Sois gentil tue le de Pascal Thiriet

SOIS GENTIL TUE LE

Mon avis : J’ai été totalement déstabilisée dès les premières pages. En effet, l’auteur à travers Pascal, emploie un langage parlé à l’écrit. Mais dans le fond, nous découvrons ce gars pêcheur, un peu à la marge, « simplet » disent certains.

Et pourtant, plus on le découvre, plus on s’y attache, plus certaines injustices nous révoltent ! Des rencontres, il en a fait, peu il est vrai, mais certaines sont plus marquantes que d’autres. C’est également ce qui va se passer avec Murène. Jusqu’où et pourquoi il est prêt à tout pour elle ?

Cette découverte m’a bousculée car il met en lumière plusieurs notions, dont le rapport aux choses essentielles. Le récit ce sa vie ne laisse pas indifférent. On se révolte, on approuve ou on juge. C’est humain. Cette lecture au fils des pages nous entraîne sur un terrain où d’avance le lecteur sait qu’il sera sans retour. Et pourtant, nous y allons, de bonne grâce, afin de découvrir, le fin mot de cette histoire. Cette motivation qui maintient Pascal debout et le lecteur en haleine.

Une scène finale qui m’a donné le sourire, j’ai souri en sentant enfin que Pascal trouvait le bonheur. Surprise et ravie de cette douceur, après des torrents de noirceur. Un livre qui ne laisse pas sans émotions. Forcément, un avis se forge. Pour ma part, une très belle découverte. Un récit court mais pour mon ascenseur émotionnel il n’en fallait pas plus. L’auteur sait en peu de mots, de pages, nous emporter aux côtés de ces personnages et dans cette atmosphère de bord de mer avec son soleil et ses grains.

Jusqu’où est-on prêt à aller par amour ou par passion ?

 

Résumé : La mer, elle est partout. Et parfois, au milieu, il y a des îles. Pascal et Murène sont des insulaires mais pas de la même île. Lui, c’est une île de l’océan, et elle, une de Méditerranée. Ensemble, ils pêchent sur un chalutier. Le Mort, il s’appelle. Dessus, ballotés par les vagues et les tempêtes, ils vont bien ensemble. Mais à terre, avec leur passé à traîner, c’est pas facile tous les jours… La mer, on dit qu’elle est cruelle mais elle peut être généreuse aussi. La preuve, elle, elle rend toujours les corps. À terre, c’est parfois plus compliqué… Alors quand il reçoit la lettre de Murène, Pascal ne peut l’ignorer. C’est trop tard. Il faut qu’il y aille ! Il sort le fusil, il reste six chevrotines. C’est plus que suffisant…

Date de publication : 15.02.2020 aux Editions Jigal –

Autres avis sur ce livre : Amicalement noir

AVT_Pascal-Thiriet_5461

 

4 réflexions au sujet de « Sois gentil tue le de Pascal Thiriet »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s