Samedi, c’est permis (aussi) !! Des Lignes et des Pages #9

Comme les Journaux se sont bien amusés à compter les pages, ils ont décidé de continuer, voici leur bilan du 7 au 13 Septembre 2019 :

les resistants T1

Résumé : Chants, poèmes, lettres, discours, graffitis inscrits sur les murs des prisons avec leur sang, airs fredonnés par les « soutiers de la gloire », comme les appelait Pierre Brossolette…. De Jean Moulin à Berty Albrecht, du cardinal Saliège au pasteur Boegner, de René Cassin à Henri Frenay, de Louis Aragon à Max Jacob, les héros connus ou moins connus de la Résistance ont choisi de désobéir à des lois pour obéir à leur conscience. Les mots du peuple de la nuit évoquent moins la haine ou le désir de vengeance que l’espoir et la vie. Contre la terreur et l’arbitraire, contre le défaitisme et la résignation, ces voix de la liberté chantent à l’unisson la même leçon de courage et d’insoumission.

  • Les Ailes Noires du Goéland d’Alain Decortes : 284 pages

les ailes

Résumé : Un père cherche sa fille avec obstination alors que la police a classé le dossier. Pour la retrouver, il fait appel à Laurent Gratiol qui devra assembler les nombreuses pièces d’un puzzle plutôt étrange. Tâche difficile quand la vérité est masquée par de curieuses énigmes, des situations effarantes et des amours improbables.
Qui est la mystérieuse inconnue au passé incertain? Pourquoi le chalutier rentre-t-il parfois de la pêche sans rapporter de poisson? Et cette vague d’assassinats dans la région nîmoise? 
Le voyage de quatre femmes vers leur destin…
Une enquête singulière où cohabitent espoirs contrariétés et violence terrifiante. 

  • Léocadie Lepic, Marraine de Guerre de Chérif Zananiri : 268 pages

leocadie lepic

Résumé : Le récit, fondé sur des éléments réels, suit la vie de Léocadie Lepic, disgracieuse par naissance et qui, sachant lire et écrire, devient marraine de guerre en 1916. Elle correspond avec Thomas, soldat dans les tranchées, et se fait prendre par amour, dans les mailles d’une escroquerie montée par des Apaches, ces jeunes voyous qui sévissent à Paris. Le récit se déroule entre Paris en guerre et Compiègne près du front, et montre une capitale qui souffre, qui serre les dents, qui refuse de se soumettre aux bombardements allemands et qui, sans main-d’oeuvre masculine, laisse le pouvoir aux femmes…

Seuls ont été comptabilisés les livres terminés, soit un total de 741 pages 

2 réflexions au sujet de « Samedi, c’est permis (aussi) !! Des Lignes et des Pages #9 »

Répondre à La culture dans tous ses états Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s