L’Empereur Blanc d’Armelle Carbonel

l empereur blanc

Mon avis : Encore une fois, je suis comblée par ma lecture de cette auteure.

J’ai adoré le thème « la littérature », les auteurs, le monde de l’édition, le succès ou son absence, les réseaux sociaux et bien sûre les auteurs qui tiennent ici le devant de la scène.

J’ai adoré la présentation théâtrale les différents protagonistes ! On les découvre à travers leur caractère essentiel, leur rapport à leur notoriété, à l’écriture et aussi aux yeux de leurs confrères ou leurs rivaux suivant l’angle choisi. Tout aussi leur introspection sur leur vie personnelle. Cinq profils, cinq points positifs et des tonnes de travers.

On avance peu à peu en découvrant également d’autres acteurs, au premier plan Crescent House, son histoire dramatique qui hanterait les lieux. Les flash-backs guident le lecteur pendant les entractes, expliquant le racisme, son évolution dans la région jusqu’aux drames, … Des intermèdes qui scotchent et happent le lecteur, tout autant qu’ils l’immergent au milieu de cette pièce qui s’assombrit au fur et à mesure des disparitions…

Puis nous retournons, vers ces acteurs, auteurs de leur propre vie, la tension psychologique monte au fil des pages, chacun cherche des réponses rassurantes… Rester rationnel devient leur crédo et portant, les masques vont tomber peu à peu… Qui sont-ils réellement en dehors de leurs écrits ? Le responsable serait-il parmi eux ? Et pire, la famille assassinée à quelques kilomètres d’eux serait-elle également victime du même coupable ?

L’omniprésence (du moins en pensée) et la dépendance aux réseaux sociaux se traduisent aussi dans le récit, nous aimons, adorons, sommes surpris, en colère, triste, en colère… Les émoticônes implicites… Tout comme la violence de ces médias, leur importance… Existe-t-il une frontière entre le réel et l’irréel ?

Puis le récit prend corps et tout s’emballent, l’enquête va mettre en lumière toute une série de preuves qui accumulées, vont perturber les protagonistes et le lecteur également.

Le décor ne serait pas complet sans une ambiance totalement anxiogène, l’auteur tisse sa toile autour du lecteur afin de l’emporter totalement au milieu de la scène… L’atmosphère est parfaitement mise en relief grâce à une écriture factuelle, distante ce qui met encore plus l’histoire au premier plan. Sans oublier de jouer avec nos nerfs grâce à certaines dualités, jour-nuit, dehors-dedans, le bien-mal, gentil-méchant, innocent-coupable…

La psychologie est également ultra présente, parfois implicite, au totalement au premier rôle. Elle joue avec les personnages, les manipule, lecteurs ne vous croyez pas épargnés !!

L’ensemble est parfaitement maîtrisé, l’enquête menée par John, flic aguerri, ayant l’habitude de se fier à son instinct va devoir redoubler d’ingéniosité afin de démasquer le coupable… Quelque chose me dit qu’il n’est pas prêt d’arrêter de faire des cauchemars.

Audacieuse, l’auteure nous promène avec une grande facilité !!! Un puzzle grandeur nature se met en place sous nos yeux… Un pur bonheur machiavélique de lecture ! Quelle sera votre réaction lors de la vue d’ensemble ?

Résumé : Cinq auteurs de romans noirs se retrouvent à Crescent House, une maison isolée, érigée au creux d’une vallée perdue de l’Arkansas pour un week-end de création dans une ambiance propice à l’imagination la plus lugubre. De fait, la rumeur locale prétend qu’en 1965, un écrivain, nommé Bill Ellison, y aurait été assassiné par des membres du Ku Klux Klan. D’autres disent qu’il aurait lui-même tué son épouse avant de se donner la mort.
Alors que le week-end passe, les nouveaux habitants de Crescent House disparaissent l’un après l’autre … Une famille entière, bien sous tous rapports, est massacrée dans la ville voisine. Quel est le lien entre passé et présent, entre locataires d’hier et d’aujourd’hui – entre légende et réalité ?

Date de publication : 17.03.2021 aux Editions Fayard/Mazarine

Autres œuvres de l’auteure : Criminal Loft, Majestic Murder

Quelques mots sur notre rencontre

CARBONELLE ARMELLE

6 réflexions au sujet de « L’Empereur Blanc d’Armelle Carbonel »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s