La Jeune Fille au Chevreau de Jean-François Roseau

LA JEUNE FILLE AU CHEVREAU

Mon avis : Quand l’Art rencontre l’Histoire.

Un roman magnifique qui met en scène Le petit Pygmalion, adolescent nîmois tombant amoureux pour la première fois.

A Nîmes, au début en zone libre, va voir débarquer les allemands dans leur ville. Pendant cette période trouble de la Seconde Guerre Mondiale, leur arrivée va sonner le glas des restrictions, de la violence et des organisations de l’ombre, le marché noir et les alliances.

Jeune homme doué en dessin, il se passionne pour une statue présentée dans un des jardins de la ville, mais l’enchantement prend vie lorsque qu’il croise par hasard la muse qui inspiré le sculpteur. M, fruit du fantasme auprès de nombreux et jalousée de nombreuses femmes. Sa beauté peut être un atout ou comme un fardeau lourd à porter. Elle mettra en œuvre de nombreuses parades pour les français, beaucoup qui la haïssent lui ont demandé des services qu’elle a rendu sans contrepartie.

Mais l’histoire retenue sera malheureusement ses rapprochements avec certains gradés allemands et la fin sous une pluie de haine souvent venue de ceux qu’elle a repoussés, voir aidés.

A travers les yeux candides de ce jeune amoureux, on découvre l’organisation de la ville pendant cette occupation et un quotidien mêlant inconsciences et drames.

J’ai terminé cette lecture émue, touchée par cette histoire même si romanesque nous emporte à la fois dans les conflits intérieurs du petit Pygmalion et ses choix, sa vie, le dessin, ses blessures et son destin qui a failli basculer.

Une plume littéraire et poétique alternant les faits historiques et les descriptions artistiques, un sacré mélange qui s’équilibrent parfaitement. Découvrir, apprendre, trembler, autant d’émotions ressenties lors de cette lecture. L’auteur a tellement bien réussi à décrire l’Art à travers La Jeune Fille au Chevreau, ce symbole aimé et détesté, que la statue prend vie et est un personnage à part entière dans l’œuvre.

Totalement conquise par cette découverte je ne manquerai pas de découvrir les autres livres de l’auteur.

Résumé : Un jeune Nîmois âgé d’une quinzaine d’années pendant la Seconde Guerre mondiale est subjugué par la beauté d’une statue qui orne l’un des jardins publics de la ville. Il ne se doute pas que cette émotion esthétique marquera toute son existence.
Dans les temps troublés qui suivront l’occupation de la zone libre par l’armée allemande, il fera la connaissance du modèle. C’est alors une femme d’une trentaine d’années, dans le plein épanouissement de sa beauté, qui règne sur la ville. Ensorcelé par ses charmes, «le petit Pygmalion» – c’est le surnom du jeune homme – en deviendra éperdument amoureux, et, au mépris de toute prudence, se laissera entraîner dans le cercle de ses amis, dont certains sont des collaborateurs avérés.
On devine la suite : en dépit des services rendus à nombre de ses concitoyens nîmois, l’héroïne n’échappera pas à la fureur populaire de l’épuration.
La Politique, l’Art et l’Histoire ne sont ici présents que pour donner plus d’intensité à cette  Éducation sentimentale en forme de tragédie.

Date de publication : 10.06.2020 aux Editions De Fallois

JEAN FRANCOIS ROSEAU

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s