Un prénom en trop de Christophe Carlier

Un prénom en trop

Auteur présent au Salon Loiret Crimes du 4 Septembre 2022 dont voici : la présentation 

Un prénom en trop

Mon avis :   Truculent

Parlons peu, parlons bien, j’ai frôlé le coup de cœur.

Pourquoi ? Parce que ce roman est une petite pépite du genre, mais il a aussi le mérite d’être atypique.

Dès les premières plages, j’ai plongé dedans et sans la fatigue, j’aurais pu le lire d’une traite.

Rebecca est une jeune femme dynamique, appréciée mais aussi jalousée.

Il a suffi d’un soir pour que sa vie soit chamboulée. Le destin a voulu que sa route croise celle d’un pervers qui a décidé qu’elle serait à lui.

Une histoire glaçante dans laquelle le sujet de l’obsession est abordé avec brio.

La psychologie du prédateur et de la proie est ici très bien démontrée.

L’auteur donne le ton avec une plume que j’ai beaucoup aimée, très fluide et non dénuée d’humour. D’ailleurs, l’humour ici est plutôt cynique, mais j’admets que malgré l’horreur des mots j’ai parfois rigolé.

Un prénom en trop c’est un roman noir flirtant avec le thriller.

On retrouve des personnages profonds, très bien développés, mais d’un point de vue original et en restant finalement sur certains protagonistes en particulier.

Bien qu’on ne soit pas dans un thriller d’action, le livre est très prenant grâce à des chapitres très courts et on ressent vraiment le côté anxiogène.

L’auteur sait relancer le suspense, et on a envie de connaître le dénouement de cette sombre affaire.

On suit ce jeu de chat et la souris sournois, avec attention.

L’auteur propose une construction intelligente, originale et intéressante.

Le livre est composé en trois parties, et si la dernière m’a paru plus lente, posée, que j’ai commencé à avoir peur du dénouement, je me suis pris un uppercut à la dernière page, me confirmant ce pourquoi j’avais aimé dès la première page.

Bref, pour moi un vrai régal, un livre original. Je relirai cet auteur avec plaisir.

Résumé : Il a suffi d’une soirée d’été pour que Rebecca, jeune femme sans histoires, soit prise au piège d’un jeu cruel, implacable. À présent, lorsqu’elle marche dans la rue, elle se retourne tous les trois pas. Rebecca pense que le danger est dans son dos. Pourquoi ne serait-il pas devant elle ou juste à ses côtés ?
Une descente aux enfers intrigante, ironique, corrosive, dans laquelle Christophe Carlier joue avec les codes du roman noir.

Date de parution : 03.03.2022 aux Editions Plon

Autres avis sur ce livre : Au fil de l’histoire, Les lectures de Julie, Café noir et polars gourmands,

Christophe Carlier

2 réflexions au sujet de « Un prénom en trop de Christophe Carlier »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s