Persona de Maxime Girardeau

persona

Mon avis : C’est époustouflée et émue que j’ai fini cette lecture.

Une succession de personnes sont retrouvées en vie mais dans un état qui ne leur permettra plus d’aborder le lendemain normalement. Aucune ne peut exprimer ce qu’elle a subi et désigner son agresseur, des points communs et similitudes vont mettre les enquêteurs sur une, voire des pistes.

Leur point commun : évoluer dans des strates professionnelles où l’égo et la démesure sont au rendez-vous et essentiels à leur développement. Qui peut bien vouloir réduire au silence de tels représentants d’une caste souvent enviée, rarement égalée ?

L’attrait du pouvoir, du contrôle est ici très bien représenté, des habitudes à l’élaboration de l’image sur les réseaux sociaux, tout est très finement étudié.

L’auteur nous emporte dans une sphère digitale où se dessine très rapidement le grand écart entre l’image de soi, celle exposée à la lumière, sous le feu des projecteurs, souvent en inadéquation avec l’humain qui se cache derrière ce masque public. Les masques sont à l’honneur dans ce thriller, au sens propre comme au figuré. J’ai trouvé que l’auteur jonglait très habilement entre les deux facettes, le réel avec sa sensibilité, la façade avec son armure.

Une enquête qui va bouleverser Franck et Laurence, ils vont être obliger de sortir des techniques habituelles afin de débusquer la personne derrière ses faits horribles. Mêlant course contre la montrer et jeu de cache-cache, l’auteur nous fait visiter certains lieux très insolites de Paris. L’atmosphère oppressante (parfois), l’ambiance, tout y est tellement bien décrit qu’on a l’impression d’y être de voir, sentir et ressentir la même chose que les protagonistes.

Parallèlement à tous les attraits caractéristiques de l’humain et de la psychologie sont mis en valeur par son opposé : la démonstration de l’abstrait du net, de la manipulation, du superficiel, qui poussés à l’extrême peuvent devenir des armes redoutables.

Elga, un personnage très important, va émergée et apporter des réponses, solutions et techniques, inaccessibles aux flics. Elle va beaucoup évoluer, passant sa vie calibrée dans sa sphère à l’horreur de la réalité. J’ai beaucoup apprécié ce personnage et les différentes phases par lesquelles elle va passer.

La vengeance, la haine, la différence, la violence (directe ou pas), le harcèlement sont d’autant d’ingrédients bien mis en valeur mais que je vous laisserai découvrir par vous-même.

L’intrigue est très adroitement ficelée, l’alternance de rythme entre actions et réflexions met le lecteur au milieu de la scène. La fin m’a bouleversée, j’ai ressenti beaucoup d’empathie pour un personnage que je ne nommerai pas et que les personnes qui ont lu ont deviné. Il est à la fois touchant, voir attendrissant et révoltant ou écœurant.

Enfin, après avoir passé un excellent moment de lecture en découvrant ce premier roman qui m’a sacrément bousculée, j’ai été ravie de la dernière phrase mentionnée dans les remerciements de l’auteur. Je vous laisse le soin de tout découvrir !!!

peronna ded

Résumé : Un homme est retrouvé horriblement mutilé dans un bâtiment désaffecté du centre hospitalier Sainte-Anne à Paris. Pour Franck Somerset, commissaire à la Crim’, c’est le début d’une enquête étrange et singulière.
Étrange, car ce n’est pas une série d’homicides au sens propre du terme à laquelle il se trouve confronté  : toutes les victimes sont encore en vie, mais elles ont été torturées et «  enfermées  » en elles-mêmes.
Singulière, car pour comprendre, Franck Somerset va devoir plonger dans l’univers des nouveaux maîtres du monde – les grands du numérique qui maîtrisent nos vies immatérielles.
C’est au cœur de Paris, dans ces tréfonds et au-delà, que Franck va suivre la piste de ce qui ressemble à une vengeance frénétique, folle et pourtant méthodique, où s’affrontent deux mondes, un nouveau qui se persuade de sa toute puissance et un ancien qui ne veut pas mourir…

Date de parution : 12.02.202 aux Editions Mazarine

D’autres avis sur ce livre : Sansgpages, Aude Bouquine 

max é

Série Nuits Noires à Seattle, Tome 2 Pour le bien des enfants d’Alexis Aubenque

pour le bien des enfants

Mon avis : De grands personnages publics de la ville de Seattle sont assassinés les uns après les autres. A première vue, à part leur notoriété, rien ne les relie entre eux.

Et pourtant, les recherches de Becky jeune américaine adoptée, vont mettre en lumière des points communs insoupçonnés entre les victimes. Logan et son équipe en charge de retrouver cet assassin au sang-froid qui paraît sans foi ni loi. Et pourtant un terrible secret va ainsi voir le jour.

Au fur et à mesure que les pièces du puzzle vont s’emboiter, les enquêteurs vont devoir faire face à une réalité qui mêle sordide et écœurement. Une équipe bien rodée, bien ficelée. Logan en tant que chef va passer par toutes les couleurs dans cette enquête. Vont tout à tour être mis en lumière des machinations et la corruption qui sévissent encore de nos jours je suppose…

Des personnages très bien travaillés, des intrigues très bien ficelées, un rythme très entraînant. Une plume fluide, dynamique, rien n’est laissé au hasard. Une très belle découverte, mon seul regret est d’avoir commencé par le 2ème volet, mais je remercie Morphéa du conseil de lecture et du prêt des autres opus.

Ici, tous les ingrédients d’un bon polar sont réunis. Un suspense même s’il s’épaissit puis s’éclaircit au fur et à mesure que d’autres zones d’ombre viennent noircir le tableau, le lecteur est tenu en haleine jusqu’au bout.

J’ai également beaucoup apprécié l’envers de l’enquête, les différentes descriptions d’ambiances, de lieu, de cultures qui emportent le lecteur aux Etats Unis. Le dépaysement est total. Cette trame de fond sur l’adoption des enfants étrangers, ce qu’elle révèle, m’a remis en mémoire un podcast sur l’Arche de Zoé écouté en décembre.

Mais revenons à ma lecture, le dernier chapitre est wahouuuu juste tout ce qu’il faut pour se ruer sur la suite. Une très belle découverte que je poursuivrai prochainement c’est assuré !!!

 

Résumé : Becky Parker mène une vie agréable au sein d’une famille modèle américaine dans la banlieue chic de Seattle. Élève brillante, bonne pianiste, elle vient de retrouver la trace de son frère, Oliver, adopté tout comme elle mais placé chez des parents bien moins aimants que les siens. La perspective de retrouvailles – ils ne se sont pas vus depuis qu’ils ont quitté tout jeunes la Sierra Leone – est assombrie par les circonstances : Oliver est soupçonné du meurtre du docteur Lens Morgan, un chirurgien réputé de Seattle. Le capitaine Mike Logan charge le lieutenant Rivera et son nouveau coéquipier, Liu Zhang, de cette enquête délicate où se croisent les bonnes âmes et les trafiquants d’enfants. Même si elle ne veut pas y croire, Becky s’interroge : son frère est-il une victime innocente ou un redoutable manipulateur ?

Date de parution : 16.01.2013 aux Editions Calmann-Lévy, 08.01.2014 aux Editions Le livre de Poche

alexis

Freeman (tome 3) de Roy Braverman

freeman

Mon avis : Un très beau voyage en Louisiane pour clore cette trilogie. J’avais eu un coup de Cœur pour Hunter, beaucoup moins aimé Crow et j’ai adoré ce dernier volet.

Un premier chapitre où j’ai eu l’impression d’être au cinéma tant la scène est très bien décrite, on a l’impression de la voir, ou même de la vivre.

Un sacré mélange d’intrigues, mêlant disparition, meurtre, drogue, argent, pouvoir et corruption. Voici le décor, parfois hostile en réel en plein bayou mêlant intempéries et prédateurs à l’affut.

On retrouve Freeman qui tente de vivre paisiblement et de retisser des liens avec sa fille (voir Hunter). Ce calme est trop paisible et semble annonciateur d’une nouvelle tempête lorsque l’Arménien (voir Crow) lui rend visite.

Freeman va retrouver ses réflexes et ne va rien lâcher afin de démêler toute cette affaire et retrouver sa quiétude bien méritée.

Deux enquêteurs, un sacré duo, même s’ils travaillent le plus souvent en solo, vont être à pied d’œuvre afin de retrouver un meurtrier d’enfant. Ils vont devoir faire corps et faire face dans des situations totalement inédites et périlleuses.

J’ai pris beaucoup de plaisir dans cette lecture, un très chouette clap de fin. Ravie d’avoir retrouvée certains personnages récurrents et contente d’en découvrir de nouveaux.

L’auteur, grâce à son rythme, son style et ses descriptions nous embarque totalement hors de nos frontières. L’impression d’y être est également accompagnée de celle de connaître les différents protagonistes. Nous comme totalement immergés dans l’ambiance et à leurs côtés. L’humain est également très bien mis en avant, à la fois dans les personnages mais également dans l’enquête. L’auteur joue habilement avec l’empathie du lecteur, sans en avoir l’air. De plus, sous également soulevés les différents problèmes climatiques et leurs conséquences tant sur la vie des gens dans ce pays et de l’écosystème, sans oublier le contexte économique.

Un très beau volet, une parfaite lecture. Un livre que je recommande. Un souhait de lire de nouveaux des livres de cet auteur.

freeman ded

Résumé : Patterson, en Louisiane.
Deux millions de dollars disparaissent. Pendant un ouragan d’une rare violence. Dans la maison du boss de la mafia locale.
La traque commence. Elle va faire se croiser et s’affronter un « parrain » amateur de cocktails, un fabuleux tandem de flics que tout oppose mais dont chacun poursuit une quête personnelle, une serveuse qui aime trop l’un des deux flics, le FBI, Freeman et sa fille Louise (celle-là même qui avait été retenue prisonnière quatorze ans dans un trou perdu des Appalaches dans Hunter), un collecteur de dettes arménien, et tout ce que La Nouvelle-Orléans compte de faune interlope, d’indics et de petites frappes…
Cela pourrait être le début de beaucoup de polars. Sauf que c’est au cœur du bayou, et que c’est Roy Braverman qui est aux manettes. Et que la traque va être bercée par le rythme envoûtant de la zydeco, imprégnée des senteurs de la cuisine cajun, caressée par les parfums sensuels de la flore de Louisiane, et rendue plus haletante encore par la menace des crocs acérés des alligators…

Date de parution : 06.02.2020 aux Editions Hugo Thriller

A lire également du même auteur : Hunter, Crow 

D’autres avis sur ce livre : Collectif Polar Retour 1, Collectif Polar Retour 2, Nigrafolia

Dimanche, c’est permis aussi !! Des Lignes et des Pages 2020#7

Comme les Journaux se sont bien amusés à compter les pages, ils ont décidé de continuer, voici leur bilan du 15 au 21 Février 2020 :

  • Persona de Maxime Girardeau : 432 pages

persona

Résumé : Un homme est retrouvé horriblement mutilé dans un bâtiment désaffecté du centre hospitalier Sainte-Anne à Paris. Pour Franck Somerset, commissaire à la Crim’, c’est le début d’une enquête étrange et singulière.
Étrange, car ce n’est pas une série d’homicides au sens propre du terme à laquelle il se trouve confronté  : toutes les victimes sont encore en vie, mais elles ont été torturées et «  enfermées  » en elles-mêmes.
Singulière, car pour comprendre, Franck Somerset va devoir plonger dans l’univers des nouveaux maîtres du monde – les grands du numérique qui maîtrisent nos vies immatérielles.
C’est au cœur de Paris, dans ces tréfonds et au-delà, que Franck va suivre la piste de ce qui ressemble à une vengeance frénétique, folle et pourtant méthodique, où s’affrontent deux mondes, un nouveau qui se persuade de sa toute puissance et un ancien qui ne veut pas mourir …

  • Les Larmes de L’Araignée de Pascaline Nolot : 140 pages

LES LARMES DE L ARAIGNEE

Résumé : Prudenge, ville morose dont tout le monde a oublié le nom et la gloire, jadis cité de la dentelle noire, bordée par une mer couleur de nuit, fouettée par un vent à vous glacer les sangs. Éloïse, l’apprentie funambule, y fait escale avec la petite troupe itinérante du Cirque d Opale. Sur place, elle fait la connaissance du jeune Lucas et de son petit frère Gabin, qui se mure dans le silence depuis la mort de leur mère, et dont la seule amie est une mystérieuse araignée. Ensemble, ils se retrouvent piégés dans l’usine de dentelle désaffectée devenue le repaire de la redoutable Arachné. Les trois enfants parviendront-ils à s’échapper de son antre et à contrecarrer ses funestes projets ?

Et voilà 4 euros de plus dans la cagnotte pour le budget Livres de l’année prochaine!!! 

SEULS ONT ÉTÉ COMPTABILISÉS LES LIVRES TERMINÉS, SOIT UN TOTAL DE 572 PAGES

77 de Marin Fouqué

77

Mon avis : Un sacré voyage dans un village du 77, un décor les champs, une route et un abri bus.

Un narrateur qui va nous décrire ses pensées, ses plus grandes convictions, ses envies, assis sur ce banc à regarder les voitures passer.

Il va nous décrire ses journées, ses jeux avec ses amis, sa vie et le tournant qui va à la fois le faire grandir et le mener vers un chemin de découvertes. Les interdits, les expéditions à la ville, les bagarres et les railleries dont il est victime.

Également l’évolution de ses relations avec ses amis d’enfance, Enzo et la fille Novembre, puis sa rencontre avec Le Grand Kevin qui va transformer sa vie. D’autres personnages sont également très présents et portent également ce récit.

Une histoire placée à la campagne, le monde rural avec ses craintes de l’expansion du béton. L’arrivée des parisiens qui n’est pas une bonne nouvelle pour les habitants, l’ennui des jeunes dans ce village sont décrits. En parallèle au calme, l’arrivée de la fête foraine : l’événement de l’année.

Tout nous est décrit avec un style très fluide, proche du langage parlé, avec des passages qui frôlent la poésie. La spontanéité est au rendez-vous, l’absence de filtre également. Le lecteur est placé en immersion dans la tête de ce narrateur dont on découvrir la vie, la cellule familiale, le regard des autres. Les couleurs mentionnées ont leur rôle et leur importance aux différentes étapes de la lecture et prennent tout leur sens.

Un récit tout à fait émouvant, rempli de doutes, de confessions, de découvertes des valeurs. Le style d’écriture à la limite du brut met en valeur le contenu et le rend. L’humain et les ressentis dont aux premiers plans. Je salue la prouesse de l’auteur de m’avoir totalement emmenée au fin fond du 77. Un premier roman que j’ai pris plaisir à découvrir, un mélange savamment dosé de noirceur et de lumière Je suivrai de près les futures sorties de l’auteur.

J’avoue avoir revu une partie de mon enfance, un village de 400 habitants au milieu des champs de céréales, où la vie des jeunes se déroule à l’arrêt de bus.

77 ded

Résumé : Ce matin, il a attendu le car scolaire avec les autres adolescents mais il n’est pas monté dedans. Aujourd’hui il va rester toute la journée seul sous l’abribus, à regarder passer les voitures, à laisser son regard se perdre sur la terre du « sept-sept », ce département de transition entre Paris et la glaise, à se noyer dans les souvenirs qui le lient à Enzo le Traître, à la fille Novembre, au grand Kevin.

Date de parution : 21.08.2019 aux Editions Actes Sud

marin fouqué

Bilan Janvier 2020

Voici mon bilan des lectures de lectures et de cagnotte :

L’Heure des Fous (tome 1) de Nicolas Lebel

Blessures Invisibles (Tome 4) d’Isabelle Villain

Le Singe d’Harlow de Ludovic Lancien

Cyber Games de Mark Zellweger

Quelque part avant l’enfer de Niko Tackian

Des Larmes d’Or et de Sang d’Eric Dupuis

Cinq Cartes Brulées de Sophie Loubière

Le Neutrino de Majorana de Nils Barrellon

Broyé de Cédric Cham

L’homme qui voulait devenir psychopathe de Laurent Malot

On n’enterre jamais le passé de Nicolas Duplessier

L’Ombre de l’Ankou de Jean Vigne

Taches Rousses de Morgane Montoriol

BILAN DE LA CAGNOTTE :

tirelire

Selon mes bonnes résolutions et ce jeu très sympathique, mettre 1€ par livre lu dans un cagnotte. Mais durant ce premier mois je me rends très vite compte que mon budget de l’année prochaine serait bien maigre à ce rythme, alors c’est parti pour 2€ par livre lu.

EN JANVIER ME VOCI DONC AVEC UNE CAGNOTTE DE 26 EUROS

 

 

Cinq Cartes Brûlées de Sophie Loubière

5 cartes brulees

Mon avis : Nous découvrons la vie tragique de Laurence tout le temps harcelée, principalement par son frère. Elle va grandir dans une famille où ce grand frère n’a jamais accepté son arrivée. Brimée, violentée, elle va se construire ainsi et qui va l’entraîner à faire des choix très lourds de conséquences.

Même quand elle va arriver à se sortir de cette emprise en quittant jeune la maison afin de devenir une grande championne, elle ne va pas arriver à s’épanouir. L’ombre plane toujours et lorsqu’elle est rattrapée par sa vie. De retour dans sa ville, elle va continuer à sombrer. Maltraitée psychologiquement elle va plonger encore plus profondément dans une spirale totalement négative et névrosée. Une rencontre va encore une fois la sortir de son quotidien et pourtant…

Un personnage très attachant, l’empathie est au rendez-vous. J’ai été de suite prise d’affection pour la « pauvre Laurence » qui malgré les quelques signes du destin la plongera malgré elle au plus profond de l’abime. En parallèle, se développe une antipathie vis-à-vis de Thierry ce frère tyrannique.

L’enfance est très bien décrite par l’auteur, l’alternance du passé et du présent, permet de comprendre les différentes évolutions et les schémas psychologiques se dessinent peu à peu. J’ai beaucoup apprécié cette alternance où l’on découvre peu à peu le passé. Différents éléments sont habilement distillés d’ici de là et se place indirectement dans l’esprit du lecteur.

Cette mécanique a très bien fonctionné lors de ma lecture. J’ai été impressionnée par la puissance de cette dimension psychologique. Cette emprise infernale qui amènera Laurence vers l’irrémédiable. L’auteur signe ici un excellent thriller avec à la fois une grande puissance et une dimension humaine très bien décrite. Une véritable réussite !!! Un sacré coup de poing ce livre !!

les 5 cartes ded

Résumé : Laurence Graissac grandit aux côtés de son frère, Thierry, qui prend toujours un malin plaisir à la harceler et à l’humilier. Du pavillon sinistre de son enfance à Saint-Flour, elle garde des blessures à vif, comme les signes d’une existence balayée par le destin. Mais Laurence a bien l’intention de devenir la femme qu’elle ne s’est jamais autorisée à être, quel qu’en soit le prix à payer. Le jour où le discret docteur Bashert, en proie à une addiction au jeu, croise sa route, la donne pourrait enfin changer…

Date de parution : 16.01.2020 aux Editions Fleuve Noir

A découvrir du même auteur : Black Coffee 

D’autres avis sur ce livre : Pause Polars, Aude Bouquine, Collectif Polar retour 1, Collectif Polar retour 2, BlackNovel1,

sophie loubiere