Le Vol de Lucrèce de Luce Marmion

A toi Luce partie trop tôt… Reparlons de tes livres…

le vol de lucrece

Mon avis : Nous voici plongés dans la première enquête de l’Agence Demorsy. Une équipe de privés qui va devoir mettre en échec un voleur d’œuvres d’art, puis un groupe de trafiquants de drogue. Se pourrait-il que les affaires soient liées ?
Adrien Magadur, un ancien flic des Stup, va se retrouver à enquêter, parfois en marge de son équipe ; afin de résoudre les différentes énigmes qui se succèdent. Un personnage bourru mais attachant. Cette équipe va devoir faire face à de multiples embûches, à des impasses, avec une cohésion de groupe également amicale.
Un rythme soutenu, les pages se tournent toutes seules, tant l’envie de connaitre la suite se fait sentir. J’ai été emporté par cette quête de retrouver « Le Lucrèce », et sensible à tous les obstacles que les différents personnages vont devoir surmonter, tout particulièrement Maga. Cette histoire addictive vous amènera au dénouement final sans vous en rendre compte.
L’auteur nous entraîne, avec une plume que j’affectionne particulièrement, dans une sombre affaire, avec au premier rang « l’Art », on ressent la passion de l’auteur pour la peinture. Un régal de lecture, un excellent moment, j’en redemande !!!

Résumé : Jamais Adrien Magadur n’aurait pu imaginer qu’une banale enquête sur le vol d’une œuvre d’art le plongerait au fond de la folie destructrice, le précipiterait dans le vide…. Une peinture de grande valeur, Lucrèce, vient d’être dérobée chez un particulier parisien. Le portrait de la jeune Romaine, prête à s’enfoncer un poignard dans le sein, attise la convoitise d’un collectionneur idolâtre, mais aussi celle, plus surprenante, d’un cartel de narcos. Avidité, cupidité, vénération fanatique pour l’art, lorsqu’elles atteignent la démence, ces obsessions peuvent mener à des actes insensés, au crime. À travers un imbroglio émotionnel, les acteurs du récit, des personnages complexes et tourmentés, sont emportés dans un drame où se mêlent passion, amitié et trahison. Chargé de retrouver le tableau de Lucas Cranach avec son monogramme, « le code », Adrien Magadur, un privé à la déontologie douteuse, paiera de sa personne. De Paris à Menton, en passant par Trouville, Aurillac, Londres et Amsterdam, l’agent de recherches privées et son âme-frère, un capitaine aux Stups du 36, poursuivent leur quête dans une atmosphère sombre mais non dénuée d’humour, et se laissent jusqu’à la dernière minute surprendre par de singuliers rebondissements.

Date de parution : 04.11.2016 aux Editions Polars Pavillon Noir

luce marmion

Requiem Pour Un Fou (tome 5) de Stanislas Petrosky

requiem

Mon avis : Une très belle lecture et rencontre avec Requiem, même si j’aurais préféré commencer par le premier et que je me suis trompée.

Une sombre histoire de meurtres a lieu avec des mises en scènes ecclésiastiques et un détail très surprenant un livre de Requiem repose à côté de chacune des victimes.

Les cadavres qui s’entassent, une enquête qui s’enlise. Un policier fait appel au célèbre Requiem afin qu’il vienne les aider et trouver une significations à tous ces textes religieux en apparence barbouillés sur les murs.

Requiem, un personnage très particulier, qu’on aime ou qu’on déteste, moi je l’adore. Totalement décalé en tant qu’ecclésiastique mais pourvu de son rôle d’agent secret redoutable auprès du Vatican. D’autres péripéties à son actif que je ne manquerai pas de découvrir bientôt.

En parallèle de l’enquête j’ai aimé le thème développé par l’auteur, les maraudes organisées pour les sans-abris et les prostituées, nous sortons d’une période de canicule et j’ai aimé la finesse employée afin de glisser un fait de société.

Une enquête bien ficelée où le suspense est bien maintenu jusqu’au bout et qui va réveiller le passé.

L’auteur nous embarque avec son style très personnel, où les jeux de mots et de langages font la loi. J’ai souvent ri de certaines expressions. Une écriture fluide et un rythme de chapitres très addictif. Après avoir lu son Embaumeur, Un Havre de Paix, je suis très contente de découvrir l’auteur dans son propre registre. Il jongle très habilement entre faits sérieux et humour décalé. Un gros travail que j’imagine d’écrire de cette manière et qui m’a totalement conquise. On ne te tombe jamais dans le lourdingue ni dans le pathos ; toujours sur le fil. Une rencontre que je n’oublierai pas !!!!

Voilà une lecture estivale ou hivernale, que je conseille à tout le monde et surtout à ceux qui ne connaissent pas encore Requiem, foncez !!!!!!

Résumé : La rencontre de San-Antonio et de Don Camillo ! 

Par l’auteur de l’Embaumeur.
Le livre anti-crise, si vous ne riez pas, vous êtes remboursé…. Un prêtre exorciste agent des services secrets du Vatican. Un curé qui a compris qu’il avait fait le vœu de célibat et non de chasteté. Un homme d’église qui manie la langue d’Audiard avec amour. C’est Requiem…
Pour commencer, prenez :
Un prêtre exorciste agent du Sodalitium Pianum, les services secrets du Vatican.
Un curé qui a compris qu’il avait fait le vœu de célibat et non de chasteté.
Un homme d’église qui manie la langue d’Audiard avec amour.
Un abbé qui vous confesse avec la délicatesse du Marginal de Jacques Deray.

Date de parution : 15.11.2018 aux Editions French Pulp

stanislas

 

L’Inconnue de l’Équation de Xavier Massé

inconnue de le quation

Mon avis : Un livre addictif qui se lit d’une traite.

Deux témoins, deux corps calcinés et un enfant en soin intensif ; voilà ce que vont devoir démêler les enquêteurs. 4heures paraissent au départ amplement suffisantes, mais plus les auditions avancent plus le mystère s’épaissit. Un brouillard va semer le trouble, le nombre de suspect augmente au fil du temps, mais quid du mobile. Argent ? Adultère ? Vengeance ?

Un montage original, en effet le lecteur se retrouve tour à tour au côté de chacun des témoins en train d’être interrogés. On écoute très attentivement leurs dires afin de découvrir la vérité, mais leur version diffère ce qui est normal, vu que la flic était dans la maison et la grand-mère à l’extérieur. Se complètent elles ? C’est ce qu’auraient souhaités les enquêteurs….

Des personnages bien trempés, la grand-mère tout d’abord qui malgré la perte de sa famille va tenir grâce aux nerfs et narrer la vie de son fils, dans les moindre détails. Il lui confiait tout. Au début l’enquêteur perd un peu patience jusqu’au moment où il comprend que chaque détail a son importance dans ce témoignage et qu’il lui permet de dresser le portrait des victimes.

La flic dans son témoignage et plus professionnelle, plus méticuleuse sur ce qui est important. Elle connaît le système et les techniques.

J’ai beaucoup apprécié quand dans ce thriller les témoins soient au premier plan et non les enquêteurs, tout se joue par rapport à leurs dires. Une véritable toile se tisse dans la tête des policier et pourtant plus ils réfléchissent, plus ils s’emmêlent les pinceaux.

Une plume fluide, addictive, les chapitres s’enchaînent en alternant les auditions à la fois de la flic et de la grand-mère ce qui créée un rythme diabolique pour le lecteur !!! L’auteur soulève avec habilité certains faits sociétaux comme, la famille ou son absence, le relationnel entre les personnes, le rapport à la réussite et à l’argent.

Un petit bémol, je n’ai pas vraiment réussi à comprendre comment Brossard comprend et trouve la solution de l’équation à multiples inconnues, cette partie est arrivée un peu rapidement au vue de l’ensemble du déroulé.

Globalement une bonne lecture, une belle intrigue, un suspense maintenu jusqu’à la fin et un clin d’œil à mon film culte.

Résumé : Quatre heures. La police n’a que quatre heures pour démêler ce qui ne semblait être au départ qu’un simple drame familial : un couple, Juliette et François, retrouvé carbonisé, leur fils, Julien, gisant au sol. Deux salles d’interrogatoires, deux témoins de la tragédie : la mère de François et une flic déjà présente sur les lieux. Deux versions, deux visions différentes. Accident, meurtre, ou vengeance ? Une toile d’araignée va se tisser peu à peu et d’une simple énigme va surgir une équation… aux multiples inconnues.

Date de publication : 16.05.2019 aux Editions Taunarda

xavier massé

Le Fou de Papier de Gaia

le fou de papier

Mon avis : Un mélange de roman noir et d’espoir. A la fois un hymne à la vie et à l’amour mais pas n’importe lequel celui avec un grand A.

Un titre à la fois original et intriguant.

Gaia a su préserver sa vie privée pendant toute sa vie d’auteur, il en livre ici les raisons et se dévoile. A l’aube du départ il transmets à ses lecteurs les réponses qu’ils attendent. Il laisse également un éditeur totalement abasourdi par sa démarche mais reconnaît bien là, la démarche de son ami. Il tire sa révérence de manière la plus magistrale, en livrant ses secrets.

Un roman court et poignant qui nous fait passer de nombreuses émotions. Une écriture très littéraire rend cette lecture encore plus profonde. Que se soit en abordant les différents sentiments, les problèmes de l’évolution de la planète et notre ère. L’Amour passe l’espace-temps et les frontières, une belle lueur d’espoir.

J’ai beaucoup apprécié découvrir ce livre qui m’a fait vibrée ! A découvrir !!!

L’auteur participe au concours Plumes Francophones 2019

Résumé : Il a honoré la parole de son ami, c’est tout ce qui compte. L’empreinte est là. Partout dans le monde. Le fou de papier va vivre, l’Arbre de Lune aussi. Des millions de lecteurs vont boire à sa source.
En cela, Gaia voulait contribuer à sauver le monde.
Pas beaucoup mais un peu.
C’est à présent aux lecteurs d’en décider…

Date de parution : 21.07.2019 en AutoEdition

Nombre de pages : 96

The Green River Killer de Stéphane Bourgoin

stephane

Mon avis : L’auteur nous retrace la vie de de Gary Ridgway, célèbre serial killer de son enfance, jusqu’à son arrestation, voir même après.

Une enfance, martyrisée par sa mère, Gary va à l’âge adulte tuer un certain nombre de femmes, principalement des prostituées. Le nombre diffère, entre celles qui l’a reconnu, celles avouées après son procès et la triste réalité. Sur plus d’une vingtaine d’années, il va sévir, plus ou moins toujours dans le même secteur.

L’auteur nous explique pas à pas, l’enquête qui piétine, les différentes juridictions qui traitent ce dossier, jusqu’à la création d’une unité spécialement dédiée. Plusieurs fois Gary Ridgway sera suspecté, entendu par la police. Il faudra attendre que les technologies évoluent et l’analyse ADN de toutes les pièces dans ce dossier pour qu’il soit confondu et traduit devant la justice. Sans cela, il serait peut-être encore en liberté, comme Gary le souligne à plusieurs reprises.

L’auteur nous explique également les différents organes de procédures selon les Etats ce qui nous permet de comprendre certains aspects de l’enquête. De manière simple, direct, et tout à fait abordable, il nous retrace le parcours de ce tueur en énonçant les failles qui lui ont permis de rester aussi longtemps en liberté.

J’avoue que d’habitude je préfère lire des fictions afin de pouvoir mettre une certaine distance avec ma lecture ; mais je ne regrette pas du tout ma découverte de cet auteur qui nous dépeint des faits réels. J’ai apprécié apprendre et comprendre et par la même occasion, les différents cheminements. Grâce à une plume très fluide, j’ai été emporté par cette lecture. Sans aucun doute, je poursuivrai ma découverte de cet auteur qui même s’ils retracent des faits atroces, il le fait de manière passionnante.

Je remercie Delphine Leroy du Blog Mes Évasions Livresques pour le conseil de lecture. Tu m’as totalement convaincue.

Résumé : Second Opus de la collection Serial Killer, cette fois-ci, Stéphane Bourgoin nous invite à découvrir
The Green River Killer

Gary Ridgway est né le 18 février 1949 à Salt Lake City dans l’Utah. Le mode opératoire de Gary Ridgway consistait à avoir des relations sexuelles avec ses victimes, les étrangler, et jeter leurs cadavres dans la forêt ou bien dans la Green River. Il aurait assassiné entre 49 et 90 personnes, dans l’État de Washington. Ses premiers crimes remontent à 1982, et très vite la presse lui attribue le surnom de « tueur de la Green River », du nom de la rivière dans laquelle il jette ses cinq premières victimes. Cependant, il n’a été démasqué qu’en novembre 2001, grâce à l’analyse de traces ADN…

Date de parution : 16.05.2019 aux Editions French Pulp

stephane et maud

Peine Capitale (Tome 1) d’Isabelle Villain

peine capitale

Mon avis : Après m’être pris une claque avec Mauvais Genre (le tome 3) j’ai été ravie de découvrir Rebecca de Lost et son équipe à leur genèse. Des personnes, hommes, femmes, disparaissent et sont retrouvés assassinés dans des lieux et de manières différentes. Voilà à  quoi l’équipe d’enquêteurs se retrouve confrontée. Quel est le lien et le mobile de ses crimes affreux ?

Un personnage que j’apprécie beaucoup, à la fois cheffe de groupe et très humaine. Elle a su asseoir son autorité dès ce premier volet. Un mélange de poigne, de tendresse et de tristesse, une palette d’émotions qui en fait un Commandant redoutable. En effet, elle ne lâche rien et ne permet aucun écart.

Antoine est également un personnage très intéressant, à la fois poignant dans le travail et très sensible. Une vie personnelle qui va déteindre sur l’équipe…

Du suspense, de multiples rebondissements, un rythme dynamique ; l’auteur signe ici un excellent pilote, très prometteur pour la suite. L’angle choisi est très original et intéressant. Une histoire soulevée en marge de ce polar fait frissonner le lecteur. Le personnage principal va devoir faire face à ses propres démons. Et si les cicatrices se ré ouvraient ? Une enquête qui n’épargnera personne… Les réactions de chacun sont à la fois surprenantes et compréhensives.

J’ai pris beaucoup de plaisir (encore une fois) pendant cette lecture qui ne laisse aucune place au temps mort et qui embarque le lecteur dans une sombre affaire de …. Tssst bien sûre que je ne vous en dirai pas plus et vous laisse vous faire votre propre avis.

En ce qui me concerne je me plongerai rapidement dans la suite afin d’être à jour lors de la prochaine sortie. Depuis le tome 3 je suis une inconditionnelle de Rebecca et son auteur.

2ème ingrédient de la bouillabaisse en l’honneur de la soirée « La Défense » organisée grâce à des membres du groupe Thriller et Vous

Résumé : Elle marche tranquillement dans la rue, puis le trou noir. Une sensation de brouillard intense et un goût d’éther dans la bouche. Pourquoi elle ? Cela n’a aucun sens.
À partir d’un corps découvert dans un lac du bois de Boulogne à Paris, le commandant Rebecca de Lost, chef de groupe au 36 quai des Orfèvres, s’engage dans une enquête tortueuse. Une course contre la montre. Car les cadavres s’accumulent. Aucun lien évident entre tous ces homicides. Pourtant ce lien existe bien. Et lorsque Rebecca va le comprendre, ce sera le début d’une descente aux enfers.

Date de parution : Ré édition le 17.04.2019 aux Editions Taurnada