La Disparue de Saint Maur de Jean-Christophe Portes (tome 3)

LA DISPARUE

Mon avis : Je suis ravie d’avoir retrouvé Victor Dauterive qui va devoir de nouveau faire preuve de beaucoup d’agilité afin de ne pas tomber dans les multiples pièges qui lui sont tendus.

En effet, il prend des distances ou des libertés par rapport à son mentor. Mais a-t-il vraiment toutes les carte en main ?

Il décide de mener l’enquête sur la disparition de cette jeune bourgeoise Anne-Louise Ferrières. Malgré les freins politiques et policiers il va soulever de nombreuses questions, surtout lorsqu’une servante va mourir sous ses yeux.

Rattrapé par son mentor qui le veut sur une autre intrigue il va franchir la Manche, découvrir un pays qu’il ne connaît pas l’Angleterre. Des périls à tous les coins de rue, tout cela pour agir sur les élections du maire de Paris pour lesquelles Lafayette se présente. Son adversaire est-il aussi blanc que neige ? C’est ce que va devoir découvrir Victor.

J’ai beaucoup apprécié retrouver la plume de l’auteur et l’ambiance de cette période. Beaucoup de faits ou d’usages sont ici soulevés. Victor a quitté l’emprise de son père mais son tuteur ne serait-il pas non plus garant de la liberté qu’il lui octroie pour le servir lui et ses intérêts personnels. Sont également évoqués la période toujours trouble qui a suivi la Révolution et la mise en place des nouvelles réformes et changement. Le contexte géopolitique avec les frontières menacées par les différentes armées, la position du Roi et de la Reine.

Je trouve que Victor grandit devient plus mature dans son rapport aux autres. Sa relation avec le jeune Joseph qu’il a recueilli ou vis-à-vis d’Olympe. L’effet miroir lui renvoie une image qu’il ne voulait pas. Il prend conscience de ses attitudes et se demande quel genre d’Homme il souhaite devenir ?

Olympe de Gouge, amie de Victor, prend part à l’enquête d’une manière très farfelue mais qui lui va bien. Elle est plus présente et on la découvre d’une autre manière que son côté auteur, la féministe est très présente et va jouer des coudes et faire la lumière sur des thèmes assez épineux pour l’époque, l’avortement, les nourrices, et les grosses au sein de la bourgeoisie.

Un opus très réussi qui va malmener Victor dans tous les sens, va l’amener à prendre de grave décisions. Ses pensées le ramènent vers son passé son enfance et ses décisions sont lourdes de conséquences, ces choix peuvent influer sur l’avenir. A-t-il les épaules pour les assumer ?

Chapeau à l’auteur de nous avoir fait vivre cette formidable aventure. Toujours ce mélanges très habile de réalité historique et de fiction. Je ne cherche même pas forcément à savoir, je me laisse bercer. Je suis de plus en plus en plus attachée aux différents protagonistes et les retrouverai très prochainement dans de nouvelles aventures.

LA DISPARUE DED.jpg

Résumé : En cet hiver 1791, la France est au bord du chaos. Depuis sa fuite à Varennes, Louis XVI est totalement discrédité. Royalistes et nouveaux députés se menacent, armes à la main et la tension est extrême. C’est dans ce contexte explosif qu’Anne-Louise Ferrières disparaît. La belle et mystérieuse fille d’aristocrates désargentés, encore célibataire à trente ans, n’a pas été vue depuis une semaine. Et une semaine, avec ce froid polaire… Plus personne ne s’attend à la retrouver en vie. Enlèvement ? Suicide ? Fuite ? Étrangement, la question semble laisser sa famille de glace. Loin de dissuader le gendarme Victor Dauterive, cette indifférence hostile excite sa curiosité. Et il flaire chez les Ferrières des manigances qui débordent largement le cadre familial…

Date de parution : 15.11.2017 aux Editions City – 09.09.2019 aux Editions City

maud et jc

Voir également les précédents opus :

L’Affaire des Corps sans Tête de Jean-Christophe Portes (tome 1)

L’Affaire de l’Homme à l’Escarpin de Jean-Christophe Portes (tome 2)

J’irai Tuer Pour Vous d’Henri Loevenbruck

J IRAI TUER POUR VOUS.jpg

Mon avis : Une claque, un coup de cœur 💓💓💓 ce livre.

J’ai littéralement dégommé ce livre, impossible à reposer. De courtes nuits, lecture en marchant, il a quant même fallu que je m’arrête pour travailler ou dormir. J’ai été époustouflée, âgée de 2 ans en 1985, j’ai découvert avec effarement, le déroulé d’opérations, de complots et manigances nationales et internationales qui ont débuté en 1985 avec les attentats de Paris aux Galeries Lafayette. Et pourtant sur certains points, ma lecture a eu quelques échos sur ce que nous vivons depuis quelques années.

J’ai suivi pas à pas la vie de Marc Masson, Hadès, son parcours, son évolution jusqu’à ce qu’il se retrouve officier clandestin de la DGSE.

Les alternances de lieux, principalement entre Lyon, Paris et Beyrouth, accompagnées de flash-back et  de changement d’époques, grâce aux extrait du carnet de Marc ; rythment ce récit à 100 à l’heure. Des chapitres courts mais condensés de données nous donnent envie de connaître la suite. J’ai été totalement hypnotisée, je souhaitais toujours savoir et la suite ? Les otages, que deviennent-ils ?

Marc un personnage à la fois brute mais attachant. Il n’a de cesse depuis sa tendre enfance de réparer les injustices et c’est ce qu’il va faire aux côtés d’Olivier.

Olivier, officier traitant d’Hadès, va se prendre d’affection pour son jeune poulain, sûrement même plus qu’il ne devrait. Cette amitié, ce respect, une relation tendre presque filiale, entre les deux hommes en font un très bon duo sur le terrain.

L’emploi du présent de narration embarque totalement le lecteur près de 30 ans en arrière, le récit en est d’autant palpitant et glaçant de réalisme.

L’auteur allie très bien et avec brio les alternances de récits et de données politiques ou géopolitiques afin que le lecteur comprenne la situation de l’époque. Principalement la relation de la France avec L’Iran, le Liban et la Syrie. Mais aussi les relations entre les Services et le Pouvoir. Parfois pendant ma lecture, j’ai été gêné par ce que j’ai appris, peut-être trop jeune ou trop naïve. Cette lecture m’a confortée sur mon avis de me plonger régulièrement dans des récits avec des bases de réalités. Apprendre en lisant est à la fois poignant et agréable. J’avoue que la nausée m’est montée sur la manière dont la crise des otages a été géré afin d’en faire de la récupération électorale. Ce livre m’a malmenée, bousculée, fait perdre pied sur certaines pensées que je pouvais avoir et m’a également subjuguée. Bravo à l’auteur d’avoir sur me transporter dans le temps, dans l’espace et de m’avoir fait passé par tant d’émotions (colère, fascination, dépit). Bravo à tous ces Hommes, ces Marc qui œuvrent dans l’ombre afin que nous vivions dans un monde meilleur.

L’affaire Rainbow Warrior, plusieurs fois citée m’a rendue curieuse j’irai me documenter sur cet autre sujet. Ma volonté actuelle, connaître hier pour mieux comprendre aujourd’hui.

Sur le blog, fait rare je vous ai mis une petite citation qui m’a fait beaucoup rire.

citations henri.jpg

 

Résumé : 1985, Paris est frappé par des attentats comme le pays en a rarement connu. Dans ce contexte, Marc Masson, un déserteur parti à l’aventure en Amérique du Sud, est soudain rattrapé par la France. Recruté par la DGSE, il est officiellement agent externe mais, officieusement, il va devenir assassin pour le compte de l’État. Alors que tous les Services sont mobilisés sur le dossier libanais, les avancées les plus sensibles sont parfois entre les mains d’une seule personne… Jusqu’à quel point ces serviteurs, qui endossent seuls la face obscure de la raison d’État, sont-ils prêts à se dévouer ? Et jusqu’à quel point la République est-elle prête à les défendre ? Des terrains d’opérations jusqu’à l’Élysée, des cellules terroristes jusqu’aux bureaux de la DGSE, Henry Loevenbruck raconte un moment de l’histoire de France qui résonne particulièrement aujourd’hui dans un roman d’une tension à couper le souffle. Pour écrire ce livre, il a conduit de longs entretiens avec « Marc Masson » et recueilli le récit de sa vie hors norme.

Date de parution : 24.10.2018 aux Editions Flammarion – 16.10.2019 aux Editions J’ai Lu

HENRI.jpg

Samedi, c’est permis aussi !! Des Lignes et des Pages #13

Comme les Journaux se sont bien amusés à compter les pages, ils ont décidé de continuer, voici leur bilan du 5 au 11 Octobre 2019 :

  • Cool Killer de Sébastien Dourver : 336 pages

COOL KILLER

Résumé :  » Avant, j’aimais bien aller au travail. Voir tous ces gens malheureux, ça m’émerveillait. On croise un mec dans l’ascenseur, il a l’air au bord de l’abîme, alors on lui demande si ça va et il répond :
– On fait aller.
​Et il sort à son étage, drapé de mystère. Il s’éloigne vers son open space, foulant des carrés de moquette interchangeables.  »
Cool Killer, c’est American psycho, Raskolnikov et Le Démon d’Hubert Selby Jr : notre société capitaliste passée au napalm du cynisme et de la provocation.
Alexandre Rose fait partie du système. Ingénieur brillant, il a avalé toutes les couleuvres qu’on lui présentait. Jusqu’à l’overdose. Jusqu’au jour où il décide de renverser le jeu et de détruire la société par ce qu’elle a de pire : la violence. Dans un monde rongé par les réseaux sociaux et l’info en continu, sa créature, le Cool Killer, a toutes les  » qualités  » pour y parvenir.

les resistants t2

Résumé : Poèmes, écrits clandestins imprimés et diffusés malgré les risques de mort et de déportation, proclamations depuis Londres, dernières lettres de martyrs, comme France Bloch ou Missak Manouchian : dans ce tome 2, les résistants apparaissent en rebelles courageux dont les choix ont été authentiques puisqu’ils ont été faits au péril de leur vie. De Lucie Aubrac à Charles Tillon, de Charlotte Delbo à Albert Camus, de Jean Cassou à Germaine Tillion, les camarades de l’armée des ombres disent tous leur confiance dans un avenir meilleur.

 

SEULS ONT ÉTÉ COMPTABILISÉS LES LIVRES TERMINÉS, SOIT UN TOTAL DE 520 PAGES

Le #10, Les Rebelles : Les résistants : Volume 2, Lucie Aubrac et l’Armés des Ombres

Le 10 de chaque mois, je souhaite vous faire découvrir la Série Les Rebelles :

les rebelles

« Hommes d’actions, écrivains, penseurs ou artistes, ils ont un jour rompu avec les accommodements, les mensonges ou les préjugés de leur temps pour faire de leur vie un combat. S’ils se sont également battus avec la plume, c’est qu’ils étaient convaincus du formisable pouvoir des mots pour éveiller les consciences, résister à l’oppression et transformer le monde. Leur écrits n’ont rien perdu de leur force ni de leur justesse, et restent des manuels d’insoumission pour leur temps présent. »  Responsable Editorial : Grégoire Kauffman 

les resistants t2.jpg

Mon avis : Encore une fois je me suis replongée avec grand plaisir à la découverte de ces différents textes. Des auteurs ou personnalités connues ou des Résistants qui ont choisi à l’unanimité de dire au nazisme, non à l’oppresseur.

Chacun à sa manière, homme ou femme, nous fait part de ses ressentis, de ses craintes sur cette époque trouble et qui marquera notre Histoire. A les lire, on a vraiment l’impression d’y être et de trembler et de vivre les événements en direct.

Ils sont choisi de prendre la plume (et ou les armes) pour se soulever et manifester leur opposition. Leurs chemins vont pour certains se croiser. L’héritage qu’il nous laisse est d’autant plus fort, qu’avec cette lecture on se rend compte. Il ne s’agit pas de retranscription romancée mais de publication de texte en l’état.

Les quelques explications politiques aussi nous permettent de mieux comprendre et de nous immerger dans la période.

Les Résistants avec un grand R ont fait qu’aujourd’hui ressemble à ce qu’il est et non à ce qu’il aurait pu être s’ils n’étaient intervenus. Ces messages d’espoir, d’envie de liberté doivent rester dans les mémoires.

Une fois de plus, je trouve que la publication de ces différents recueils nous ouvre les portes de la connaissance, d’une autre manière que juste des dates ou événements. Cette période est un peu tout ça en effet.

Interpeller, ne pas oublier et avancer.

Auteurs des textes : Ferdinand Grenier, Edith Thomas, Jean-Pierre Levy, Henry Ingrand, Pierre-Henri Teitgen, Jacques Laurent, France Bloch-Sérazin, Jean Nicoli, Edgar Tarquin, Missak Manouchian, Joseph Epstein, Olga Bancic, Henri Romans-Petit, Marianne Cohn, Claude Bouchinet-Serreulles, Waldeck Rochet, Lucie Aubrac, Arlette Humbert-Laroche, Madeleine Riffaud, Albert Camus, Françis-Louis Closon, Jacques Bingen, Emmanuel d’Astier de la Vigérie, Charles Tillon, Yves Farges, Paul Paulhan, René Char, Raymond Aubrac, Jacques Kayser, Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle, Raymonde Tillon, Lise Lesèvre, Charlotte Delbo, Louis Aragon, Jean Cassou, Robert Desnos. 

Résumé : Poèmes, écrits clandestins imprimés et diffusés malgré les risques de mort et de déportation, proclamations depuis Londres, dernières lettres de martyrs, comme France Bloch ou Missak Manouchian : dans ce tome 2, les résistants apparaissent en rebelles courageux dont les choix ont été authentiques puisqu’ils ont été faits au péril de leur vie. De Lucie Aubrac à Charles Tillon, de Charlotte Delbo à Albert Camus, de Jean Cassou à Germaine Tillion, les camarades de l’armée des ombres disent tous leur confiance dans un avenir meilleur.

Date de parution : 09.11.2012 aux Editions Coédition Garnier

Voir aussi : Le #10, Les Rebelles : Les résistants : Volume 1, Jean Moulin et les soutiers de la gloire

Miaou, Bordel ! de  Gérard Chevalier (Tome 1)

miaou bortdel !

Mon avis : Une très belle rencontre avec Catia, une chatte fidèle a son maître, qui va se révéler d’une aide en dehors du commun. Pourquoi ? Tout simplement car elle a trouvé le moyen de communiquer avec les êtres humains. Protagoniste principale, nous sommes à ses côtés lors de sa première enquête, qui va se révéler plus que compliquée. Erwan, ancien policier, devenu journaliste va se retrouver au centre d’un complot qui va le mettre, lui et ses amis en danger. C’est sans compter sur sa compagne féline qui fera tout, oui oui je dis bien tout pour sauver son Amour, quitte à y laisser quelques poils…

Une charmante rencontre, un point de vue très original, un récit mêlant humour et sarcasme. De nombreux clichés sont mis à mal par cette compagne hors du commun. Un récit où l’on rit, on s’attache et on tremble pour que rien ne leur arrive.

Des policiers peu scrupuleux vont oser s’en prendre à ce duo improbable. Des anecdotes très sympathiques, j’ai passé un très bon moment de plaisir à découvrir cette histoire que l’auteur a su rendre très crédible.

Un style très vivant, mettant en scène tout d’un point de vue de Catia, où pour nous montrer l’étendue de ses connaissances n’hésite pas à faire de nombreuses références littéraires ou cinématographiques. Une enquête très bien menée, totalement atypique où tous les ingrédients sont présents : suspense, des méchants, un bon déroulé pour notre nouvelle amie qui va s’avérer redoutable. Catwoman n’a qu’à bien se tenir !! Car à Quimper Catia, au fort caractère,  ne se laisse pas faire, ni rien passer. Dotée de sentiments, un réel sens de la déduction, je plains les protagonistes qui vont se retrouver entre ses griffes. Malheur à celui ou celle qui touche à Erwan !

L’auteur a su donner corps et profondeur à tous ses personnages. Chacun a sa place, son rôle (même si dans certains cas ils sont inversés, mais ça je vous laisse le découvrir par vous-même, non mais !).

Je rassure certains lecteurs, nous ne sommes pas non plus dans un roman de science fictions mais dans un polar original.

Une très belle découverte, un excellent moment de lecture !! On en redemande, heureusement ce n’est que le premier opus.

Résumé : Dans cette nouvelle collection, qui s’écarte totalement de son style habituel, Gérard Chevalier propose une belle originalité : son héroïne et narratrice !
Catia, minette quimpéroise « surdouée », mène l’enquête en assistant son maître, journaliste d’investigation, dans ses recherches. Elle maîtrise le langage humain dans ses nuances les plus intimes et emploie parfois des termes fleuris pour juger les comportements des « bipèdes ».

Date de parution : 24 octobre 2014 aux Editions Le Palémon

gerard chevalier.jpg

Notre Petit Secret de Roz Nay

notre petit secret

Mon avis : Whaouuuuu que de suspense dans ce livre !!! Une sacré ambiance huis clos dans cette salle d’interrogatoire. Pour répondre à la question, où est la femme de HP, elle va rendre compte à Novak de toute sa vie depuis l’adolescence. L’inspecteur ne voit pas du tout où elle veut en venir !! Le lecteur non plus, mais nous sommes pris dans ce récit tout à fait captivant.

A la fois, Angela va construire sa vie dans une petite ville, partir à l’aventure, faire des choix. Quelles en seront les conséquences ?

Les description de la petite ville, tout le monde se connaît, chacun sait tout sur son voisin. Je me suis sentie enfermée, à l’étroit au milieu de ce récit où la claustrophobie n’est pas loin. Je salue l’auteur pour cette prouesse.

De plus le côté enivrant, Angela sait y faire, promène son monde, ne raconte que ce qu’elle souhaite, dresse une histoire à sa manière montre son degré de machiavélisme !! C’est fort, poignant et haletant.

Totalement entraînée dans ce récit, je me suis laissée, comme Novak, bercer par les réponses, les anecdotes, les commentaires d’Angela sans savoir, sans pouvoir connaître la vérité. La vérité, c’est la quête de ce récit… Un côté manipulateur, plus on en apprend moins on a l’impression d’en savoir.

L’auteur a su par son style m’enfermer totalement dans ce récit qui mêlera très adroitement réponses et rebondissements. Des personnages que l’on découvre, qui s’ouvre devant nous mais vus à travers les yeux d’Angela. Où est la frontière entre le réel, le fantasme et la réalité de la protagoniste ? C’est impeccablement bien réalisé, aucune fausse note, une dimension psychologique très bien amenée. Aucun temps mort. Les interventions de Novak rythment très habilement cet interrogatoire.

Jusqu’où peut-on aller par amour ? Par Vengeance ? Par dépendance ? Je vous laisse le découvrir !!

Je surveillerai avec attention les prochaines sorties de l’auteur.

 Résumé : Angela est interrogée par la police : la femme de son ex petit ami a disparu, et l’inspecteur Novak est persuadé qu’elle en sait davantage qu’elle ne veut bien le dire. Alors, encouragée par Novak, Angela va raconter son histoire. Une histoire qui commence dix ans plus tôt, au lycée de Cove, dans le Vermont, par sa rencontre avec HP, en qui elle reconnaît son âme sœur. Mais le récit d’Angela va révéler un sombre écheveau de trahisons et de pulsions destructrices, au cœur d’un troublant triangle amoureux.

Date de parution : 18.05.2017 aux Editions Hugo Roman, 03.10.2019 aux Editions Hugo Poche

roz nay.jpg

 

Lundi, c’est permis aussi !! Des Lignes et des Pages #12

Comme les Journaux se sont bien amusés à compter les pages, ils ont décidé de continuer, voici leur bilan du 28 Septembre au 4 Octobre 2019 :

notre petit secret

Résumé : Angela est interrogée par la police : la femme de son ex petit ami a disparu, et l’inspecteur Novak est persuadé qu’elle en sait davantage qu’elle ne veut bien le dire. Alors, encouragée par Novak, Angela va raconter son histoire. Une histoire qui commence dix ans plus tôt, au lycée de Cove, dans le Vermont, par sa rencontre avec HP, en qui elle reconnaît son âme sœur. Mais le récit d’Angela va révéler un sombre écheveau de trahisons et de pulsions destructrices, au cœur d’un troublant triangle amoureux.

  • Miaou, bordel !  de Gérard Chevalier : 184 pages

miaou bortdel !.jpg

Résumé : Dans cette nouvelle collection, qui s’écarte totalement de son style habituel, Gérard Chevalier propose une belle originalité : son héroïne et narratrice !
Catia, minette quimpéroise « surdouée », mène l’enquête en assistant son maître, journaliste d’investigation, dans ses recherches. Elle maîtrise le langage humain dans ses nuances les plus intimes et emploie parfois des termes fleuris pour juger les comportements des « bipèdes ».

Seuls ont été comptabilisés les livres terminés, soit un total de 483 pages