est dans le viseur de plusieurs de ses collègues qui croquent allègrement à tout ce qui se passe dans ce quartier.

L’auteur met en scène ici, le duo improbable de Nestor et Stéphanie, presque main dans la main afin de démanteler ce réseau. C’était habile, couillu, rassurez-vous lecteurs Mansour restera l’un des plus proches collaborateurs de notre privé.

Adroitement, l’auteur mêle le complot, le terrorisme, la mafia de l’est et la corruption. Un sacré cocktail explosif, mené tambour battant, avec un Nestor toujours prêt à sauver le monde. Des sujets très sensibles sont également très bien traités ici, étayés, un vraisemblance à toute épreuve. On rajoute comme ingrédients, un peu de manipulation, un dose de castagne, un zest de frisson, un soupçon de sentiments, et toujours une sacrée portion de sarcasme. Le résultat : une très belle enquête. J’ai été ravie de découvrir l’auteur à travers cette série. Il a su me rendre curieuse et je découvrirai sûrement une autre de ses œuvres.

Résumé : Alors que Nestor Burma, en pleine crise de nostalgie, se souvient de sa jeunesse libertaire, il reçoit un appel à l’aide de la commissaire Stéphanie Faroux. La patronne du 36, nouvellement installée dans ses locaux du Bastion, est confrontée à des collègues  qui rêvent d’un Ordre Nouveau et se la jouent escadrons de la mort du côté de la gare du Nord, main dans main avec le milieu roumain. Nestor Burma, le détective de choc, est bien obligé de choisir son camp. Mais si on lui avait dit un jour qu’il aiderait les flics. Drôle d’époque, tout de même…

Date de parution : 19.04.2018 aux Editions French Pulp

jerome leroy

Vendredi, c’est permis !! Des Lignes et des Pages #11

Comme les Journaux se sont bien amusés à compter les pages, ils ont décidé de continuer, voici leur bilan du 21 au 27 Septembre 2019 :

fais le pour maman

Résumé : Au début des années 70, Sébastien, 7 ans, vit seul avec sa mère et sa sœur adolescente, Valérie. Leur mère arrive tant bien que mal à joindre les deux bouts, malgré ses deux emplois qui lui prennent tout son temps et toute son énergie. Une dispute de trop avec sa fille qui dégénère, et c’est le drame familial. Valérie survivra à ses blessures mais la police ne croit pas à la version de la mère accusant son petit garçon d’avoir blessé sa sœur. La mère prendra 5 ans de prison. Des années plus tard, et grâce à ses parents adoptifs, Sébastien mène une vie « normale », alors que sa sœur vit dans un institut spécialisé et que sa mère n’est jamais reparue après sa sortie de prison. Sébastien est devenu un père et un médecin exemplaires. Jusqu’à de mystérieux décès d’enfants parmi ses patients et avec eux, le retour funeste des voix du passé…

Résumé : Julie Loubriac a disparu. Âgée de 17 ans, ce n’est pas la première fois qu’elle se volatilise. Ses parents sont pourtant persuadés qu’il ne s’agit pas d’une simple fugue. Divorcés, ils vont unir leurs forces pour découvrir ce qui a pu arriver à leur fille, qui préparait le bac.
Face à l’immobilisme de la police, Martine et Louis Loubriac vont se lancer à sa recherche. Elle tient un magasin de vêtements plutôt haut de gamme. Quant à Louis, il a presque près tout raté dans sa vie. Ex-flic, ex-journaliste, ex-époux… Parfois, il parvient à être père de famille. Il lui reste cependant une chose, sa guitare pour jouer du blues dans le bar de sa nouvelle compagne, Jennifer.
Même s’il n’a pas été un grand flic, il garde quelques réflexes de l’époque. Et il va tout faire pour découvrir ce qui est arrivé à sa fille. L’affaire se corse quand il est approché par un agent de la DGSI, qui le met sur une piste surprenante…
Une enquête qui va mener le couple Loubriac de Quimper à Istanbul, en passant par la Syrie. Entre drame familial et manipulation des services de renseignements, il va se retrouver au cœur d’un secret d’Etat, sur fond de guerre contre le terrorisme…

  • Une Sortie Du 02.10.2019 : 345 pages

romain.jpg

  • Chiennes Fidèles (T1) de Williams Exbrayat : 46 pages

chiennes fideles.jpg

Résumé : Ex-flic à la morale discutable et aux pratiques expéditives, Maddog est devenu détective privé. Il lui arrive même de s’offrir quelques à-côtés juteux à la limite de la légalité.
Sa principale faiblesse : son goût pour les femmes. Lorsque la vénéneuse Dora le plaque, il se rend compte que sa dernière combine était peut-être celle de trop…

  • Chasse à l’Epaulard (T2) de Williams Exbrayat : 79 pages

chasse à l'épaulard.jpg

Résumé : Maddog, l’incorrigible détective privé au passé mouvementé, pensait se la couler douce quelque temps après sa dernière investigation. Mais c’était sans compter l’appel de son ex-femme, qui le somme de venir à Pau pour retrouver son nouveau mari Épaulard, un ancien militaire. Lorsque Maddog découvre qu’Épaulard n’est pas le seul membre de son ancien bataillon à avoir disparu, cette affaire en apparence banale se transforme en une enquête plus complexe que prévu… et bien plus meurtrière.

Seuls ont été comptabilisés les livres terminés, soit un total de 1 215 pages 

A Nous l’Eternité de Jean-Luc Malbrunot

a nous l eternité

Mon avis : Malgré la mention au dos du livre, ce dernier n’est pas un  thriller, j’ai mis 100 pages à m’en rendre compte. Mais, un excellent roman noir, mêlant espoir et tragédie.

Thomas, papa de jumeaux se voit condamné par la maladie. Son ex-femme, victime d’un accident de la route se trouve dans le coma entre la vie et la mort.

Totalement désemparé et déboussolé par l’événement, rendu d’autant plus tragique qu’en tant que médecin il connaît les limites de la médecine et les conséquences d’un séjour prolongé dans le coma. Thomas ne va pas en rester, là. Il va s’opposer farouchement, voir violemment aux parents de Mathilde, afin de la maintenir en vie le temps qu’il trouve une solution.

Suite à une rencontre qui changera sa façon de voir les choses, d’appréhender les événements et qui mettra à plat son côté rationnel et cartésien de praticien. Le voilà, malgré le désespoir et la douleur de voir partir la femme qu’il aime, il tentera la course contre la montre et le tout pour le tout afin que leurs enfants aient au moins un de leur parent.

Un livre magnifique sur le don de soit et la puissance des sentiments. En effet, le couple n’est pas séparé à cause de divergence ou l’absence d’amour. Thomas se sachant malade et condamné ne voulait pas vivre avec ses enfants, afin qu’ils en souffrent pas de son absence dans un futur proche. Est très démontrée dans cette histoire, la volonté des parents de vouloir coûte que coûte protéger leurs enfants de l’environnement. La notion de temps comme n compte à rebours précipite les actions et les rend d’autant plus réalistes. La volonté de Thomas de tout mettre en ordre est omniprésente. La force et la détermination du narrateur aura-t-il gain de cause face à des éléments qui nous dépassent ? N’y a-t-il pas un adage qui dit « Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir », c’est justement toute cette symbolique qui nous est transmise ici. Très habilement abordé ici, le sujet très délicat de débrancher ou non les personnes dans le coma, l’auteur nous montre l’avis des familles et celui du personnel médical qui connaît les conséquences qui peuvent surgir au réveil. Retrouvera-t-on l’être aimé tel que nous le connaissions. Je suis sortie de cette lecture totalement vidée et très peinée mais ravie d’avoir découvert cet auteur.

a nous ded

Résumé : Thomas est condamné par la maladie. Alors qu’il veut renouer les liens avec son ex-femme Mathilde et leurs enfants, celle-ci est victime d’un accident de la route et tombe dans le coma. Et c’est une véritable course contre la mort à laquelle va se livrer Thomas pour que l’espoir ne s’effrite pas.

Date de parution : 13.06.2019 aux Editions Les Nouveaux Auteurs

jean luc.jpg