Samedi, c’est permis (aussi) !! Des Lignes et des Pages #9

Comme les Journaux se sont bien amusés à compter les pages, ils ont décidé de continuer, voici leur bilan du 7 au 13 Septembre 2019 :

les resistants T1

Résumé : Chants, poèmes, lettres, discours, graffitis inscrits sur les murs des prisons avec leur sang, airs fredonnés par les « soutiers de la gloire », comme les appelait Pierre Brossolette…. De Jean Moulin à Berty Albrecht, du cardinal Saliège au pasteur Boegner, de René Cassin à Henri Frenay, de Louis Aragon à Max Jacob, les héros connus ou moins connus de la Résistance ont choisi de désobéir à des lois pour obéir à leur conscience. Les mots du peuple de la nuit évoquent moins la haine ou le désir de vengeance que l’espoir et la vie. Contre la terreur et l’arbitraire, contre le défaitisme et la résignation, ces voix de la liberté chantent à l’unisson la même leçon de courage et d’insoumission.

  • Les Ailes Noires du Goéland d’Alain Decortes : 284 pages

les ailes

Résumé : Un père cherche sa fille avec obstination alors que la police a classé le dossier. Pour la retrouver, il fait appel à Laurent Gratiol qui devra assembler les nombreuses pièces d’un puzzle plutôt étrange. Tâche difficile quand la vérité est masquée par de curieuses énigmes, des situations effarantes et des amours improbables.
Qui est la mystérieuse inconnue au passé incertain? Pourquoi le chalutier rentre-t-il parfois de la pêche sans rapporter de poisson? Et cette vague d’assassinats dans la région nîmoise? 
Le voyage de quatre femmes vers leur destin…
Une enquête singulière où cohabitent espoirs contrariétés et violence terrifiante. 

  • Léocadie Lepic, Marraine de Guerre de Chérif Zananiri : 268 pages

leocadie lepic

Résumé : Le récit, fondé sur des éléments réels, suit la vie de Léocadie Lepic, disgracieuse par naissance et qui, sachant lire et écrire, devient marraine de guerre en 1916. Elle correspond avec Thomas, soldat dans les tranchées, et se fait prendre par amour, dans les mailles d’une escroquerie montée par des Apaches, ces jeunes voyous qui sévissent à Paris. Le récit se déroule entre Paris en guerre et Compiègne près du front, et montre une capitale qui souffre, qui serre les dents, qui refuse de se soumettre aux bombardements allemands et qui, sans main-d’oeuvre masculine, laisse le pouvoir aux femmes…

Seuls ont été comptabilisés les livres terminés, soit un total de 741 pages 

L’Affaire Rouge Turner d’Yvan Michotte

En Souvenirs du Salon de Guainville,

l affaire rouge turner

Mon avis : Lors du concours annuel de peinture à La Bouille, des assassinats surviennent de manière incompréhensible. Le Détective Joshua Pastorius est mandaté de manière anonyme pour mener l’enquête et découvrir ce qui se cache derrière les différentes mises en scène.

Joshua Pastorius va rapidement se rendre compte que les raisons de ces abominations prennent leurs sources dans le passé. Mais qu’attend le commanditaire de lui ? Beaucoup de réponses restent en suspens. Mais grâce à son ingéniosité, ses fouilles, ses connaissances historiques et ses différentes rencontres, il va pouvoir commencer à y voir un peu plus clair. Pourtant, il n’a pas l’impression de partir dans la bonne direction.

La peinture est un personnage à lui tout seul dans ce livre, elle prend une place dominante aux côtés de la nature et des descriptions de décors. J’ai eu l’impression de lire un tableau et c’est une sensation rare et tout à fait agréable.

J’ai beaucoup apprécié cette découverte. L’ambiance artistique est très présente et renvoie un côté original à l’enquête. Le personnage de Joshua Pastorius, totalement atypique, féru d’histoire, n’est pas aux bouts de ses surprises. Le mélange passé-présents est tout à fait sympathique, de plus le côté « quête de relique-chasse aux trésor » m’a totalement séduite. Une écriture efficace, dynamique, qui ne laisse aucun temps morts au lecteur. Le tout saupoudré de croyances et de quelques superstitions fonctionne à merveille. Un très bon polar que je recommande évidement pour sa fraîcheur et son ingéniosité. J’ai hâte de retrouver Joshua Pastorius dans d’autres aventures.

l'affaire ded

Résumé : La toute première enquête du détective privé Joshua Pastorius. La Bouille, de nos jours. L’un des artistes d’un concours de peinture vient d’être retrouvé assassiné en bord de Seine. Le tueur a envoyé la vidéo du terrible crime au détective. Comble de l’abjection, on le voit peindre avec le sang de sa victime ! Pastorius fait vite le lien avec un meurtre survenu au même endroit en 1832. Le célèbre peintre William Turner était présent et a été aussitôt suspecté. Quelle est cette couleur rouge qui, véritablement, l’obsède ? Quels sont les liens entre les crimes du présent et ceux du passé ? Cette enquête trépidante nous plonge avec délectation dans une peinture rouge à couper au couteau !

Date de parution : 07.05.2019 aux Editions Le Cargo Imaginaire

yvan michotte

Merci à Jean Yves Gauthier pour la photo de Guainville

 

 

 

Le #10, Les Rebelles : Les résistants : Volume 1, Jean Moulin et les soutiers de la gloire

Le 10 de chaque mois, je souhaite vous faire découvrir la Série Les Rebelles :

les rebelles

« Hommes d’actions, écrivains, penseurs ou artistes, ils ont un jour rompu avec les accommodements, les mensonges ou les préjugés de leur temps pour faire de leur vie un combat. S’ils se sont également battus avec la plume, c’est qu’ils étaient convaincus du formisabel pouvoir des mots pour éveiller les consciences, résister à l’oppression et transformer le monde. Leur écrits n’ont rien perdu de leur force ni de leur justesse, et restent des manuels d’insoumission pour leur temps présent. »  Responsable Editorial : Grégoire Kauffman 

les resistants T1

Mon avis : Nous voici en présence d’un recueil de témoignages, chacun(e) à leur façon a choisi de laisser un message sur cette période de Résistance. Ils sont diverses et variés, politiques, personnels (correspondance avec la famille), chacun dénonce à sa manière la dure occupation allemande. De la montée du nazisme, en passant par les différentes prisons de France, les camps, les rafles, l’aspect économique, l’espoir d’un monde meilleur. La sortie de crise que chacun prie pour qu’elle soit la plus rapide, les solides attentes de voir les Alliés débarquer et sauver la France.

A travers ces différents écrits, on imagine très bien le dur labeur des différents réseaux mis en place, au péril de la vie de nombreux hommes et femmes qui vont faire en sorte que la France soit Libre aujourd’hui.

Ce saut en arrière m’a permis de voir tout un panel de réactions, certaines très connues, d’autres un peu moins et découvrir d’une autre manière l’ambiance de époque où planait l’incertitude, la peur.

Certaines correspondances, de prisonniers quelques heures avant d’être fusillés, sont très poignantes, ils décrivent leur ressentis et leurs souhaits pour l’avenir de leur proche dont ils ne feront plus partis.

Nous sommes loin des cours magistraux d’histoire, mais sous nos yeux défilent des courants de pensées, des vœux, des constats et des perspectives. Les Résistants font partis de notre Histoire, ne les oublions pas. Et espérons-le « Plus jamais ça ».

Auteurs des textes : Jean Moulin, Jacques Decour, Max Jacob, Pierre Bourdan, Madeleine Michelis, Jean Texcier, Marc Bloch, René Cassin, François Mauriac, Maurice Halna du Fretay, Emile Laffon, Honoré d’Estienne d’Orves, Arthur Loucheux, Michel Dabat de Lignières, Jean-Pierre Timbaud, Voris Vildé, Louis Aragon, Georges Politzer, Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Daniel Mayer, Henri Fresnay, Berty Albrecht, Claude Bourdet, André Hauriou, Marie-Madeleine Fourcade, Gilbert de Chambrun, André Labarthe, Jules-Géraud Saliège, Pasteur Marc Boegner, Benjamin Fondane, Daniel Mayer, Charles Vallin, Pierre Brossolette, Georges Altman, Léon Blum, Georges Guingouin, Lise Ricol-London, Maurice Schumann.

Résumé : Chants, poèmes, lettres, discours, graffitis inscrits sur les murs des prisons avec leur sang, airs fredonnés par les « soutiers de la gloire », comme les appelait Pierre Brossolette…. De Jean Moulin à Berty Albrecht, du cardinal Saliège au pasteur Boegner, de René Cassin à Henri Frenay, de Louis Aragon à Max Jacob, les héros connus ou moins connus de la Résistance ont choisi de désobéir à des lois pour obéir à leur conscience. Les mots du peuple de la nuit évoquent moins la haine ou le désir de vengeance que l’espoir et la vie. Contre la terreur et l’arbitraire, contre le défaitisme et la résignation, ces voix de la liberté chantent à l’unisson la même leçon de courage et d’insoumission.

Date de parution : 09.11.2012 aux Editions Coédition Garnier

Chroniques d’Une Vie de Flic d’Eric Oliva

chronique d une vie de flic

Mon avis : Il est toujours très difficile de chroniquer un livre façon biographie ou inspiré de faits réels, comme c’est le cas ici.

J’ai apprécié le style et la forme employés pour ce récit, très semblable à un journal intime. Tout commence avant l’entrée de l’auteur dans la police. Nous le suivons pas à pas dans sa formation et l’évolution de sa vie personnelle. Des ressentis en anecdotes ponctuent ce livres, alliant à la fois l’émotion et la dure réalité de la vie des forces de l’ordre.

L’auteur souligne aussi, très habilement, l’évolution des techniques et des façons de procédés, suite à différentes évolutions émanant de réformes. Le lecteur comprend également l’envers du décor entre la volonté des policiers, et les moyens ou procédures mises en place. Un métier qui doit à la fois, protéger la population, se mettre au service de l’autre, tout en faisant respecter la loi et les nouvelles réformes. L’auteur nous montre, par exemple, que l’arrivée et la mise en place des chiffres et de nouvelles façons de procéder ne sont pas forcement en adéquation avec la réalité sur le terrain.

Le making off est une moment de lecture très sympathique !!

Même si c’est peut être le reflet de la réalité, j’ai trouvé dommage, très dommage, le manque de diversité de population évoquée. En effet, j’ai trouvé « un peu cliché » voir caricatural, mais c’est un avis qui n’engage que moi.

Résumé : Il existe une particularité dans le métier de flic : c’est que dans une même journée, vous pouvez traverser des instants de joie et de bonne humeur, pour vous retrouver aussi rapidement dans la souffrance, la douleur et la peine. Les nuits sont parfois courtes et agitées et amènent sur des matins d’autant plus difficiles. Si certains ressentis s’effacent avec le temps, les images, elles, ancrent leurs racines bien plus profondément.

Eric Oliva raconte son début de carrière en y contant quelques-unes des interventions qui ont marqué son chemin de jeune flic. Un roman profond et entier qui met en exergue les sentiments que tous les flics se doivent d’accumuler sans jamais y avoir été préparés.

Date de parution : 31.03.2017 aux Editions Libres d’écrire

eric oliva.jpg

Samedi, c’est permis (aussi) !! Des Lignes et des Pages #8

Comme les Journaux se sont bien amusés à compter les pages, ils ont décidé de continuer, voici leur bilan du 31 Août au 6 Septembre 2019 :

  • L’Affaire Rouge Turner d’Yvan Michotte : 237 pages

l affaire rouge turner

Résumé : La Bouille, de nos jours. Un des artistes participant à la 126e édition du concours de peinture de ce village normand, situé en bord de Seine et près du port de Rouen, a été retrouvé assassiné, impitoyablement saigné. Le tueur a envoyé un détective privé, Joshua Pastorius, une vidéo de la scène du crime dans laquelle on le voit peindre avec le sang de sa victime … En enquêtant sur place, Pastorius fait rapidement le lien avec des meurtres commis en 1832, à l’occasion de la deuxième édition de ce concours inauguré par le peintre anglais William Turner, précurseur de l’impressionnisme et aussi principal suspect à l’époque. Le privé se replonge alors dans l’Histoire, persuadé qu’en résolvant les crimes du passé, il détiendra la clé de l’énigme présente …

  • C’est le soir qui vient de Patrick Taisne Nguyên : 200 pages 

C'est le soir qui vient

Résumé : Maï pleure, comme elle pleure chaque soir. À trois ans, elle semble avoir déjà tout saisi de l’abîme dans lequel plonge sa mère, et de la douleur amère qui rythme notre fuite. Certes, ici, nous sommes toujours en Asie, mais ce n’est déjà plus la même. Huit cent soixante-deux kilomètres seulement nous séparent de Saïgon qui, désormais, n’existe plus, et nous sommes en terre étrangère. Nous avons tout laissé derrière nous, lorsque notre monde s’est effondré.

  • Les Dix Petits Frelons de Valérie Valeix : 363 pages

les frelons.jpg

Résumé : Après la disparition de son mari, gendarme d’élite et membre des forces spéciales, survenue lors d’une mission en Syrie, Audrey se rend chez Grégory Larcher, prêtre éducateur de rue et apiculteur spécialiste en gelée royale, afin d’y suivre une formation approfondie sur la précieuse substance. Cet homme habite le célèbre village normand de Giverny où il a créé la « Ferme aux Enfants », un lieu d’accueil pour jeunes en difficulté qu’il initie à l’apiculture et à la peinture, étant voisin de la propriété où vécut le peintre Claude Monet. À peine arrivés sur place, Audrey et son fidèle ami, Lebel, se rendent au vernissage de l’exposition « Magie d’un peintre » qui révèle au public un dessin inédit de Monet, « Collier aux Nymphéas », de 1909, et la réalisation contemporaine de ce projet de bijou par le prestigieux joaillier Chaumet. La nuit suivante, la Fondation est cambriolée. Seuls le dessin et le collier ont disparu ; à leur place ont été déposés deux frelons secs…

  • Terreur à Exhumer de Bruno Amato : 189 pages

terreur.jpg

Résumé : Une jeune femme mineure retrouvée morte va relancer une affaire vieille de dix ans qui a ébranlé toute la région. La victime a été accrochée à un rocher face à la mer, comme le cadavre précédent. Elle aussi a le cœur arraché. Même si on la appelé pour mener l’enquête, Lucan Tellier ne semble pas le bienvenu à Granville. Avec sa dégaine improbable et ses manières un peu brusques, il met tout le monde mal à l’aise. Chose curieuse: son comportement atypique permet à ses interlocuteurs de se révéler. Pourquoi une telle horreur? S’agit-il de crimes rituels? Qui sera la prochaine victime?

Seuls ont été comptabilisés les livres terminés, soit un total de 989 pages 

Les Lectures des Amis #1

Voilà, j’apprécie les blogs de certaines personnes et je souhaite vous faire découvrir leur dernière lecture. Une très belle idée que je souhaite faire à mon tour, vous faire découvrir d’autres horizons à travers ces débuts de retour.

les amis qui lisent

Delphine LeroyMes Évasions Livresques  – Que Le Diable l’Emporte d’ Anonyme

« Il est enfin là le dernier tome (à ce jour) de la saga Bourbon Kid et pour cet opus, l’auteur a fait fort et s’est vraiment lâché, en poussant les personnages que nous connaissons dans leurs pires travers, en nous livrant une intrigue alambiquée à souhait et à laquelle il faut bien s’accrocher, et une galerie de personnages dont des ninjas, des nonnes psychopathes et un personnage très connu de la littérature fantastique dans des situations de plus en plus cocasses, délirantes et jubilatoires. »

Jean-Paul Dos Santos GuerreiroLe “Ressenti“ de Jean-Paul – Ma fille voulait mettre son doigt dans le nez des autres de Maxime Gillio

 « Chaque jour, les chiffres concernant l’autisme nous alertent. 650 000 cas en France… Si chacun est différent, la souffrance de l’enfermement est, pour eux comme pour leurs proches, commune. Une souffrance que Maxime Gillio tente de contourner avec la force de ses mots, sincères et émouvants. »

Mes Lectures du Dimanche – M, le bord de l’abîme de Bernard Minier

« Nous vivons dans une société ultra-connectée, dans laquelle la data nous semble insignifiante et où nous avons l’habitude de renseigner nos informations personnelles. Si je suis peu présente sur les réseaux, cela ne m’empêche pas de laisser ma fitbit stocker mes informations personnelles sur un cloud et de rêvasser devant ce super frigo Samsung qui pourrait directement être connecté à mon appli de courses en ligne ! »

Katia RoumyEncore Un LivreLes Refuges de Jérôme Loubry 

« Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d’aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte. »

LegereImaginarePeregrinareLe Sicilien de Carl Pineau

« Véritable coup de coeur de cette année 2019, un roman sombre qui vous plonge dans les abysses nocturnes de Nantes dans les années 1990. Somptueux!! » 

Geneviève Van Landuyt et ses flingueusesCollectif Polar : Chronique de NuitIVM – In venis meis de Katia Campagne

« Secouée je suis … Je ne suis pas adepte du fantastique, trop cartésienne pour ça. Cependant je ne rechigne pas devant une petite dose d’étrangeté, de surnaturel, dès lors que l’intrigue principale tient la route. »

Aude LagandréAude BouquineLes Refuges de Jérôme Loubry 

« Voici enfin le troisième roman de Jérôme Loubry. Après « Les Chiens de Détroit » qui mettait fidèlement en scène cette ville du Michigan laissée à l’abandon, « Le Douzième chapitre » qui évoquait un drame de l’enfance resurgissant des années plus tard, l’auteur nous emmène ici dans un voyage passé-présent en 1949, 1986 et 2019. Le roman s’ouvre sur un professeur de faculté qui commence son cours sur une thématique particulière : le refuge Sandrine. Rapidement, le lecteur est emporté en 1949, sur une plage, théâtre d’une découverte macabre. Puis, toujours aussi promptement, il est propulsé en 1986 où Sandrine, jeune journaliste pour un quotidien local se voit confier la rédaction d’un article concernant d’étranges croix gammées dessinées sur des vaches. Je m’arrête là, la quatrième de couverture en dit beaucoup trop. »

Ophélie CohenQuand Ophé LitUn nouveau festival chez nos amis belges!

« Le Festival du livre du New Reshue – Nathalie et Christophe sont deux passionnés de littérature. Il y a quelques mois, ils se lancent un défi : monter leur propre salon littéraire. Ils se retroussent les manches, trouvent un lieu, une marraine et des auteurs ravis de participer à cette aventure.De leur persévérance est née la première édition du Festival du livre du New Reshue, qui se tiendra ce samedi 07 septembre de 10H à 18H. » 

Lolo BrodeusePause PolarsSans mon ombre d’Edmonde Permingeat

« Les histoires où les protagonistes sont des jumeaux sont souvent intrigantes et celle-ci n’échappe pas à la règle. Prendre la place de son jumeau ou de sa jumelle, un rêve ou une idée qui doit certainement effleurer chaque individu mais ça n’est forcément pas aussi facile que l’on pourrait le croire. Une attitude, un geste, un regard et tout peut basculer et est-on certain que les jumeaux se racontent tout ou presque ? »

Et voilà pour aujourd’hui !!! Prochainement vous aurez la suite !!! Belle soirée et Bonne lecture

Dans la Toile de Vincent Hauuy

dans la toile

Mon avis : Isabel cherche à se reconstruire suite à une période de coma. Elle reste hantée par la fusillade qu’elle a vécu. Parisiens, avec son mari ils décident de déménager afin d’alléger ses troubles et aller de l’avant. Elle va essayer de trouver des réponse dans la peinture, dans ce chalet, leur demeure dans les Vosges.

J’ai eu beaucoup de mal à lire ce livre. En effet je le trouve très (peut-être trop) proche du livre de SJ Watson, Avant d’Aller Dormir que j’avais adoré. J’ai donc vu certaines choses arriver très vite.

Isabel, un personnage troublé et en quête de rémission, malgré son parcours elle ne m’a pas attendrie. Même dans son évolution.

L’auteur saupoudre des éléments quant aux chocs post-traumatiques, mais la manière ne m’a pas convaincue. Sans doute par manque de profondeur, même si ce n’était sûrement pas le but ultime de ce livre. Le côté psychologique ne m’a pas embarquée, je n’ai pas été saisie, ni transportée.

Enfin, une nouvelle donne éclate à la fin du livre qui pour moi a été de trop, une plongée dans un ultime sordide qui n’amène rien à l’histoire de base.

Ce n’est que mon avis personnel, je sais que de nombreux lecteurs ont beaucoup apprécié cette lecture. Je n’en fais pas partie mais rien ne m’empêchera de découvrir Le Tricycle Rouge, du même auteur, que je n’ai pas encore lu.

vincent ded

Résumé : Isabel Gros est une miraculée. Seule survivante d’une fusillade, elle a passé deux semaines dans le coma. Contrainte d’abandonner sa carrière de critique d’art et ne supportant plus la vie citadine, elle quitte Paris avec son mari, pour s’installer dans leur nouveau chalet, au cœur des Vosges. Souffrant de graves séquelles, Isabel pense se reconstruire grâce à la peinture. Mais le malaise qu’elle ressent dès son arrivée va rapidement se transformer en terreur.

Date de parution : 02.05.2019 aux Editions Hugo Thriller

hauuy vincent.jpg