La peine du bourreau d’Estelle Tharreau

la peine du bourreau

Mon avis : D’emblée, dès les premières lignes, nous sommes très loin d’imaginer ce que cette histoire va nous révéler. McCoy, son environnement de vie, la rencontre avec sa femme et leur emménagement dans une ville où il trouvera un travail utile et qui correspond à l’idéal de sa famille. La justice, surtout orientée envers les noirs qui représentent les agressions et la délinquance. Une éducation sur fond de racisme.

Très habilement, l’auteur alterne le passé et le présent. Tantôt, elle nous décrit le bourreau, tantôt le condamné. Comment peut-on passé d’un état à l’autre ?

L’auteur nous immerge parfaitement dans cette communauté et nous dépeint le travail, les tâches et l’évolution du milieu carcéral. Plus particulièrement, le couloir de la mort.

A travers l’échange entre McCoy et le Gouverneur, le lecteur découvre son quotidien, son évolution professionnelle et personnelle. La description de son baptême de bourreau est glaçante.

On sent progressivement le basculement de ce bourreau, jeune et pas forcément préparer à ce métier. Il nous relate les journées des prisonniers, la partie comme on dit. Tout le récit est plausible et tout à fait crédible, sans être allée vérifier l’exactitude. L’auteur utilise les récits racontés des protagonistes et dons les images naissent et dansent d’elles-mêmes dans la tête du lecteur.

Le Gouverneur veut comprendre, au final le lecteur aussi, comment cet homme se retrouve à quelques heures de son exécution, à basculer et pourquoi ?

Les justifications énumérées nous placent dans la peau du juge, et partage l’opinion. Est-il un meurtrier ou justicier ? Ou se trouve la frontière ? Pas à pas, nous découvrons les motivations et nous commençons à comprendre le cheminement de McCoy. Une question subsiste : sera-t-il gracié ?

L’auteur signe ici de nouveau un récit poignant et qui amène le lecteur au centre de l’histoire mais aussi soulève auprès de ce dernier pas mal de questionnement. Où se place la justice des tribunaux et celle de la morale ? En plus des différents questionnements sur la peine de mort encore en vigueur dans certains états américains, le racisme et les différents traitements de prisonniers sont bien mis en lumière. Encore une fois, l’auteur jongle habilement et se joue de nos émotions.

Résumé : McCoy est « bourreau » au Texas. Après 42 ans passés dans le couloir de la mort, il reçoit la visite officieuse du Gouverneur Thompson qui doit se prononcer sur la grâce du condamné numéro 0451. Il ne leur reste que quatre heures pour faire revivre les souvenirs de McCoy avant l’injection létale. Quatre heures dans l’isolement de la prison de Walls. Quatre heures pour cinq crimes qui déchaînent les passions. Quatre heures pour ce qui pourrait être la dernière exécution de McCoy. Quatre heures pour jouer le sort d’un homme.

Date de publication : 01.10.2020 aux Editions Taurnada

Autre oeuvre de l’auteur : Mon ombre assassine

D’autres avis sur ce livre : Mes Lectures du Dimanche, Collectif Polar, Le Ressenti de Jean Paul, Pause polars, Mes Evasions Livresques

tarreau estelle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s