Surtout Le Pire de Lou Vernet

pixiz-26-11-2019-17-24-25.jpg

Mon avis : Une lecture qui m’a bluffée et d’un côté m’a laissée sans voix (sans mot). On part du passé, sans savoir où l’auteur va nous amener et pourtant des indices sont semés tel « Le Petit Poucet ». En effet, chaque élément a son importance dans le récit et la suite.

Des personnages, écorchés, souvent seuls ou abandonnés ; quel avenir ont-ils ? Surtout lorsqu’une rencontre vient tout bouleverser. C’est ce que va vivre Raphaël, pensant son passé derrière lui, avoir pensé ses blessures. Et pourtant, un élément déclencheur va tout chambouler et faire revenir un ami depuis longtemps perdu de vue. Tout l’oppose à Anna et pourtant lorsque leurs regards se croisent pour la première fois, leur inconscient le sait, rien ne sera plus comme avant.

Le destin existe-t-il ? Est-on maître de son existence, décidons-nous réellement notre avenir ? Est-on orienté par des ressentis de-ci de-là ?

Des suicides de jeunes mères se multiplient et pourtant personne n’y prête plus attention que cela. Qu’ont-elles en commun ?

Le pouvoir du passé et de la naissance sont ici à l’honneur. La conséquence des actes ou des choix est omniprésente. De cette lecture se dégage une violence, une noirceur. Pourtant la Nature a une place prédominante, toujours présente, en arrière ou au premier plan. Presqu’une personnification qui ne suffit pas au lecteur à voir l’éclaircie, la clarté qui essaie de pointer son nez. Ses manifestations envers les Hommes qui la maltraitent. Une volonté d’entraîner le lecteur et à lui faire comprendre que la volonté seule ne suffit peut être pas.

L’auteur réunit dans un même récit le début et la fin, la boucle est bouclée. Pourtant des questions restent en suspens, le lecteur se prend de plein fouet la réalité. Je suis restée scotchée, émue, bouleversée, lorsque le puzzle a commencé à se former et une fin… Un suspense addictif nous emporte jusqu’aux dernières pages. Je ne peux que féliciter l’auteur pour ce livre dur qui va me marquer un bon moment… Qui par la force de son style et de ses mots vous entraîne dans les grandes profondeurs des questions existentielles et vous retourne le bide. En un mot AMN (ceux qui l’ont lu comprendront).

Le cercle de la vie ne serait-ce pas un éternel recommencement ?

lou ded

Résumé : Ce que l’aube promet au jour n’est souvent qu’un leurre. Anne Carrière le vérifie à chaque découverte macabre. Cette fois-ci, il s’agit d’une jeune femme, Sandra Link, 24 ans, retrouvée morte dans sa baignoire. Un banal suicide, à première vue, comme il en existe toutes les quarante secondes dans le monde. Une histoire vite retracée. Fugueuse depuis ses dix-huit ans, la jeune femme venait d’accoucher deux jours plus tôt dans un hôpital parisien d’où elle s’était enfuie aussitôt en abandonnant son enfant. Bien trop jeune et seule pour porter un si lourd fardeau. Ce n’est pas la première ni la dernière fois et pourtant la légiste ne s’y fait pas. Surtout que c’est le second cas en moins d’un mois. À croire que toutes les guerres et les catastrophes ne suffisent plus à la misère humaine. Il faut encore que soient ajoutés au nombre des victimes des nourrissons. Comme un besoin d’éradiquer tout espoir, toute rédemption.

Date de parution : 20.09.2019 aux Editions du Loir

lou vernet.jpg

 

On ne choisit pas sa famille de Cécile Pellault

pixiz-25-11-2019-18-57-38.jpg

Mon avis : Fallait oser, vouloir créer sa propre famille en adoptant grands-mères, oncles et tantes, au gré des rencontres de la vie. Camille fille naturelle de l’une des deux créatrices de ce clan tout à fait atypique qui porte bien le nom de famille.

D’échanges plus ou moins houleux en scènes de retrouvailles touchantes, nous vivons cette vie à travers les yeux de Camille. Cette dernière, mariée, ne supportant plus son boulot, à part les rares moments de rigolades avec ses deux collègues.

Sa vie va basculer lorsqu’elle va se rentre aux Etats Unis pour délivrer son frère de prison. Toute la tribu va mettre tout en œuvre pour secourir ce prisonnier si injustement retenu. Des découvertes, ils vont en faire, en effet il n’est plus seul dans la vie…

Avec légèreté, humour et sarcasmes, l’auteur traite des relations familiales au sens large. Comme dit l’adage, « on choisit ses amis, pas sa famille ». Et là tout est possible, Camille qui rêverait d’une famille calme, plan plan, vit au milieu d’une ruche bouillonnante. Mais quand il s’agit de faire front, tout le monde est là.

Un cocktail de bonne humeur, de moment parfois critique qui pourrait frôler le déclenchement d’une guerre mondiale, l’auteur nous embarque dans ce périple avec finesse. L’humain est au premier plan, chacun avec ses qualités et ses défauts, ça se chamaille, mais au final tout le monde s’apprécie. Dans ce livre, il est aussi question d’abattre certains préjugés, là encore c’est le personnage de Camille qui va devoir gérer ses émotions afin que les situations ne deviennent pas encore plus dramatiques. En effet, parfois elle peut-être une vraie tête à claque, mais d’autres côtés de sa personnalité la rendent attachant tout de même.

Une agréable lecture, placée très habilement entre deux thrillers, vous montrera que notre famille n’est pas pire qu’une autre, mais que le respect et la solidarité sont des éléments chers et essentiels à toute communauté.

Ce livre est rythmée par de nombreux dialogues qui rend encore plus vivant les protagonistes. La syntaxe choisie retransmet très bien l’ambiance, l’attente, le stress et l’exaspération.

Malgré quelques passages qui manquent un peu de fluidité, c’est un moment rafraîchissant dans ce monde brut, d’anecdotes en mésaventures : vous sortirez de ce voyage avec le sourire c’est moi qui vous le dis.

cecile ded

Résumé : Une mère qui adopte sa quatrième grand-mère, une chef qui l’assigne à des missions improbables, un mari en crise de paternité aiguë, la semaine de Camille n’était tout simplement pas assez chaotique. . . Le coup de fil de son frère d’une prison d’un obscur patelin de Floride achève le rêve de Camille d’une vie et d’une famille ordinaire. Et elle devra compter sur chaque membre de son invraisemblable famille composée, recomposée, décomposée pour tirer son frère de sa geôle où il est retenu par des autorités locales obsédées par la lutte anti-terroriste !

Date de parution : 07.09.2007 aux Le Manuscrit

Autres œuvres de l’auteur : 

Sérial Belle-Fille, ré édité en décembre 2019

Les Voix Meurtries 

ceciele

Les Oubliés de Malik Agagna

pixiz-24-11-2019-11-13-00.jpg

Mon avis : Serge, ancien flic, va se laisser entraîner par sa belle-fille dans une sombre histoire, le père du petit copain de cette dernière a disparu. Jimmy, membre d’un groupe de rock sur le déclin n’est pas revenu de sa dernière tournée.

Malgré quelques réticences au départ, Serge va de nouveau enquêter. Soulevant ainsi les blessures du passé, sa courte carrière de flic suite à une bavure. Ayant gardé quelques contacts, il va se démener afin de faire toute la lumière sur cette histoire qui plus on creuse, plus les découvertes ramènent à la fois au passé, vers une sombre exploitation de la misère humaines.

Je découvre l’auteur par ce livre, une écriture fluide, haletante. Des personnages à la fois attachants, Serge qui rempile pour faire plaisir à sa compagne ; mais qui va se retrouver au cœur d’une histoire à la fois tragique et insoupçonnable. Le suspense est toujours maintenu, le lecteur suit pas à pas les découvertes de cet enquêteur atypique. L’amitié, la vengeance, l’appât du gain, le passé, la misère de certaines personnes sont mises en lumière. Voilà le cocktail principal autour duquel s’enroule l’intrigue. Une ambiance à la fois glauque et remplie d’espoir de voir revenir Jimmy.

L’auteur jongle très habilement avec l’ombre et la lumière. Il soulève également et très habilement le fait que la disparition de SDF, de marginaux, de personnes sans attache ne monopolise pas les foules. Un drame de notre société, où les personnes deviennent des ombres qui peuvent passer et disparaître dans l’indifférence la plus totale. Le dénouement est amené de manière extraordinaire et surprend le lecteur. Des émotions diverses m’ont traversée, la révolte face à ce constat, le sujet est traité avec justesse sans surenchère, c’est factuel. Pourtant, il prend aux tripes. L’histoire basée sur des faits imaginaires, est tout à fait plausible. Le titre à lui tout seul suffit à résumer cette enquête, à plusieurs tiroirs.

Le machiavel est également à l’honneur, la manipulation, la détresse et la trahison. J’ai beaucoup aimé cette lecture où l’humain est placé au premier plan, elle amène le lecteur à se poser des questions. Un sujet excellemment bien traité, l’auteur distille avec brio les éléments jusqu’à un final imprévisible. Je lirai sans aucun doute, le premier livre et suivrai les sorties de Malik Agagna avec grande attention.

malik ded

Résumé : En enquêtant sur la disparition d’un rocker sur le retour, un ancien flic, viré du SRPJ de Strasbourg pour une bavure monumentale, découvre que de nombreux marginaux disparaissent sans laisser de traces… Pister l’ancien chanteur va l’amener à croiser une cohorte de personnages pour le moins saisissante : fonctionnaires véreux, migrants apeurés, adolescents déboussolés, musiciens de seconde zone, criminels en mal de rédemption…

Date de parution : 12.04.2019 aux Editions Lajouanie

malik

Vendredi, c’est permis !! Des Lignes et des Pages #19

Comme les Journaux se sont bien amusés à compter les pages, ils ont décidé de continuer, voici leur bilan du 16 au 22 Novembre 2019 :

SLOCOMBE

Résumé : Paris, mai 1942 : une bombe explose devant le Palais de justice, dans un café fréquenté par les Brigades spéciales. Peu de temps après, le cadavre d’une inconnue est découvert en banlieue. Crime passionnel ou politique ? Chargé de l’enquête, l’inspecteur Sadorski doit aussi participer à la grande rafle du Vél d’Hiv, confiée par les nazis à la police française. Un destin tragique menace désormais la lycéenne juive qu’il convoite en secret et dont il a fait interner la mère.

piquette

Résumé : Burma entreprend quelques pas de danse avec le diable…

Un homme qui vient demander de retrouver une personne disparue au plus célèbre des détectives, c’est chose logique…
Quand les témoins commencent à mourir de façon violente, ça l’est un peu moins…
Il suffit qu’en plus un fantôme apparaisse à Burma, et c’est le bouquet !
Nestor va descendre dans les bas-fonds de l’humanité, satanisme et modifications corporelles au menu de cet opus on ne peut plus sombre…

le loup

Résumé : 1981. Borg traque inlassablement sa princesse. Il a l’espoir de trouver en de très jeunes filles la pureté et l’innocence auxquelles il aspire tant. Mais, invariablement, ses proies le déçoivent. Surgit alors Slavko, son double diabolique. Lui se charge du sale boulot. Pour multiplier les chances de trouver une véritable princesse, Borg décide de gagner une grande ville : Caen. C’est là que son destin croise celui de Jean. L’homme est un ancien mercenaire aguerri rongé par les fantômes de son passé. Sa nouvelle cible ? Robert Chevallier. L’homme est marié et père d’Alice, huit ans et demi. En acceptant ce contrat, le tueur d’élite ne se doutait pas qu’à son tour, il deviendrait une proie.

SEULS ONT ÉTÉ COMPTABILISÉS LES LIVRES TERMINÉS, SOIT UN TOTAL DE 1 104 PAGES

Les Loups et l’Agneau de Christophe Dubourg

pixiz-21-11-2019-14-58-12

Mon avis : Des personnages qui n’ont rien à avoir, leur vie, leur métier, tout les oppose et pourtant, Borg, Alice, Jean, Christine, Slavko et Robert vont se rencontrer. Il y aura un avant et un après. Ces jours vont les marquer à vie et ils ne seront plus les mêmes ensuite. Jean va faire la désagréable expérience en devenant une proie… Lui qui n’avait jamais été que le chasseur.

Une histoire à la fois, touchante et bouleversante,  les sens sont bien mis en éveil, lorsque l’on ne peut plus se servir de la vue ; l’odorat, le touché et l’ouïe sont des sens que l’on développe. Ces sensations sont très bien décrites dans  ce livre. Le lecteur a l’impression de se retrouver au même endroit que les protagonistes et ressent leur détresse, leur peur, leur peine et leur violence ; sans oublier leur volonté de s’en sortir à tout prix. Les ressentis de l’enfermement, de l’oppression sont très bien dessinés.

Des profils très poignants, Jean évolue beaucoup dans sa manière de penser et d’appréhender sa vie, son métier. Aurait-il une certaine prise de conscience quant aux motivations de son employeur ? A quoi la vie et la mort ne tiennent-elles ? Alice la plus jeune est malgré elle au centre de toute cette tragédie.

Je découvre l’auteur avec cette lecture et je dois dire que j’ai été bluffé par l’atmosphère. Au court de la lecture, j’avais certaines certitudes qui ont volé en éclat, pour mon plus grand plaisir. Il nous emmène dans les profondes noirceurs de certains esprits torturés mais nous dévoile également qu’il y a un public pour ces horreurs. De nombreuses surprises ponctuent ce livre, aucune certitude. « L’habit ne fait pas le moine », cette expression prend tout son sens. Un style à la fois sombre et entraînant, nous avançons à tâtons, pas à pas, en essayant d’éviter les embûches (comme les personnages en fait). Savons-nous réellement faire la différence entre le loup et l’agneau ? En lisant ce livre, vous trouverez peut-être la réponse, dans tous les cas vous passerez un bon moment et c’est déjà très bien. Un conseil, ne tombez pas dans leurs griffes.

le loup ded

Résumé : 1981. Borg traque inlassablement sa princesse. Il a l’espoir de trouver en de très jeunes filles la pureté et l’innocence auxquelles il aspire tant. Mais, invariablement, ses proies le déçoivent. Surgit alors Slavko, son double diabolique. Lui se charge du sale boulot. Pour multiplier les chances de trouver une véritable princesse, Borg décide de gagner une grande ville : Caen. C’est là que son destin croise celui de Jean. L’homme est un ancien mercenaire aguerri rongé par les fantômes de son passé. Sa nouvelle cible ? Robert Chevallier. L’homme est marié et père d’Alice, huit ans et demi. En acceptant ce contrat, le tueur d’élite ne se doutait pas qu’à son tour, il deviendrait une proie.

Date de parution : 28.08.2017 aux Editions Ravet-Anceau

Christophe-Dubourg_2560

 

Les nouvelles enquêtes de Nestor Burma : Piquette à la Roquette de Danielle Thiery

pixiz-20-11-2019-20-14-31

Mon avis : Nous voici aux côtés de Nestor plongeant dans une intrigue aussi sombre que sans fond.

En effet, des cas de disparition, d’assassinats entraîne notre acolyte et son équipe de choc dans le fond noir où la douleur, le culte, la violence et les différentes mutilations corporelles.

Voilà le menu du jour, alors vous continuez avec nous ? Descendez les marches et vous découvrirez le côté obscur de ce quartier et ce qu’il regorge dans l’ombre. Quand les témoins disparaissent et que Nestor se met à avoir des hallucinations, on est bon pour se retrouver en carafe. Mais non, il va tenir bon, faire front vis-à-vis de la commissaire et essayer de démêler ces entrailles dark seul. Il ne se doute sûrement pas de la taille de la communauté à laquelle il s’attaque, ni jusqu’où ils sont prêts à aller pour maintenir le secret autour de leur existence.

L’auteur signe ici un opus qui va transporter Burma à la fois dans ses souvenirs mais également dans la tristesse et la maltraitance de certaines personnes. Sous forme de culte, on nous montre jusqu’où certaines personnes sont prêtes à aller afin d’assouvir certains de leurs fantasmes. Une plume tout à fait en adéquation avec le personnage et son profil, j’ai visité les caves et les lieux occultes avec une vive émotion. Tellement toute la trame est plausible, j’en ai eu certains frissons lors de certaines descriptions. Les détails, les pensées et les frayeurs de Nestor tout est au carré pour le plus grand plaisir du lecteur.

On se sent promener de fausses pistes en désillusions ; tout comme on craint les dérapages qui risquent de mettre en péril toute une enquête ou leur vie tout simplement.

Un très bon moment de lecture que je recommande évidement.

danielle ded.jpg

 Résumé : Burma entreprend quelques pas de danse avec le diable…

Un homme qui vient demander de retrouver une personne disparue au plus célèbre des détectives, c’est chose logique…
Quand les témoins commencent à mourir de façon violente, ça l’est un peu moins…
Il suffit qu’en plus un fantôme apparaisse à Burma, et c’est le bouquet !
Nestor va descendre dans les bas-fonds de l’humanité, satanisme et modifications corporelles au menu de cet opus on ne peut plus sombre…

Date de parution : 19.09.2019 aux Editions French Pulp

danielle

D’autres aventures de Nestor à découvrir : 

Les Loups de Belleville de Serguei Dounovetz

Terminus Nord de Jérôme Leroy

Les Carats de l’Opéra de Jacques Saussey 

 

L’Etoile Jaune de l’Inspecteur Sadorski (tome 2) de Romain Slocombe

pixiz-18-11-2019-17-15-53.jpg

Mon avis : J’avais déjà été bouleversée par le premier volet, et là j’ai terminé ma lecture sur les genoux, l’estomac au bord de l’évier.

En effet, on retrouve l’Inspecteur Sadorski menant deux enquêtes parallèles. Un attentat d’un côté où un membre des forces de l’ordre est tué ; de l’autre une femme retrouvée abattue nue dans une forêt que Léon va découvrir au détour d’une promenade à bicyclette.

Parallèlement, les fiches des juifs s’empilent, les interdictions se multiplient à l’encontre de cette population et les événements s’enchaînent rapidement jusqu’aux rafles en masse, dont celle du Vel d’Hiv.

L’auteur a de nouveau réussi à me transporter dans cette époque effroyable, dans ce Paris des années 40. Je connaissais quelques brides de cette période mais je découvre avec effroi, grâce aux descriptions pointilleuses et étoffées, que j’étais bien loin de la réalité de ce désastre.

Le personnage de Sadorski est encore plus abject que dans l’opus précédent. Il n’hésite pas à menacer, violenter, exercer pression et chantage vis-à-vis de cette population déjà malmenée et écrasée par les nouvelles lois nazies. De plus, un côté malsain, provocateur, usant de tous les subterfuges afin d’obtenir ce qu’il veut des plus démunis. Il va également apprendre les conséquences de ses actes. Un mot apposé sur un document va faire basculer le sort de Julie, sa voisine de palier, sur lequel il fantasme alors qu’elle n’est qu’une adolescente.

L’enquête pour retrouver les responsables des actes odieux perpétrés va monopoliser son attention et ses moyens, jusqu’à en délaisser ses informateurs. Cette action sera elle aussi lourde de conséquences. Léon Sadorski, utilise, manipule, ment, trompe, harcèle, jusqu’à obtenir ses convoitises. Quand il se rend compte qu’il est allé trop loin, il est parfois trop tard pour stopper la machine infernale lorsqu’elle est lancée à plein régime, tel un rouleau compresseur.

L’auteur nous montre la vie de ces divisions de police et de gendarmerie, sous les ordres allemands, chargées de vider Paris des juifs et des communistes, sans tabous, sans surenchères. Les faits sont relatés tel un journal. Sont également très bien expliqués le contexte politique, géopolitique de Paris et de la zone occupée. Les scènes décrites, pendant la rafle, ou au Vel d’Hiv m’ont été difficilement supportables, tant elles montrent bien la violence et la réalité des événements de l’époque. Le style littéraire de l’auteur, la précision et la multitude de détails, rendent cette lecture à la fois écœurante et passionnante car j’ai appris énormément de choses qui ne figurent pas dans nos livres, qui ne nous sont pas enseignés et pourtant qui appartiennent à notre Histoire.

 Malgré mon soulèvement vis-à-vis de cette période, que je n’ai heureusement pas vécue, mon aversion vis-à-vis de ce personnage, je n’hésiterai aucunement à découvrir le troisième volet, lorsque j’aurai digéré celui-ci. En vous écrivant ces quelques lignes j’en ai encore la chair de poule.

Je remercie Geneviève du Collectif Polar pour m’avoir fait découvrir cet auteur et pour ce très joli cadeau.

slocombe ded

Résumé : Paris, 29 mai 1942 : une bombe explose devant le Palais de justice, dans un café fréquenté par les Brigades spéciales, faisant deux morts et plusieurs blessés. Quelques jours plus tard, le cadavre d’une inconnue est découvert en banlieue. Crime passionnel ou politique ?
Chargé d’enquêter sur ces deux affaires, l’inspecteur Léon Sadorski voit ses projets de vacances contrariés ̶ d’autant plus qu’il doit bientôt participer à la grande rafle du Vél d’Hiv, exigée par les nazis et confiée à la police française. Un destin tragique menace désormais sa jeune voisine Julie Odwak, la lycéenne juive qu’il convoite en secret et dont il a fait interner la mère.

Date de parution : 24.08.2017 aux Editions Robert Laffont – 23.08.2018 Aux Editions Points

A lire de préférence dans l’ordre :

L’Affaire Léon Sadorski 

romain