Ce qui reste de candeur de Thierry Brun

CE QUI RESTE DE CANDEUR

Mon avis : Une thématique très originale, suivre un témoin protégé dans l’attente de son procès, dans une sombre affaire de malversations.

Thomas déménage et va se retrouver dans une maison, en pleine nature, pourtant il ne peut s’empêcher de regarder par-dessus son épaule. Il n’est pas forcément serein quant à sa situation. Son avocat lui conseille de se faire discret et de se fondre dans son nouvel environnement. Bien sûre, comme on s’en doute, rien ne va se passer comme prévu, il va se retrouver au centre d’une enquête suite au décès de son voisin.

Être ainsi mis en lumière peut attirer l’attention de son ancien employeur et mettre en péril sa sécurité. Nous voici plongés au centre de ce mélodrame, où plusieurs notions sont mises en avant par l’auteur. En effet, j’ai ressenti tout au long de ma lecture, au-delà de l’histoire, des messages.

L’auteur a su trouver le moyen de doser son intrigue, maintenir une tension palpable à toutes les pages, mais aussi distiller des notions comme la protection et ses rouages ou la violence envers les enfants, jeunes femmes qui deviendront des femmes et qui devront vivre ou survivre avec leurs traumatismes.

Faits réels incontestables ont pris une place importante dans notre prise de conscience, mettre des mots sur les maux. L’auteur à travers un personnage comme Delphine nous démontre comment les différents manquements tout au cours de sa vie l’ont rendue telle que Thomas la rencontre.

Là où je salue l’habilité de l’auteur c’est de ni être tombé dans le pathos ni dans la culture de l’excuse mais juste mettre en lumière les faits et la relation entre les causes t conséquences. Ne pas banaliser mais expliquer. Pour autant, aucun personnage n’est dupe de la situation.

J’ai apprécié la proximité que le lecteur peut avoir avec les protagonistes, suivre Thomas dans les gestes du quotidien et le suivre pas à pas dans ses différentes remises en question.

La violence, la peur, la peine, la vengeance et la colère sont d’autant d’émotions présentes dans ce roman noir, que ressenties par le lecteur.

J’apprécie beaucoup l’écriture de l’auteur ainsi que sa manière de nous embarquer dans des aventures même rocambolesques mais tellement crédibles. La tension, la noirceur et la fatalité sont également des notions qui complètent l’aventure de Thomas qu’on peut apprécier ou détester, mais il ne laisse pas insensible à mon sens.

Résumé : Thomas Boral était l’homme de main de Franck Miller, un individu véreux en cavale suite à de nombreuses malversations. Il est aussi le témoin capital à son procès qui doit avoir lieu prochainement. Ayant fait main basse sur l’argent amassé par Miller, Boral est devenu un repenti pour sauver sa peau et échapper à une vengeance inéluctable. En attendant le procès, il est protégé par les autorités, mis à l’abri, reclus, au pied de la montagne Noire. Mais pour combien de temps ? Dans cette région on dit que le vent rend fou et que les gouffres attirent et ne rendent jamais les imprudents tombés dans leurs entrailles. Et plus dangereuses que le tueur lancé à ses trousses, il y a là des rancœurs accumulées… D’ailleurs on dit aussi de Delphine qu’elle est si belle que les hommes pourraient tuer pour elle…

Date de publication : 15.02.2020 aux Editions Jigal

Autres œuvres de l’auteur : Origine paradis

AVT_Thierry-Brun_4281

5 réflexions au sujet de « Ce qui reste de candeur de Thierry Brun »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s