Nos corps étrangers de Carine Joaquim

nos corps etrangers

Mon avis : Livre lu d’une traite responsable d’une nuit courte…

Au début de ma lecture, j’ai craint de me retrouver face à une histoire sentimentale banale, mettant en scène un couple et une enfant… Des bobos parisiens rêvant de campagne…

Mais au fil des pages je me suis totalement laissée happer par l’histoire de ces personnages.

Ce besoin de changement de vie, l’envie d’un nouveau départ, de se reconstruire une vie. Un sentiment de vouloir fuir la ville pour échapper aux malheurs qui leur incombent… Se voiler un peu la face aussi. Voici un décor très intéressant où la dimension psychologique prend tout son sens. La volonté de reconstruire une fêlure, de rescotcher des morceaux, d’une certaine manière, fuir la réalité qui devient très encombrante et qui pourrait briser un idéal, acquis pas à pas.

Je n’ai ressenti aucune empathie envers les personnages, et pourtant cette histoire m’a totalement transpercée, je voulais absolument savoir comment ça allait finir.

L’ambiance mêlant tumultes, drames sociaux et sentimentaux, décrits par une plume que j’ai ressenti comme froide et distante a donné toute la splendeur à ce récit. C’est le style qui dessine aussi les contours des anecdotes qui glissent sous nos yeux.

Le destin peut-il être maîtrisable ? Peut-on vraiment changer les choses ? On a l’impression que même avec toutes les volontés du monde, les sacrifices, les efforts, le naturel revient tôt ou tard au galop et fracasse le travail accompli et balaye les bonnes résolutions.

L’auteure aborde des thèmes très forts tant psychologiques que physiques, ils sont nombreux, donnent une impression d’avalanches de drames réunis au même endroit et endurés par le même groupe de personnes. Même si se tresse très habilement une certaine logique, certains aspects auraient mérités d’être un peu plus approfondis, comme la destruction suite aux troubles alimentaires.

Le lecteur oscille entre espoir et désespoir. Passant de l’un à l’autre avec une facilité déconcertante, j’ai eu l’impression d’être baladée par l’auteure. J’ai beaucoup aimé Maëva dans le rôle de l’adolescente rebelle qui refuse le changement et son côté tête à claque, tout en étant un personnage sensible capable de beaucoup de violence malgré son âge.

Certains faits sont très bien sous-entendus par l’auteure, que les images se déroulent d’elles-mêmes sous nos yeux, comme par exemple la violence et l’injustice. Le fait d’être « autonome » dans sa réflexion, le lecteur se fait lui-même son idée…

On sent que des drames irréversibles vont poindre et pourtant, en aucun cas je n’aurais deviné la fin qui estomaque, choque, interpelle… J’ai ressenti un « outch », j’ai refermé le livre les yeux embués et des questionnements plein la tête… Il n’existe pas de bonnes ou mauvaises réponses…

La puissance de ce livre est qu’il est transposable à toute famille…

Je suivrai les prochaines sorties de l’auteure avec beaucoup d’attentions…

Résumé : Quand Elisabeth et Stéphane déménagent loin de l’agi­tation parisienne avec leur fille Maëva, ils sont convain­cus de prendre un nouveau départ. Une grande maison qui leur permettra de repartir sur de bonnes bases : sauver leur couple, réaliser enfin de vieux rêves, retrou­ver le bonheur et l’insouciance. Mais est-ce si simple de recréer des liens qui n’existent plus, d’oublier les trahi­sons ? Et si c’était en dehors de cette famille, auprès d’autres, que chacun devait retrouver une raison de vivre ?

Date de publication : 07.01.2021 aux Editions La Manufacture de Livre

D’autres avis sur ce livre : Ju lit les mots, Pierre Faverolle, Encore un livre, Pause Polars,

carine joaquim

31 réflexions au sujet de « Nos corps étrangers de Carine Joaquim »

  1. J’ai toujours aimé la plume Carine Joaquim, auteure auto éditée sous la plume de Jo Rouxinol.
    Ce livre ne laisse pas indifférent, et comme toi j’ai eu les larmes aux yeux. Je dirais même qu’il a agit comme un catalyseur à mon histoire personnelle et que j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps… Et figure toi que depuis je me suis pardonnée… Certains livres ont ce pouvoir….
    Merci pour le tag miss 😘

    Aimé par 2 personnes

    1. Alors honte à moi, je découvre l auteure avec ce livre… même si je sais que ce n est pas son premier…
      Je comprends tout à fait ton émotion, moi, que ce livre n a pas d échos dans ma vie perso, il m a « chamboultout », oui oui je sais le mot n existe pas 😉
      Oui certaines lectures nous transportent ou nous transforment ça m est déjà arrivée, du coup ça montre des événements sous un autre angle… c est génial pour le parson, faut parfois ne pas être trop dure avec sois même…
      Quant au tag Mdame, c est bien normal, j essaie de le faire mais je crois que c est rare que nous ayons des lectures en commun « pour le moment »… car je me dirige vers des registres qui me plaisent de plus en plus… même si je finis la tête la tête à l envers et les tripes à l air !!
      Si tu as des suggestions dans cette veine, je suis maintenant « preneuse »…

      J'aime

      1. Figure toi que j’ai décidé de m’ouvrir aux sujets qui me faisaient mal. J’ai évité tellement de lectures… Et cette année, je vais me fermer à aucun registre, car beaucoup de sujets m’intéressent.
        Oui le pardon permet d’avancer et de tourner la page, même si on oublie rien, il faut que la parole se libère.
        Je te recommande Le mal-épris il est vraiment bien…

        Aimé par 2 personnes

      2. Je me suis « ouverte » au roman noir ou societal depuis 2 ans environ… un de temps en temps… car je termine toujours vidée et ca me faisait « peur » mais je m apprivoise 🤣…
        J ai commencé avec Jeremy Fel et Odehia… puis plus récemment Franck Bouysse…
        Certains auteurs de polars comme Sébastien Vidal ou Maurice Gouiran, Philippe Hauret tendent aussi vers ce registre… j ai appris à vraiment aimer et maintenant je souhaite en lire plus régulièrement !
        Même si je dois reconnaître que je dois les espacer car en 10 jours avoir lu Carine et Sébastien Vidal… va falloir m en remettre !
        Tu le soulignes très bien pardonner n est pas oublier mais plutôt vivre avec et avancer vers des horizons meilleurs…
        Je note ta recommandation 😉 Merci !

        J'aime

      3. Oui les thèmes de société sont à lire avec parcimonie et espacés si non il y a de quoi se tirer une balle ! J’évite aussi de lire des livres trop fort coup sur coup, mais parfois ça fait du bien aussi 😉

        Aimé par 1 personne

      4. Oui tout à fait !!! Maintenant faut que j apprenne à jauger mais sinon comme tu dis… on ne voit que du noir partout…
        J apprecie aussi qu un livre me bouscule… m amène à me poser des questions…

        J'aime

      1. Le livre est court… 240 pages… et pas de chute de rythme à mon sens… mais je te comprends tout à fait…
        Ce n est pas un thriller avec une action par page c est sûre

        J'aime

    1. Je te permets tout ce que tu veux !!
      Une chronique qui n a pas été simple a rédiger en effet 😉 malgré quelques petits regrets il reste une belle découverte glacante 🤩

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s