Le Début de la Faim de Nil Borny

NIL

Mon avis : Nous voici plongés dans une version parisienne de la venue de morts-vivants. En effet, suite à des morsures irrévocables, les victimes se réveillent et n’ont qu’une seule idée se nourrir inlassablement. Certaines personnes vont y échapper et se regrouper, un groupe totalement hétéroclite va alors se former, des caractères, vies, traumatismes et expériences différentes.

Louis est un personnage que j’ai tout de suite apprécié, en effet, il est à la fois totalement décalé et d’une certaine manière pragmatique. Il va user jusqu’à la moelle les nerfs de ses amis d’infortune mais va se révéler d’une redoutable et très précieuse endurance face à événements. Même s’il peut exaspérer, il fédère. Sa motivation est de retrouver son fils vivant et si possible non atteints… Quand l’amour s’en mêle il va aussi perdre le sens des priorités pour le plus grand plaisir du groupe. Il va se révéler, malgré les événements être un pilier indispensable.

Je découvre l’auteur avec son premier volet, une sacrée compilation d’humour de sarcasmes, de déroutes totales ; mais avec une réelle originalité. Je rassure ceux qui pense au énième Walking Dead, non non vous n’y êtes pas. Un style à la fois original, des  présentations de personnages qui font que de suite le lecteur se sent concerner par ce qu’il va leur arriver. Une fine équipe qui va mettre le doigts sur ce qu’ils n’auraient jamais dû découvrir, et pourtant ils vont s’unir et combattre. Et si les morts-vivants n’étaient pas leur seuls ennemis ?

L’auteur distille à travers ses personnages, des valeurs, des sensibilités, des revendications, soulève également certaines problématiques qui pourraient s’avérer très plausibles.

L’histoire est très bien ficelée, les rebondissements sont nombreux, tenant en haleine le lecteur jusqu’au bout, la présence d’enfants est très touchantes ; des protagonistes bien travaillés et aboutis. En résumé, tout un sacré cocktail que l’on remue à la touillette, il en ressort une très belle lecture, toute en subtilité, jamais dans l’absurde. Cette histoire est émouvante, parsemée de nombreux sarcasmes et de francs fous rires. Il ne me restera plus qu’à retrouver ceux qui ont survécu dans la suite et découvrir leurs folles nouvelles aventures. Si vous croisez par hasard ce livre, découvrez le !!!

Merci Delphine pour le conseil de lecture et l’auteur pour sa disponibilité !!!! A suivre….

Premier ingrédient de la bouillabaisse en l’honneur de la soirée « La Défense » organisée grâce à des membres du groupe Thriller et Vous

NIL DED

Résumé : « C’est la fin du monde ! On va tous y rester et crever dans d’atroces souffrances et… une bombe atomique me kiffe ?! La vie est vraiment fantastique ! »

Un étrange phénomène se propage dans la capitale française et sa banlieue, transformant la majorité de la population en monstres avides de chair humaine. Pour une raison inconnue, certains survivants ne présentent aucun symptôme.
L’épidémie est vécue à travers les yeux de femmes et d’hommes que rien ne prédestinait à se rencontrer.
Mathieu, Natacha et Louis vont se croiser d’une manière bien singulière. Se croyant bien à l’abri, ils apprendront que les hordes de morts-vivants qui sillonnent les rues sont loin d’être leur seul problème.
Malgré eux, ils vont s’immerger jusqu’aux origines du mal.

Date de parution : 26.12.2017 en AutoEdition

Nycta de Delacorta (Daniel Odier)

nycta

Mon avis : Une plongée dans les profondeurs du Web avec Alba aux commandes, sous le nom de Nycta. Elle peut tout faire, que choisira-t-elle ?

En surfant dans le Dark Web, elle va tomber sur une vidéo qui va la décider à agir. En effet, révoltée, la nausée aux bords des lèvres, elle va se lancer dans l’attaque des commanditaires. Sans hésiter, elle prend à bras le corps, elle est maline, rusée. Elle va vite se rendre compte qu’elle n’a pas à faire à des amateurs mais à des criminels très dangereux. Au sommet, Nesty, une société suisse spécialisée dans l’agroalimentaire.

Le personnage d’Alba est très intéressant, jeune, belle, intelligente, riche, qui se seule contre des monstres intouchables et inattaquables juridiquement. Elle va débusquer les différents acteurs et à partir de là, ne plus les lâcher.

Un mélange de ruse et de gros bras, un sacré cocktail d’actions que j’ai beaucoup apprécié.

De manipulations en ruses, Alba se constitue une équipe et passe à l’attaque. Mêlant, danger, suspense, retournements de situation. L’auteur tient toujours en haleine son lecteur. Une plume fluide et addictive, accompagné d’un style très efficace. Un livre à suspense très original qui m’a totalement convaincue. J’ai aimé le côté vengeresse d’Alba mettant son savoir au service d’une noble cause. Très subtilement l’auteur glisse certains aspects de la grande distribution à l’échelle mondiale, sont mis en avant par exemple le traitement des employés ou opposants dans certains pays en cours de développement. Je me note de suivre les prochaines sorties de l’auteur. A découvrir sans tarder !!!

Résumé : Sortie major de la plus grande école d’Hacking, la célèbre académie Karl de Budapest, Alba crée sa société : Nyctalope.

Elle ne sait pas ce qu’elle fera, protection ou effraction, mais elle est capable de tout en informatique.

Alors qu’elle est connectée sur le Darknet, elle tombe sur une vidéo : une jeune médecin est torturée et exécutée. Alba remonte la piste du tueur, un homme de main de la multinationale Nesty.

Saura-t-elle révéler la face cachée du monstre ?

Date de parution : 10 Janvier 2019 aux Editions French Pulp

daniel

 

Les Roses du Marais de Luca Tahtieazym

41vXPHw81DL._SY346_.jpg

Mon avis : Un très beau roman noir mêlant Amour, Passion et Mort. Cela ne va-t-il pas de paire ? En effet, nous sommes en présence d’Achille, homme de la terre, patron hors pair qui sait se faire respecter. Côté vie privée, homme au grand cœur, généreux, qui tombe facilement amoureux de femmes pour qui, il se met en quatre. En effet, que se soit financièrement, dans la tenue de la maison, l’amoureuse, la femme est une Reine. Pendant la guerre, il va jusqu’à mettre sa vie et celle de ses employés en danger pour l’élue de son cœur. Elle a tous les droits, le mariage, les balades, mais… Si un nuage obscurcit le tableau et que la belle souhaite reprendre sa liberté, l’orage est prêt à gronder…

Des personnages très bien retranscrits dans l’époque, les descriptions nous immergent totalement dans ce domaine poitevin, au milieu des récoltes. La dureté et la rigueur de la vie à la campagne sont distiller afin de nous plonger dans ce roman. Les phases noires sont riches d’émotions.

La construction du livre est originale et m’a beaucoup plu : changer de narrateur au fil des chapitres. Nous en apprenons beaucoup sur ses pensées, ses ressentis, ses perceptions.

J’ai été ravi de découvrir un nouveau roman de cet auteur dont j’avais déjà pu apprécier les précédents. La noirceur des personnages, mais aussi leurs joies, en font des êtres réalistes et attachants, l’Humain reste au premier plan. Des symboliques poignantes sont également soulevées avec une très grande finesse. Après ma lecture, je suis passée par hasard devant un fleuriste, je n’ai pas regardé les « Roses Rouges » de la même manière… Je vous laisse découvrir pourquoi !!

Résumé : 1935, dans le marais poitevin.
Au milieu des roses, ivre d’amour, un homme chérit follement les femmes qui traversent sa vie.
Mais quand les cœurs ne battent plus à l’unisson, quand les braises des amours déchues cessent de se consumer, des secrets profondément enfouis resurgissent ; des secrets qu’il eût mieux valu ne jamais déterrer…

Date de parution : 30.04.2019 en AutoEdition

luca

l’Irlandais de Maurice Gouiran

irlandais.jpg

Coup de 💓💓💓et aussi un Coup de Poing

Livre lu en deux jours, Coup de 💓💓💓: Une enquête menée par Clovis d’un côté, journaliste d’investigation, qui avait fait plusieurs reportages en Irlande du Nord dans les années 80. Plus traditionnel, deux flics essaient de retrouver le meurtrier de ce peintre irlandais assassiné à Marseille. En apparence sans histoire, même si son passé reste flou avant qu’il n’arrive en France.

J’ai beaucoup aimé la mise en avant du « Street Art » comme moyen d’expression de revendications et non pas simplement comme du vandalisme urbain. Une enquête qui met à mal le duo de policiers, en effet plusieurs pistes s’offrent à eux ; soufflées par un supérieur borné, raciste, misogyne et qui aimerait boucler rapidement ce dossier qu’il sent devenir épineux… Surtout lorsque l’Ira devient une piste…

Clovis, un personnage qui sort de l’ordinaire et des sentiers battus. Il suit son instinct et n’hésite pas à tout mettre en œuvre pour retrouver l’assassin et si par la même occasion il peut plus de 20 plus tard retourner en Irlande, c’est tout bonus pour lui. Il est autant très intuitif et perspicace dans ses recherches et fait preuve de maladresses dans sa reconquête amoureuse. Un personnage attachant doté d’un certain humour.

J’ai été totalement conquise par ma lecture, la plume de l’auteur avec un style direct et parfois fleuri nous entraîne au fil des pages. Mêlant habilement suspense et faits historiques, alternant le passé et le présent, à travers les expériences de Clovis, il met en lumière une partie de l’Histoire de l’Irlande que j’ignorais…

A la fin de ma lecture, j’ai passé près de 3h sur Internet pour aller fouiller ce que j’avais lu…Croyant de manière candide à une fiction… Et là Coup de Poing : En effet, jusqu’à maintenant les conflits de guerre qui ont lieu en Irlande se résumait à ce que j’avais entendu dire : Un conflit entre Catholiques et Protestants. En gros les membres de l’Ira n’étaient que des fanatiques et des terroristes.

Or, l’Ira s’est formé au début du XXème siècle afin de rendre se soulever face à leur colonisateur : l’Angleterre. Le choc que ça été pour moi d’apprendre cela.

Les différents récits de Clovis lors de ses reportages pendant les années 80, montre que ce rôle a perduré pendant près d’un siècle, en effet l’Irlande du Sud ayant obtenu son indépendance, les Anglais ont voulu conserver les provinces du Nord.

Bien sûr que dans les différentes branches de cette organisation dite « terroriste », la notion de religion dans ce conflit est présente. Mais pas que, lors du lancement de la grève de la faim par certains prisonniers dont un député, Margaret Thatcher prononcera ses mots « Nous ne négocions pas avec les terroristes ». En effet, en donnant ce statut à ces révolutionnaires qui souhaitaient leur indépendance, cela a permis de légitimer les actions des forces anglaises. En effet, « les assassinats d’opposants au régime et au dictat anglais » aux yeux du monde se traduisaient par « se sont des terroristes, nous combattons ce fléau pour la paix ». Cette grève de la fin évoquée fera 10 morts, alertera l’opinion publique et européenne mais sans résultat, sans résultat.

Alors je vous écris ces mots aujourd’hui, j’étais très jeune à l’époque et je suis peut-être encore naïve ; mais ce qui m’a révoltée dans ma lecture et ensuite dans mes recherches, c’est la non réaction de l’Europe. L’Angleterre était limite en guerre face à une de ses colonies à quelques heures d’avion de chez nous. Ils ont fait en sorte de créer des écrans de fumée afin de masquer la réalité. Ils ont m^me poussé le vice à faire en sorte que les révolutionnaires se retournent les uns contre les autres. Et personne n’a bougé…

Il y a des lectures qui marquent, celle-ci restera sans doute très présente dans ma mémoire.

Je lirai bien-sûr d’autres livres de l’auteur…

Résumé : Lorsqu’on découvre le peintre Zach Nicholl, le crâne fracassé dans son atelier marseillais, son ami Clovis n’a qu’une pensée en tête : aider Emma, en charge de l’enquête, à retrouver l’assassin ! Zach s’était illustré dans le street art avant de devenir bankable et de fuir Belfast vingt ans plus tôt. C’est donc en Irlande du Nord que Clovis va chercher ce qui se cache derrière ce crime. Zach était l’un des artistes républicains auteurs des célèbres murales, ces peintures urbaines, outils de mémoire et de propagande. Mais pourquoi avait-il quitté son pays juste au lendemain des accords de paix de 1998 ? Ce sont des femmes, étonnantes et déterminées, toutes liées à Zach – Aileen, son épouse, Ghetusa, la veuve ad vitam æternam de son frère, et Breena, combattante féministe au sein de l’IRA – qui donneront peut-être à Clovis les premiers indices…

Date de parution : 15.05.2018 aux Editions Jigal

maurice

 

 

Embrasements de Guy Morant

EMBRASEMENTS

Mon avis : Après avoir été totalement conquise par le premier volet Effondrements, c’est avec beaucoup de plaisir que je retrouve Alaric et son équipe.

Des incendies criminels font rage, aucun point commun entre les lieux, mais à chaque fois un mort au centre du foyer. Comment le pyromane s’y prend-il ? Le choix des victimes est-il le fruit du hasard ?
Voilà dans quoi vont s’embarquer Alaric, son adjointe et leurs collègues. Des personnages toujours bien dépeints, j’ai été ravie de l’évolution de Victoria qui s’affirme de plus en plus dans le groupe. Chacun a sa place, son rôle, sa personnalité. Une enquête aux multiples facettes, des dimensions qui frôlent les relations politiques de grands industriels, leurs nerfs sont mis à rude épreuve (encore une fois). Au moindre faux pas, ils risquent gros… Être sur le fil du rasoir, toujours à la limite, fait d’Alaric un chef de groupe qui a le plus de réussites dans ses enquêtes ; mais à priori cela n’est pas au goût de tout le monde. Déjà empêtrés dans une enquête brûlante qui piétine, il ne manquait plus que la hiérarchie se mette en tête d’exploser Alaric et par la même occasion ses coéquipiers.
Voici l’ambiance de roman où se mélange, rythme, intrigues, retournements de situation ; mais aussi une crise qui met à mal la confiance entre les protagonistes. Un choix s’offre à eux, soutenir Alaric ou suivre le sens du vent vers la hiérarchie. Dans ce casse-tête et ce jeu au chat et à la souris, certaines personnes vont se révéler de manière inattendue très précieuses.
Une plume toujours aussi entraînante, efficace et très fluide. Un montage que j’ai découvert et apprécié dans le premier opus, la pluralité énoncée dans le titre : ici l’Embrasement n’est pas uniquement les différents feux déclenchés dans les entrepôts, mais aussi le brasier au sein même de la Crim’. Ce « jeu » réalisé par l’auteur contribue également à la réussite et à l’originalité de ses romans. Comme toujours sont soulevés des faits, ici la hiérarchie tyrannique ou la prise en compte des victimes ; ils confèrent aux romans de l’auteur une plausibilité incroyable et une dimension humaine.
Une très belle lecture, qui même si j’ai mis du temps à m’y mettre, n’a pas fait long feu. Un plaisir de retrouver les personnages, de constater leur solidarité, leur engagement, et leur volonté sans faille à démêler les enquêtes qui leur sont confiées. Un réel dévouement est perceptible dans cet épisode, au péril de leur vie ou de leur carrière ; ils ne lâchent rien.
C’est la lectrice avide de bonnes lectures qui s’exprime : j’espère retrouver la fine équipe prochainement dans d’autres aventures.

Résumé : Incandescent, comme l’incendie d’un entrepôt entre Argenteuil et Cergy.
Incandescent, comme le cadavre d’un pendu que les flammes vont anéantir.
Incandescent, comme la haine d’un chef envers son meilleur enquêteur.
Incandescent, comme la jalousie, comme le désir, comme la brûlure d’un viol.
Incandescent, comme la passion du policier poursuivant inlassablement la vérité.
Le capitaine Alaric Autier, chef de groupe à la crim’ de Versailles, tente de résoudre deux affaires, alors que sa vie s’embrase, et que son patron cherche à le réduire en cendres. Entre les trahisons et les solidarités inattendues, il marche sur un fil au-dessus du brasier. Au risque de tout perdre : son couple, son travail et sa santé mentale.

Date de parution : 08.03.2019 en AutoEdition

guy

La Dernière Etape d’Alfred Azkabade

A quelques jours du départ de la Grande Boucle, je souhaite vous présenter cette lecture !!

la derniere etape.jpg

Mon avis : J’ai tout de suite été séduite par l’originalité du pitch : un meurtre sur le Tour de France. Tout comme Hugo, jeune journaliste je ne suis pas du tout une grande passionnée par ce sport.
Et pourtant, dès les premières pages j’ai été embarqué dans cette intrigue mêlant suspense, meurtre, rancœur et politique. En effet, lorsque le directeur de cette institution est assassiné, toutes les possibilités sont envisagées, politique, jalousie, concurrent…
Hugo souhaite obtenir son CDI, couvrir cette enquête pour sa rédaction est sa clé d’entrée. Il va devoir ruser et se faire son propre avis. Au fil des étapes, il va découvrir le Off et se faire une idée très précise des principaux protagonistes. De soirées en festivités, certaines langues se délient. Son côté candide va à la fois lui servir et lui porter défaut. En renouant avec son père, incollable sur le Tour, il va rapidement progresser dans le déchiffrage des codes qui régissent ce domaine. Et pourtant… Reste à convaincre le commissaire du bien fondé de ses trouvailles.
Une enquête rythmée au gré des différentes étapes, mêlant à la fois déboires professionnels et personnels. Une plume directe, mêlant humour et sarcasmes, un sacré bon moment de lecture. De surprises en rebondissements, tout comme les étapes rien n’est gagné d’avance, nous ne sommes pas à l’abris d’une échappée qui changerait la donne. Les évidences trop flagrantes ne sont-elles pas trompeuses ? L’auteur démontre également le off des manifestations sportives à grande échelle, les différents enjeux économiques et de carrière. Un crime de ce genre, qui profite-t-il réellement ? Je vous laisse voyager et vous faire votre propre idée.

la derniere etape ded

Résumé : Sur le Tour de France, la mort peut frapper à chaque étape.
Le Tour de France ? Une hérésie pour Hugo Taquelin, jeune journaliste allergiques aux coureurs bariolés et aux hôtesses Cochonou. Mais quand, la veille du départ, le patron de la Grande Boucle est retrouvé la tête éclatée dans son bureau, Hugo n’a d’autre choix que d’intégrer la caravane pour suivre l’enquête. Pendant trois semaines, épaulé par un collègue déroutant et un père longtemps absent, il va devoir se fondre dans cet univers qui le dépasse. Mais c’est en acceptant de s’y perdre qu’il découvrira la face cachée du Tour, son organisation tentaculaire, ses légendes lumineuses, ses secrets inavouables. Et qu’étape après étape, il finira par approcher la vérité.

Date de parution : 06.06.2019 aux Editions Hugo Sport