Ma Soeur Sérial Killeuse de Oyinkan Braithwaite

ma soeur.jpg

Mon avis : Nous sommes en présence, principalement de trois femmes, Korede, l’aînée qui veille et protège sa sœur, Ayoola la tueuse et leur mère qui ignore tout ce qui se passe. Nous les suivons dans leur quotidien ponctué de flash-back qui nous apportent certaines lumières. Elles vivent ensemble sous le même toit.

Les caractères s’opposent d’un côté Korede, soumise, qui se laisse dépasser par les événements, qui continuent de couvrir les méfaits de sa sœur, dont elle n’a même pas le respect en retour. Un physique banal qui ne retient pas l’attention, même pas celui de sa mère qui l’a traite légèrement mieux que la bonne.

Ayoola au physique de rêve, égocentrique à qui on cède tous les caprices, qui s’amuse avec la vie, les hommes jusqu’à leur mort. Elle vit comme elle l’entend sans aucun respect, elle manipule et berne tout le monde, même sa propre sœur qui l’aide pourtant. Personnage antipathique et détestable au possible, même si à priori leur père n’a pas été tendre avec elle.

Aucune empathie, ni sensibilité ne s’est dégagée de cette lecture, entre la sœur totalement en décalage avec la réalité de ses actes et qui se pose même en victime. Korede qui s’est rendue complice des méfaits de Ayoola mais qui ne fait rien de sa vie, habite encore  dans la maison familiale, ne réagit pas, elle est sous l’emprise et reste passive même quand sa sœur s’immisce dans sa vie jusqu’à lui piquer son Amour. Elle subit tout au nom de la famille, j’ai trouvé cette attitude de larbin totalement pathétique. Elle a un sursaut de conscience qui aurait pu lui permettre de prendre sa vie en main, trouver un logement, elle a déjà un travail.  La mère qui n’a d’yeux que pour sa cadette, et cherche à marier ses filles et ferme les yeux naïvement.

Contrairement à la présentation du résumé, je n’ai pas trouvé que le machisme et la corruption soient des sujets critiqués dans ce livre, ils sont mentionnés et survolés. En revanche, le thème de la famille et le soutien à l’intérieur de la cellule est bien développé. L’écriture est fluide ce qui rend la lecture dynamique.

Je remercie Bepolar qui m’a permis cette découverte et de me faire mon propre avis.

Résumé : Quand l’esprit de famille pousse à l’extrême… Korede s’est donné pour mission de protéger sa cadette envers et contre tout, et ce n’est pas une mince affaire. Non contente d’être la plus belle et la favorite de leur mère, Ayoola a aussi la fâcheuse habitude de tuer ses amants. Ainsi, au fil du temps, Korede est devenue experte pour faire disparaître les traces de sang et les cadavres. « Seulement, avec Femi, ça fait trois. Et à trois, on vous catalogue serial killer »… A l’instar d’une Jane Austen des temps modernes, Oyinkan Braithwaite interroge les liens du sang, tout en pratiquant une critique en règle de la société nigériane : sa corruption, ses différences de classe, son machisme exacerbé… Une comédie noire et décalée, aussi mordante que glaçante.

Date de publication : 13.02.2019 aux Editions Delcourt

oyin.jpg

3 réflexions au sujet de « Ma Soeur Sérial Killeuse de Oyinkan Braithwaite »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s